Séminaire international sur la diplomatie d’influence

Séminaire international sur la diplomatie d’influence, 27 novembre 2014, Studio 105 Maison de la Radio, Paris, organisé par Michel Foucher, Collège d’études mondiales (FMSH).

La littérature des relations internationales constate depuis le début du XXIème siècle une évolution du système international qui serait caractérisé par le rôle croissant des politiques d’influence comme vecteurs de puissance. Dans cette nouvelle approche des relations entre Etats et sociétés sont mobilisées des ressources moins matérielles comme la culture, l’idéologie, le rayonnement intellectuel, la persuasion, l’attractivité ou la fixation des normes et la diffusion des valeurs.

Les Etats qui sont en mesure de déployer des capacités d’influence ne sont pas très nombreux :

–       des puissances établies comme les Etats-Unis (qui disposent d’une réelle puissance structurelle), le Royaume-Uni (langue, prescriptions, réseaux), l’Allemagne (norme démocratique et outils de présence), la France (culture, langue, outils, diplomatie), le Japon (image, art, innovation), la Russie (image, église, langue),

–       des puissances intermédiaires (à la fois occidentales et émergentes) comme le Canada et l’Australie,

–       des puissances ascendantes comme la Corée du sud (musique, cinéma), la Chine (fascinée par le soft power américain, comme partie du « rêve chinois »), l’Inde, le Brésil (ou le terme « soft power » se répand) et, à l’échelle plus régionale, le Maroc (institutions, nœuds de communication), l’Afrique du sud (centres de recherche, TV, tourisme) et le Nigéria (Bollywood, musique)

–       des pôles spécifiques comme la Norvège (médiation), Israël (racines culturelles, diaspora, high-tech), le Vatican (prescription et réseaux mondiaux), le Qatar, l’Iran, la Turquie (Gülen), l’Union européenne (au-delà de l’agrégat des influences nationales).

Le séminaire, conçu comme un dialogue de haut niveau, devrait permettre de procéder à des comparaisons des intentions et des stratégies, de la sémantique et des énonciations, des moyens et des vecteurs, des objectifs et des résultats. Il devra faire le départ entre ce qui relève de l’Etat de ce qui est issu des forces sociales, économiques et culturelles. Enfin, il cherchera, loin du nationalisme intellectuel et culturel et de l’illusion autarcique, à discerner les voies et moyens qui facilitent les libres rapports entre les créations et les valeurs du dedans et les courants du dehors, gages d’une mondialisation civilisée.

Le colloque est organisé par la chaire Géopolitique appliquée, dirigée par Michel Foucher, au sein du Collège d’études mondiales, en partenariat avec : le German Marshall Fund ; le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du MAE; des fondations et des institutions nationales. Il marquera une deuxième étape de la réflexion après la publication de l’Atlas de l’influence française au XXIème siècle, qui a reçu de bons échos en Belgique, au Canada et en Suisse. L’objectif est de susciter une réflexion comparative et de promouvoir l’influence « à la française » tout en explorant les voies d’une approche « européenne ».

PROGRAMME / PROGRAM

9h00 Accueil/ Welcome

9h20 – 9h30 Introduction Michel Wieviorka et/ou Olivier Bouin, directeurs du Collège d’études mondiales

9h30 – 10h45 Table-ronde 1: Puissances nationales et influence européenne / Round-table 1: National powers and European influence

Andrea Kerbaker, écrivain (Italie)

John Holden, Visiting Professor, City University, Londres (Royaume Uni)

Justin Vaïsse, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du Ministère des affaires étrangères, Paris

10h45 – 11h00 Pause

11h00 – 12h15 Table-ronde 2: Stratégies d’influence dans les puissances établies/ Roundtable 2: Soft power in established powers

Yasushi Watanabe, Professeur, Keio University, Shonan Fujisawa Campus, Tokyo (Japon)

Alexandra de Hoop Scheffer, German Marshall Fund, Paris et Washington

Jean Radvanyi, Inalco, Paris

14h00 – 15H15 Table-ronde 3: Stratégies d’influence dans les puissances émergentes/ Round-table 3: Strategies of influence of emerging powers

Ting Wai, professeur au département de gouvernement et d’études internationales, Université Baptiste de Hong Kong (Chine)

Carlos Milani, professeur à l’Université de l’état de Rio de Janeiro (Brésil)

Jean-Luc Racine, EHESS (Inde), Paris

15h15 16h00 Pause

16h00 – 17h15 Table-ronde 4: Diplomaties publiques en période critique/ Public Diplomacies in critical times

Andrei Kortunov, directeur du RIAC, Moscou (Russie)

Klavs A. Holm, ambassadeur du Danemark à l’OCDE, Paris

Michel Foucher, chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales, ancien ambassadeur; Chair of applied geopolitics at the College of World Studies, former Ambassador

Conclusions : Michel Foucher, titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales, ancien ambassadeur.

High-level Dialogue on influence diplomacy

FSMH, Paris, November 27th 2014

Convener:  Michel Foucher, Chair of « “Applied Geopolitics”, » at the College of world studies (Collège d’études mondiales), former ambassador (Paris).

Since the beginning of the 21st century, the literature about international relations shows a transformation of the international system due to the increasing role of political influence as a vector of power. This new perspective of relationships between states and societies mobilizes resources such as culture, ideology, intellectual influence, persuasion, attractiveness, norm setting and dissemination of values.

States that are able to deploy their influence are few

–       Established powers such as the US (that have a real structural power), UK (language, networks), Germany (democratic norms and tools for presence), France (culture, language, diplomacy), Japan (image, art, innovation), Russia (image, church, language)

–       Intermediate Powers (both Western and emerging powers) as Canada and Australia,

–       Ascending powers like South Korea (music, movies), China (fascinated by the American soft power, as part of the « Chinese dream »), India, Brazil (where the term « soft power » is spreading ) and, at the regional scale, Morocco (institutions, communications nodes), South Africa (research centres, TV, tourism) and Nigeria (Nollywood, music)

–       Specific countries such as Norway (diplomatic mediation, ethics in finance), Israel (cultural roots, diaspora, high-tech), the Vatican (prescription and global networks), Qatar, Iran, Turkey (Fethullah Gülen), the European Union (beyond national influences).

The seminar, designed as a high-level dialogue, should enable the comparison of intentions, strategies, semantics and statements, means and vectors, objectives and results. It will distinguish what belongs to the State from what comes from the social, economic and cultural forces. Finally, it will look away from the intellectual and cultural nationalism and autarchic illusion, to identify ways and means to facilitate the free intercourse between creations/values ​​from the inside and streams of thought from the outside, that are the promise a civilized globalization.

The conference is organized by Michel Foucher (chair of “Applied Geopolitics”, College of global studies, Paris) in partnership with the “Policy planning staff” of the Ministry of Foreign Affairs, foundations and national institutions. It will mark the second stage of reflection after the publication of the M. Foucher’s “Atlas of French influence in the 21st century”, that received positive feedback in Belgium, Canada and Switzerland. The objective is to foster the comparative approach and promote the “French-styled” influence while exploring the possibilities of a « European » approach.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *