Les défis contemporains de la clandestinité (I)

clandestine 3La notion de « légende » est fondamentale dans les opérations clandestines. Elle consiste en l’ensemble d’éléments (vrais-faux documents, éléments faussement personnels, apparences, rumeurs) qui accrédite l’identité d’emprunt des opérationnels, à titre individuel ou en groupes, lors d’une mission clandestine. Mais toute légende contribue à une démarche plus globale de clandestinité. Au niveau tactique, elle occulte les préparatifs d’une action, peu importe si elle est revendiquée ou non a posteriori. Au niveau stratégique, elle assure le « déni plausible », dissocie l’opération de son commanditaire et épargne à ce dernier les conséquences politiques.

Depuis quelques décennies, cette notion est malmenée par certaines réalités contemporaines. Cela fut notamment illustré par l’affaire du « Rainbow Warrior », où la clandestinité de l’opération française n’a pas tenu pour plusieurs raisons. Certaines d’entre elles relevaient des erreurs opérationnelles, mais d’autres étaient des limites structurelles de l’exercice dans le monde actuel, comme l’expliqua plus tard Xavier Maniguet dans son livre-témoignage((1)). Cela aboutit à une question primordiale : est-il encore possible d’assurer une clandestinité qui supporte des investigations ?

Dans ce premier tome de l’analyse, la focale se fera sur la légende stricto sensu. Dès lors qu’une opération clandestine implique une reconnaissance du terrain et une préparation sur place, il est difficile d’assumer une légende pour de simples personnes physiques, notamment pour justifier des mouvements financiers ou des manœuvres logistiques. Il est ainsi pertinent de s’interroger sur la possibilité d’utiliser des personnes morales comme écrans (1). Mais, le problème majeur reste celui de la couverture des opérationnels comme individus (2) ; autant les personnes morales peuvent apparaître et disparaître avec une confidentialité relative, autant les traces bureaucratiques, électroniques et biométriques d’un être humain persistent. Il y a aussi l’enjeu de garantir la légende concernant les matériels – les équipements de surveillance, les armes et autres utilitaires des agents ne doivent pas dénoncer leur identité réelle (3).

  1. Les personnes morales

Une personne morale se caractérise d’abord par une forme juridique, dont le choix implique une marge de manœuvre plus ou moins grande ; cela constitue donc un véritable enjeu (a). Les obligations sur la comptabilité et la gestion comprennent par ailleurs des pièges mais aussi des possibilités (b), tandis que le financement est le défi (c) par excellence.

a. L’enjeu de la forme juridique

La forme juridique de l’entité-écran n’est pas innocente : elle implique des contraintes de fonctionnement qui peuvent gêner le bon déroulement de l’opération, avec des obligations d’audit et de transparence.

Si c’est la forme d’une entreprise à but lucratif, il faut assurer l’équilibre des comptes et les flux de trésorerie, assurer la publicité de la stratégie et des opérations parfois, rendre des comptes aux actionnaires et aux créanciers((2)). Si c’est le forme d’une Organisation Non Gouvernementale (ONG) qui est adoptée, il y a des contraintes diverses selon les pays vis-à-vis des autorités publiques, qui peuvent se révéler difficiles dans les pays autoritaires((3)). De plus, il y a le contrôle par la société civile ; il y a un risque que des acteurs non-étatiques, y compris des Governmental Oriented Non Governmental Organizations (GONGO) en réalité, n’imposent des contraintes plus ou moins arbitraires, sous peine d’une campagne de “naming & shaming »((4)).

Par contre, certains pays offrent des marges de manœuvre, aussi est-il intéressant d’étudier leur cadre juridique pour saisir pareilles opportunités. Ainsi, une ONG peut avoir une activité entrepreneuriale dans certains Etats des Etats-Unis, ou encore obtenir un accord avec l’Internal Revenue Service (IRS) – le service fédéral des impôts américain – pour une exemption d’impôt, même en cas d’activité rémunératrice.

b. Les pièges et possibilités de la comptabilité-gestion

Les obligations de transparence passent essentiellement par des pièces comptables, qui sont révélatrices de la gestion interne. Deux possibilités existent alors : compartimenter les activités de la société-écran et de l’opération elle-même ; faire basculer des ressources de la personne morale vers l’opération clandestine, avec un alibi assez solide. Dans le premier cas, le secret est résolument protecteur : les matériels et l’argent destinés à l’opération le sont exclusivement et ne compromettent pas ceux destinés à l’écran, qui sert uniquement à maintenir la présence de personnels. Le seul écueil de cette méthode, c’est d’exiger une chaîne logistique supplémentaire, totalement secrète, qui exige des mesures de prudence telles que des volumes logistiques discrets. Dans le second, la société permet de justifier des importations-exportations conséquentes de matériel et d’argent, mais avec toujours le risque que les audits requis ne révèlent une incohérence.

Dans ce cas, une solution de facilité se dégage a priori : émettre des pièces comptables cohérentes entre elles mais totalement infondées, appelées à abuser des contrôleurs incompétents ou corrompus. Mais, c’est ignorer le risque d’un contrôle sérieux : auquel cas, il apparaît préférable de jouer sur les limites de l’audit en économie libérale. En effet, l’évaluation de la valeur ou de l’usage de biens, la part de l’immatériel dans une transaction, sont autant d’éléments prêtant à subjectivité sur lesquels il est possible de jouer((5)).

c. Le défi des financements

Pour financer une opération clandestine au travers d’une entité-écran, il est certes possible de recourir à des transferts en liquide. Il existe deux hypothèses : soit l’argent vient de fonds spéciaux, transite par d’autres sociétés-écrans jusqu’à l’entité finale ; soit l’argent vient de particuliers, intermédiaires de l’Etat commanditaire et qui sont prêts à procéder à ces financements contre des contreparties, à moins qu’ils ne partagent les objectifs de l’opération concernée((6)).

Dans le premier cas, de l’argent débité de comptes publics présente deux écueils : même s’il s’agit de comptes spéciaux et que cet argent est ventilé sous couvert du secret, il n’en reste pas moins des pièces comptables qui risquent de fuiter ; la ventilation n’est efficiente que si elle passe par une longue chaîne complexe de sociétés-écrans, qui exige un surcoût pour son montage et son entretien, d’autant plus qu’il faut planifier leur propre légende. Dans le second cas, se financer auprès de particuliers « amis » compense les limites de la première méthode, mais en comprend d’autres. Cela n’est pertinent que si les liens entre l’Etat commanditaire, notamment ses services, et ces financiers sont inconnus ou occultes. Il se pose aussi la question des contreparties, qui ne doivent pas devenir exorbitantes ou contre-productives pour la stratégie d’Etat. Mêler des particuliers aux circuits de financement, c’est prendre le risque qu’ils ne cherchent à peser par ce biais dans la chaîne de décision ou, de manière plus insidieuse encore, engrangent des informations dont ils se serviraient après pour des initiatives personnelles.

Il est intéressant de procéder à une distribution par des canaux multiples, correspondant à des personnes physiques. Les apports de personnes physiques sont pratiquement ou juridiquement plus difficiles à encadrer((7)), tout en fournissant le déni plausible à l’entité réellement émettrice de l’initiative individuelle. A ce titre, l’opportunité de recourir à des réservistes ou à des honorables correspondants des services de renseignement pour jouer ce rôle de financiers ou de donateurs apparaît.

  1. Les personnes physiques

La légende des personnes physiques subit en aval une généralisation de l’échange automatique d’informations (a), entre administrations au niveau international, qui est d’autant plus entravant qu’elle se fonde sur des banques de données en amont (b). Il se pose aussi la question de la biométrie, qui peut paraître comme une impasse technologique (c).

a. En aval, l’échange automatique d’informations

La collaboration administrative et judiciaire internationale pose de nombreux problèmes pour le maintien d’une légende. Certes, il y a peu de risques que l’administration du pays d’origine ne désigne leur ressortissant comme agent, que cela soit en raison d’une culture patriotique ou du secret d’Etat, ou en raison d’une obligation légale. En France, la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) du 14 mars 2011((8)) est venue compenser les lacunes de cette protection, avec son article 27 sanctionnant la révélation des identités réelles des agents, constatées lors de l’affaire du Rainbow Warrior((9)). Il manquait à cette loi une qualification juridique des « services spécialisés de renseignement », que le décret n° 2014-474 du 14 mai 2014 pris pour l’application de l’article 6 nonies de l’ordonnance n° 58-1100 du 17 décembre 2014 a inséré dans le droit positif((10)). Le risque principal reste dans ce cas une réponse maladroite qui, par ses silences ou ses mensonges grossiers, permettrait de déduire l’activité réelle de l’individu visé par la demande.

Par contre, rien n’interdit à un pays tiers mais impliqué malgré lui, avec par exemple l’utilisation de faux passeports de sa nationalité((11)), de fournir une réponse qui déconstruise la légende. Il n’y a pas beaucoup de parades possibles face à ce risque : l’une d’elles serait de disposer d’un réseau d’agents dans ces pays « instrumentalisés », aptes à manipuler l’administration locale pour qu’elle fournisse des réponses erronées. Mais, c’est courir un grand risque : à moins de satelliser franchement pareil pays, qui perdrait alors tout intérêt car notoirement suspect, il y aura toujours des autorités autonomes sur place que les agents ne pourront jamais totalement berner ou influencer, non sans courir le risque que le réseau ne se dévoile et provoque un scandale supplémentaire.

Cela nous oriente vers une autre piste, d’autant plus prometteuse qu’elle permet de contenir un autre problème.

b. En amont, les banques de données

En effet, l’échange d’information n’est que le révélateur d’un handicap en amont, qui est la propension du monde contemporain à garder trace de beaucoup d’activités du plus grand nombre, de par le double phénomène de la bureaucratisation et de l’informatisation. La collaboration internationale n’est efficiente contre les légendes des agents qu’en raison de toutes les traces qu’ils ont laissées préalablement derrière eux. Paiements électroniques, retrait de liquide aux distributeurs, posts sur des blogs ou recherche sur le Net, géolocalisation, enregistrement par des caméras CCTV ou par les smartphones de particuliers ; les exemples sont nombreux. L’affaire Snowden a démontré que les services chargés du SIGINT((12)) étaient dorénavant capables de collecter et surtout de traiter toutes ces données massives, et ce même en le soutirant à des banques de données ne dépendant pas d’eux juridiquement.

Deux possibilités se dégagent face à cette surveillance généralisée : soit recourir au « cyber » pour assurer la couverture des agents, mais aussi pour altérer le processus de collaboration internationale, comme entendu ci-dessus, en manipulant les données ; soit en suivant une procédure « en sas », c’est-à-dire une série de points de bascule couverts par des angles morts – zones exemptes de CCTV, mise à l’écart des « smart objects ».

La première méthode a le mérite de la simplicité, pour ne pas dire de l’évidence : il s’agit surtout d’un problème lié à la numérisation, c’est donc au niveau informatique qu’il faut le régler. Elle présente néanmoins deux limites : il faut être bon, très bon, mais aussi très prudent sous peine que la manipulation des données ne soit découverte et que toutes les opérations adossées ne soient soupçonnées, voire découvertes((13)) ; cela ne marche pas avec certains pays qui, par arriération technique ou par paranoïa d’Etat, n’ont pas généralisé la mise en réseau comme dans les pays OCDE.

c. Une impasse technologique : la biométrie ?

Si un agent ne peut pas mentir sur quelque chose, a priori, c’est sur son corps. C’est toute la limite des couvertures : un enquêteur disposant de films avec les visages, d’objets recouverts d’empreintes digitales ou d’une trace ADN ne manquera de corréler ces éléments avec une occurrence antérieure ou ultérieure. Cela risque de démontrer, si ce n’est une incohérence avec l’identité d’emprunt, du moins la démonstration d’une identité multiple, avec ce que cela implique. Cela peut même permettre de suivre tout le parcours emprunté et de dévoiler l’opération, y compris des éléments compromettant le commanditaire, tels qu’un passage par l’ambassade du pays commanditaire, un recours à un honorable correspondant identifié comme tel, ou la manipulation de matériels militaires typés.

Certes, des subterfuges existent : un couvre-chef, des lunettes ou une barbe-postiche, sans même parler des passe-montagnes, peuvent toujours abuser les systèmes de reconnaissance faciale((14)) ; des gants, y compris des gants médicaux à la fois solides et peu épais donc maniables, évitent de laisser des empreintes digitales.

Mais, tous ces subterfuges connaissent deux limites : d’une part, si l’opération implique de se confronter à des professionnels ces derniers relèveront ces procédures et l’effet de surprise sera perdu, ou si des enquêteurs avertis tombent sur ces méthodes en amont ou en aval ils comprendront ; d’autre part, un incident est vite arrivé dans le feu de l’action. Un gant qui se déchire et l’agent pose sans réfléchir la main sur une surface lisse, laissant une empreinte exploitable ; un coup de vent qui soulève la casquette, censée préserver les traits de l’attention des caméras ; une éclaboussure de salive ou de sang laissée derrière soi, avec donc de l’ADN exploitable.

Ce dernier cas est le plus problématique : autant est-il facile de recouvrir ses mains ou son visage, autant éviter qu’un cheveu ne tombe ou qu’un mauvais coup n’aboutisse à quelques gouttes de sang relèvent de la gageure. Une solution reste envisageable : recourir à la thérapie génique. Ce procédé, qui existe depuis la fin des années 1980 mais a connu des développements importants au tournant des années 2000, permettrait de modifier l’ADN du sujet et par ricochet son apparence physique, à quelques détails près dont les empreintes digitales((15)).

Néanmoins, cette méthode apparaît aléatoire : elle est non seulement chère à acquérir et à exploiter sur la durée, mais une incertitude persiste sur les effets secondaires pour la santé. Des problèmes ont déjà été constatés sur certains patients, dont des décès((16)), ce qui est compréhensible à l’aune de l’épigénétique. En effet, les scientifiques ont réalisé que l’ADN, même d’un individu sain et mature, était en évolution constante sous l’effet de l’environnement, notamment des pathogènes et des hormones, y compris celles découlant de réactions émotionnelles((17)). Cela rend aléatoire les conséquences des modifications génétiques, ce qui fait de pareille opération un cas moral puisqu’une « épée de Damoclès » serait suspendue au-dessus des agents.

  1. L’anonymisation des matériels

Il importe de s’assurer que les matériels employés garantissent l’anonymat (a). En cas d’action, l’emploi d’armes peut s’imposer et cela requiert de s’interroger sur la nature de ces armes afin de préserver la légende (b). Plus largement, l’opportunité de détruire les identifiants de tout matériel employé se pose (c).

a. Des équipements d’origine duale

Les équipements dédiés aux opérations peuvent comprendre également des indications sur leurs utilisateurs, ce qu’il convient de contrecarrer. Le mieux apparaît d’utiliser des matériels disponibles sur le marché civil : par exemple, les équipements de surveillance se sont démocratisés et sont accessibles dans certaines boutiques ou sur l’Internet((18)). Même lorsque l’opération exige des techniques plus sophistiquées que ce que les produits librement accessibles permettent, rien n’interdit aux départements techniques des services de renseignement de combiner des technologies civiles pour créer un « bricolage » dual. Le lieu commun du nerd((19)) ingénieux ferait accroire que pareil montage est potentiellement le fait d’un autodidacte doué((20)).

b. La question de la nature et de l’origine de l’armement

Les armes constituent un répertoire à part de matériels : évidemment sensibles, elles risquent de susciter la crainte et le soupçon si elles sont découvertes. Plusieurs options existent afin d’assurer une légende à ces utilitaires. Premièrement, il peut s’agir d’armes dites « exotiques », spécialement forgées par les équipes scientifiques des services de renseignement afin de donner l’apparence d’un objet bénin((21)). Le problème avec ces armes est qu’en cas de découverte, cette dernière est complètement inopportune et désigne ostensiblement les agents repérés comme tels. Deuxièmement, les armes employées peuvent relever de celles dites « par destination » ; ce sont des utilitaires du quotidien détournés de leur but initial à des fins coercitives voire létales. Comme l’avait théorisé un manuel de la CIA dédié aux méthodes d’assassinat, pareilles méthodes peuvent s’avérer pertinentes si la cible est privée de tout dispositif de protection – elles ont aussi le mérite de mieux se prêter à un camouflage de la mort en accident ou en suicide. Mais le même document souligne les limites de ce modus operandi face à une cible ou un adversaire conscient de la menace, ou disposant de forces de sécurité ; le recours à des armes stricto sensu s’impose alors. Cela exige par ailleurs une maîtrise peu commune du combat au corps-à-corps, ce qui limite le nombre de personnels assignables à pareilles missions((22)).

Troisièmement, la dernière option consiste à s’approvisionner en armes sur le marché noir ou sur un marché autorisé, mais sous une identité d’emprunt pour fausser les pistes. Le marché étatsunien des armes comprend plusieurs failles béantes, comme l’absence de prévention contre l’usage de prête-noms ou d’intermédiaires. Utiliser ainsi les failles du marché légal apparaît préférable que chercher à s’approvisionner auprès de trafiquants ; ces derniers peuvent se retrouver sous contrôle de forces de police et donc compromettre leurs acheteurs potentiels((23)).

c. L’opportunité de rendre anonymes tous les matériels employés

Le souci de clandestinité peut aller plus loin concernant tous les matériels envisageables – équipements de surveillance, armes, véhicules -, cela peut aller jusqu’à retirer ou déformer les éléments de reconnaissance afin de prévenir une enquête approfondie sur les circonstances de leur obtention. Par exemple, retirer les étiquettes sur les vêtements ou détruire les indicatifs sur les armes à feu. Mais cet exercice a ses limites, certaines indications ne peuvent être supprimées : il est ainsi impossible de retirer les rayures du canon qui donnent les signatures balistiques. Il semble plus pertinent de laisser des éléments permettant aux enquêteurs de remonter jusqu’à l’acquisition de ces matériels, mais afin de les amener à une impasse. La dite acquisition aurait eu lieu sous une identité d’emprunt, parfois même avec le souci subsidiaire de faire accroire que c’est un tiers qui a acquis ces équipements – le soupçon portera sur un autre acteur pour qui le discrédit est recherché.

  1. « French bomber : Enfin la vérité sur le Rainbow Warrior », Xavier Maniguet, Michalon (2007). []
  2. Dans le cas français, les entreprises cotées ont une obligation de communication vers le marché, qui est définie par la Loi de Sécurité Financière (LSF) du 1er août 2003. Lire à ce sujet le rapport d’information n°431 du sénateur Philippe Marini, « La loi de sécurité financière : un an après » (27/07/2004), disponible sur http://www.senat.fr/rap/r03-431/r03-431_mono.html []
  3. L’exemple de la Russie qui a adopté en 2012 une loi contraignant les ONG ayant « une activité politique » et bénéficiant de financements de l’étranger à se soumettre à des contrôles étroits, en plus de se déclarer elles-mêmes « agents de l’étranger » et donc de dégrader leur propre image, est ici emblématique. Lire « La Russie met sous contrôle les ONG, ces « agents de l’étranger » », Le Monde.fr avec AFP, Le Monde (06/07/2012), disponible sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/07/06/la-russie-met-sous-controle-les-ong-ces-agents-de-l-etranger_1730427_3214.html []
  4. Un GONGO est une ONG faussement indépendante, qui sert en réalité d’auxiliaire pour un Etat à des fins de propagande ou d’influence. Lire un article exhaustif sur cette question : “What is a GONGO?”, Moisés Naim, Foreign Policy (18/04/2007), disponible sur http://www.foreignpolicy.com/articles/2007/04/18/what_is_a_gongo []
  5. Lire le numéro 20 de « Capital immatériel », Goodwill Management (décembre 2013), consacré à cet enjeu de l’évaluation du capital immatériel et de la difficulté de l’évaluer. []
  6. Un exemple connu où un financier a accepté de financer une opération clandestine fut l’opération Jennifer, dite aussi « opération Arizona », de la CIA de 1972 à 1974. Le milliardaire Howard Hugues avait alors accepté de financer et de réaliser une mission maritime d’exploration scientifique, qui servait de couverture au renseignement américain pour récupérer un sous-marin soviétique échoué. Lire “The Jennifer Project”, Clyde W.  Burleson, Texas A&M University Press (1997), pp 33 et 157-158. []
  7. Cette difficulté de reconstituer les circuits de financement passant par une ventilation aussi éclatée a déjà été soulevée, avec le financement de la campagne de Barack Obama en 2008 qui avait suscité des doutes sur l’origine de nombreux dons individuels, de l’aveu même de l’équipe démocrate. Lire « Obama pulvérise tous les records de levée de fonds », Adèle Smith, Le Figaro (21/10/2008), disponible sur http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/2008/10/21/01017-20081021ARTFIG00379-obama-pulverise-tous-les-records-de-levee-de-fonds-.php?pagination=2 []
  8. Lire la loi n° 2011-267 du 14 mars 2011 d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, disponible sur http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023707312&categorieLien=id []
  9. « French bomber : Enfin la vérité sur le Rainbow Warrior », Xavier Maniguet, Michalon (2007). []
  10. Le décret est disponible sur http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028930926&categorieLien=id Le rapport relatif à l’activité de la délégation parlementaire au renseignement pour l’année 2014 relève cette évolution, en sa page 26. Le rapport est disponible sur http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-off/i2482.pdf []
  11. Les passeports suisses des faux époux Turenge ont été caractéristiques de la limite de cet exercice. Ibidem. []
  12. Signal Intelligence : renseignement des signaux électroniques. []
  13. Par exemple, l’opération Olympic Games qui consistait en le sabotage des centrifugeuses iraniennes par des virus informatiques a capoté en raison d’une programmation précipitée. Pressés de produire une version améliorée, les informaticiens de la NSA auraient laissé une coquille dans le code du malware, ce qui a eu pour conséquence que le virus s’est aventuré sur l’Internet alors qu’il était censé s’en tenir à l’écart, ce qui a abouti à sa découverte. Lire « Obama – Guerres et secrets », David E. Sanger, Belin (2012). []
  14. Lire « Ce logiciel démasque les suspects », Louise Colcombet, Le Parisien (23/08/2014), disponible sur http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/ce-logiciel-demasque-les-suspects-23-08-2014-4080099.php []
  15. Lire les articles suivants :  Powell R, Buchanan A (2011). « Breaking evolution’s chains: the prospect of deliberate genetic modification in humans ». J Med Philos 36 (1): 6–27. doi:10.1093/jmp/jhq057.PMID 21228084 ; Baylis F, Robert JS (2004). « The inevitability of genetic enhancement technologies ».Bioethics 18 (1): 1–26. doi:10.1111/j.1467-8519.2004.00376.xPMID 15168695 ; Evans, John (2002). Playing God?: Human Genetic Engineering and the Rationalization of Public Bioethical Debate. University of Chicago Press ; Gene Therapy and Genetic Engineering. The Center for Health Ethics, University of Missouri School of Medicine. 25 Apr. 2013 ; Roco MC, Bainbridge WS (2002). Journal of Nanoparticle Research 4 (4): 281–295.doi:10.1023/A:1021152023349. []
  16. Lire les articles suivants :  Korthof G. « The implications of Steele’s soma-to-germline feedback for human gene therapy » ; Woods NB, Bottero V, Schmidt M, von Kalle C, Verma IM (2006). « Gene therapy: Therapeutic gene causing lymphoma ». Nature 440 (7088): 1123. doi:10.1038/4401123a.PMID 16641981 ;Thrasher AJ, Gaspar HB, Baum C, Modlich U, Schambach A, Candotti F, Otsu M, Sorrentino B, Scobie L, Cameron E, Blyth K, Neil J, Abina SH, Cavazzana-Calvo M, Fischer A (2006). « Gene therapy: X-SCID transgene leukaemogenicity ». Nature 443 (7109): E5–E6; discussion E6–7. doi:10.1038/nature05219PMID 16988659 ; Young, Susan (11 February 2014) Genome Surgery MIT Technology Review, Retrieved 17 February 2014 ; (31 October 2013) Gene therapy needs a hero to live up to the hype The New Scientist, Retrieved 2 November 2012 ; Crasto, Anthony Melvin (2013) Glybera – The Most Expensive Drug in the world & First Approved Gene Therapy in the West All About Drug, Retrieved 2 November 2013 ; ORNL.gov. ORNL.gov. Retrieved on 15 December 2012 ; Frank KM, Hogarth DK, Miller JL, Mandal S, Mease PJ, Samulski RJ, Weisgerber GA, Hart J (2009). « Investigation of the Cause of Death in a Gene-Therapy Trial ». New England Journal of Medicine 361 (2): 161–169. doi:10.1056/NEJMoa0801066PMID 19587341. []
  17. Lire les articles suivants : Fraga, M. F., Ballestar, E., Paz, M. F., Ropero, S., Setien, F., Ballestar, M. L., … & Esteller, M. (2005) Epigenetic differences arise during the lifetime of monozygotic twins. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 102(30), 10604-10609 ; Humpherys, D., Eggan, K., Akutsu, H., Hochedlinger, K., Rideout, W. M., Biniszkiewicz, D., … & Jaenisch, R. (2001) http://mcdb.colorado.edu/courses/4790/Papers/Humpherys%20D2001Science29395-7.pdf [archive]Epigenetic instability in ES cells and cloned mice]. Science, 293(5527), 95-97 ; Rapport d’activité de l’unité Biologie Cellulaire du Noyau« Yves Combarnous, Les HORMONES ». Consulté le 2013-04-08 ; Morin, Hervé, « Une étude suédoise questionne le darwinisme », Le Monde, 28/12/2002. []
  18. Nombre de ces articles en accès libre sont accessibles sur Google Shopping. Voir à https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=cam%C3%A9ras+espion&tbm=shop []
  19. Un nerd est dans l’imagerie populaire anglo-saxonne un surdoué des sciences et notamment de l’informatique, réputé asocial et maladroit sur le plan relationnel. []
  20. Un cas de fiction pertinent ici est l’insonorisation de l’avion du Premier ministre japonais par la CIA, dans le roman de Tom Clancy « La Somme de toutes les peurs ». L’opérationnel de la CIA chargé de cette mission explique que le système d’écoutes a été créé à partir d’électronique grand public et d’origine japonaise ; l’intention est d’orienter les pistes en cas de découverte inopportune du dispositif vers les journalistes japonais. Lire pp 546 à 548 de « La Somme de toutes les peurs », Tom Clancy, Le livre de poche (1991). []
  21. Des cas connus de pareils dispositifs sont le parapluie bulgare ou la sarbacane à air comprimé du SDECE. Lire les pages 46 et 48 de l’ « Encyclopédie du renseignement et des services secrets », Jacques Baud, Lavauzelle (1998). []
  22. Toute cette démonstration provient d’un manuel d’entraînement de la CIA daté de 1953, intitulé « The Assassination Manual » et dont le but est d’exposer une méthodologie de l’assassinat clandestin aux opérationnels de l’Agence. Lire les pages I à IX des annexes, au milieu du livre, de « Les armes secrètes de la CIA – Tortures, manipulations et armes chimiques », Gordon Thomas, nouveau monde (2006). []
  23. En France par exemple, c’est à cette fin entre autres que la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure du 14 mars 2011 a modifié la Code de la Défense, en y rajoutant un article L2371-1 qui cautionne l’emploi d’identités d’emprunt par des agents de renseignement, extérieur et intérieur. Le texte est disponible sur LégiFrance, à http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023707312&categorieLien=id []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *