Le Kazakhstan à l’école du soft power

Pris en étau entre deux grandes puissances, le Kazakhstan cherche toutefois à opérer un désenclavement stratégique par le biais d’une politique étrangère multi-vectorielle équilibriste et la promotion de son soft power afin d’y attirer les investissements nécessaires à la modernisation de l’Etat. Grâce à l’organisation de l’Exposition internationale de 2017 organisée à Astana, le Kazakhstan démontre sa position à la fois de pays moteur de la région centrasiatique et de puissance internationale en développement.

L’équilibrisme diplomatique

Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, la République du Kazakhstan (18 millions d’habitants), se sentant prise en tenaille entre la Russie et la Chine, fut confrontée au défi d’élaborer sa propre politique étrangère. Également riche en ressources naturelles extractives tel le pétrole, gaz, charbon, uranium et terres rares, le Kazakhstan s’est retrouvé au centre des convoitises internationales et soumis à la pression de ses grands voisins((1)).

Les premières années sont marquées par une rationalité économique dont le but était de mobiliser les investissements des pays industrialisés et des institutions financières internationales((2)). En parallèle, le développement du secteur pétrolier sur la base des investissements étrangers est devenu la priorité du gouvernement afin d’assurer une rente autonome, acquise au début des années 2000. Le président Noursoultan Nazarbaïev avait même déclaré à l’époque que les besoins en investissements étaient si importants qu’ils nécessitaient des ressources qui n’étaient pas disponibles « même dans les pays les plus développés »((3)).

Le 29 janvier 2014, il approuva le concept de politique étrangère pour la période 2014-2020. Selon le ministre des Affaires étrangères Erlan Idrissov, le but de ce texte est de réaffirmer des « priorités traditionnelles » – comprendre la politique multi-vectorielle et l’équilibre entre les alliés – en l’adaptant aux développements internationaux((4)). La politique étrangère multi-vectorielle a été définie par le président Nazarbaïev comme une politique équilibrée ayant pour base le développement de « relations amicales et prévisibles avec tous les Etats » tout en jouant un « rôle important dans les affaires mondiales »((5)).

Dès les années 1990, Astana a su utiliser la Chine à son avantage par l’intermédiaire de la promotion de son industrie hydrocarbure auprès de Beijing : la Chine est aujourd’hui le plus grand producteur de pétrole étranger au Kazakhstan((6)). Au-delà des aspects énergétiques, les deux états entretiennent des relations stratégiques dans les domaines politiques, militaires et économiques, bilatérales ou par le biais de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), plateforme multilatérale de promotion régionale des intérêts chinois. La montée en puissance de la Chine dans la région centrasiatique est toutefois regardée avec circonspection et prudence : la « question chinoise » risque de devenir un enjeu de souveraineté majeur pour le Kazakhstan dans les années à venir((7)).

En parallèle, le Kazakhstan a toujours été un proche partenaire de la Russie aussi bien d’un point de vue bilatéral qu’au travers des différentes structures régionales promues par Moscou. Non par suivisme mais par pragmatisme, il mène une politique d’équilibre constant avec la Russie, menant au final à une autonomie diplomatique déguisée : lors de la crise en Ukraine, le Kazakhstan était le premier état à reconnaitre l’indépendance de la Crimée mi-mars 2014. Mais, quelques jours plus tard, le Kazakhstan s’abstenait de voter la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies relative à l’intégrité territoriale de l’Ukraine et l’invalidation du référendum d’autodétermination en Crimée – les bons élèves, l’Arménie et la Biélorussie, s’étaient quant à eux opposés à la résolution. Autre signe d’inconfort, le Kazakhstan s’est engagé à soutenir le projet d’union douanière et d’espace économique commun visant à mettre en place l’Union eurasienne, projet phare du président  Poutine depuis 2010((8)). Sa politisation récente (entrée de l’Arménie, crise en Ukraine, ouverture vers le Kirghizstan et le Tadjikistan) réduit les marges du manoeuvre du pouvoir kazakhstanais. Au risque de se retrouver dans une situation intenable, le Kazakhstan tente aujourd’hui de freiner, en sous-main, l’élargissement et l’approfondissement de l’Union eurasienne.

La politique multi-vectorielle du Kazakhstan s’attache également à étendre ses liens avec les Etats-Unis depuis les années 2000 : Astana avait en effet profité de l’intervention américaine en Afghanistan pour fournir aux troupes de l’ISAF une assistance logistique sans participer directement à l’intervention militaire. Le pays avait obtenu en retour des investissements américains dans le secteur énergétique kazakhstanais. De plus, Astana considère la coopération avec l’OTAN comme un facteur important de stabilité stratégique – ne serait-ce que pour montrer à Moscou qu’un contrepoids est possible. Ainsi, les troupes kazakhstanaises coopèrent avec l’Alliance atlantique en matière d’interopérabilité et d’amélioration des capacités pour les forces aéromobiles, et notamment dans le cadre du bataillon KAZBAT((9)) qui a participé à certaines missions de maintien de la paix en Iraq.

Par volonté de désenclavement et d’équilibre, le Kazakhstan entretient depuis quelques années des contacts diplomatiques accrus avec des partenaires non-traditionnels en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est en y ouvrant des ambassades. Le Kazakhstan se montre également actif près des organisations internationales, en présidant par exemple l’OSCE en 2010 ou en accueillant en 2013 deux réunions de négociation 5+1 avec l’Iran, se positionnant ainsi comme potentiel médiateur.

A l’école du soft power

Le Kazakhstan travaille activement sur sa visibilité et son image médiatique sur la scène internationale par l’intermédiaire d’une campagne de communication autour d’un « pays  nouveau », stable et attractif aussi bien pour les investissements et que le tourisme. La volonté du Kazakhstan de sortir à la fois de l’image post-soviétique des pays en « -stan » centrasiatiques et d’éviter l’assimilation avec les volatils voisins afghans et pakistanais a été récemment illustrée par l’intention du président Nazarbaïev, annoncée en février 2014, de renommer le pays « Kazakh Eli »((10)), ou « pays des Kazakhs ». Le Kazakhstan a déjà l’habitude des changements de noms, par exemple en 1998 lorsque le déménagement de la capitale avait transformé la ville d’Aqmola en Astana.

Reste à savoir si le soft power du Kazakhstan sera suffisamment attractif sur le long terme. En cela, Astana mise sur l’organisation de l’Exposition internationale de 2017 pour promouvoir sa stratégie de développement et sa volonté de rayonnement international.

La capitale du Kazakhstan Astana accueillera l’Exposition internationale de 2017, sur le thème « Développer l’énergie du futur : nouveaux type d’énergie » et de la ville durable, du 10 juin au 10 septembre 2017. Au travers de l’organisation de l’Expo 2017 à Astana, au cours de laquelle plus cinq millions de visiteurs sont attendus, le Kazakhstan cherche à se placer au centre des évènements internationaux.

L’organisation de l’Expo 2017 s’inscrit dans un triple axe stratégique dictant les grandes orientations de l’Etat kazakhstanais en matière d’énergie verte.

Le premier est directement ancré dans la stratégie de développement national « Kazakhstan 2050 » du président Nazarbaïev définie en 2012. Pour ce faire, le Kazakhstan mise sur la recherche et développement en matière d’énergies du futur, la transition vers l’économie verte ainsi que la maîtrise d’une meilleure efficacité énergétique en cherchant à réduire de moitié du PIB national la part de la consommation énergétique fossile d’ici 2050.

La seconde stratégie s’inscrit dans le cadre de la signature le 29 août 2013 du code énergétique kazakhstanais, le « Energy Efficiency 2020 ». Initié par la première stratégie de transition énergétique datant de 2009, ce code a pour objectif de réduire la consommation énergétique nationale de 10 % d’ici 2015 puis 30 % d’ici 2020 et jusqu’à 50 % d’ici 2050. En parallèle, il s’agira d’augmenter de 10 % les énergies renouvelables dans le mix énergétique national, contre moins d’1 % aujourd’hui. Plus de cinq milliards de dollars ont pour l’instant été attribués à la réalisation de ces projets d’économie d’énergie et visant à l’installation de plus de 3 000 standards énergétiques dans le secteur industriel et les habitations. Cette action s’inscrit en lien avec la holding d’Etat Samruk Kazyna, l’université Nazarbaïev pour la recherche technologique ainsi que les principaux groupes industriels du Kazakhstan.

La troisième stratégie renvoie au Green Bridge Interregional Partnership Program, un programme de développement durable lancé en février 2012 à Astana au cours de la conférence des Nations unies sur le développement durable Rio+2014. L’initiative avait été proposée par le président Nazarbaïev en septembre 2011 dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies dans le but de « maintenir la croissance dans les marchés émergents pour sortir de la crise ». Ce programme, qui compte 95 pays, a pour objectif  la transition vers l’économie verte et la protection de l’environnement par le biais de mécanismes légaux, institutionnels et économiques.

Le déroulement de l’Expo 2017

Le pavillon kazakhstanais, une sphère translucide de 80 mètres de diamètre, accueillera également le centre des expositions de 25 hectares à partir du plan conçu par le cabinet d’architectes américains Adrian Smith + Gordon Gill Architecture et sera financé sur fonds publics. Le thème « énergie du futur » retenue pour l’Expo s’articulera autour de quatre pavillons thématiques au sein du pavillon national : énergie décarbonnée, efficacité énergétique, énergie accessible à tous et mode de vie du futur.

Quant au village de l’Expo, surnommé « Green District », il sera conçu par un consortium composé de la société kazakhstanaise BI Group, le cabinet d’ architecture britannique AE DASAS et le bureau d’études et de conseil en ingénierie américain AE COM. De plus, le projet « Smart Astana », soutenu par la holding d’Etat Samruk Kazyna, apportera des solutions innovantes pour le concept de ville durable et de « smart grid ». Enfin, un Institut de l’énergie sera créé en partenariat avec l’université Nazarbaïev, c’est notamment dans le cadre du programme « Energy Efficiency 2020 ». Aussi, plusieurs autres projets hôteliers (Welcome to Astana !) et de transports seront lancés dans les mois à venir.

Créée en janvier 2013, la société publique Astana EXPO-2017, est en charge de la préparation, la promotion, l’organisation et le déroulement de l’Expo. Elle a reçu une enveloppe conséquente d’un milliard de dollars, pour un cout total estimé à plus d’ 1,5 milliards de dollars((11)).

La construction des premiers éléments a débuté fin avril 2014 – à grand renfort d’anciens prisonniers((12)) – et devrait s’achever d’ ici décembre 2016 afin de laisser la place à l’érection des pavillons étrangers des différents participants à l’Expo. S’étendant sur un total de 174 hectares, le site retenu pour accueillir l’Expo sera situé en face de l’université Nazarbaïev, dans le sud d’Astana, et sera placé dans la zone économique spéciale de la capitale du très influent maire Imangali Tasmagambetov afin d’y attirer les investissements.

Conclusion

L’organisation de l’Expo 2017 s’inscrit parfaitement dans le cadre de la politique étrangère multi-vectorielle du Kazakhstan et sa volonté d’autonomie stratégique face à la Russie et à la Chine. La démonstration de soft power induite par l’Expo permettra ainsi à Astana de prouver ses capacités de rayonnement et d’influence non plus seulement régionale mais mondiale. Le vecteur de politique étrangère retenu est, pour l’occasion, la promotion des énergies du futur. Cette logique répond d’autant plus à l’impératif du Kazakhstan de diversifier ses approvisionnements énergétiques, et ce notamment au regard des contraintes environnementales qu’affronte toute la région Asie centrale – raréfaction de l’eau et conflits autour de son contrôle, inefficacité énergétique issue de l’époque soviétique, etc. La nécessité de développer les énergies vertes permet par là-même à Astana d’augmenter son efficacité énergétique et de réduire sa consommation d’eau, enjeu de souveraineté et source de conflits interétatiques dans la région.

Le Kazakhstan justifie au final cette « révolution verte » comme une volonté de projeter ses pratiques énergétiques sur le temps long, et ainsi de miser sur le fameux « après pétrole ». Reste à savoir si, plus qu’un simple effet d’annonce médiatique, la fibre verte est réellement ancrée dans les consciences nationales. La protection environnementale devra nécessairement passer par une phase d’apprentissage et d’éducation que le gouvernement devra organiser au-delà du simple cadre de l’Expo 2017.

Puissance pour l’instant stable, le Kazakhstan aura toutefois à gérer une phase de transition politique au départ du « père » de la nation, le président Nazarbaïev. Quels que soient les enjeux de la succession politique interne, le Kazakhstan devra impérativement continuer cette marche en avant amorcée il y a peu afin de s’assurer une indépendance tant stratégique que civilisationnelle.

  1. Conseil européen des affaires étrangères, « La politique étrangère du Kazakhstan : s’ouvrir à l’extérieur et aller de l’avant », Juin 2014. []
  2. D. Men, B-s. Chun, S. Myong, « Modern Kazakhstan in Global World after independence », International Journal of Social, Management, Economics and Business Engineering, 7:3, 2013. []
  3. Y. N. Bastas, The foreign Policy of Kazakhstan. An analysis of Kazakhstan’s multi-vector policy, Oslo University, 2013. []
  4. 4. R. Weitz, « President Nazarbayev Discusses Kazakhstan’s Foreign Policy Priorities », Eurasia Daily Monitor, 11:30, The Jamestown Foundation, 2014. []
  5. Discours du président de la République du Kazakhstan, N.Nazarbayev “Strategy Kazakhstan-2050: new political course of the established state”, 14 décembre 2012. []
  6. Conseil européen des affaires étrangères, 2014, op. cit. []
  7. M. Laruelle et S. Peyrouse, China as a Neighbor: Central Asian Perspectives and Strategies, Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program, 2009. []
  8. R. Weitz, op. cit. []
  9. http://www.kazakhstanembassy.be/relations/with-nato []
  10. http://www.economist.com/news/asia/21597006-president-wants-change-what-country-called-dont-call-me-stan []
  11. http://en.tengrinews.kz/finance/EXPO-2017-will-cost-Kazakhstan-15-billion-8361/ []
  12. http://en.tengrinews.kz/strange_news/Former-convicts-to-build-EXPO-2017-facilities-in-Kazakhstan-253965/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *