Ukraine : la stratégie russe des  « interfronts »

Flag_of_FSB.svgL’implosion de l’URSS a entraîné selon Vladimir Poutine, l’affaiblissement de la Russie sur la scène internationale, laissant ainsi le champ libre à l’hégémonie occidentale, notamment américaine. Sa politique de reconquête désormais emprunte des voies radicales en Ukraine pour contrer un rapprochement avec l’Union Européenne et l’Otan. Ainsi, Moscou bien qu’officiellement à l’écart des affrontements, aurait déployé aux côtés des séparatistes ukrainiens environ 15 000 hommes (soit la moitié de l’effectif), encadrés par des agents des services russes (FSB, ex-KGB et surtout le GRU, le service de renseignement militaire).

A partir de recherches personnelles et de témoignages recueillis auprès de protagonistes, les deux journalistes, Régis Gente et Jacques Massey, analysent cette stratégie particulière dite des « interfronts », déjà utilisées lors de l’implosion de l’empire soviétique pour contrer les revendications d’indépendance ou d’autonomie des républiques satellites (Géorgie, Moldavie, Etats baltes, etc.) mais également par le Président serbe Milosevic pour raviver l’irrédentisme serbe en Croatie et en Bosnie, dans une perspective de Grande Serbie.

  • Des insurrections mises en scène par le KGB

L’existence de méthodes codifiées par les services russes pour encourager le séparatisme pro-russe lors de l’implosion de l’URSS a été révélée, dans ses mémoires (1), par le dernier responsable du KGB, Vadim Bakatine (août – décembre 1991).

Le KGB était derrière la création des “interfronts” [fronts internationaux] dans les Républiques de l’Union, dans celles qui se montraient désobéissantes envers le centre. La logique vicieuse du “diviser pour régner” a stimulé la scission de la société dans ces Républiques en deux camps irréconciliables et a produit des tensions sociales. Au lieu d’un dialogue patient et d’une approche calme et mesurée pour résoudre les conflits entre les Républiques et le centre, ce fut plutôt la formule : si tu ne veux pas obéir – tu recevras des ‘‘interfronts » qui appelleront à des grèves, à remettre en question les frontières de la République et à critiquer la légitimité du gouvernement choisi. Ces fronts étaient alors présentés par le KGB comme une manifestation de la « volonté du peuple ».

La notion d’‘‘interfronts’’ renvoie a priori à une époque révolue, celle de l’implosion de l’URSS. L’objectif était alors de contrer la marche vers l’indépendance de la Géorgie, de l’Azerbaïdjan, de la Moldavie et des trois Républiques baltes. Cela, en encourageant les séparatismes pro-russes en Abkhazie et en Ossétie du Sud, ainsi qu’en Transnistrie, les tensions dans les Pays baltes (comme autour de Narva en Estonie), et aussi la sécession du Haut-Karabagh arménien en Azerbaïdjan (à laquelle participa le mouvement séparatiste Sadval implanté dans la communauté lezguienne). Philipp Bobkov qui dirigeait le 5ème département du KGB, chargé de l’idéologie et de la lutte contre les éléments antisoviétiques, fut le maître d’œuvre de cette politique.

Le précédent caucasien

Face au mouvement national géorgien, le pouvoir russe a vite soutenu l’autonomie des minorités abkhazes et ossètes. Lorsque les Géorgiens manifestèrent à Tbilissi pour demander l’indépendance, beaucoup d’Abkhazes s’y opposèrent. Les heurts éclatèrent dès juillet 1989. La Géorgie proclama son indépendance le 19 avril 1991, avec pour premier président Zviad Gamsakhourdia qui défendait une ligne nationaliste et centralisatrice et rêvait d’une ‘‘Géorgie aux Géorgiens’’. La guerre sécessionniste démarra en Ossétie du Sud dès janvier 1991 et s’acheva en janvier 1992. Pour leur part, les autorités abkhazes déclarèrent leur indépendance en juillet 1992. Des centaines de volontaires ou soi-disant tels arrivèrent alors de Russie, notamment des détachements de cosaques et de la Confédération des Peuples des Montagnes du nord-Caucase, pour combattre les troupes géorgiennes. Après une trêve conclue en juillet 1993 sous l’égide de Moscou – qui apportait dans le même temps un support logistique aux irrédentistes -, les Abkhazes finirent par rejeter les forces géorgiennes hors de leur territoire (2).

Le séparatisme en Ossétie du Sud fut pareillement utilisé par Moscou pour déclencher la guerre russo-géorgienne, le 7 aout 2008, six mois après la reconnaissance du Kosovo par une partie de la communauté internationale. L’affaire s’est nouée en plein phase de rapprochement de la Géorgie avec l’Otan (candidature au Membership Action Plan), inacceptable pour Moscou. Les mois précédents, la Russie avait poussé le gouvernement géorgien à la faute en Ossétie du Sud pour avoir un prétexte d’intervenir. Au final, les combats – qui furent brefs – ont permis à la fois de bloquer le rapprochement de la Géorgie avec les structures euro-atlantiques et d’installer durablement les forces armées à moins de 100 km de Tbilissi.

La mémoire balte

Dans les Pays baltes, comme le raconte le journaliste Anatol Lieven (3), l’initiative est venue des partis communistes locaux (avec le soutien d’organisations d’officiers) en opposition aux fronts populaires nationalistes et indépendantistes. Très vite, la fracture ‘‘s’est faite essentiellement selon les lignes ethniques’’ (p. 188), même si les ‘‘interfronts’’ baltes ont aussi intégré des non Russes (souvent hostiles au ‘‘chauvinisme balte’’). En Estonie, il fut conduit par le Mouvement international des travailleurs de la RSS estonienne ; en Lettonie, ce fut le Front international ; en Lituanie, le mouvement Unité. Selon Anatol Lieven (p. 190), ‘‘des officiers en retraite et des dirigeants d’entreprises semblent avoir été délibérément installés par Moscou, après le lancement des mouvements nationaux, afin d’aider à consolider le loyalisme soviétique. Derrière ces hommes se tenaient à Moscou les tenants de la ligne dure du KGB, du ministère de l’Intérieur et du commandement militaire qui devaient finalement tenter une contre-révolution en août 1991’’.

Ces ‘‘interfronts’’ furent cependant un échec, du fait du rapport des forces en Europe : les Etats baltes indépendants ont finalement intégré l’Otan et l’UE. Pour autant, cette histoire pèse dans ces pays et stimule leur crainte, voire leur paranoïa, à l’égard de la Russie. Et cela d’autant plus que certains acteurs de l’époque sont restés des protagonistes de la vie politique régionale, comme Tatiana Jdanok, député de l’Union russe de Lettonie. Ils y relaient l’antienne sur ‘‘la défense du monde russe’’ (une notion faisant aussi bien référence à une certaine ‘‘ethnicité’’ qu’à l’usage de la langue russe dans des régions ayant appartenu à un monde dominé par la culture russe).

  • Ukraine 2014 : un ‘‘séparatisme’’ initié et piloté par Moscou

L’implication du Kremlin dans l’irruption du séparatisme pro-russe en Ukraine est manifeste dès février 2014 alors qu’il n’existait pas auparavant de réelle dynamique indépendantiste, au plan local. Le renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch et l’arrivée au pouvoir à Kiev des acteurs de ‘‘Maïdan’’, du nom du mouvement de contestation né du refus de Ianoukovitch de signer un accord d’association avec l’UE, a fait craindre à Moscou que le pays ne se tourne définitivement vers l’Europe et l’OTAN. Le processus a suivi la même dynamique que celle des ‘‘interfronts’’ de la fin de l’URSS : soutien ouvert de Moscou à des populations russophones, rhétorique de la résistance au ‘‘fascisme’’, intervention de ‘‘volontaires’’ en soutien aux insurgés, avec des opérations de sabotage et des provocations parfois montées avec la pègre locale, implication de militaires russes.

Tout débute en Crimée, le 1er mars 2014, par l’irruption de parachutistes dépourvus d’insigne. Selon des sources étatiques européennes, 8 000 hommes de la 76ème division d’assaut aérien de la Garde et de forces spéciales du 45ème régiment de reconnaissance (sous la tutelle du GRU) furent ainsi projetés dans la presqu’île depuis leurs bases de Pskov et de Kubinka par des norias d’Iliouchine II-76. Puis, ce fut le tour du cœur minier et industriel de l’Ukraine, autour de Donetsk et de Lougansk…

Militaires et supplétifs russes

Deux semaines après l’annexion de la Crimée par la Russie, des manifestants pro-russes s’emparèrent de bâtiments officiels dans les villes de l’est de l’Ukraine. Des associations comme ‘‘République de Donetsk’’ menée par Andreï Pourguine, aujourd’hui vice-Premier ministre de la ‘‘République populaire de Donetsk‘‘ (RPD), furent à l’origine de ces rassemblements ‘‘anti-Maïdan’’. Des hommes d’affaires locaux comptaient au nombre des instigateurs. Ceux-ci entretenaient de longue date des groupes d’hommes de main qu’ils mobilisèrent pour l’occasion. Selon des témoignages directs, ces bandes ont encadré les manifestations visant à contrôler des bâtiments gouvernementaux (dont les sièges locaux du SBU, les services de sécurité ukrainiens), mais aussi à intimider la population hostile à l’insurrection. Les médias locaux ont joué un rôle majeur pour pousser à l’affrontement. Cette séquence se termina au début de mai 2014 par l’organisation unilatérale de référendums d’autodétermination, jugés illégaux par Kiev et par les Occidentaux (4).

Via des relais mêlant des personnels du FSB (ex-KGB), du GRU (renseignements militaires russes) et des agents dormants, Moscou encouragea dans le même temps la formation d’un mouvement armé. Des combattants aguerris furent vite envoyés en renfort face à l’armée ukrainienne, majoritairement des cosaques et des volontaires issus de tous les cercles du nationalisme russe (comme l’organisation La Légion impériale), ainsi que des Tchétchènes mandatés par leur président, Ramzan Kadirov.

A des moments cruciaux de la prise de contrôle du Donbass (qui concentre 40% des ressources industrielles ukrainiennes), Moscou a aussi envoyé en masse des troupes professionnelles sur le terrain ainsi que des moyens lourds (chars T-80, missiles SS-22, etc. – voir le blog @conflict_report). Plusieurs milliers de personnels furent ainsi déployés par vagues successives (selon les observations de services de renseignements militaires de plusieurs pays européens) depuis des bases établies près de la frontière russo-ukrainienne. Il s’agissait principalement de réservistes ou de militaires fraichement démobilisés qui furent regroupés au sein d’unités spécialement constituées pour l’occasion. Ce que confirment de (rares) témoignages publiés à ce sujet (5). Officiellement, ils n’appartenaient donc à aucun régiment russe d’active. Le Kremlin a pu ainsi récuser les accusations d’emploi de troupes russes (timidement) émises par les Occidentaux. Mais leur origine, leurs armes et leurs financements ne font aucun doute. Fin janvier 2015, le mouvement des Mères de soldats, très actif en Russie, estimait que cet engagement s’était soldé par plus de 260 morts dans ces rangs (6).

De vieux réseaux russes (re)mobilisés

Selon le jeune chercheur ukrainien Alexandre Nikonorov, ‘‘les premiers leaders séparatistes du Donbass, comme Alexandre Borodaï, Igor Guirkine ou Igor Bezler, étaient des citoyens russes qui n’avaient probablement jamais mis les pieds auparavant dans la région.’’ Le cas d’Alexandre Borodaï est exemplaire. Premier ministre de la ‘‘République populaire de Donetsk’’ (RPD) du 16 mai au 7 août 2014, ce professionnel de la communication a occupé en 2012 les fonctions de directeur-adjoint de l’information politique et des projets spéciaux du FSB (ex-KGB). Il a ensuite été employé par l’homme d’affaires Konstantin Malofeiev. Proche des ‘‘organes de sécurité’’ et de l’Eglise orthodoxe russes, ce dernier a largement contribué au financement, sous couvert d’humanitaire, du mouvement séparatiste. La trajectoire Igor Guirkine (dit ‘‘Strelkov’’) est plus significative encore, car elle résume à elle seule l’histoire des coups tordus russes dans son étranger proche. Après la guerre de Transnistrie où il encadra le groupe dit des ‘‘Cosaques de la Mer noire’’, ce professionnel de la guerre insurrectionnelle servit en Bosnie de novembre 1992 à mars 1993 au sein du détachement de volontaires russes RDO-2, comme l’a montré Thomas Da Silva dans une récente étude universitaire (7). Cela, avant de rejoindre, de mars à octobre 1995, une brigade motorisée lors de la première guerre de Tchétchénie, puis, entre 1999 et 2005, toujours dans le Caucase du Nord, une unité des forces spéciales, les Spetsnaz. Avec un cynisme consommé, son irruption dans le Donbass fut promptement célébrée par les médias russes. En 2014, les nationalistes russes firent de lui le fer de lance de la reconquête et le héros de la prise de Slaviansk (une ville qui fut finalement abandonnée aux forces ukrainiennes, le 6 juillet 2014). D’autres officiers irrédentistes ont connu le même parcours, comme Vladimir Antiouféïev. Chef des services de sécurité de Transnistrie pendant vingt ans, ce dernier a pris la tête de l’armée de la RPD durant l’été 2014, avant d’être mis l’écart en septembre 2014. Tout au moins officiellement.

Autre exemple, à Kharkiv (Kharkov), qui est finalement demeuré sous le contrôle de Kiev. Le superviseur du soulèvement fut Boris Rapoport, un ex-cadre de l’administration du Kremlin où il travailla sous l’égide de Vladislav Sourkov, éminence grise de Vladimir Poutine. Rapoport s’est tout particulièrement appuyé sur le maire de la ville, Guenady Kernès, par ailleurs fondateur de la formation paramilitaire Oplot. Sans aucun hasard, le président de la ‘‘République Populaire de Donetsk’’ (RPD), Alexandre Zakhartchenko, est lui-même issu de cette formation paramilitaire qui joua un rôle clé pour le contrôle de la région.

Arbitraire dans le Donbass séparatiste

Depuis leur désignation à la présidence des ‘‘Républiques Populaires’’ de Donetsk et de Lougansk, le 2 novembre 2014, Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitski s’efforcent de tenir sous leur coupe les irrédentistes les plus radicaux. Certains d’entre eux se sont en effet vite installés à la tête de petits fiefs, comme à Stakhanov où Pavel Dremov dirige une entité qu’il veut ‘‘cosaque-socialiste’’. Même constat avec Alexeï Mozgovoï, poète mystique et orthodoxe qui règne sur Altshevsk, ville minière de 100.000 habitants proche de Lougansk. Plusieurs de ces ‘‘seigneurs de la guerre‘‘ ont donc été délogés manu militari, comme Igor Bezler près de Donetsk en novembre 2014, ou encore l’ataman cosaque Nikolaï Kozitsine. D’autres furent discrètement liquidés. A Lougansk, la concurrence entre les milices reste toutefois forte, avec le contrôle des ressources locales pour enjeu. Pour sa part, le ‘‘gouvernement de la République populaire de Donetsk’’ (RPD) affiche une volonté apparente de structurer un semblant d’ordre dans une métropole qui sert de quartier général à l’insurrection et de centre logistique de l’aide russe. Pour cela, les organes de sécurité y sont organisés autour de trois hommes venus de Transnistrie : Andrei Pinchuk et Oleg Bereza, respectivement ‘‘ministres’’ de la sécurité et de l’Intérieur, ainsi qu’Alexandre Karaman, vice-président du conseil des ministres de la RPD (8). Détail significatif : ce dernier est un protégé de Dimitri Rogozine, vice-Premier ministre russe en charge du complexe militaro-industriel et de la Transnistrie.

Sur le terrain, la frontière entre radicaux et modérés reste toutefois peu évidente. D’autant que, tout en assurant que les “Républiques populaires’’ de Donetsk et de Lougansk doivent rester dans le giron constitutionnel ukrainien, Vladimir Poutine n’a pas renoncé publiquement au projet de ‘‘Novorossia’’ (un territoire allant de Kharkiv à Marioupol) après les accords successifs de cessez-le-feu signés à Minsk en septembre 2014 puis en février 2015…

  • Epilogue provisoire…

En se référant aux écrits de Nathan Dubovitsky (9) (de son vrai nom Vladislav Sourkov, ex-proche conseiller de Vladimir Poutine) et du chef d’état-major de l’armée russe, le général Valéry Guerrasimov (10), des analystes occidentaux parlent aujourd’hui de ‘‘guerre hybride’’ pour qualifier l’engagement de la Russie en Ukraine depuis février 2014. En réalité, cette manœuvre s’inspire avant tout de l’expérience des ex-‘‘organes‘‘ de sécurité soviétiques, passés maîtres dans la conduite d’opérations clandestines séparatistes lors de l’implosion de l’URSS.

Le pouvoir russe, qui mène le jeu depuis un an dans le Donbass, a adapté sa posture au gré des offensives des séparatistes – destinées à obtenir des gains territoriaux – et des périodes de calme relatif pendant lesquelles la diplomatie internationale s’est évertué à trouver une issue au conflit, comme lors des rencontres de Normandie et de Minsk en 2014. Pour mener à bien ses objectifs face à Kiev, le pouvoir russe a aussi su tirer parti du désarroi qu’il a provoqué chez les Occidentaux en défendant ouvertement une vision du monde faite de zones d’influence et de ‘‘marches frontalières’’. Au final, comme le relevait le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian devant l’université parlementaire de la défense en septembre 2014, ‘‘ce sont bien là les principes qui fondent la sécurité de l’Europe qui sont atteints…’’.

1) Vadim Bakatine, Se débarrasser du KGB (Избавление от КГБ), Moscou, 1992

2) Régis Gente, Poutine et le Caucase, Buchet-Chastel, 2014 – Voyage au pays des Abkhazes, Cartouche, 2012

3) Anatol Lieven, The Baltic revolution, Yale University Press, 1992

4)  Une note (qui aurait été remise au Kremlin entre le 4 et le 12 février 2014) évoque cette stratégie de la tension. Publiée le 25 février par le journal indépendant Novaïa Gazeta, son authenticité ne peut pas être prouvée, mais son contenu fait singulièrement écho à l’enchaînement des événements qui ont secoué le Donbass (Moscou aurait planifié la crise ukrainienne …)

5) Témoignage d’un jeune soldat russe engagé en Ukraine : http://euromaidanpress.com/2015/03/02/the-story-of-a-russian-soldiers-war-in-ukraine-we-all-knew-what-we-had-to-do-and-what-could-happen/

6) Selon Valentina Melnikova, secrétaire exécutive de l’Union des comités des mères de soldats, les pertes parmi les soldats russes représentent au moins 50% des pertes ukrainiennes http://www.unian.net/world/1026314-soldatskie-materi-poteri-sredi-rossiyskih-soldat-na-donbasse-sostavlyayut-minimum-50-ot-ukrainskih.html

7) Thomas Da Silva, Les volontaires russes dans les guerres de l’ex-Yougoslavie, mémoire de Master, ECOR- UFR Langues et civilisations étrangères ParisX-Nanterre, 2014

8) Sans aucun hasard, lorsque les séparatistes du Donbass ont lancé leur offensive pour prendre l’aéroport de Donetsk aux forces ukrainiennes en janvier 2015, les dirigeants de Transnistrie ont mis leurs unités militaires en état d’alerte à la frontière avec l’Ukraine pour être prêts à intervenir…

9) Nathan Dubovitsky, ‘‘Dans le ciel’’, mars 2014, revue en ligne Ruspioner.ru

10) Valéry Guerrasimov, dans le magazine russe « Le courrier militaro-industriel », février 2013

 

 

Annexe

 

La stratégie serbe des ‘‘interfronts’’

durant les années 1991-1995

 

Les opérations mises en œuvre au profit du nationalisme russe depuis l’implosion de l’URSS sont comparables point par point à celles développées entre 1991 et 1995 par Belgrade pour soutenir les irrédentistes serbes de Croatie et de Bosnie. Les services de sécurité de Slobodan Milosevic (le Sluzba Drzavne Bezbednosti – SDB- dont les liens avec le KGB étaient anciens) eurent en effet recours aux mêmes techniques en Slavonie, en Krajina et en Republika Srpska, l’entité serbe de Bosnie, comme l’a établi le Tribunal pour l’ex-Yougoslavie (TPY). Il s’agissait là de former une ‘‘Grande Serbie’’ homogène, plutôt que de conforter une sphère d’influence.

Circuits clandestins en Croatie

Pendant l’été 1990, en réaction à la sécession des nationalistes croates de la Fédération yougoslave, Slobodan Milosevic décida d’aider les rebelles serbes de Krajina. Dans cette région montagneuse de Croatie, le chef de la police de Knin avait déjà ordonné à ses hommes d’équiper la population en armes et en munitions. Le 17 août, des barricades se multiplièrent sur les routes tandis que la télévision de Belgrade multipliait les témoignages de soutien aux insurgés. Deux jours plus tard, un référendum décidait de l’autonomie du territoire. Des écrivains et des journalistes attisaient les feux. L’un d’eux, Brana Crncevic, affirma ainsi, à propos des crimes du nettoyage ethnique : ‘‘les crimes serbes relèvent de Dieu, ceux des autres du diable’’… Dans ce contexte, le chef d’état-major des armées yougoslaves Blagoje Adzic, une fois rallié au projet ‘’grand serbe’’ de Milosevic, donna aux unités paramilitaires serbes, le statut de ‘‘membres des forces armées yougoslaves’’.

Le soutien aux rebelles organisés en milices avait été confié à une cellule du ministère de l’Intérieur serbe chapeautée par Jovica Stanisic, le chef de la sécurité de Serbie (SDB). Les unités spéciales du service, supervisées par Radovan Stojicic, en constituaient le fer de lance. Des contractuels capables d’encadrer les combattants locaux furent aussi recrutés. A partir de mars 1991, les bras armés des partis ultranationalistes, mais aussi des bandes de délinquants, se lancèrent dans l’aventure, à l’instar de la milice de Vojislav Seselj, chef de file du parti radical serbe (15% de l’électorat serbe) ou des ‘‘Aigles blancs’’ adossés au parti du Renouveau serbe (SNO). De dangereux illuminés furent installés à leur tête, tel Dragoslav Bokan, un philosophe néo-fasciste, cinéaste à ses heures… Des hommes de main issus de la pègre furent aussi mobilisés, comme ‘‘Arkan’’, président des supporters du club de football de l’Etoile rouge de Belgrade et fils d’un colonel des renseignements militaires. Tout au long du conflit, avant d’être liquidé en plein Belgrade par ses commanditaires, il s’employa à contrôler les trafics d’essence, de cigarettes et de drogue (1).

La base militaire de Bubanj Potok, dans la banlieue de Belgrade, servait de point de rassemblement à ces troupes composites. Leur mission fut de débuter la ‘‘purification‘‘ des zones ciblées, avant l’intervention d’unités régulières. Au total, plus de 12 000 paramilitaires cornaqués par la police secrète combattirent pour ‘‘libérer‘‘ les territoires de la Krajina et de Slavonie après en avoir chassé ou tué les habitants restés fidèles à Zagreb. En 1994, Radmilo Bogdanovic, alors ministre de l’Intérieur de Serbie, évoquait ainsi l’action de l’un des leaders serbes tirés de nulle part pour diriger l’administration des ‘‘territoires libérés’’ : ‘‘Goran Hadzic est un magasinier presque illettré que nous avons élevé au rang de président de la République de Krajina après qu’il a promis de faire tout ce que nous lui demanderions’’.

L’irrédentisme serbe en Bosnie

La déstabilisation de la Bosnie-Herzégovine (BH) suivit la même voie, dans un contexte particulier : Slobodan Milosevic savait que l’OTAN n’envisageait alors aucune réaction contre lui. L’ouverture des hostilités fut précédée par la déclaration d’autonomie des six régions qui composaient la partie majoritairement serbe de la République. Les cadres du parti démocrate serbe (SDS) avaient concocté dès décembre 1991 un plan de maillage des territoires convoités pour les regrouper en une ‘‘République du peuple serbe de BH’’ qui se dota, en août 1992, d’un Parlement. Les sections du SDS reçurent des directives secrètes ordonnant la création d’états-majors de crise en vue de la prise du pouvoir… et de ‘‘l’épuration ethnique’’. Encadrées par les élus municipaux et par des policiers issus de leurs communautés, ces structures préparèrent la prise de contrôle des bâtiments publics, ainsi que l’armement des populations serbes, en relation avec les unités de l’armée fédérale stationnées dans ces secteurs (2). Les mêmes groupes paramilitaires qui étaient intervenus en Croatie occupèrent vite le terrain, encadrés là aussi par les chefs des services de sécurité (SDB). La propagande constitua une dimension décisive de cette mobilisation. Son objectif était de réveiller la ‘‘haine ethnique’’ et de conforter l’idée que la ‘‘séparation’’ était la condition nécessaire de la survie des Serbes. Milosevic a toujours assuré qu’aucun militaire venu de Serbie ne se trouvait sur le territoire bosniaque. En fait, Belgrade s’employa tout au long de ce conflit qui s’acheva en 1995 par les accords de Dayton à infiltrer des officiers, des médecins, des spécialistes des transmissions ainsi que des forces spéciales.

 

9)             Jacques Massey, Nos chers criminels de guerre, Flammarion, 2006

10)          Florence Hartmann, Milosevic, la diagonale du fou, Folio, 2002


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *