La nouvelle donne géostratégique

La nouvelle donne géostratégique, NAQD, N° 31, 2014/1, 282 p., ISSN : 1111-4371

La Revue NAQD d’études et de critique sociale est une publication bilingue (français-arabe) qui paraît en Algérie (tirée à 2000 exemplaires). Les contributions sont des études portant sur les problèmes de société vécus dans la région du Maghreb et du Moyen-Orient mais aussi dans le Sud global, comme le montre sa récente contribution sur la nouvelle donne géostratégique. La tonalité engagée du numéro tranche avec les analyses les plus courantes. Sommaire

Daho Djerbal,  Présentation, pp. 5 à 14, Version PDF

Approches géopolitiques

Alain Joxe, Le bout du rouleau et la démocratie, pp. 15 à 31. Résumé : Hypothèse : l’exploitation, comme un marché global d’addictions, des besoins élémentaires de survie, naguère placés sous le contrôle modérateur d’un État plus ou moins « protecteur » (même si c’est au sens ambigu de la protection offerte par les souteneurs aux prostituées), mène à des catastrophes globales. Les marchandisations globalisées de l’alimentation, de l’habitat, de l’éducation, de l’emploi, mènent pour des raisons spéculatives à multiplier les famines, les sans abris, les illettrés, les délocalisations et/ou le chômage et la fuite de familles entières sur des lignes d’émigration clandestine. Par destruction de la sécurisation du temps long des vies humaines, la version spéculative de la marchandisation des services engendre des psychopathologies de masse, et prépare activement les conditions d’émergence d’une guerre globale, pulvérisée en versions locales « démocidaires » sur l’ensemble des sociétés. Cette « guerre » se chargerait de maîtriser la révolte des différents niveaux d’esclavages, confédérés dans la globalisation.

Cette représentation de l’avenir est d’ores et déjà assez claire, pour un certain nombre de mouvements d’opinion, écologistes, communautaristes, socialistes ou religieux, pour qu’il soit possible d’imaginer que le néolibéralisme ne pourra jamais plus aboutir à cette forme finale : l’addiction globale et la répression globale accompagnant un fascisme prédateur par l’usure, l’endettement sans monnaie concrète et sans limite et détruisant nécessairement l’environnement.

Georges Corm, Religion et géopolitique : une relation perverse, pp. 33 à 51. Résumé : Nous entendons par géopolitique la description et l’analyse des diverses actions traduisant le désir d’un État ou d’un système de gouvernement de projeter et d’étendre sa puissance dans l’ordre international, à commencer par ses voisins directs, puis en seconde étape par l’affirmation d’une influence croissante sur les autres parties du monde. La puissance peut se définir ici par la satisfaction d’intérêts matériels, tels que l’imposition d’un commerce inégal, l’exploitation directe ou indirecte des richesses matérielles des autres nations, mais aussi de leurs ressources humaines. Pour parvenir à cette satisfaction, l’État puissant doit aussi imposer sa contrainte politique, voire militaire, sur les autres États qu’il parvient à faire entrer dans son aire d’influence et de domination. Dans cette recherche de puissance, il est fort utile d’instrumentaliser les religions et rares sont les États puissants qui s’en sont privés. En effet, la création d’affinités religieuses transnationales, ainsi que l’établissement de centres de pouvoir religieux soumis à une hiérarchie, officielle ou diffuse et indirecte, dont le centre se trouve au sein de l’État dominant, sont des instruments privilégiés de puissance. A noter la partie de l’article intitulée « Les cinq grands événements qui ont battu en brèche le triomphe de la vision laïque du monde » : Le succès du wahhabisme saoudien en islam ; la sécession des musulmans de l’Inde ; le sionisme et la création de l’État d’Israël ; la création de l’Organisation de la conférence islamique ; La révolution religieuse iranienne : un malentendu géopolitique majeur

Tewfik Hamel, De la « Long War » à l’« Asia-Pacific Pivot », Vers la non centralité de la guerre irrégulière ?, pp. 53 à 81. Résumé : La fin de la guerre froide a contribué au désarroi et à la confusion. Dans le débat en cours aux États-Unis sur la nature du monde émergent, un thème commun était que la pierre de touche du concept de la sécurité nationale est révolue. Admettant la difficulté à trouver un thème stratégique fédérateur, les dirigeants américains considéraient la nouvelle ère avec un mélange de choc, de bonheur et une profonde inquiétude. Étant donné la militarisation croissante de leur engagement international, peu de questions étaient plus importantes que les missions et rôles des forces militaires dans ce débat. Pour l’armée américaine, la question-clé était : Que faites-vous lorsque vous avez perdu votre meilleur ennemi ? Le problème le plus difficile était intellectuel vu que les militaires américains avaient perdu leur cadre commun pour le débat. L’ancien paradigme de la défense a largement été discrédité. Et en l’absence d’un modèle global à travers lequel l’armée pouvait voir le monde, l’encadrement de l’environnement stratégique représente un immense défi. Le débat fait rage sur la question.

Proche et Moyen-Orient

Gérard Chaliand, Les jeux de l’échiquier au Proche et Moyen-Orient, Un état des lieux, pp. 83 à 93. Résumé : On vivait, à l’échelle médiatique, entre 2001 et 2008, au rythme d’une Amérique ayant déclaré une « guerre globale contre le terrorisme ». Les succès du terrorisme, à proprement parler, en Occident au cours des années qui ont suivi les attentats du 11 Septembre sont quoi qu’on dise très limités. On est loin des perspectives apocalyptiques annoncées par Oussama Ben Laden il y a une douzaine d’années. Nuisance coûteuse, le terrorisme international reste un phénomène surtout psychologique dont les médias garantissent le retentissement démesuré par rapport à ses effets physiques.

Le statu quo mondial a été modifié, non par le terrorisme, ni même par les conséquences des guerres d’Irak et d’Afghanistan, mais par la montée en puissance économique de la Chine, de l’Inde et des autres réémergeants asiatiques, ainsi que du Brésil. En revanche, les échecs dans les guerres irrégulières menées en Irak et en Afghanistan montrent que l’opinion publique occidentale ne supporte plus les pertes au combat de militaires professionnels. La leçon n’échappe pas aux adversaires qui sont prêts à payer le prix pour infliger ces pertes. Les deux guerres d’Irak et d’Afghanistan – le retrait de cette dernière est pour fin 2014 –, ont coûté cher aux États-Unis sur le plan financier comme en prestige.

Saïda Bédar, La stratégie des États-Unis en Irak et dans la région du Golfe, pp. 95 à 111. Résumé : L’objectif du maintien d’une position d’influence et de puissance dans la région du Golfe arabo-persique implique des constantes historiques dans la stratégie américaine. En effet, que ce soit dans un contexte d’endiguement de l’autre superpuissance du temps de la guerre froide, ou dans le contexte actuel de la préemption de la montée en puissance des acteurs émergents ou du retour des Russes, les États-Unis ont toujours cherché à limiter les facteurs « anti-accès ». Le rôle matriciel de la lutte contre de ce qui pourrait limiter, voire interdire, l’accès des acteurs américains dans la région détermine le déploiement des voies et moyens : les opérations et la présence militaires, le positionnement des moyens ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) ; les stratégies d’ingénierie sociale et politique, sur le terrain ; ou encore les projets de réformes dans l’espace « Grand Moyen-Orient ». L’Irak est le cas le plus abouti de la stratégie régionale des États-Unis et permet de comprendre comment se déclinent les modes de cette stratégie.

Maghreb – Sahara – Sahel

Salim Chena, L’État dans les relations transnationales, Le cas de l’espace saharo-sahélien, pp. 113 à 132. Résumé : Depuis plusieurs décennies, le paradigme transnationaliste insiste sur l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles problématiques dans la politique, l’économie et la société internationales. Il décrit ainsi, en creux, un affaiblissement de l’État, et plus particulièrement de l’État-nation, des formes de sa souveraineté, de sa puissance et de son économie symbolique. Cependant, plutôt qu’un « abâtardissement » de la forme étatique, il convient d’interroger les ressources par lesquelles celle-ci tend à rester « maître du jeu ». L’espace saharo-sahélien, défini géographiquement ici par le Maghreb du sud et le Sahel, offre un cas d’étude exemplaire de ces problématiques. Cet espace qui semble échapper à toute souveraineté inconditionnelle est parcouru par des formes spécifiques de re-territorialisation. Celles-ci s’appuient sur des luttes symboliques autour de sa définition, sur des conflits entre groupes armés, États et populations et sur des enjeux liés aux économies criminelles et/ou informelles.

Bernard Genet, Nouvelle approche de la géostratégie africaine, pp. 133 à 142. Résumé : L’arrivée au pouvoir des néoconservateurs en 2001 aux USA va donner une dimension nouvelle à la politique de contrôle étroit du continent africain. Après avoir déclaré la guerre au terrorisme au moyen et Proche-Orient, les États-Unis vont se mettre à le combattre sur le continent africain. Depuis 2001 les États-Unis ont mis en œuvre une stratégie militaro-économique sous le couvert de la lutte antiterroriste. Les décisions sont claires et les initiatives se succèdent rapidement : Trans-sahel-initiative, Transsaharian-counter-terrorism partnership, AFRICOM. Mais elles se concentrent sur une seule partie du continent : en gros de la Méditerranée au Golfe de Guinée du Nord au Sud, et du Maroc à Djibouti d’Ouest en Est.

L’action d’AFRICOM axée sur l’articulation des politiques d’« aide », des politiques militaires et sur la formation des personnels militaires africains (principalement dans la zone sahélienne) est tout autant la politique du premier marchand d’armes du monde qui habitue les armées africaines à s’équiper aux États-Unis que celle d’une puissance exerçant un véritable leadership politique.

Manlio Dinucci, L’art de la guerre, Le dépeçage de la Libye, pp. 143 à 151. Résumé : Un des effets des armes de distraction de masse (les médias) est d’effacer la mémoire de faits même récents, en en faisant perdre la trace. Ainsi, est passé sous silence le fait que, le 19 mars 2011, commençait le bombardement aéronaval de la Libye, formellement « pour protéger les civils ». Après avoir démoli l’État libyen avec 10 000 attaques aériennes et des forces spéciales infiltrées, l’Otan concluait l’opération « Protecteur Unifié » en éliminant Kadhafi lui-même par la main des services secrets. Mais la guerre ne se terminant pas avec cela. Les fractures dans lesquelles on avait fiché, depuis l’étranger, le coin pour dégonder l’État libyen, se sont élargies et ramifiées.

Les Usa disposent ainsi en Libye de leurs propres bases militaires, qui serviront à des opérations non seulement en territoire libyen, mais dans d’autres parties du continent et au Moyen-Orient. En troisième lieu, les Usa disposeront d’un instrument de pouvoir non seulement militaire, mais politique et économique, qui leur garantira l’accès privilégié au pétrole libyen.

André Bourgeot, Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger), pp. 153 à 192. Résumé : L’OCRS apparaît très rapidement comme une institution à caractère politique. L’évolution de la guerre d’Algérie devait finalement limiter son action aux deux seuls départements sahariens de la Saoura et des Oasis. Elle disparut en 1962, suite à la proclamation de l’indépendance algérienne après huit années de guerre. L’OCRS confirme que le général Bugeaud avait, en son temps, et du point de vue colonial, correctement envisagé le rôle stratégique du Sahara qu’il considérait comme « la sécurité de l’Algérie ».

Il apparaît au fil de cette étude que si la géographie n’est pas en mesure de circonscrire précisément le Sahara, c’est le politique et les politiques nationale et internationale qui lui donneront des frontières, artificielles bien sûr. Le Sahara, comme tous les autres déserts, se définit par rapport à ses marges. Envisagée comme la plaque tournante de l’Afrique francophone, les exemples avancés et les événements historiques décrits dans cet article tendent à montrer que le Sahara est avant tout un espace géostratégique, lieu d’enjeux politiques et économiques (« plan de Foucauld », OCRS, constitution récente des États sahariens impulsée par le colonel Kadhafi). Le Sahara, centre périphérique des enjeux politiques ou périphérie du centre stratégique est ambivalent et complexe. Espace hors ou sans frontière, ce sont aussi de vastes étendues vides peuplées de génies (les djinns) [On peut dire de « forces spéciales » grimées aux couleurs et aux accents des lieux (NDLR) ] de derricks, de dunes, de cailloux, de nomades et de sédentaires : le Sahara se franchit mais il ne se laisse pas domestiquer pour autant.

Raphaël Granvaud, De l’armée coloniale à l’armée néo-coloniale : (1960-1990), pp. 193 à 221. Résumé : L’armée française est l’un des principaux instruments au service d’une politique qui vise au maintien de l’ordre néocolonial mis en place à partir des années 1960. Elle assure la défense et la protection des pays et des dirigeants vassalisés de la France, et symétriquement réprime les mouvements ou déstabilise les régimes qui s’opposent aux intérêts de l’ex-métropole. Ces intérêts, hérités de la période coloniale, sont d’abord économiques à commencer par ceux qui assurent l’indépendance énergétique de la France (uranium, pétrole ou gaz obtenus à bas prix).

Il s’agit aussi de garder dans l’orbite française un certain nombre d’États clients, qui contribuent à lui conférer sur la scène internationale le statut d’une grande puissance, héritage de la période coloniale.

Les objectifs officiels des interventions militaires françaises en Afrique ne correspondent pas souvent aux objectifs réellement poursuivis dans l’ombre. Du point de vue de la théorie militaire officielle, deux types d’actions non conventionnelles peuvent être menées : les opérations spéciales et les actions clandestines. Les premières sont des actions de guerre, menées par des unités militaires spécialisées et parfois secrètes. Les secondes sont exécutées par les services secrets, qui peuvent recourir à des moyens illégaux, et ne sont pas signées. Dans les faits, la frontière entre les deux types d’opération est mouvante, et le recours à des mercenaires sous contrôle brouille les cartes.

Damien Deltenre, Gestion des ressources minérales et conflits au Mali et au Niger, pp. 223 à 246. Résumé : Les ressources minérales représentent des secteurs importants des économies du Mali (or) et du Niger (uranium et pétrole). Dans le contexte incertain qui suit la crise libyenne de 2011 et l’effondrement du Mali début 2012, il convient d’étudier dans quelle mesure les richesses naturelles de ces deux pays possèdent un potentiel de prévention ou d’aggravation des conflits. La gestion des ressources naturelles malienne et nigérienne est examinée au départ d’un cadre analytique centré sur les notions de rentabilité, de diversité, de durabilité et d’équité. Au final, cette étude montre que les ressources minières contribuent à l’aggravation des tensions au Mali tandis qu’elles incitent à la coopération dans le cas du Niger.

Raphaël Granvaud, Interventions militaires françaises en Afrique, Nouvelle donne géopolitique, pp. 247 à 269. Résumé : Afin de faire face à la crise de légitimité de la politique militaire de la France en Afrique, une réorientation apparente est mise en œuvre à partir de la seconde moitié des années 1990. Depuis le début des années 2000, un rapport du Sénat sur « La France et la gestion des crises africaines » fait le point sur la « nouvelle doctrine » en matière de présence et d’interventions militaires françaises en Afrique. C’est dans ce cadre qu’il faut apprécier les « nouvelles conditions d’intervention française [qui] ont été redéfinies selon les axes suivants : développement des capacités africaines, multilatéralisme et orientation régionale plus large ». Il s’agit avant tout de conférer une nouvelle légitimité à la présence militaire française en Afrique.

Manlio Dinucci, Les missionnaires de l’Africom, pp. 271 à 283. Résumé : « L’Amérique a la responsabilité de travailler avec vous comme partenaire », a dit le président Obama dans son discours « historique » du 11 juillet 2009 au Ghana, en garantissant que le Commandement Africa allait avant tout contribuer à « résoudre pacifiquement les conflits ». Et en assurant que « l’Amérique n’essaiera d’imposer aucun système de gouvernement à aucune autre nation », parce que « la vérité essentielle de la démocratie est que chaque nation détermine son propre destin ». Vingt mois plus tard, le 19 mars 2011, l’Africom a lancé l’opération Odissey Dawn, la première phase de la guerre dont le but réel est de renverser le gouvernement de Tripoli pour imposer à la Libye (pays qui a les plus grandes réserves pétrolifères d’Afrique) un gouvernement qui plaise à Washington.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *