Les défis contemporains de la clandestinité (II)

clandestine 2

Dans la suite du premier volet de cette analyse, la clandestinité sera abordée plus largement comme les démarches qui contribuent à assurer le « déni plausible » indépendamment de la légende. Le premier tome a identifié les difficultés à assumer une légende dans le contexte actuel. D’où une tentation, renoncer à envoyer des agents en propre, citoyens du pays et fonctionnaires de plein droit des services, qui seraient exposés constamment et risqueraient de compromettre leur commanditaire.

Cela se résume à recourir à des agents économiquement intéressés, des prestataires de services (1), ou à des exécutants politiquement motivés, des proxies (2). Pour autant, employer uniquement des sous-traitants extérieurs est-il fiable ? Cela nous ramène à l’emploi d’agents en propre, recrutés par une filière elle-même clandestine (3). Au-delà du choix des agents, la clandestinité exige un travail en amont de désinformation afin de préparer les esprits à adopter l’histoire censée couvrir l’opération et ses commanditaires (4).

  1. Les prestataires de services : une simple question d’argent ?

La tentation de recourir à des exécutants motivés par la rémunération peut être présente : il s’agit de personnes dénuées de liens organiques avec les services. Le seul lien entre les prestataires de services et le commanditaire est l’argent qui peut être transféré de manière clandestine, comme décrit précédemment. De plus, il n’y a pas de lien sociologique (idéologique, affectif, institutionnel) avec les personnels des services qui puisse dissuader ces derniers de rompre, de se désolidariser de ces prestataires en cas de découverte, de capture ou de faute.

Par contre, les prestataires présentent trois difficultés. La plus grave, c’est la loyauté qui est le corollaire de l’absence de lien intime avec les services – à moins de les surveiller en permanence ou d’avoir un levier de pression en plus de la rémunération. La qualité est l’autre problème – distinguer le bon grain de l’ivraie n’a rien d’évident, cela exige une enquête préalable mais aussi de jauger sur pièce les individus et le groupe qu’ils constituent. Le moins gênant est le caractère de « fusible » – il faut éviter que les mercenaires, si capturés, puissent identifier leur commanditaire auprès de leurs geôliers. Ce dernier point est facilement surmontable : en partant du principe que des mercenaires compétents n’accepteront jamais de travailler pour un commanditaire anonyme – cela serait se priver d’une marge de manœuvre par rapport aux intentions de ce dernier, ou pour le menacer de tout dévoiler en cas de différend -, il serait préférable de les induire en erreur sur son identité.

Cela peut être d’autant plus pertinent si une considération parallèle ou accessoire de la stratégie opérationnelle est de prendre la place d’un acteur tiers. Mais, cela pose deux contraintes : encore une fois, il faut que cela soit bien fait, sous peine que les mercenaires soupçonnent le subterfuge, réagissent mal à cette découverte ou puissent partager avec leurs geôliers leurs doutes sur la nature réelle du commanditaire ; surtout, faute d’une intention de compromettre un tiers, il faut choisir l’identité prêtée au commanditaire avec soin, pour éviter les retombées stratégiques ou diplomatiques néfastes.

  1. Les proxies: existe-il des lignes rouges ?

Face à tous ces risques, une alternative serait de recourir à des proxies, c’est-à-dire des acteurs qui ne sont pas motivés par l’argent, du moins pas principalement, mais par une cause qui leur semble conciliable avec celle des services qui les soutiennent, du moins qui semble converger. Cela a eu lieu régulièrement par le passé, avec des résultats satisfaisants, même si trop souvent cela n’a pas permis l’effet de levier stratégique qui en était attendu. Par exemple, ce fut le cas des guerres de décolonisation en Indochine, avec les maquis des Commandos Mixtes d’Intervention et en Algérie avec les groupes anti-FLN((1)). Ce fut aussi la logique des covert actions américaines durant la Guerre froide du moins, les services de renseignement étatsuniens passaient uniquement par des proxies((2)). Comme l’argent n’est pas la motivation première de ces groupes, ils ne sont pas dans une logique de maximiser le profit à moindre coût, et ne risquent donc pas de fuir avec l’argent : ils sont là pour se battre, pour agir du moins. A défaut d’être compétents, ils sont motivés et l’apport d’une aide extérieure ne fera qu’entretenir cette motivation, de bonifier leur savoir-faire et d’octroyer au généreux sponsor une autorité sur eux, nécessaire pour influencer leurs décisions, pour partie du moins. Cela limite l’engagement et les ressources au minimum, ce qui devrait assurer la légende la plus solide.

Néanmoins, le recours à des proxies comprend trois « lignes rouges », aux frontières floues. D’abord, il ne faut pas recourir à des proxies dont la convergence avec les services serait purement occasionnelle, il faut que cela corresponde à un alignement structurel, sous peine que les ressources dispensées ne soient retournées par le proxy contre son ancien sponsor a posteriori. L’exemple emblématique de pareil risque est celui des moudjahhidine afghans, dont certains ont formé par la suite les Taliban hostiles aux Etats-Unis après avoir bénéficié de l’armement et des financements des mêmes Américains. A l’inverse, il ne faut pas que la proximité sociologique entre le pays-commanditaire, ses services et leurs proxies n’aboutisse à une fraternité entre les exécutants et les traitants, sous peine de susciter des dérives relevant de la rébellion ou de la sédition. L’un des motifs d’adhésion de membres du SDECE à l’OAS aurait été ainsi leur aigreur après avoir reçu l’ordre d’abandonner les maquisards anti-FLN qu’ils encadraient. Il y a enfin le caractère évident de la proximité idéologique entre le sponsor et le proxy qui est une gêne en soi : dès lors qu’un soutien est révélé, le soupçon se porte automatiquement vers ce pays plutôt que sur un autre.

Une solution existe pour dépasser ces handicaps : il s’agirait de recourir à un proxy qui est objectivement allié du sponsor, mais dont l’idéologie instaure quand même une distance. Là encore, pareille option présente ses propres lacunes. En raison du delta idéologique, il est difficile de se concerter franchement avec ces groupes, qui ne voudraient pas se compromettre car il y va de leur crédibilité, aussi faut-il se prêter à leur manipulation, ce qui est toujours une manœuvre hasardeuse. De plus, il faut toujours que l’action ne permette pas une montée en puissance de ces groupes au point de les rendre préjudiciables pour la stratégie à long terme.

  1. La nécessité d’agents en propre : les pistes du recrutement d’étrangers ou d’une filière clandestine

Même s’il peut être opportun de recourir occasionnellement à des prestataires de services ou à des proxies, il semble impératif de ne pas en dépendre exclusivement pour mener des opérations clandestines, faute de pouvoir les encadrer aussi bien que des agents en propre. Cela renvoie à la nécessité d’avoir des opérationnels en interne, mais selon des processus qui préservent leurs légendes.

Une solution serait de recruter des étrangers, des individus qui par francophilie seraient prêts à servir la France alors qu’ils n’en sont pas ressortissants et n’y ont pas d’attaches autres qu’affectives. Cette piste n’est malheureusement pas tenable, pour recruter de manière massive du moins : certes, beaucoup d’Européens ont rallié le Special Operations Executive (SOE) britannique durant la Seconde Guerre mondiale et ont donc été des agents britanniques((3)). Mais, est-ce que la France a l’influence internationale et surtout l’organisation requise pour l’exploiter pleinement, en l’état ? De toute façon, recruter des gens qui n’en ont pas moins des attaches à l’étranger est-il fiable ? C’est une règle inconditionnelle des services de ne jamais employer un agent étranger qui a toujours de la famille dans son pays d’origine, du moins en le faisant travailler sur sa région natale. En effet, le risque de chantage ou de pression sur lui serait trop facile, indépendamment de la sincérité de son engagement. Sans exclure cette possibilité dans l’absolu, cela ne saurait donc être la règle.

Mais alors, comment recruter des Français sans qu’ils soient identifiés comme agents des services de renseignement de leur pays ? Une possibilité : les agents de la DGSE sont des militaires de carrière, les officiers-traitants mis à part, ce qui les rend suspects dès lors que cela est avéré. Comme l’avait compris lui-même Xavier Maniguet concernant sa participation à l’affaire du Rainbow Warrior, ce qui l’avait aidé pour préserver sa propre légende était son statut de réserviste – à ce titre, il n’était pas agent à plein temps et avait une couverture d’autant plus solide que c’était sa vraie vie de civil((4)) ! Avoir des agents qui auraient par ailleurs une vie socioprofessionnelle « normale », qui couvre leur activité d’agent, pourrait être le meilleur des leurres. De plus, il semble que cela ait été longtemps la règle : de nombreux témoignages et romans écrits par des anciens font comprendre que, de 1945 aux années 1970 du moins, c’était la règle que chaque personnel d’un service ait un « vrai métier », plus ou moins réel mais qui justifiait leurs déplacements motivés par leurs missions.

De nos jours, il semblerait plus pertinent de recruter les personnels « action » des services à part des armées. En effet, une enquête approfondie du contre-espionnage adverse parviendrait à retrouver la trace d’un militaire délégué à une opération clandestine dans l’administration militaire. De plus, un militaire de carrière ne peut pas concilier son parcours professionnel avec une activité civile sur le long terme, pas de manière crédible du moins. Donc, recruter discrètement des Français ayant déjà une vie socioprofessionnelle, les former aux opérations clandestines dans un cadre distinct des armées, même si les formateurs peuvent être des soldats à la retraite ou officiellement en repos, et les laisser retourner à leurs activités jusqu’à ce que le besoin se fasse sentir, pourrait être une solution. Cela reviendrait à suivre la voie déjà tracée par les services spéciaux américains : les concepts d’ « agents noirs » et de formation d’agents civils à la clandestinité((5)) sont typiques de leur méthode.

  1. La manipulation de l’information

Toute opération clandestine exige un milieu sociétal et médiatique prompt à assimiler la légende : l’enjeu n’est pas seulement le secret sur la nature réelle de l’opération, il s’agit de satisfaire la curiosité intellectuelle de la sûreté et des services de renseignement ennemis, ou de l’opinion publique. Cela exige des « études de marché » pour savoir ce qui est croyable ou non dans les sociétés concernées((6)). Cela implique aussi de jouer sur des biais de psychologie sociale – conservatisme, conformisme, manichéisme. A ce titre, il serait intéressant de s’interroger sur les bienfaits comparés de plusieurs médias pour propager les nouvelles – journaux, radiotélévision, réseaux sociaux, « bouche-à-oreille » -, mais aussi sur les figures-types de publics visés ou de relais – politiques, chefs d’entreprise, journalistes, radicaux ou complotistes, citoyens lambda. A propos des relais, il faut s’interroger sur le bénéfice de recruter comme agents conscients des gens qui devraient pouvoir se défendre d’être des agents d’influence – une manipulation afin d’en faire des agents inconscients serait infiniment préférable pour leur sécurité et l’efficacité de leur action((7)). In fine, il semble important de coordonner l’ « action » d’un service spécial avec l’exécution d’un plan de désinformation, qui conditionnerait les esprits à l’acceptation de l’intoxication propre aux légendes opérationnelles.

La légende peut être entretenue grâce à des biais juridiques et comptables, ainsi qu’une ventilation financière assez opaque, sans oublier les manipulations humaines et technologiques (thérapie génique, piratage informatique). Mais, le meilleur moyen de préserver la clandestinité des agents et de leurs opérations reste la combinaison d’une planification opérationnelle et d’une gestion du personnel adaptées. Cette évidence rappelle la nécessité d’une formation qui sensibilise les personnels à la spécificité et aux exigences de leur activité, et ce dans une filière de recrutement civile qui sanctuarise leur légende dès le départ.

  1. Dans ce dernier cas, cela passa par des formations ponctuelles ou durables des services français comme l’unité HORS-JEU, puis le CCI, le GRE et le 11ème Choc. Ces formations encadrèrent des factions hostiles au FLN, tels que les groupes armés de pieds-noirs ou les maquis MNA. Lire « Les Maîtres-Espions – Histoire mondiale du renseignement (Tome 2 : De la Guerre froide à nos jours) », Roger Falogot et Rémi Kaufer, Robert Laffont (1993), pp157-160. []
  2. Ils ont ainsi recouru aux services de militaires putschistes comme au Guatemala en 1954, ou soutenu militairement et financièrement des groupes armés, en Angola de 1975 à 1979 par exemple. Lire « L’Atlas du renseignement – Géopolitique du pouvoir », Sébastien-Yves Laurent, Sciences Po – Les Presses (2014), pp31-34. []
  3. Lire « Agent secret de Churchill 1942-1944 », Bob Maloubier, Tallandier (2011). []
  4. « French bomber : Enfin la vérité sur le Rainbow Warrior », Xavier Maniguet, Michalon (2007). []
  5. La CIA forme ses agents, indépendamment de leur expérience préalable dans les armées ou non, à Camp Peary dit « La Ferme », à Williamsburg (Virginie) et à Harvey Point, près d’Elizabeth City (Caroline du Nord), pour le combat clandestin et les opérations paramilitaires. Son site d’entraînement au 1000 North Glebe Road, à Arlington (Virginie), dit le « Blue U », est dédié aux techniques de renseignement opérationnel (crochetage de serrures ou microphotographie, par exemple). Lire « Encyclopédie du renseignement et des services secrets », Jacques Baud, Lavauzelle (1998), pp 8-9. Quant au concept d’ « agent noir », il est mentionné au début d’un roman de Pierre Nord. Il y décrit un couple d’agents de la CIA, qui ont pour consigne de ne pas aller sur des sites officiels de l’Agence et d’établir tous leurs contacts avec leurs supérieurs par des biais clandestins. Lire « Le 13ème suicidé », Pierre Nord, Flammarion (1970). []
  6. Il s’agit ici d’éviter l’écueil auquel furent confrontés les Soviétiques durant la Guerre froide. Lorsque les activités de désinformation du KGB n’étaient pas gérées par un ancien opérationnel qui avait travaillé à l’étranger, dans le monde non-communiste, les œillères idéologiques des dirigeants et des personnels du Service A chargé de pareilles missions les amenaient à des maladresses. Cela les a ainsi amenés à tenter de faire croire que le chef du FBI J. Edgar Hoover était à la tête d’une « conspiration d’homosexuels », et ce au travers de lettres signées du Ku Klux Klan envoyées aux grands quotidiens américains. Lire les pages 334-335 et 350-351 de « Le KGB contre l’Ouest 1917-1991 – Les archives Mitrokhine », Christopher Andrew et Vassili Mitrokhine, Fayard (1999). []
  7. Les ouvrages de Serge Moscovici sont intéressants pour comprendre la capacité d’agents d’influence à imposer une vision des choses, une lecture d’analyse à une société-cible, et aussi les biais cognitifs des masses qu’il est possible d’exploiter. Le mérite de ce travail est qu’il est fondé sur des recherches expérimentales en sciences humaines et une synthèse des travaux antérieurs, indépendamment de quelques éléments critiquables comme la propension abusive à l’analyse freudienne de l’auteur. Lire « L’âge des foules », Fayard (1981) et « Psychologie des minorités actives », Serge Moscovici, PUF Sociologies (1979). []

Ce contenu a été publié dans Billets par Arnaud Borremans. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Arnaud Borremans

Diplomé d'un Master Recherche Sécurité & Défense de Paris Panthéon-Assas et d'un Master Sécurité internationale de Sciences Po, options Moyen-Orient et Intelligence studies, et actuellement en préparation des concours administratifs, notamment celui d'entrée à l'ENA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *