Liban : la tempête qui s’annonce

Le conflit qui a mué d’une guerre civile syrienne aussi atroce que sans issue, mais essentiellement régionale, vers un affrontement aux résonances planétaires frappe aux portes du Liban. Les nuages s’amoncellent au-dessus du pays comme les tempêtes d’automne au-dessus du Mont Liban. Le Liban reste tiraillé par des tendances centrifuges intercommunautaires, par un climat social très lourd, par le poids insupportable des réfugiés syriens et par la faillite d’une classe dirigeante incapable d’assumer un rôle décisif en ces temps de chaos. Sur un plan militaire, les forces jihadistes de Daech et du front Al-Nosra essaient de remettre en cause la fermeture de la frontière sur le Qalamoun, un des massifs qui séparent le pays de son voisin syrien, avant l’hiver, toujours rigoureux sur l’Anti-Liban, qui les bloquerait sur des positions très inconfortables, les grottes de ce massif. Ils tentent ainsi de reprendre pied dans les camps de réfugiés d’Ersal, et plus largement de la vallée de la Bekaa et même du reste du Liban, dont les combats de cet été les avaient chassés. Ils ont pour cela plusieurs atouts. Le principal d’entre eux : les otages des forces de sécurité libanaises, dont plusieurs ont déjà été exécutés (décapités). Ce dossier fait peser une pression constante sur le gouvernement libanais qui doit conjuguer respect des équilibres, écoute des familles et manifestation d’une autorité de façade. L’armée souffre donc aussi d’une certaine paralysie comme d’un sous-équipement chronique, la commande des armements français tardant à se matérialiser. Le Hezbollah, dont les pertes ont été sensibles ces derniers mois, semble affronter une fronde en interne, dont les tenants lui reprochent de trop de s’engager sur le théâtre syro-irakien au détriment des affaires internes libanaises et de l’ennemi supposé N°1 Israël. Enfin, sur le terrain proprement dit, malgré les efforts des forces libanaises pour sécuriser la frontière, subsistent des zones qui permettent de maintenir des voies d’approvisionnement pour les forces jihadistes, essentiellement autour d’Ersal, de Zabadani et Chebaa-Qoneitra. Cette situation encore instable explique pourquoi le chef d’état-major libanais, le général Kahwagi, affirme publiquement craindre une reprise des affrontements dans le jurd d’Ersal avant le début de l’hiver. L’ensemble de la classe dirigeante et, plus largement, de la société scrute avec inquiétude les évolutions au sein des réfugiés syriens qui, avec plus de un million de représentants, pourraient durablement déstabiliser le pays. Pour l’instant, l’armée n’a pas le droit de rentrer dans les camps de réfugiés et tente d’agir avec précaution. Mais le spectre de « Septembre noir » (les troupes bédouines fidèles à la monarchie hachémite d’Amman écrasèrent dans le sang, en septembre 1970, les troupes palestiniennes de l’OLP, afin de conserver l’équilibre et le contrôle du royaume jordanien) est désormais présent dans les esprits.  Dans le cas libanais, il est à probable qu’une partie de la communauté sunnite locale ne se sente solidaire des réfugiés, très majoritairement sunnites, s’ils étaient attaqués. Déjà, Tripoli bouillonne à nouveau, travaillé par des militants radicaux et un clergé local très complaisant, sinon ouvertement favorable aux thèses jihadistes. La communauté chrétienne, quant à elle, est profondément divisée et se condamne à l’immobilisme politique et à une forme de tétanie collective. Certes, le Liban se renforce, aidé par l’Arabie Saoudite comme par l’Iran : son armée a su pour l’instant faire face, ses services de sécurité n’avancent plus en ordre dispersé et aucun leader politique ou religieux d’envergure n’appelle à la discorde. De plus, le Liban, et avec lui le monde arabe, s’est habitué, depuis des décennies, à tous les tourments. Il est capable de vivre et de commercer – pour notre plus grande incompréhension – dans un chaos structurel et permanent. Mais l’orage qui s’annonce à l’est du pays suscite une inquiétude nouvelle par son ampleur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *