Colloque « Renseignement et espionnage durant la Première Guerre mondiale » – 26 novembre 2014

Le renseignement a une histoire, personne n’en doute. Mais cette histoire intéresse-t-elle les services de renseignement ? Les politiques d’archivage, de déclassification, d’accès des pièces aux historiens et scientifiques, n’ont pas la fluidité que l’on trouve dans les pays anglo-saxons. La création d’un service spécialisé, à l’image du service historique des armées, reste une chimère. On peut le regretter, car si l’histoire du renseignement éclaire d’une lumière nouvelle une partie de notre histoire nationale et européenne, elle devrait aussi profiter aux praticiens, qui peuvent trouver dans « leur passé » non seulement les éléments génétiques de leur culture professionnelle, mais aussi matière à réflexion opérationnelle.

L’académie du renseignement, dont le conseil d’administration est présidé par le coordonnateur national du renseignement, crée une rupture positive. Pour la première fois, la communauté du renseignement organise un temps de réflexion sur sa propre histoire. Il a paru intéressant de présenter les lignes générales de ce colloque, dont Hestia Expertise annonçait la tenue dans un post de novembre 2014, et qui donnera lieu, le moment venu, à la publication d’actes.

Les diverses communications ont balayé l’ensemble du spectre : renseignement stratégique, d’intérêt militaire, politique, économique, policier, technique, sans oublier l’action subversive et clandestine, etc. Les multiples facettes du renseignement en temps de guerre – une guerre totale – sont présentées et analysées par les intervenants qui, chacun dans son registre, montrent combien le renseignement oscilla entre tâtonnements et innovation. Certaines anecdotes sont révélatrices (et amusantes) mais, pris dans son ensemble, ce colloque permet de mesurer que, à l’instar de la Seconde Guerre mondiale, on ne saurait écrire l’histoire de la Grande Guerre sans consacrer un chapitre au renseignement. Il faut espérer que cette manifestation scientifique encouragera les historiens à persévérer dans cette voie / PhR.

Les notes qui suivent ont été prises et mises en forme par Arnaud Borremans.

Lors de son propos introductif, M. le préfet Zabulon, coordonnateur national du renseignement, relève que si ce colloque s’inscrit dans les commémorations du centenaire de la Grande Guerre, il a aussi le mérite d’être l’un des rares événements qui mettent en lumière le renseignement. Les services de renseignement jouent un rôle crucial dans la politique française de sécurité globale, en vue d’assurer son autonomie stratégique. Certes, le monde a considérablement changé en un siècle, mais cela rend l’histoire du renseignement d’autant plus indispensable.

Le terrorisme est passé de structures aux ambitions limitées et à l’agenda politique intelligible – GIA dans les années 1990 – à des attaques de grande échelle – 11 septembre 2001 -, puis à une multiplication d’initiatives individuelles, du type « loups solitaires ». De plus, la multiplication des atteintes au patrimoine scientifique et industriel de la France renforce les missions du contre-espionnage. Par ailleurs, il faut prendre en charge la multiplication des fenêtres de vulnérabilité ouvertes par le cyberespace, appelé à se situer au cœur des conflits du futur. Plus largement, il y a une généralisation des conflits asymétriques, avec de grandes puissances impliquées dans des conflits régionaux à portée mondiale – Irak et Syrie avec une contestation des frontières, Israël & Palestine qui alimentent le radicalisme -, qui mettent en scène des acteurs infra-étatiques. Le renseignement est appelé à anticiper la stratégie de mouvances ou de nébuleuses.

Pour comprendre le monde actuel, il faut en connaître l’histoire ; telle était l’ambition de Thucydide. D’abord, la Première Guerre mondiale fut une guerre industrielle, ce qui impliqua pour le renseignement un développement de la TSF et donc de la cryptographie, ou encore des dirigeables. Puis, il y eut la création d’une première commission interministérielle du renseignement par Léon Blum, ce qui constitua un embryon inédit bien qu’encore timide de « communauté du renseignement ». Plusieurs évolution importantes ont suivi : le BCRA, la réactivation de la commission interministérielle par le Premier ministre Michel Rocard, la création du Conseil National du Renseignement (CNR), en 2008/2009, et, plus récemment encore, la Loi de Programmation Militaire de décembre 2013 qui a renforcé les pouvoirs de la Délégation parlementaire au renseignement, créée en 2007, enfin l’importante réforme du renseignement intérieur avec la DGSI créée en 2014.

Le renseignement français a donc beaucoup changé en un siècle, ce qui appelle à s’interroger sur la situation durant la Grande Guerre. Marc Bloch rappelait que la méconnaissance du passé compromettait l’action même dans le présent. Il y donc un vrai intérêt au travail de mise en perspective du travail des SR par l’Académie du renseignement.

Dans son allocution d’ouverture, Christopher Andrews, présente quatre points saillants.

1)    Le renseignement durant la Première Guerre mondiale est souvent abordé sous l’angle de l’innovation, et rarement sous celui de l’oubli : or, les stratèges de l’époque avaient oublié l’intérêt de la cryptographie. En 1914, personne ne se souvenait de Rossignol, cryptographe particulier de Richelieu et de Louis XIII , ou de celui de Wellington, Georges Scovell, qui avait, dès le début du XIXème siècle, décrypté le « grand chiffre de Napoléon ». Aux Etats-Unis, Woodrow Wilson était « ignare » en renseignement, ce qui contrastait avec George Washington. Cette redécouverte du renseignement fut donc rude pour tous les protagonistes, à des degrés divers.

2)    Il y a eu aussi l’innovation technique qui forgea le renseignement moderne durant ce conflit. Cela se manifesta par le développement de la censure postale au Royaume-Uni, l’augmentation prodigieuse des effectifs des sapeurs-télégraphistes sur le front, la multiplication des interceptions de la TSF grâce à la propension des chefs militaires à communiquer en clair car le cryptage était une corvée – cela fut notamment décisif dans la bataille de Tannenberg en août 1914.

3)    Le renseignement fut à l’origine de la Special Relationship, en raison du souci des SR britanniques de faciliter l’entrée en guerre des Etats-Unis. Le Général House, le conseiller militaire du Président Wilson fut ainsi approché, ce qui permit de lui communiquer le télégramme Zimmerman en 1917. Plus indirectement, le responsable du renseignement naval Franklin D. Roosevelt fut aussi un interlocuteur privilégié des SR britanniques, même si ses interlocuteurs britanniques abusaient de sa naïveté en exagérant l’importance du renseignement humain. Ils ne voulaient pas que l’importance du renseignement technique dans leurs sources apparaisse, afin que les Américains ne soupçonnent pas que leurs communications aussi puissent être interceptées par la Room 40 britannique.

4)    Ce fut la Russie qui subit la plus grande réforme du renseignement à l’occasion de la Grande Guerre, en raison de la révolution bolchévique. Là aussi, l’improvisation fut la règle ; Lénine et Staline s’occupèrent personnellement de la gestion et des opérations de la Tchéka, créée en décembre 1917. Cela amena des initiatives farfelues ou naïves ainsi que de nombreuses bévues. Cela explique la méfiance maladive de Staline envers les services. Il ne fera confiance qu’à Dzerzinski qui, dans ce contexte de chaos et d’amateurisme, fait figure de seul professionnel du renseignement : il reste le « saint père » des SR russes actuels.

1ère table ronde : structures et acteurs

Olivier Forcade montre que, à la suite à la bataille de la Marne, les accusations sur les responsables de la surprise stratégique qu’avait constituée l’avancée allemande portèrent notamment sur le 2ème Bureau. Il lui fut essentiellement reproché de trop perdre de temps à recouper ses informations, avant de se décider à en communiquer les résultats aux chefs militaires. Cela imposa une remise en question des services, déjà pénalisés par l’image négative issue de l’affaire Dreyfus et par la paranoïa de l’Action Française sur les supposés messages codés des Allemands dans certaines publicités. A plus forte raison, ces services ne constituaient pas une communauté unifiée, en raison des divisions profondes entre les organisations de l’Intérieur, de la Guerre et du Quai d’Orsay.

Fondamentalement, il n’y a pas de planification stratégique du renseignement ; cela explique toutes les surprises majeures antérieures, dont l’attentat de Sarajevo. La notion de renseignement stratégique ne viendra qu’ultérieurement. A l’époque, le renseignement humain assura une continuité entre le front et les territoires occupés, notamment avec des réseaux de réfugiés alsaciens et belges.

La Première Guerre mondiale fut une guerre totale, dont la dimension de « guerre économique » fut une première. Pour le renseignement, cela impliqua la focalisation sur les interceptions électroniques portant sur les sujets économique et financier, notamment afin d’arrêter les trafics des neutres en faveur des empires centraux. C’est dans ce cadre de « guerre économique » que la coopération interalliée du renseignement eut lieu, avec un bureau d’échange créé en janvier 1915 qui visait à partager les listes de suspects concernant le contournement du blocus.

Cette guerre marqua aussi l’intégration par les dirigeants du renseignement dans leur stratégie. Joffre  intègre le renseignement technique graduellement dans ses plans. Il fallut d’abord surmonter l’intérêt maladif pour le renseignement brut, suite au passage à la guerre défensive. En parallèle, la guerre de l’information devint cruciale, surtout du fait des Britanniques et des Allemands avec la fabrique de fausses « bonnes nouvelles » à destination des neutres et de l’opinion publique.

Pour synthétiser, la Grande Guerre marqua l’intérêt des armées pour le renseignement technique. Une doctrine d’emploi du renseignement fut établie et généralisée. Cependant, le  renseignement se maintient à une place marginale et traditionnelle du renseignement, envers et contre tout.

Michael Bourlet  retrace la constitution du 5ème Bureau (qui fit l’objet de sa thèse à Paris IV). Ce bureau de renseignement fut créé le 2 décembre 1915, pour permettre au ministre de se renseigner indépendamment du 2ème Bureau tenu par les militaires, alors que les tensions montaient entre ces derniers et les responsables politiques. Or, ce bureau dédié essentiellement à la collaboration interalliée fut marqué par un recrutement particulier et adapté.

A partir des archives de 1916, il en ressort que le 5ème Bureau ne comprenait que 20% d’officiers contre presque 100% dans le 2ème. Ils étaient surtout jeunes – moins de 40 ans -, nombre d’entre eux étaient des réservistes, des officiers subalternes et d’Etat-major, et tous exerçaient une profession salariée en 1914. 68% viennent des Grandes Ecoles et le reste de l’Université, tous les réservistes parmi eux sont agrégés, en langues essentiellement, avec beaucoup de normaliens, quelques juristes et scientifiques, un économiste et même quelques anciens des Beaux-Arts !

Dans leur recrutement, la méthode de travail primait plus encore que les connaissances, ce qui explique cette préférence pour les agrégés, les haut-fonctionnaires, les juristes et les cadres dirigeants d’entreprise. Tous avaient voyagé et chacun maîtrisait en moyenne deux langues étrangères, souvent l’anglais et l’allemand mais aussi des langues rares.

Tous avaient servi au début de 1914 (plus de la moitié y a été blessée et 1/3 est devenu inapte au front). Ils ont été recrutés après une enquête minutieuse, selon plusieurs filières : les Grandes Ecoles (certaines ont même fait du recrutement direct comme l’ENS), les démarches individuelles ou le recrutement direct (Emile Durkheim fut ainsi recruté directement par le chef du Bureau lui-même).

Ce service n’avait pas pour vocation la collecte de renseignement, seulement 8% de ses membres faisaient du traitement de sources. Ce Bureau ne craignait pas d’innover : la fonction primait sur le grade. Le 5ème Bureau montre comment en 1914 on improvisa un recrutement hautement sélectif, dans la grande tradition du recrutement des élites par le canal des Grandes Ecoles.

Francis Balace retrace comment la Belgique fut durant la Première Guerre mondiale une caricature de l’Etat qui cumula les erreurs en matière de renseignement.

D’abord, elle ne sut pas sur quelle menace concentrer ses capteurs : avant 1914, elle craignait plus une invasion française qu’une invasion allemande car elle anticipait une annexion pure et simple par Paris ! Plus largement, Bruxelles se refusait à recourir à l’espionnage par défiance éthique envers le procédé ; plus encore, c’était une incapacité à admettre l’existence même de l’espionnage comme enjeu. La Belgique n’adopta sa 1ère loi contre l’espionnage que le 4 août 1914 ! Cela explique que les SR français, britanniques et allemands purent agir à leur guise en Belgique, sans même chercher à se cacher sérieusement. La Belgique s’était contentée jusqu’en 1914 d’expulser les espions dénoncés… par la Sûreté française ! En 1913, la Belgique envoya ses premiers attachés de Défense en poste ; ils n’étaient que 3 et celui détaché à Paris était un pro-allemand réactionnaire qui brouilla son pays avec les SR français. Même les réseaux familiaux de la famille royale belge avec les Saxe-Cobourg ne furent pas exploités, alors que certains de leurs parents allemands les avaient prévenus de l’invasion imminente.

Le seul service opérationnel fut un réseau d’alerte à la frontière, constitué de douaniers, de gendarmes et de gardes-chasses, qui naquît malgré des différends interministériels mais qui resta embryonnaire pour cette raison. L’attaché de Défense à Paris aggrava les mauvaises relations avec la France, en cherchant à constituer des réseaux au travers d’associations des expatriés belges.

Plus généralement, les SR belges souffrirent d’une gestion interne et d’un recrutement catastrophiques. Une fonction de coordinateur du renseignement belge fut confiée à un certain Charles Troupier, avec des pouvoirs exorbitants sur tous les SR : ce personnage excentrique fut confondu de collusion avec les Allemands et fusillé le 18 août 1914 !

Une fois la guerre déclenchée, la Belgique s’intéressa moins au renseignement stricto sensu qu’à l’action spéciale, notamment par le sabotage. Un proto-réseau stay-behind fut mis en place mais ce fut un échec cuisant : il était constitué de gendarmes ayant pour consigne de laisser les troupes ennemies les dépasser et de se mettre en civil pour se confondre avec la population. Or, il s’agissait des gendarmes qui officiaient sur place ; ils furent régulièrement dénoncés par des délinquants locaux avec qui ils avaient un contentieux.

La résistance fut le fait de civils, chapeautés par les SR français et britannique. Si les SR belges collaborèrent avec leurs pairs français et britannique juste après l’invasion de leur pays, cela passa essentiellement par une attribution géographique : les Belges eurent pour mission d’assurer le renseignement au Nord de la ligne Namur-Léopold.

Mais, cette collaboration fut mise à mal par un projet du 2ème Bureau français d’alimenter en armes la résistance belge pour créer un contre-feu afin de distraire les Allemands. Les SR belges furent outrés que des civils belges soient ainsi sacrifiés; cela aboutit ultérieurement à une résistance passive envers les SR français et britannique.

2ème table ronde : Innovation technologique et facteur humain

Selon Pascal Griset, l’intérêt de ce colloque est de s’arrêter de se préoccuper de demain, voire d’après-demain pour en revenir aux leçons du passé. En qualité d’historien des sciences et techniques, il craint le cloisonnement disciplinaire qui empêcherait une approche globale.

Il ressort de ses recherches que la Première Guerre mondiale fut la première guerre électronique, avec le premier tube à vide créé en 1906 et généralisé en France à l’initiative du Général Ferrier, avec les lampes TM – Transmissions militaires. Ce fut aussi la 1ère guerre industrielle, avec une mauvaise préparation initiale car la guerre ne fut pensée que pour quelques mois seulement. Cela impliqua une multiplication par 40 de la production initialement prévue. Ce fut aussi une guerre technologique, mais les avantages techniques eurent un impact mineur dans le déroulement du conflit. La recherche de la rupture technologique n’avait alors pas la même importance qu’elle aura plus tard, durant la Seconde Guerre mondiale.

Mais, il y eut en 1914-1918 une mobilisation impressionnante des techniques déjà existantes. Cela donna lieu à des jeux d’initiatives suivies de contre-mesures : les bombardements de zeppelins allemands contre Londres ou Paris constituaient les premiers raids dans la profondeur, mais ils furent assez vite neutralisés par le parasitage de leur trigonométrie par les Britanniques, qui les envoyèrent se perdre loin de leurs cibles.

Agathe Couderec souligne que les chefs de compagnies dépendaient des services des ministères pour le renseignement technique, et donc pour connaître les plans ennemis. Le télégraphe, la TSF, les estafettes, et, dans une moindre mesure, les pigeons-voyageurs étaient des moyens courants de communication ; il y avait un besoin évident de ces moyens de communication avec un front très large.

Les transmissions passèrent progressivement de la défense à l’attaque, l’interception et le décryptage gagnant en efficacité. Entre 1914 et 1915, le SIGINT tâtonne ; en 1916, les techniciens de l’arrière et les opérateurs du front multiplient les succès ; le SIGINT s’impose en 1917-1918. Ce fut le moment où furent identifiées les faiblesses – changement régulier et renforcement des câbles -, plus la tentation d’écouter l’ennemi, sans envoyer d’agents à l’arrière. En décembre 1915, il y a une multiplication des postes d’écoute, avec le Général Morin qui les promeut et en gagne le surnom de « père des postes d’écoute ». Le travail fut facilité par la tentation des chefs de compagnie de communiquer en clair, en raison du temps consommé dans le cryptage – entre une demi-heure et deux heures. Pétain s’intéresse à cet enjeu et demande des carnets simplifiés de cryptage pour la bataille de Verdun.

Il y a une revalorisation du TSF à partir de 1916, avec la développement par Fernot de nouveaux moyens de télécommunications ; il y a ainsi une 1ère expérience de téléphonie sans fil entre la Tour Eiffel et un avion. Cela passe par un développement de la radiogonométrie, qui exige une coopération stratégique entre le 2ème Bureau, le Chiffre et le service technique. Le souci du secret est critique alors, les rapports occultent l’origine technique des informations. En coopération avec les SR terrestre et naval, ces services de SIGINT ont forgé la forme contemporaine de cette technique. Cela fut notamment possible par la prise de conscience des chefs militaires durant la bataille de Verdun.

Olivier Lahaie remarque que, par rapport au SIGINT, l’HUMINT fut le parent pauvre. La Convention de La Haye de 1907 accorde un statut à part à l’ « espion », pour qui l’initiative individuelle est cruciale faute de sécurité juridique. La Grande Guerre fut une époque charnière, avec la cohabitation de vieilles pratiques et des techniques modernes, notamment les innovations en subversion ou en guerre psychologique.

Les invariants demeurent : la mauvaise opinion envers les services, la misogynie au sein des SR, et la quasi-absence de formation spécifique pour les agents français, à la différence de leurs homologues allemands ou anglo-saxons. En 1915, la formation pour les agents en territoire occupé par les Allemands ne dure que 8 jours ; de qualité médiocre, elle est assurée  par des non-spécialistes, tels qu’un agrégé d’allemand !  En 1916, le 2ème Bureau crée des tableaux pour la formation au sabotage, au combat au corps-à-corps et à l’identification de matériels, plus une formation aux Invalides par deux professeurs de la Sorbonne… Un parlementaire se plaint que cela constitue de grosses dépenses pour des résultats médiocres. Cependant quelques évolutions se produisent : le passage de l’espion à l’ « agent de renseignement », avec le souci d’une typologie plus fine pour clarifier les agents et le matériel mis à leur disposition pour leurs missions. Il s’agit d’une tentative de classification scientifique pour améliorer le rendement. Il y a ainsi les espions volontaires – classés en vénaux, rancuniers ou idéologues, patriotes ou exaltés -, plus les involontaires divisés en conscients (car forcés) ou inconscients.

Il y a aussi une classification en agents mobiles ou fixes, dits aussi résidents, ou encore entre agents simples ou doubles. Il y a aussi la sous-catégorie de l’ « agent de pénétration » qui se fait passer pour double afin de se renseigner sur les SR ennemis, mais aussi pour les intoxiquer ; il est aussi qualifié de « contre-espion ». Les SR fabriquent quantité de faux papiers, appareils photo miniaturisés et camouflés, des dispositifs de sabotage ou d’épandage d’épizooties, des systèmes de transmissions.

Marie-Catherine Villatoux présente le renseignement aérien, qui prit une place prépondérante, depuis les notes et croquis du tout début à une industrialisation du recours à la photographie, à partir de la bataille de Champagne, à des fins tactiques ou stratégiques.

L’aéronautique militaire, créée en 1910, privilégie d’abord les « plus légers que l’air », avec  les dirigeables du Commandant Renard. Il y a aussi les ballons sphériques qui furent redécouverts aux premières heures de la guerre car les dirigeables s’avérèrent peu manœuvrables et vulnérables de jour. Le Capitaine Sacouney utilisa aussi des cerfs-volants, vite abandonnés.

Ce travail est complété dès 1915 par des reconnaissances assurées par des aviateurs, selon une conception initiale qui confie cette mission à un aviateur sous-officier et à un observateur officier, pour assurer la reconnaissance stratégique dans la profondeur. Ces missions dangereuses sont vulnérables face au mauvais temps et aux tirs d’artillerie – cela explique l’hécatombe de la bataille du Chemin des Dames en 1917 : le renseignement aérien n’a pas pu être assuré au préalable.

En novembre 1914, le site de Challon-Mondon fut ouvert pour former les pilotes aux missions photographiques, mais l’homologation des appareils photo ne fut arrêtée qu’en 1917. Les aviateurs tactiques n’étaient pas protégés, ils eurent le plus grand nombre de pertes alors qu’ils fournirent les photos les plus opérationnelles. Le jeune polytechnicien Paul Veller eut l’idée brillante de prendre des photos obliques du terrain par des avions de corps d’armées, avec une correction du plan pour refaire les cartes militaires. Il y eut aussi une généralisation des « baraques à Daviau », qui devinrent ensuite de vrais camions pour le développement des photos, qui suivent les équipes aériennes. Pour illustrer cette évolution, il faut rappeler que de 40 000 photos prises en 1914, on est passé à un million en 1918.

Toute la méthodologie d’analyse des photos apparût en 1915, à l’occasion de la bataille de Champagne. Un manuel est distribué en 1916 pour assurer la transmission de ce savoir-faire d’interprétation, ce qui servit dans un second temps à en faire bénéficier les Américains. Paul Veller promut une reconnaissance dans une profondeur de 17 kilomètres dans l’arrière ennemi ; l’exploit ne fut découvert qu’en 1977, suite à une interview de Paul Veller lui-même, qui avait conçu le Bréguet XIV apte à de pareilles reconnaissances. Ce fut une révélation ; faute d’archives, personne ne pensait qu’un avion fût allé aussi loin dans la profondeur stratégique ! En réalité, cet avion révolutionnaire permit la réalisation des grandes offensives alliées de 1918.

3ème table ronde : Du côté des Alliés et de l’ennemi

Pour Taline Ter Minassian  l’espion anglais est une catégorie à part, mythique, comme l’illustre le parcours exceptionnel de Reginald Teague-Jones. Le Grand Jeu s’est poursuivi durant la Grande Guerre, d’abord mezza voce puis avec une vigueur retrouvée suite à la paix séparé de Brest-Litovsk en 1918, contre les bolcheviques dorénavant. RTJ était comparable à Edward Snowden : un jeune, victime d’une certaine condamnation par ses pairs. Sorte d’anti-Lawrence d’Arabie, cet agent opérationnel rata l’essentiel de ses missions.

Sa formation d’agent commença le long de la ligne Durand, où il fut posté pour contrer les tribus afghanes qui avaient rejoint l’appel au jihad lancé contre les Britanniques en 1914. Il y prend la tête de la Frontier Constabulary, formation paramilitaire de police au Waziristan, sur le modèle de la contre-insurrection déjà adopté en Irlande. Il s’agissait de combiner trekking et diplomatie tribale, quitte à régler soi-même des dettes de sang ; en dépit des lacunes documentaires, il semble acquis que RTJ tua à cette occasion. Puis, il fut recruté par le Director Intelligence Bureau, le pendant indien du MI5.

Après l’empire britannique des Indes, le voici appelé en Perse, en proie aux rivalités des puissances, à la révolution constitutionnaliste de 1905, à la monté des revendications du clergé chiite et à l’intérêt de la marine britannique pour les puits de pétrole locaux. Cela a abouti à un partage russo-britannique de la Perse comme protectorat, qui adopte une déclaration de neutralité dans la Grande Guerre. Mais, en 1915, Téhéran a des velléités de rapprochement secret avec l’Allemagne ; l’enjeu amène tous les SR concernés à s’implanter lourdement en Perse. RTJ y est chargé de traquer le principal espion allemand sur place, Wassmuss, qui deviendra à la fois son Némésis et sa principale source d’inspiration.

En effet, Wassmuss parcourt la Perse à cheval, se déguise, et pratique la désinformation au point de mimer l’accent britannique afin de discréditer les SR britanniques en leur attribuant ses méfaits ! Ces pratiques marqueront RTJ, qui les fera siennes par la suite. Néanmoins, il ne parviendra jamais à le capturer. Sans en avoir conscience, RTJ en tirera malgré tout un développement crucial de la guerre ; il trouvera un exemplaire du code allemand, abandonné par Wassmuss. Or, ce code transmis à Londres permettra le décryptage du télégramme Zimmerman, avec les conséquences de la rentrée en guerre des Etats-Unis !

Avec la révolution bolchévique, RTJ est chargé de rentrer en Transcaspie, c’est-à-dire le Turkménistan russe pour une mission pratiquement solitaire, afin de protéger la voie de l’Asie centrale face aux Allemands et aux Turcs, tentés de profiter de la révolution russe pour s’y implanter. L’agent britannique est censé y mener une coalition hétéroclite d’anti-communistes locaux, notamment pour y faire sauter des ponts alors qu’il y en a très peu là-bas. Cela aboutit à une guerre surréaliste du rail. Avec le recul, il paraît surprenant que l’empire britannique ait confié une mission aussi essentielle à un homme seul !

Son destin bascule avec l’exécution des 26 commissaires politiques de la Russie bolchevique à Bakou, en septembre 1918, avec pour arrière-fond l’enjeu de l’accès au pétrole. Avec la distance historique, il apparaît évident que ces commissaires furent sacrifiés par leurs pairs soviétiques, notamment par la « bande des Caucasiens », dont Staline et Mikoyan faisaient partie. Mais, ces derniers parvinrent à répandre la rumeur que l’agent RTJ était le véritable commanditaire de leur mort ; pire encore, ils devinrent des martyrs de la cause communiste, érigés en mythes fondateurs de l’URSS ! Les communistes lancèrent à ce titre un appel universel à tuer RTJ, à tout prix ; il fut alors obligé d’abandonner ses activités d’agent secret et d’adopter une nouvelle identité civile. Ses services de tutelle l’abandonnèrent et il fut limogé en 1922 dans le lot de tous les autres agents devenus inutiles, une fois la Grande Guerre terminée.

Acteur mythique du renseignement britannique, il continua ses activités d’espion durant l’entre-deux guerres, à titre privé et au profit de grands groupes britanniques intéressés par l’Asie centrale. Durant la Seconde Guerre mondiale, sa réputation l’amena à servir à nouveau dans les SR de Sa Majesté.

Wolfgang Krieger explique que l’histoire du renseignement allemand aux Etats-Unis est pénalisée par la destruction des archives à la fin de la Grande Guerre. Seules restent les archives privées ou diplomatiques, plus le document historique du Général Kemp, chargé après 1918 de rédiger l’histoire de l’Unité 3-B. Les meilleurs travaux disponibles s’appuient largement sur des fonds privés, plus les rapports des commissions d’enquête américaines et britanniques, ou encore le travail de la commission germano-américaine de réparation, qui travailla de 1922 à 1939. De jeunes historiens allemands explorent actuellement cette histoire, souvent regardée comme dérisoire alors qu’il y a un intérêt à comparer les méthodes des différents SR.

De 1914 à 1917, les activités du IIème Reich aux Etats-Unis s’expliquent par la forte minorité allemande – 7 millions -, qui garde une identité propre et influe sur les votes. Le Reich espère par la propagande pacifiste influencer les résolutions américaines, mais aussi y pratiquer l’espionnage et le sabotage. Les relations germano-américaines se tendent concernant le Mexique, suite à des scandales à répétition qui démontrent l’action d’influence de l’Allemagne auprès des pays d’Amérique latine pour isoler les Etats-Unis. L’Allemagne mène aux Etats-Unis mêmes une propagande ouverte et une autre secrète auprès des germano-américains, mais aussi auprès de la minorité irlandaise en faisant jouer le sentiment antibritannique. Dès le début de la guerre, Berlin sollicite les réservistes présents sur le sol américain, avec théoriquement 500 000 agents censés provoquer des émeutes, avec l’assistance de sympathisants irlando-américains de l’IRA. Mais, les SR britanniques et américains collaborent pour les identifier, ce qui est facilité par leur recours à de faux passeports, ce qui permet de pratiquement tous les arrêter au début de la guerre ! Les ambassades allemandes sont surveillées de près par la suite aux Etats-Unis.

En réponse, les SR allemands planifient des actes de sabotage contre les chemins de fer et les usines d’armement au Canada et aux Etats-Unis. Mais, ces plans sont identifiés grâce au décodage des messages cryptés par les SR britanniques, qui en informent les autorités américaines. Après le torpillage du Lusitania en 1916, qui conduit à l’expulsion des attachés militaires allemands, des réseaux allemands subsistent et se montrent de plus en plus agressifs sur ordre direct de Berlin. Un officier supérieur des SR est envoyé aux Etats-Unis en 1916, parvient à s’implanter au Mexique, depuis lequel il organise des grèves et des sabotages contre les usines américaines d’armement. En juillet 1916, cela aboutit à l’explosion de Blechstrom, en face de New York City ; en 1939, la commission mixte reconnaît l’Allemagne coupable de ce sabotage, mais les 50 millions de dollars de dédommagement ne seront réglés qu’entre 1954 et 1979, en raison de la Seconde Guerre mondiale. Quant à l’explosion d’Halifax, avec ses 2000 morts, la rumeur l’attribua aux saboteurs allemands mais tout semble indiquer que ce ne fut qu’un accident.

Ces opérations sont connues parce qu’elles ont échoué. Mais il ne faut pas occulter les questions posées par ces opérations clandestines, concernant l’impact et l’organisation de cette guerre secrète. Comment inclure cet aspect dans l’historiographie, notamment dans l’historiographie allemande ?

Emmanuel Dubruyne rappelle que  les polices secrètes allemandes en territoire occupé sont un enjeu historiographique de la Grande Guerre, en ceci qu’elles furent les premières expériences policières précurseurs de la Gestapo, avec le même souci de « neutraliser » une population ennemie et occupée.

Il y a eu plusieurs forces de police en jeu. D’abord, il y avait la police secrète de l’armée d’occupation, qui se concentre sur les réseaux de renseignement, d’infiltration, de presse clandestine et de poste illégale. Il reste des archives résiduelles, bavaroises et saxonnes, plus quelques témoignages.

Pour le gouvernement central, c’est l’Office central de Police qui domine, tandis que le reste est confié à la police militaire, divisée par armée ; les deux dépendent des SR allemands basés à Berlin. Elles ont toutes pour attributions le CE, le contrôle de la presse et de la circulation de l’information, la lutte contre le sabotage et les mouvements de foules. Plus largement, il s’agit d’entraver les mouvements de refus isolés, voire les résistances organisées.

Les polices des armées se multiplièrent mais avec peu de moyens – un commissaire et six collaborateurs par armée -, dont le recrutement se fait dans la police criminelle et les différentes polices politiques des Länder. Ce recrutement a lieu sur la base de la maîtrise des langues jugées opportunes. Ce recrutement est assuré par les Etats fédérés, essentiellement par la Prusse en raison de sa prédominance dans les armées, mais aussi dans la Saxe pour la 3ème armée et en Bavière pour la 6ème.

Ces policiers furent confrontés à des problèmes d’autorité face aux militaires, mais aussi de frais car les armées ont longtemps refusé de régler leurs dépenses courantes. Une fois leur situation régularisée suite à des négociations entre l’Intérieur et la Guerre, leurs effectifs explosèrent de manière inouïe ; ce fut au point que les polices urbaines furent vampirisées à l’arrière, si bien que l’Intérieur s’en plaint en arguant de la nécessité du CE sur le territoire national !

En 1916, l’élargissement du recrutement se dirigea vers les détectives privés et les militaires, ce qui favorisa un rapprochement puis une assimilation de ces polices par les armées – une école spécifique de ces policiers fut ainsi créée à Gand. Le 3 octobre 1916, un ordre d’étape donne à ces polices le droit d’arrêter et de libérer sans procédure judiciaire ; il s’agit d’une rupture qui annonce l’illégalité propre à la Gestapo. Y a-t-il déjà un recours systématique à la torture ? Cela varia selon les différentes polices : peu présente au début de la Grande Guerre, la torture se développa entre 1916 et 1918, notamment à Liège, Anvers et dans la zone désarmée. Les polices secrètes furent dissoutes à la sortie de la guerre, et dès 1918 les archives nationales furent détruites pour l’essentiel. La France et la Belgique tentèrent des actions contre les policiers allemands pour leurs exactions. Mais, les négociations diplomatiques empêchèrent l’instauration d’un tribunal interallié. Seuls quelques dizaines de ces policiers furent jugés – et acquittés – par la Haute-Cour de Nièvre en 1921.

Cette implication de policiers dans la guerre traduisit le caractère totalisant de la Grande Guerre, avec une implication croissante des SR dans la gestion des territoires occupés. Il y eut donc bien un héritage de la Première Guerre mondiale dans les pratiques policières de l’Allemagne nazie, durant la Seconde Guerre mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *