Géopolitique de l’Irak

Géopolitique de l’Irak, Diplomatie, février mars 2014, Grand dossier n° 19, 10,95 €.

Le CAPRI, en collaboration avec le magazine DIPLOMATIE, a publié en janvier 2014 un numéro spécial consacré à la géopolitique de l’Irak. Les analyses développées font le tour des grandes questions liées à la reconstruction de l’Irak : sa diversité culturelle, sa vie politique, son économie et son pétrole, ses marges de manœuvre géopolitiques et ses instruments d’action stratégique.

Numéro réalisé sous la direction de Saïda Bédar (CAPRI) et Hosham Dawod (CNRS), sous la direction scientifique de l’Observatoire de l’Irak et du Moyen-Orient du CAPRI, et avec la participation de Raid Fahmi (économiste, ancien ministre des Sciences et Technologies en Irak), S.E.M. Fareed Yasseen (ambassadeur d’Irak en France), Jean Marcou (directeur des relations internationales de Sciences Po Grenoble), Dlovan Barwari et Salam Jihad (journalistes d’investigation irakiens).

La prise de Fallouja et d’une partie de Ramadi par des insurgés sunnites et l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), début janvier 2014, a été un choc, mais pas complètement une surprise. Le déversement du conflit syrien sur le sol irakien et la montée en puissance du mouvement djihadiste « qaïdiste » irakien (pas forcément aux ordres de Zawahiri), sont une réalité depuis début 2012. L’EIIL est parvenu à se territorialiser dans l’espace de la Jazira élargie (qui part de l’espace transfrontalier avec la Syrie, inclut Al-Anbar, et une partie de Ninive jusqu’à Mossoul), cela en établissant une infrastructure de relais logistiques, et en opérant avec l’aide de certaines tribus qui n’ont jamais accepté ni les autorités locales, ni le pouvoir de Bagdad. Probablement les forces de sécurité irakiennes, assistées par des tribus opposées à Al-Qaïda et la coalition internationale menée par les États-Unis, parviendront-elles à déloger l’EIIL de Fallouja et Ramadi. Mais tant que les sources de l’insurrection ne seront pas taries, notamment par le biais de réponses politiques et socioéconomiques, le risque du chaos créé par la récurrence des assauts djihadistes demeurera. Dans les faits, la menace djihadiste ne constitue qu’un risque parmi d’autres pour l’État irakien, qui se trouve en phase de reconstruction, après plus de trois décennies de dictature, de guerres, et d’embargo, mais aussi dans une période de transition sociohistorique.

La position centrale de l’Irak, entre le Levant, la péninsule Arabique et le golfe Arabo-Persique, et sa richesse pétrolière, lui confèrent, encore pour plusieurs décennies, un statut de pivot dans la région et de segment majeur sur le marché de l’énergie. Pourtant, on constate, avec étonnement, le recul de la France en Irak. Certes, la France ne peut pas éternellement capitaliser les dividendes de sa « politique arabe » passée. Mais sans doute peut-elle la réinventer, notamment au sein de l’Union européenne. Le partenariat UE-Irak, à peine naissant – sa première réunion a eu lieu le 20 janvier 2014 –, est un processus institutionnellement mené par l’Italie et la Suède, alors que l’assistance financière provient en grande partie de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne. La France brille par son absence…

Texte du CAPRI.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *