Note prospective Ukraine – Russie

web_UkraineA la suite de leur billet précédent (Ukraine, perspectives 2015, 5 janvier 2014), Jérôme Pasinetti et Mathieu Boulègue (AESMA), après une longue mission de terrain, présentent une analyse prospective du dossier ukrainien. S’appuyant sur une étude de situation détaillée, ils présentent trois scenarios sur un schéma de conflictualité progressive.

I. Facteurs décisionnels

L’application des « conditions de régulation politique » de Minsk 2 en Ukraine

L’Article 4 de la feuille de route de Minsk 2 prévoit, entre autres, la mise en place d’un régime ou statut spécial à l’intérieur des deux « Républiques Populaires ». Kiev est ainsi implicitement obligé de reconnaître l’existence des représentants de Lougansk et Donetsk comme des autorités quasi-légitimes ainsi que l’existence de facto des territoires de l’est. De plus, les séparatistes disposent aujourd’hui d’un droit de regard sur les modifications de la Constitution ukrainienne concernant la décentralisation et sont autorisés à organiser des élections autonomes du reste du territoire ukrainien.

Si Kiev retarde trop ce processus politique, la Russie pourrait chercher à forcer l’Ukraine par tous les moyens de pression possibles. La question du statut spécial est déjà source de désaccords majeurs sur la forme même qu’il pourrait impliquer. Depuis mi-mars et l’adoption unilatérale par la Rada ukrainienne d’une législation sur les frontières exactes du territoire sous statut spécial ainsi que sur la gouvernance temporaire, la Russie proteste contre des tentatives ukrainiennes d’introduction de « nouvelles conditions » non signées à Minsk 2. En cela, l’accord de Minsk 2 est une solution non viable sur le long terme.

La capacité de contrôle électoral et de noyautage des candidats par la Russie dans le cadre des élections régionales dans le Donbass, organisées en octobre prochain, est également un facteur interne important à prendre en compte.

Le contrôle du retrait des troupes et l’application de Minsk 2

Le retrait des troupes et des armes lourdes le long de la ligne de front définie par Minsk 2 est pour l’instant globalement unilatéral de la part des forces armées ukrainiennes. Les forces séparatistes ont annoncé à plusieurs reprises des retraits de troupes sur plusieurs points stratégiques mais sans possibilité de vérification réelle. En effet, l’Article 3 de Minsk 2 précise que la vérification de la bonne application du cessez-le-feu est placée sous la supervision de l’OSCE : l’organisation n’a toutefois pas accès à l’intégralité du territoire du Donbass et ses capacités d’action sont fortement limitées et circonscrites, d’autant plus que le mandat de l’OSCE est contrôlé par Moscou – son contenu devant d’abord être validé par les autorités russes. Ainsi, le Kremlin profite de son influence pour freiner cette partie du processus de règlement du conflit.

D’éventuelles critiques de la part de la communauté internationale vis-à-vis de ce jeu de dupe mettraient la Russie au pied du mur. En retour, ceci pourrait contraindre le Kremlin à une fuite en avant plutôt qu’un désengagement, et ainsi accentuer sa pression sur la ligne de conflit afin de durcir les positions russes et retarder d’autant le retrait.

Le statut de non-aligné de l’Ukraine et sa neutralité

Sujet abordé à Minsk 2 mais non signé dans la feuille de route du 12 février, la question du statut de non-aligné militaire et de la neutralité stratégique de Kiev risque de revenir sur le devant de la scène au moment d’une potentielle reprise des hostilités dans le Donbass. En effet, si les forces rebelles n’ont pas la capacité de mener une politique étrangère autonome, gérée par Moscou, les concessions accordées par le gouvernement de Kiev donnent à la Russie un levier supplémentaire sur le sort stratégique de l’Ukraine. La Rada avait voté, le 23 décembre dernier, pour l’abandon de cette doctrine de « non-aligné », laissant ainsi sous-entendre une candidature renouvelée dans l’OTAN.

Le Kremlin risque probablement de remettre cette question dans la balance et forcer Kiev à publiquement reconnaitre et entériner par le droit, d’une façon ou d’une autre, la promesse qu’elle ne rejoindra jamais l’OTAN (et dans une moindre mesure l’Union Européenne).

Les tentatives d’avancées de l’OTAN dans « l’étranger proche » russe

Il s’agit d’un facteur décisionnel primordial et épidermique pour le Kremlin. Sur fond de guerre en Ukraine, Moscou s’apprête aujourd’hui à répondre aux deux dernières ouvertures de l’OTAN et des Etats-Unis – le projet d’European Reassurance Initiative américain de juin 2014 et la création de la Spearhead Force de l’OTAN en février 2015. De plus, la réaction du Secrétaire général Stoltenberg le 20 mars selon laquelle l’OTAN serait « prête » à considérer la candidature de l’Ukraine est un élément de déstabilisation supplémentaire.

Que la reprise des hostilités ait lieu ou non dans le Donbass, il faut par conséquent s’attendre à une réaction et à des provocations militaires accrues de la part de la Russie dans les semaines à venir. Les exercices militaires dans la région de Pskov fin février (frontalier de l’Estonie et de la Lituanie) ainsi que la déstabilisation volontaire russe des exercices OTAN SNMG2 dans la Mer Noire début mars sont des signes avant-coureurs. L’annonce du retrait définitif du Traité CFE le 11 mars prépare un retour de la rhétorique du « sanctuaire » du territoire russe, voire annonce une potentielle reprise des tests nucléaires et/ou balistiques, ne serait-ce que pour tester la capacité de réponse de la communauté internationale. Enfin, l’annonce de l’envoi de systèmes Iskander à Kaliningrad et de bombardiers stratégiques en Crimée est une preuve supplémentaire de la motivation russe quant à la question de l’OTAN. On peut également prévoir une remilitarisation massive de l’oblast de Kaliningrad, une augmentation des troupes russes et du matériel en Biélorussie, un renforcement des capacités militaires en Transnistrie, des cyber-attaques russes dans les pays Baltes ou encore la nucléarisation ouverte de la Crimée.

Aussi, Moscou cherchera de manière croissante à affaiblir l’Ukraine depuis l’extérieur en réactivant par exemple les milieux pro-russes dans les pays Baltes ou en Hongrie, ce afin de créer un « effet d’entrain » positif au profit de la stratégie russe.

La vente d’armes offensives létales américaines à l’Ukraine est un autre facteur clé lié à la présence régionale de l’OTAN, et représente une ligne rouge ultime pour le Kremlin. Depuis plusieurs semaines, la délégation russe aux Nations Unies évoque le fait que la Russie pourrait se « rapprocher » du seuil nucléaire si Washington décidait de livrer de l’armement létal à l’armée ukrainienne. La perméabilité du seuil nucléaire avait été évoquée de manière ouverte dans le « documentaire » réalisé par la Russie pour le premier « anniversaire » de l’annexion de la Crimée. Le fait même que la question nucléaire apparaisse à ce moment prouve que Moscou est prête à aller très loin dans l’escalade de la violence concernant la question des armes américaines – et l’Europe serait la première à en payer le prix. Pour preuve, l’annonce russe ces derniers jours vis-à-vis de la position du Danemark vis-à-vis du parapluie OTAN.

Si Washington a officiellement conditionné la livraison d’armes au respect par la Russie des accords de Minsk 2, le Kremlin devra continuer d’opérer la déstabilisation dans l’ombre afin d’éviter que cette question resurgisse au grand jour. Le gouvernement américain est aujourd’hui de plus en plus sous pression face à un Congrès unilatéralement décidé à fournir des armes létales à l’Ukraine.

Ces éléments sont corollaires de plusieurs autres facteurs secondaires:

  • La perception russe de l’engagement européen vis-à-vis du voisinage partagé, concomitant à la réforme de la Politique Européenne de Voisinage et du Partenariat Oriental ;
  • L’accélération de la politique d’influence de la Pologne, fortement teintée d’un biais antirusse, au sein de l’Union Européenne, et notamment le Conseil de l’Europe, et dans l’OTAN ;
  • Le maintien de l’équilibre diplomatique avec l’Allemagne et de la survie de la « courroie de transmission » des intérêts russes ;
  • L’évolution de la politique étrangère américaine dans les mois à venir, ce dans le contexte de l’élection présidentielle de 2016 – et notamment les programmes de politique étrangère des candidats à la primaire républicaine et leurs positions vis-à-vis de la Russie ;
  • La création éventuelle d’une force de maintien de la paix au format Mission de Police Européenne sous mandat ONU : l’initiative ukrainienne est en cours de discussion entre la Rada et le Conseil de Sécurité de l’ONU. Moscou y apposera son veto mais Kiev a déjà annoncé vouloir passer par l’Assemblée Générale. Une mission hors-OSCE n’arrangerait pas les avancées russes continuelles dans le Donbass et mettrait en lumière l’absence de retrait des troupes ;
  • La construction depuis début avril 2015 de la « Grande Muraille d’Ukraine », projet de fortification défensive dont le but est de protéger physiquement le territoire d’Ukraine par l’intermédiaire de la construction d’un mur de séparation le long des 2 000 km de frontière entre la Russie et l’Ukraine. Moscou pourrait être tenté d’intervenir militairement si la construction du Mur avance comme prévu.

L’avenir des sanctions

Les sanctions occidentales et leur maintien sont pour l’instant un facteur non-militaire de contrôle des ambitions russes dans le Donbass et plus largement en Ukraine. Maintenues au niveau européen au moins jusqu’en septembre 2015 pour les gels d’actifs et les interdictions de voyager, les sanctions sont elles aussi conditionnées par l’application du volet militaire de Minsk 2 par la Russie (retrait des troupes et des armes lourdes). Une décision légale d’extension des sanctions sectorielles sera prise en juillet prochain au niveau européen, alors même que les Etats-Unis risquent de les renforcer d’ici-là. Il s’agit pour le moment d’un poids non-négligeable qui pousse Moscou à ne pas dépasser une certaine limite dans la montée des hostilités militaires dans le Donbass : le moindre signe de faiblesse de la part de l’Occident sur ce dossier pourrait pousser le Kremlin à aller de l’avant.

En ligne de mire, la question gazière entre l’Ukraine et la Russie – entre Naftogaz et Gazprom – est un autre facteur économique à prendre en compte : la renégociation du contrat Gazprom à partir du 1 avril va revenir sur le devant de la scène internationale, de même que la question de l’achat de gaz russe par l’Ukraine. Une implication trop visible des autorités occidentales et leur pression sur ce dossier – que Moscou estime être totalement bilatéral – pourraient provoquer un éventuel coup de force tant économique que potentiellement militaire dans le Donbass.

Le « scénario final » de la Russie en Ukraine

Depuis le début de la crise, la tactique militaire russe répond à une stratégie globale relativement floue et définie au gré des contingences et des cartes dont le Kremlin dispose pour avancer. L’objectif de Moscou dans le Donbass est pour l’instant relativement lisible : faire en sorte que les « Républiques Populaires » séparatistes restent attachées au territoire de l’Ukraine d’un point de vue légal, politique et économique mais pas au niveau stratégique. La Russie a dont fortement intérêt à conserver le Donbass comme partie intégrante de l’Ukraine afin de créer un poids mort pour Kiev. Moscou est aujourd’hui rentré dans un processus de satellisation (voire de « finlandisation ») politique et territorial du Donbass, impliquant un maintien des positions actuelles tout en poussant pour des déstabilisations continuelles aussi bien sur la ligne de front qu’au-delà (vers Kramatorsk et Slaviansk puis Kharkiv et Dniepropetrovsk, vers Odessa également) – ce qu’on peut appeler la « diplomatie de la zone grise ».

Une seconde phase d’expansion territoriale pourrait suivre vers la ville côtière de Marioupol – ce pour former un corridor terrestre vers la Crimée – et pourquoi pas vers Kharkiv et Dniepropetrovsk afin d’accroître le contrôle sur le Donbass. Tout dépendra également du besoin perçu par le Kremlin de faire avancer le « test » géopolitique de Novorossia aussi bien dans le reste du Donbass ukrainien que vers la Crimée et vers la Transnistrie (partie Nord de la Mer Noire) afin de lui donner une existence autonome sur le long terme.

Le sort de l’Ukraine dépendra donc de la forme des avancées militaires éventuelles à venir et de la capacité russe à continuer sa politique de « social engineering » du séparatisme dans le Donbass, et de la capacité de l’Occident à y répondre. Mis à part le facteur militaire, il convient de noter que Moscou dispose encore de plusieurs leviers de pression sur l’Ukraine : pression électorale dans l’Est du pays, forces politiques prorusses à la Rada ou encore propagande médiatique et mobilisation des réseaux russes toujours présents dans le système administratif et sécuritaire ukrainien.

La « zone grise » du Donbass

L’état de déliquescence institutionnelle et sécuritaire dans le Donbass entraîne le risque que Moscou ne soit plus en mesure, dans les mois à venir, de maintenir un semblant de stabilité au sein des territoires séparatistes. Si, dans la « République de Donetsk », les troupes de sécurité de l’Intérieur (Oplot) sont capables de contrôler une partie conséquente du territoire par la force, plus des deux tiers du territoire de la « République de Lougansk » ont aujourd’hui sombré dans un vide sécuritaire total. Au sein de ces poches de trou noir, des milices et groupes rebelles surarmés se font la guerre pour le contrôle des routes, des quartiers et des villes. De véritables bastions se créent au sein des territoires de Lougansk et de Donetsk, et rentrent en compétition les uns contre les autres pour le contrôle du peu de ressources restantes. Une logique de « seigneur de guerre » commence à poindre dans la région, impliquant une « africanisation » du conflit en Ukraine. A terme, si ces seigneurs de guerre parvenaient à renforcer puis étendre leurs bases militaires et partisanes, tout en se livrant à des activités criminelles pour assurer leur survie, il deviendra de plus en plus difficile pour Moscou d’assurer l’intégrité territoriale du Donbass – a priori à l’avantage partiel de Kiev. Un équilibre entre instabilité et contrôle devra par conséquent être trouvé par le Kremlin s’il souhaite assurer l’existence continue de la zone grise du Donbass.

Les considérations politiques et sociales russes

En interne, la Russie balance entre portage des intérêts russes dans « l’étranger proche » et sacrifices internes pour la population (en raison des sanctions d’une part et des difficultés économiques de l’autre). Le peuple russe semble pour l’instant suivre la direction quasi-messianique du président Poutine mais reste à savoir jusqu’à quel point. Si 2015 et 2016 ne devraient pas connaître de chocs économiques, 2017 sera une année « test » pour l’économie russe en termes de relance de la croissance. La stratégie actuelle du gouvernement, à savoir attendre que le prix du pétrole remonte, ne suffira probablement pas pour résorber la hausse des prix continuelle, juguler l’inflation et contrôler une population dont le pouvoir d’achat et les économies auront baissé pendant deux ans.

Il en est de même au sein des entrailles du Kremlin : si pour l’instant, Poutine sort renforcé de sa « disparition » de la scène publique mi-mars, en instrumentalisant d’autant plus les médias concernant une éventuelle tentative de « coup d’Etat » des organes de force contre sa personne, la question de « l’après Poutine » est bel et bien présente. La présidence doit dont opérer sous des contraintes internes dont les contours se dessinent aujourd’hui plus clairement.

L’évolution politique interne en Ukraine

Facteur exogène important, la façon dont Kiev va gérer la suite du conflit est à prendre en considération. Si les accords de Minsk 2 sont véritable camouflet pour l’Ukraine, qui a été forcé de faire le plus de compromis, c’est avant tout un échec personnel pour le président Poroshenko. En effet, celui-ci a été en partie élu pour sa capacité à reprendre le Donbass militairement. Il doit donc aujourd’hui expliquer à la population en quoi il n’y est par parvenu : couplé à des conditions économiques intenables en Ukraine et les conditions d’austérité du FMI, la popularité de Poroshenko est aujourd’hui profondément affectée.

Au sein même des équilibres politiques nationaux, le président fait également face à une frange belliciste (et jusqu’au-boutiste pour certains) et nationaliste visible et médiatiquement présente sur la scène publique : ainsi, ce sont aujourd’hui Oleksandr Tourtchinov (directeur du Conseil de Sécurité et de Défense Nationale, NSDC) et le Premier ministre Iatseniouk qui tirent les ficelles de la politique sécuritaire et l’agenda des réformes – c’est déjà Tourtchinov qui avait initié les « Opérations Anti-Terroristes » (ATO) avant même l’élection de Poroshenko ainsi que le retrait de la loi sur le statut non-aligné. Poroshenko, dont les soutiens oligarchiques se fissurent, est aujourd’hui en position de faiblesse au sein d’une sphère politique contrôlée par les technocrates et les organes de force. Les derniers déroulements concernant Igor Kolomoiysky en sont la preuve supplémentaire.

II. Scénarios d’évolution

Les scénarios suivants entretiennent des points de recouvrement et présentent une continuité des cas possibles. Le cadre chronologique est prospectif et indicatif.

Scénario 1 – Prolongation du statu quo

Le Kremlin ayant globalement obtenu ce qu’il voulait à la suite des accords de Minsk 2, le statu quo domine dans le Donbass, à mesure que la Russie n’est plus capable de dissimuler le fait que les troupes séparatistes ne sont pas retirées du front – bien au contraire, les positions militaires russes deviennent de plus en plus visibles des deux côtés de la ligne de front. En sous-main, Moscou place progressivement ses pions pour lancer une offensive terrestre au moment opportun.

La ligne de front reste instable mais les hostilités sporadiques ne dégénèrent pas suffisamment pour impliquer une reprise active des combats, Moscou ne le souhaitant pas et Kiev n’ayant pas les moyens de soutenir un nouvel effort de guerre. Les accords de Minsk 2 ne sont donc appliqués que partiellement mais suffisamment pour que la communauté internationale ne réagisse pas plus.

De son côté, la communauté internationale évite d’aborder avec Moscou les « sujets qui fâchent » comme la question de l’OTAN, le statut militaire de l’Ukraine, la livraison d’armes américaines ou le respect du contrôle de la frontière russo-ukrainienne.

Le Donbass, véritable zone tampon, continue à pourrir sur place et la Russie doit faire preuve d’une intervention politique et financière renforcée pour stabiliser le territoire, mais doit aussi faire preuve de retenue pour éviter que son implication directe soit trop visible. L’incapacité du gouvernement ukrainien à gérer ses réformes et mettre en place la décentralisation joue en la faveur de la Russie, dont les leviers d’influence en Ukraine n’ont pour l’instant pas besoin d’être réactivés.

Sur le plan international, Poutine joue la carte de l’apaisement relatif jusqu’à la levée possible des sanctions en se montrant malgré tout « conciliant », mais tout en maintenant sa mainmise sur le règlement du conflit. En ligne de mire, le contrôle des élections régionales dans la Donbass par la Russie, en octobre prochain, pourrait précipiter une phase de renforcement de la présence russe.

Pourtant, ce scénario de statu quo ne peut être que temporaire.

Temporalité : au moins jusqu’au dégel (jusqu’en avril) voire jusqu’à la levée éventuelle des sanctions européennes (juillet 2015).

Scénario 2 – « Ni guerre ni paix » : le Donbass entre statu quo fragile et révisionnisme russe

Ce scénario intermédiaire sera activé juste avant le passage à l’acte militaire russe dans les semaines à venir, dont l’ampleur est abordée dans le scénario 3. Le facteur déclencheur clé est l’implication de la communauté internationale vis-à-vis de l’Ukraine sur les questions stratégiques et militaires (livraison d’armes, OTAN, etc.) et sur les sanctions.

Sentant que l’Occident ne lâchera rien sur les sanctions (elles sont au contraire maintenues et renforcées) et continue de « provoquer » Moscou vis-à-vis de l’OTAN, la Russie monopolise l’attention médiatique en opérant des démonstrations de puissance dans le voisinage partagé : renforts de troupes en Biélorussie et en Transnistrie, positionnement de missiles balistiques à Kaliningrad et en Crimée, discussions autour du seuil nucléaire, etc. La médiation allemande a de plus en plus de mal à contrôler la situation politique à Kiev, à mesure que la frange belliciste (Tourtchinov, Iatseniouk, etc.) se renforce face à un président impopulaire et critiqué.

En parallèle, le Kremlin active de manière insidieuse sa diplomatie de la zone grise en Ukraine en essayant de fomenter une instabilité accrue en dehors du territoire du Donbass séparatiste, corollaire de renforts de troupes sur la ligne de front (Donetsk, Lougansk, vers Mariupol au Sud). Minsk 2 n’existe plus que sur le papier mais la tension est trop forte pour que personne ne déclare lettre morte : la fin de Minsk 2 risquerait de donner à Moscou une opportunité d’intervenir militairement et faire en sorte que les combats reprennent dans la région.

Temporalité : selon l’agenda stratégique dans les mois à venir, probablement au cours de l’été 2015.

Scénario 3 – Reprise d’une phase active des hostilités

Minsk 2 vole en éclat et les troupes séparatistes, soutenues par l’armée russe et ses renforts (supplétifs, milices, etc.), passent à l’offensive terrestre. L’incapacité de l’Occident à gérer les attentes de Moscou aura eu raison du plan de paix, renforcée par une politique jusqu’au-boutiste à Kiev et résolument tournée vers l’OTAN. La médiation de l’Allemagne n’est plus en mesure de résorber les contradictions entre les Etats-Unis et la Russie.

La diplomatie de la zone grise d’instrumentalisation du séparatisme par le Kremlin par l’intermédiaire d’une déstabilisation préalable autour du Donbass aura donc fonctionnée. En plus d’un déclencheur international externe, Moscou utilise comme justificatif pour intervenir ses vecteurs classiques de politique étrangère : protection des « minorités russes » à l’étranger, droit des peuples à l’auto-détermination, etc. Plus qu’une simple extension du conflit dans le Donbass, c’est la logique messianique russe qui l’emporte, impliquant également une tendance ouverte vers l’idéologisation du régime poutinien.

Bravant une situation potentiellement dommageable pour le vernis personnel du président Poutine, la Russie se lance ouvertement dans des opérations militaires sur le territoire de l’Ukraine. Plusieurs options s’offrent à elle.

Option 1 « offensive » – Le « pont territorial » vers la Crimée

Depuis l’annexion de la Crimée, la Russie a la nécessité impérieuse de désenclaver son nouveau territoire : le pont sur le Détroit de Kertch ne suffit pas et Moscou doit impérativement assujettir la Crimée par une contiguïté territoriale directe. Moscou n’aura pas nécessairement besoin d’un prétexte international clairement identifié mais uniquement d’un déclencheur circonstanciel.

Une opération militaire de moyenne envergure est lancée vers la ville côtière de Mariupol, facilitée par la présence de troupes le long de la ligne de conflit du Donbass, à quelques kilomètres. La Crimée est distante de 400 km environ depuis la ligne de front, formant une ligne facilement pénétrable.

Une telle opération, dont tous les médias occidentaux parlent depuis début 2015, serait peut-être trop « médiatique » pour le Kremlin s’y insère. L’option du pont terrestre est vitale pour Moscou mais peut attendre quelques mois.

Option 2 « offensive » – Extension de Novorossia à géométrie variable

Là encore, Moscou aura besoin d’un déclencheur circonstanciel – tel que la construction de la « Grande Muraille », la mission de maintien de la paix sous mandat ONU, etc. – afin d’étendre la taille de la zone tampon entre la Russie et le voisinage partagé, en utilisant la logique d’agrandissement de la congruence territoriale de Novorossia. En utilisant activement les troupes du Donbass et les supplétifs russes, le Kremlin pourra à sa guise exporter ses ambitions vers le Sud-Ouest (Nord de la Mer Noire, vers la Transnistrie), vers le Nord pour assurer le contrôle complet de la frontière russo-ukrainienne, et/ou vers l’Est en tentant de prendre des gages territoriaux dans le Donbass. Cette option est par conséquent totalement complémentaire avec l’option du corridor terrestre en Crimée et pourrait poser les jalons de l’option suivante exposée infra.

Le but avoué de telles opérations militaires est d’affaiblir encore plus le gouvernement central à Kiev en le privant complètement de sa surface maritime, de sa frontière avec la Russie et de ses intérêts économiques dans le Donbass. Cette option, moins subordonnée aux contingences internationales, pourrait se dérouler selon les évolutions politiques internes à Kiev.

Option 3 « défensive » – Poussée jusqu’au Dniepr

Cette option pourra s’actualiser en réaction d’évènements internationaux que Moscou jugera comme portant atteinte à sa sécurité directe. Ce scénario extrême implique une dégradation telle de la situation internationale que la Russie, sentant l’Ukraine s’approcher trop prêt de l’OTAN ou récupérant des armes américaines, lance une vaste opération militaire jusqu’aux portes de Kiev. La rivière Dniepr est choisie comme nouvelle frontière défensive naturelle pour enterrer les positions russes et mener une guerre de position dans l’intégralité du Donbass ukrainien. On parle ici d’une invasion terrestre lourde de plusieurs semaines avec appui aérien et présence de dizaines de milliers de troupes russes et d’artillerie/blindés.

Un signe avant-coureur de cette opération serait les tentatives de noyautage de la société civile dans les localités de Kramatorsk et Slaviansk et de manière plus lointaine, Kharkiv et Dniepropetrovsk.

Selon la réaction de la communauté internationale, un « plan de partage » de l’Ukraine est proposé par la Russie à la Pologne, Roumanie, Lituanie et Hongrie, limitrophes de l’Ouest ukrainien.

Positionnement de la France

En réponse à la montée des hostilités militaires entre la Russie et l’Ukraine (et donc les Etats-Unis par proxy), la question du seuil nucléaire reviendra probablement sur le devant. En cela, la France – plus que l’Allemagne – pourrait jouer le rôle naturel, en tant que puissance nucléaire, de médiateur direct dans la désescalade du conflit et ainsi apaiser les tensions entre Washington et Moscou.

Ainsi, la France pourrait faire valoir de manière accrue sa parole stratégique au sein des discussions internationales sur l’Ukraine en rééquilibrant le tandem franco-allemand, pour l’instant plus orienté vers les intérêts économiques de l’Allemagne.

Ceci permettrait de repositionner la France comme voie médiane entre les Etats-Unis et la Russie d’une part et entre les membres de l’Union Européenne d’autre part, tout en considérant le fait que Moscou puisse avoir des représentations sécuritaires légitimes dans le voisinage partagé.

Jérôme Pasinetti, Mathieu Boulègue


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *