Parameters : sur la relation Armées / sécurité privée

Image Blackwater

La revue Parameters de l’US Army War College a publié, dans le numéro 2 de son 44ème volume, trois articles consacrés à l’enjeu des « private contractors & military professionals », c’est-à-dire les relations entre les Entreprises de Services de Sécurité et de Défense (ESSD) et les personnels militaires, aux Etats-Unis du moins.

Il existe un débat structurel sur la « privatisation des armées », initié depuis le début des années 2000 aux Etats-Unis mais qui connaît des prolongements à l’international, comme le démontre la question des ESSD maritimes en France((1)). Il est donc intéressant d’avoir une analyse académique du retour d’expérience qu’en ont eu les armées américaines((2)).

L’article « Private Military & Security Companies: A review Essay » de Birthe Anders((3)) consiste en une revue des travaux antérieurs dans ce domaine, depuis une quinzaine d’années. L’auteur y dégage trois défis qu’elle juge clefs dans une perspective de recommandation au décideur politique, afin d’orienter les politiques de sécurité et de défense de manière plus efficiente, avec une régulation plus concrète. Elle suggère ainsi que la tendance de la recherche d’élargir son champ, en dépassant la politique étatique de contractualisation pour inclure les clients non-étatiques et les contractuels individuels, est pertinente. Elle constate aussi le manque de communication entre les chercheurs traitant de ce sujet. En conséquence, elle appelle à la constitution de réseaux de recherche académique qui s’inscrivent dans une logique de dialogue avec les praticiens, seul moyen à ses yeux d’améliorer la qualité de la production académique et la sensibilisation des décideurs à cet enjeu.

L’article « Military Professionalism & Private Military Contractors » de Scott L. Efflandt((4)) se concentre sur l’inscription supposée pérenne des ESSD dans un écosystème complet, qui les amène à s’accaparer des prérogatives traditionnelles des militaires de carrière. L’auteur théorise que l’émergence actuelle des ESSD américaines, suite au besoin immédiat de projection de forces après le 11 septembre 2001, a sanctuarisé leur rôle sur le marché du travail, dans le débat public et le cadre juridique. Concernant leur avenir, il suppute que les restrictions budgétaires et les menaces internationales vont presser l’Etat à maintenir le recours systémique à ces entreprises. Cela approfondirait une mutation des relations civilo-militaires et une remise en cause de l’armée professionnelle, comme garantie de la confiance de la nation américaine en son appareil de défense et comme interlocutrice du décideur politique.

L’article « Special Operations Forces & Private Security Companies » de Christopher Spearin((5)) se focalise sur un aspect très particulier de cette problématique des ESSD, qui est leur relation avec les forces spéciales américaines. Le chercheur rappelle que la doctrine étatsunienne des opérations spéciales appelle un fonctionnement en réseaux, dans lesquels la multiplication des partenariats avec des acteurs étatiques ou non est pensée comme un levier d’action à promouvoir. Selon lui, la demande pour ces compagnies de la part des forces spéciales américaines est fonction de trois facteurs. Il s’agit du caractère défensif de leurs prestations, de la tentation de leur déléguer les missions d’assistance aux acteurs humanitaires ou de développement, ainsi que des défis de la reconversion d’anciens opérateurs des forces spéciales dans le secteur privé. Plus globalement, la tendance qui se dessine est de limiter l’inflation des forces spéciales et de leur coût en déléguant les tâches subsidiaires aux ESSD. L’auteur affirme que si cette logique est légitime en elle-même, encore faut-il qu’elle soit encadrée par une politique publique qui assure une synergie structurelle entre forces spéciales et ESSD. Les relations actuelles ne sont pas sanctuarisées et peuvent donc disparaître.

  1. Lire le volet n°2, Activités privées de protection des navires, du compte-rendu intégral de la deuxième séance de l’Assemblée nationale, du 29 avril 2014, disponible sur http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2013-2014/20140194.asp []
  2. Le numéro de l’été 2014 est intégralement disponible, en format PDF, sur http://www.strategicstudiesinstitute.army.mil/pubs/parameters/Issues/Summer_2014/Summer2014_v44n2_theQuarterly.pdf []
  3. Disponible en version PDF sur http://www.strategicstudiesinstitute.army.mil/pubs/parameters/issues/Summer_2014/8_Efflandt_Article.pdf []
  4. Disponible en version PDF sur http://www.strategicstudiesinstitute.army.mil/pubs/parameters/issues/Summer_2014/9_Spearin_Article.pdf []
  5. Disponible en version PDF sur http://www.strategicstudiesinstitute.army.mil/pubs/parameters/issues/Summer_2014/10_Anders_Article.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *