La stratégie des Etats-Unis en Irak et les données majeures du conflit

exposé S BédarLors des Entretiens d’Hestia du 5 février 2015, Saïda Bédar, d’Areion Group et du Centre d’Analyse et Prévision des Risques Internationaux, a prononcé un exposé sur la stratégie des Etats-Unis en Irak et les données majeures du conflit. Elle a bien voulu en communiquer la version écrite à Hestia.

I/ Les buts stratégiques de l’intervention américaine de 2003. 

Les actions politico-sécuritaires américaines entre 1991 et le début de l’occupation. 

La région du Golfe concentre des atouts géostratégiques majeurs :  la première réserve mondiale en hydrocarbures ; des voies de transit maritime stratégiques pour le commerce mondial ; la triple périphérie, de la Russie, de la Chine et de l’Europe ; une zone d’interconnexion Europe-Asie et Asie-Afrique.

L’interconnexion, tout comme l’accès, sont devenus des enjeux stratégiques de la globalisation, et de nombreux mégaprojets logistiques et énergétiques transrégionaux sont en passe d’émerger et de transformer la région en créant des continuums transcontinentaux. La perspective de la reconstruction de l’Irak, et de la Syrie, ainsi que de la levée des sanctions contre l’Iran, laisse présager d’opportunités d’investissements rarement égalées dans la région, qui constitueront une option majeure de la sortie de crise économique pour les acteurs extra-régionaux.

En intervenant en Irak les Etats-Unis visaient à renforcer leur présence régionale pour la maîtrise des facteurs anti-accès, notamment en évitant l’émergence d’un régime hostile à leurs intérêts. Si le régime de Saddam Hussein avait été renversé par une révolution islamique irakienne soutenue par l’Iran, ou dans une guerre civile à la syrienne avec un risque d’éclatement ingérable, les États-Unis n’auraient pas pu construire le système d’influence qu’ils ont mis en place après 2003. Dans cette optique les Etats-Unis ont préparé leur intervention en influençant le terrain socio-politique irakien entre 1991 et 2003. On se souvient qu’ils ont demandé aux chiites de se rebeller en 1991 en leur promettant un appui militaire qu’ils n’ont finalement pas apporté. Après la vague de répression conséquente (les socio-historiens Marion Farouk-Sluglett et Peter Sluglett estiment qu’il y a eu près de 300.000 chiites tués) les réseaux « politico-religieux » chiites sont quasi-anéantis, et le scénario de l’émergence d’un mouvement de masse de type « révolution islamique » semble totalement écarté. La guerre de la Coalition de 1990 a été suivie par une campagne secondaire américaine de douze ans, marquée par des frappes chirurgicales désarmantes, des opérations clandestines (infiltrations d’agents/exfiltrations d’acteurs du régime, éliminations ciblées, connexions aux réseaux tribaux, etc.) et par un régime de sanctions économiques rigoureux. Cet embargo a considérablement affaibli l’Etat mais aussi la société irakienne : il a paupérisé les masses, liquidé la classe moyenne, considérablement renforcé les réseaux de solidarité communautaires, criminalisé une partie de la société, sinistré la sphère culturelle et éducative.

Par conséquent quand ils arrivent en 2003, les Américains ne font pas seulement face à une armée affaiblie mais également à une société en déliquescence, donc un risque d’opposition réduit. Pour atteindre leur objectif majeur, éviter une révolution islamique (et un 2ème Vietnam), ils n’ont pas d’autre choix que de donner le pouvoir aux chiites, tout en maintenant des leviers de contre-pouvoirs Kurdes et sunnites, afin de limiter l’emprise du pouvoir central chiite et l’influence iranienne. La première action politique américaine est une débaathification extrême : les deux premiers décrets émis par la Coalition Provisional Authority (CPA, autorité légale d’occupation, avril 2003-juin 2004), mettent en oeuvre le démantèlement des forces armées et de l’ensemble de l’appareil d’Etat. Dans un deuxième temps, en juillet 2003, la CPA met en place un conseil consultatif irakien non-souverain (Iraq Governing Council) composés de 25 membres sélectionnés non pas selon leur représentativité politique, mais selon un partage ethnique et confessionnel, et imposent dès lors la formule du powersharing (ou “gouvernement inclusif”), qui institue un système de quotas ethno-confessionnels officieux. Les Etats-Unis ont également encadré le processus d’établissement de la constitution, en 2004-2005, sur la base du modèle du fédéralisme « souple » (soft federalism), proche du confédéralisme (avec possibilité de quasi-autonomie de régions), qui affaiblit la position de l’Etat central.

Les buts stratégiques sont-ils atteints en janvier 2012?

Les gains stratégiques objectifs (c’est-à-dire par rapport aux buts stratégiques américains, pas en termes de pacification, démocratisation, ou autre) de la guerre en Irak semblent peu réversibles dans le moyen terme. Il s’agit :

• des effets de préemption : l’intervention américaine a évité que le régime de Saddam Hussein ne soit renversé par une révolution islamique irakienne, ou dans une guerre civile incontrôlable;

• du désarmement total d’un État qui était parvenu à un niveau permettant l’anti-accès ;

• de l’affaiblissement de l’État irakien par le fédéralisme « souple » et l’option du « powersharing »;

• du contrôle initial de l’infrastructure administrative irakienne dans les secteurs clés par l’encadrement technocratique, mais aussi la mise en place (et donc la possibilité de contrôle) de toute l’infostructure irakienne (structures technologiques de l’information et de la communication) ;

• de l’implantation d’un système ISR – à l’ambassade à Bagdad, aux consulats, sur les six sites militaires de l’Office of Security Cooperation-Iraq (OSC-I, la mission militaire américaine autorisée sur le sol irakien après décembre 2011) en Irak ;

• de la garantie de l’accès au pétrole irakien, pour une stabilisation du marché international de l’énergie et donc de l’économie mondiale (selon l’AIE l’Irak va devenir le “game changer” du marché);

• des capacités de dissuader les États hostiles (Iran, Syrie) ou non-hostiles mais qui ont un agenda propre (Turquie, Arabie saoudite, Qatar) de la région à partir de l’Irak – présence militaire/renseignement, et influence par les liens directs avec les dirigeants irakiens, et indirects via les divers réseaux.

II – La stratégie des Etats-Unis depuis janvier 2012

La question du retrait total des troupes américaines et les termes de la coopération sécuritaire

Le débat sur la possibilité de laisser des troupes américaines après décembre 2011 selon un cadre juridique accordant l’immunité aux soldats américains (SOFA) a connu plusieurs étapes, mais on peut établir que globalement il n’était pas dans l’intérêt des Etats-Unis de maintenir une force militaire active ou trop « visible » sur le sol irakien, qui n’aurait fait que renforcer d’une part la légitimité de l’insurrection, et d’autre part l’activisme iranien. En conséquence l’accord de défense bilatéral, en trois étapes, approuvé en 2008, demeure inchangé :

– 2008- fin 2011 : les Etats-Unis restaient en charge de la sécurité intérieure irakienne

– 2012-2016 : les Etats-Unis aident l’Irak à construire une structure de forces à un niveau stratégique — transfert d’armes et formation pour les plateformes décisives (l’artillerie, les blindés, la défense anti-aérienne) ;

– 2016-2020 : les Etats-Unis aident les forces armées irakiennes à atteindre le niveau opérationnel stratégique leur permettant de faire face aux menaces extérieures.

L’agent de cette coopération est à partir de janvier 2012 la mission militaire OSC-I qui a été établie pour entraîner et conseiller les militaires irakiens et prendre en charge la gestion des transferts d’armes (contrats Foreign Military Financing, dont le total s’élevait fin 2013 à 25 milliards $), et le renforcement des capacités de renseignement irakiennes. L’OSC-I qui comprenait 260 militaires en 2012 et 125 début 2014, ainsi que 3200 militaires privés, est la plus grande mission militaire américaine au monde. Elle opère sur cinq sites —Tikrit,Taji, Bagdad, Besmaya, Umm Qasr — voués à être transférés à terme aux forces irakiennes.

L’aide à la contre-insurrection entre 2012 et juin 2014

Les Etats-Unis ont encadré l’effort contre-insurrectionnel des forces irakiennes entre 2012 et juin 2014, par le transfert d’armes sophistiquées (notamment des drones, missiles, hélicoptères d’attaque, F-16), la formation et le conseil dans les états-majors. Certaines sources ont fait état de la présence d’agents de la CIA et d’une unité des forces spéciales aux côtés des troupes d’élites de contre-terrorisme irakiennes à partir de la fin 2012. Le plan de campagne préconisé alors consistait à retirer les forces de sécurité irakiennes de Falloudja et Ramadi (toutes deux occupées totalement ou en partie par l’EI en janvier 2014), à armer les Sahwas (milices tribales), et former de nouvelles forces de sécurité originaires d’Al Anbar. Une fois formées et entraînées, ces forces auraient été déployées dans la zone, alors que les autres forces de sécurité auraient été déployées à la frontière avec la Syrie.

La coopération après juin 2014

L’attaque de l’EI contre Mossoul en juin 2014, avait été annoncée, notamment par le renseignement kurde qui en a informé les Etats-Unis. Il est difficile d’établir si ces derniers ont averti le Premier ministre Maliki des risques encourus, mais ce qui est clair c’est que Washington n’a eu de cesse de mettre en garde Maliki contre ses agissements politiques douteux et leurs conséquences en termes de gains tactiques pour l’insurrection. On peut penser que Washington a vu en cet ultime assaut de l’EI une opportunité pour un changement de politique de la part du dirigeant irakien. Cela aurait pu être en effet l’occasion pour celui-ci de s’allier aux forces de sécurité kurdes et d’infléchir sa politique d’affrontement avec le gouverneur de Ninive, Atheel Noujaïfi. Or Maliki n’a pas saisi l’opportunité, il a rejeté l’aide des Kurdes, et pire encore il a ordonné le retrait de son armée de l’ouest de Mossoul pour que Noujaïfi se sente acculé et l’appelle au secours. Or ce retrait de l’ouest de la ville a été interprété comme un retrait tout court et a entraîné des désertions en masse et la déroute des forces armées irakiennes, dont on a su plus tard qu’elles étaient sérieusement infiltrées par l’insurrection.

Dès lors, les Etats-Unis ont eu pour buts  : d’obtenir au plus tôt un accord de type SOFA, ce qui leur a été accordé le 17 juin (par échange de notes diplomatiques) ; d’inciter au changement du chef de l’Etat irakien, ce qui a été fait le 8 septembre avec la validation par le Parlement de la nomination d’Al Abadi. Ils ont ensuite annoncé leur stratégie (présentée notamment par le général Dempsey au sénat le 16 septembre 2014) :

affaiblir l’Etat Islamique et ses affiliés en Irak et en Syrie par des frappes ciblées qui visent à réduire leur espace de manoeuvre ;

renforcer les forces terrestres irakiennes : les moyens US sont essentiellement la livraison d’armes, le soutien logistique et en renseignement et l’envoi de 3100 soldats – environ 800 protégeant l’ambassade et sites US, 1000 instructeurs et 1300 conseillers, à Bagdad, Erbil, Diyala et à Al Anbar (rappelons que les conseillers sont intégrés dans les unités combattantes donc de facto ils peuvent être amenés à combattre). Sur 50 brigades que compte l’armée de terre irakienne, 26 ont été jugées aptes (le reste étant infiltré par les insurgés ou sous influence des milices chiites), aptes signifiant pour Dempsey : multiconfessionnelles, faisant allégeance au gouvernement central, bien encadrées, ayant conservées leur équipement et ayant un esprit de corps ;

combattre l’EI et autres forces “qaïdistes” en Syrie (sur les 21 à 31000 combattants de l’EI, les deux tiers sont positionnés en Syrie) en formant des combattants liés à une force politique modérée, et en favorisant une solution politique au conflit syrien (l’émergence d’une force rebelle modérée peut inciter les opposants potentiels au sein du régime à se débarasser d’Al Assad) ;

renforcer la coalition internationale (60 nations) dans ses capacités de combat idéologique, financier et sécuritaire contre l’EI (et autres “qaïdistes”) et se préparer à une intervention humanitaire en Syrie.

Pour le Pentagone il s’agit dans un premier temps de former les forces armées irakiennes à la contre-insurrection, alors que que jusqu’à présent elles ont démontré une capacité qui se limite à la contre-guérilla. La campagne, qui consistera à attaquer les insurgés à partir du Nord, de l’Ouest (al Anbar) et de Bagdad, devra éliminer la force de frappe de l’EI en Irak et recréer une frontière sécurisée entre la Syrie et l’Irak, et ainsi permettre la reconstruction. L’offensive majeure (centrée sur Fallouja et Mossoul) débutera au printemps 2015, et elle adoptera sans aucun doute le schéma stratégique du “surge” (effort contre-insurrectionnel de 2007-2008), du “clear, hold, build”, donner l’assaut, tenir les positions politico-militairement, puis reconstruire.

Conclusion

La complexité du conflit irakien résulte de l’interaction de différents acteurs et paramètres : des djihadistes qui veulent créer un califat dans l’espace de la Jazira syro-irakienne (avec des ambitions allant de Beyrouth à Bagdad) ; des baathistes et islamo-nationalistes qui veulent reprendre le contrôle de l’Etat central ; des sunnites qui, en tant que tribus, forces politiques ou citoyens, n’ont pas trouvé les voies et moyens normalisés pour exprimer et défendre leurs intérêts et aspirations ; un conflit syrien qui déborde (avec des effets sur la territorialisation djihadiste en Irak, sur les conflits inter-kurdes et arabo-kurde, sur les minorités). L’Etat irakien n’est pas en mesure d’y faire face seul, au regard des implications régionales et internationales du conflit, et surtout étant donné la fragilité de ses structures et la faiblesse de son appareil sécuritaire.

Aujourd’hui l’objectif premier de Washington est d’aider l’Etat irakien à mettre sur pied des forces armées capables de combattre l’insurrection et à établir en parallèle une politique d’engagement auprès des populations des zones insurgées, et, plus globalement, de réconciliation nationale.  Pour pérenniser leurs gains stratégiques en Irak les Etats-unis doivent contribuer à  faire de ce pays un Etat pluraliste, pacifié et pacifique. Dans cette optique le maintien, et la sécurisation, des frontières des Etats de la région demeure un élément fondamental de la stratégie américaine.

Saïda Bédar


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *