Des forces spéciales éthiques ? Le cas des Kommando Spezialkräfte

Kommando_SpezialkräfteDans cette étude inédite, Tancrède Watelle, président de Sciences Po Défense et Stratégie, présente les forces d’opérations spéciales allemandes sous un jour particulièrement intéressant. A quoi servent et comment utiliser des forces spéciales dès lors qu’elles sont encadrées par un corpus juridique et des instances de contrôle qui limitent leur action « spéciale » ? L’Allemagne a-t-elle réussi à mettre au point un modèle qui allie raison d’Etat et valeurs humanistes ?

« L ‘Allemagne ne veut plus être une grande puissance en politique étrangère. (…) Comment le pourrions-nous après Hitler et Auschwitz ? L’histoire laisse longtemps des traces ». Cette citation du ministre des Finances Wolfgang Schaüble (2013)((1)), passée relativement inaperçue à l’époque, montre bien l’état d’esprit des Allemands plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le réarmement de l’Allemagne de l’Ouest en 1955 voulue par l’allié américain fut la source de nombreuses polémiques entre les conservateurs de la CDU, favorables au projet, et leurs opposants sociaux-démocrates du SPD. Pour apaiser ces derniers, le facteur éthique fut mis en avant et favorisé, permettant à la Bundeswehr de défendre notre voisin contre toute agression, notamment soviétique, mais non d’intervenir à l’étranger. C’est dans ce contexte exceptionnel que les Kommando Spezialkräfte (KSK), forces spéciales allemandes, furent créées en 1996, principalement afin de venir en aide aux ressortissants allemands en danger à l’étranger. Face aux pressions internes, un compromis dut être trouvé entre d’un côté la norme éthique et de l’autre l’opacité et les zones grises entourant les forces spéciales et leurs activités. Le caractère hors-norme de cet arbitrage contraste notamment avec la confiance dont bénéficient les forces spéciales des pays alliés au nom de la raison d’état. Au-delà de l’extrémisme de l’exemple américain, la France offre un débat plus nuancé, comme l’illustre la réponse floue du capitaine de vaisseau Martin Flepp à Jean-Claude Mallet, président de la commission du Livre Blanc (2008) qui l’interrogeait sur l’équilibre dans le respect de l’éthique, notamment dans les forces spéciales((2)). Plus éclairant encore, Bastien Irondelle remettait en perspective en 2008 le clivage entre le général Poncet, selon qui la fin justifiait les moyens, et le général Thorette, qui affirmait que « l’efficacité tactique ne devra jamais (…) primer sur la morale »((3)). Outre-Rhin, ce litige perpétuel au sujet de l’introduction de toujours plus d’éthique, c’est-à-dire un corpus de normes morales et de valeurs démocratiques, dans le travail des forces spéciales continue de faire couler de l’encre tant les questions sont nombreuses. Dans un pays comme l’Allemagne où le malaise autour de l’emploi de la force armée reste prégnant, est-il possible de combiner un outil opaque mais nécessaire comme les forces spéciales avec une importance accrue accordée à la notion d’éthique ? En d’autres mots, faut-il faire un choix entre la raison d’état et les valeurs démocratiques et humanistes sur lesquelles s’est construite en particulier la République Fédérale d’Allemagne ? Nous nous intéresserons dans un premier temps aux difficultés dues à ce débat qui ont entouré la naissance des KSK avant d’analyser la réponse des forces spéciales sur le terrain aux demandes pour plus de transparence et d’éthique.

***

I. Une naissance mouvementée

A. Un cadre légal contraignant

De la même manière que l’ensemble des unités de la Bundeswehr, l’action des KSK est légalement encadrée par des textes issus de la Loi Fondamentale de 1949 aux accents pacifistes et visant à contrôler l’utilisation de la force armée par l’armée allemande. En effet, à l’image de l’article 26 interdisant tout acte « en vue de préparer une guerre d’agression », la constitution allemande fait la part belle à l’éthique dans l’emploi de la force armée afin d’articuler au mieux le lien entre la démocratie et l’armée. Pour être déployées, les KSK nécessitent ainsi selon l’article 87b l’approbation du Parlement, constitué du Bundestag, chambre nationale, et du Bundesrat, représentant les parlements régionaux. Dans le cas où des citoyens allemands seraient en danger à l’étranger, les KSK peuvent demander la réunion en urgence du Parlement pour se voir délivrer l’autorisation de partir en opération. La comparaison avec la France où ce vote n’a lieu qu’après 30 jours d’opérations est intéressante en ce qu’elle montre la préséance du parlementaire outre-Rhin contre celle de l’exécutif en France.

A l’image de la citation de Lénine reprise en masse dans l’armée française, « la confiance n’exclue pas le contrôle », en Allemagne, l’action des forces armées et donc des KSK est soumise à un double contrôle, constitutionnel pour ce qui est des zones où elles peuvent être employées et parlementaire pour vérifier le respect des principes éthiques au sein de l’institution. Dans un premier temps, l’action du Tribunal Constitutionnel allemand a été essentielle afin de permettre aux troupes allemandes de pouvoir être envoyées à l’étranger, notamment dans le cadre d’opérations de maintien de la paix. Ainsi, avant l’arrêt du 12 juillet 1994, l’Allemagne pouvait déployer des soldats uniquement sur le territoire de ses alliés de l’OTAN. Cette décision, confirmant la constitutionnalité de l’engagement de troupes allemandes en dehors du territoire OTAN, lui a donc permis de participer aux opérations en ex-Yougoslavie, mais aussi de participer à d’autres missions des Nations-Unies, comme au Liban. La seconde décision de ce tribunal datée du 17 août 2012 autorise le déploiement de la Bundeswehr sur le sol allemand dans le « cas d'[une] situation exceptionnelle de nature catastrophique », mais l’interdit en cas de « dangers pouvant émaner d’une foule qui manifeste »((4)). Cet édit illustre bien le malaise allemand quant à la présence de soldats en opération sur le sol national et la relative méfiance des institutions envers l’armée. A ce jour, la mise en place d’un plan de type Vigipirate est impensable outre-Rhin où la distinction entre forces armées et forces de police est marquée. Le second aspect du contrôle est parlementaire et se traduit par la possibilité pour la commission parlementaire de défense de s’auto-saisir en commission d’enquête si un quart de ses membres le demande (article 45a §2). De même, le contrôle parlementaire sur la Bundeswehr est exercé par un commissaire parlementaire aux armées dont le rôle est de vérifier le respect des principes éthiques au sein des unités de l’armée et en particulier des commandos.

        Enfin, en l’absence d’un cadre légal plus spécifique aux KSK, de nombreux non-sens juridiques et questions pèsent sur ses membres et peuvent les empêcher de remplir pleinement leur mission. Le premier écueil est celui de la compatibilité du militaire des forces spéciales avec le concept de « citoyen en uniforme » spécifique à la république fédérale. Dans l’éventualité d’un coup d’état où des soldats suivraient aveuglément leur chef, l’armée a proposé en 1953 de mettre en œuvre un plan dit de « commandement intérieur » (Innere Führung) faisant la part belle à la sensibilisation civique du soldat qui devenait de facto « un citoyen en uniforme » capable de placer l’éthique au-dessus de l’obéissance aux ordres. Selon Tomas Kucera, c’est donc un « partenariat mutuel »((5)) entre le supérieur et le subordonné. Ainsi, comme exprimé par Reinhard Scholzen((6)), en raison de son statut particulier, le soldat des KSK ne remplit pas les critères du « citoyen en uniforme ». De même, les forces spéciales ont rencontré plusieurs fois des problèmes juridiques dans le cadre de leurs opérations, notamment au niveau des prisonniers. Les soldats n’ont par exemple pas le droit de livrer des prisonniers à un pays où la peine de mort est autorisée. Les différentes mésaventures des KSK en Afghanistan ont conduit le député Vert Winfried Nachtwei à parler de « problème légal d’interopérabilité »((7)). Quant à lui, un ancien officier des KSK trouve scandaleux d’envoyer des soldats dans un cadre légal flou, au risque qu’ils soient poursuivis par la justice((8)).

Afin d’afficher une posture éthiquement irréprochable, le cadre légal encadre de manière contraignante les déploiements, met en place un double contrôle mais pèche dans la mise en place de textes spécifiques aux forces spéciales, nuisant à leur efficacité. Cette norme impérieuse laisse donc peu de marge de manœuvre aux KSK, d’autant que les Allemands sont particulièrement opposés au déploiement de leur armée, en particulier dans un cadre unilatéral.

B. Des traditions problématiques

La création en 1996 des KSK posa la question essentielle des traditions de la nouvelle unité. En effet, malgré une histoire riche en unités spéciales (Sturmtruppen, Fallschirmjäger, etc…), il s’agit de reprendre la symbolique d’une unité dont l’intégrité n’aura souffert d’aucune critique. L’Allemagne peut pourtant s’enorgueillir d’avoir possédé avec le Lehrregiment Brandenburg l’une des unités de forces spéciales les plus performantes de la Seconde Guerre mondiale. Placés sous l’autorité de l’Abwehr, le renseignement militaire, les Brandebourgeois se signalent par des coups de main et des actions spéciales dignes des SAS qu’ils affrontent en Afrique du Nord. Entre les prises d’objectifs stratégiques derrière les lignes ennemies ou le harcèlement des lignes de communication, ces forces spéciales donnent du fil à retordre aux Alliés. Avant leur reconversion en unité pompier sur le front de l’Est, leur seul crime aura été de porter l’uniforme ennemi pour s’infiltrer, ce qui est condamné par le jus in bello. Dans son livre « Les guerriers secrets », Reinhard Günzel, commandant des KSK jusqu’en 2003, considère que les commandos actuels s’inscrivent dans la lignée des Brandebourgeois, ce qui provoque une polémique. A la tête de la contestation, le parti d’extrême-gauche Die Linke pose une question parlementaire au gouvernement pour savoir si les KSK se revendiquent réellement d’une « unité spéciale nazie ». Ce dernier ne peut que répondre qu’il s’agit uniquement de l’opinion de l’auteur du livre, et non une réalité. L’importance accordée à l’éthique va donc jusqu’à la recherche de traditions irréprochables.

A cet effet, les traditions des KSK sont attribuées aux unités spécialisées qui ont existé au sein de la Bundeswehr depuis sa création jusqu’à l’émergence des forces spéciales. Nageurs de combat de la Deutsche Marine, unités de reconnaissance avancée ou encore parachutistes, ces entités ne sont pas à proprement parler des forces spéciales, à la différence des compagnies commando formées à partir de 1989 grâce au plan de refonte des armées post-réunification « Heeresstruktur V ». Des Fallschirmjägerkompanien B1 (chasseurs parachutistes) sont ainsi créées au rythme d’une par brigade parachutiste (brigades n°25, 26 et 27), au nombre de trois. Opérationnelles en 1992, elles se spécialisent notamment dans les actions commando derrière les lignes ennemies et la  libération d’otages. Pour clore le débat sur les traditions, les autorités fédérales finissent par inscrire les KSK dans la lignée de la brigade parachutiste n°25 « Forêt-Noire », région où est opportunément situé leur siège de Calw (Baden-Würtemberg).

Contrairement à la France pour qui l’importance dans l’emploi d’un commandement centralisé des forces spéciales est apparue durant la première guerre du Golfe, l’exécutif allemand prend conscience de l’importance d’une telle structure lors de l’évacuation de ressortissants allemands du Rwanda par des commandos belges en 1994. En effet, le gouvernement juge que ni le GSG9 (unité de police), ni les compagnies Bravo (B1) ne savent comment évoluer dans un cadre aussi incertain. Cette prise de conscience va de pair avec une pression internationale diffuse qui incite l’Allemagne à se doter de forces spéciales sous commandement unique et rapidement mobilisables, notamment afin de protéger et secourir ses citoyens en danger à l’étranger. De même, l’ancien président fédéral Roman Herzog appelle de ses vœux le 13 mars 1995  une prise de responsabilité accrue de son pays sur la scène internationale, notamment au niveau de la défense. La création des KSK est finalement entérinée en juin 1995 avec des missions peu influencées par des considérations éthiques : sauvetage et évacuation de citoyens allemands ou autres personnes en danger à l’étranger, obtention de renseignements sur des situations de crise et de conflit, protection de personnes dans certaines situations et engagement militaire sur le territoire ennemi. Néanmoins, la priorité est donnée avant tout à l’évacuation des ressortissants, jugée éthiquement plus acceptable, comme l’exprime le ministre fédéral de la Défense Volker Rühe en 2001 : « La capacité à sauver nos concitoyens en danger à l’étranger relève de la responsabilité de chaque Etat ».

L’éthique est donc au cœur même des réflexions autour de la création des forces spéciales allemandes, que ce soit au niveau des traditions ou des missions. Le tabou autour des unités de la Wehrmacht pousse le gouvernement à s’appuyer plutôt sur les commandos créés au lendemain de la guerre froide, ce qui permet de mélanger missions militaires (engagement, infiltration) avec une vitrine de service aux citoyens par leur protection et leur éventuelle évacuation.

C. Une double opposition

L’annonce de la création des KSK a provoqué un tollé, en particulier au sein des mouvements pacifistes, tout-puissants en Allemagne mais en perte de vitesse depuis la fin de la guerre froide. Des manifestations sont organisées en 1996 devant le siège de Calw, notamment dans la tradition des Ostermärsche, ces marches pacifistes, antinucléaires et antimilitaristes qui ont émaillé la guerre froide avec un point culminant en 1983 avec 700 000 personnes. Les critiques de ces membres de la société civile s’articulent autour des zones grises légales dont bénéficieraient selon eux les forces spéciales, qu’ils considèrent comme non-démocratiques et un avatar de la « politique de puissance allemande ». Une association de veille contre la militarisation est même créée spécifiquement autour des KSK. L’opposition est aussi institutionnelle et se traduit par une forte mobilisation du parti écologiste Bündnis 90/die Grünen. Ce dernier acteur, qui commence à peser sur la scène politique à partir de 1993, se signale dès la création des KSK par une opposition systématique à la nouvelle structure. La porte-parole de son groupe parlementaire Angelika Beer réfute ainsi en 1996 la nécessité de forces spéciales pour évacuer les ressortissants, avançant que des forces de police peuvent facilement effectuer ce genre de missions, en particulier le GSG9. Plus constructive, la majorité des critiques vise à montrer que la réactivité des forces spéciales est fortement affectée par le cadre légal et qu’en tant que telles, elles n’ont finalement que peu de valeur ajoutée. En particulier, le fait que les KSK doivent à tout prix attendre un vote du Parlement pour être déployés s’oppose au caractère urgent de leur principale mission de protection des citoyens allemands. De même, en raison de la pression populaire, la Bundeswehr ne peut pas être déployée dans un cadre unilatéral et doit faire partie d’un système de sécurité collectif de type OTAN ou ONU pour pouvoir intervenir, ce qui pose problème. En effet, les forces spéciales allemandes ne peuvent donc pas protéger les intérêts nationaux si elles n’obtiennent pas le concours d’une alliance ou d’une organisation qui permettra de démonter le caractère non-éthique d’une intervention unilatérale. Le rejet des KSK par le parti écologiste culmine le 18 décembre 1996 avec le dépôt d’une motion contenant 53 questions parlementaires au sujet des KSK. Enfin, l’opposition pacifiste s’enrichit d’un militant précieux en la personne du lieutenant-colonel Jürgen Rose, ancien membre des KSK mis en retraite anticipée pour avoir publiquement traité en 2008 les forces spéciales de cloaque aux opinions de droite, voire d’extrême-droite((Demmer Ulrike, „Soldaten : Feind im Inneren“, Der Spiegel, 22/03/2008)). Les mouvements pacifistes ont progressivement cédé le pas à des revendications plus ponctuelles, appelant notamment les KSK à faire preuve de plus de transparence pour faciliter le contrôle démocratique.

En effet, l’absence de positionnement des différents gouvernements sur l’arbitrage entre la nécessaire confidentialité autour des activités de ces unités et les demandes politiques et populaires remettant en cause cette opacité ont permis à cet écueil de subsister encore jusqu’à aujourd’hui. La mise en avant de missions au service des citoyens n’a pas suffit à faire cesser le questionnement sur les autres activités des KSK, parmi lesquelles des tâches moins éthiques et plus floues comme la neutralisation de centrales terroristes, la défense contre la menace terroriste ou encore la lutte contre des forces subversives. C’est surtout cette dernière formulation qui est critiquée, notamment en ce qu’elle peut occulter le caractère discutable de certaines opérations sous couverture. De plus, la politique de secret à des fins de protection du personnel est vivement décriée, en particulier parce qu’elle ne permet pas la communication des bilans et des morts au combat((9)). Ces derniers étaient jusqu’en 2013 tenus secrets et expliqués par des accidents de la circulation ou de plongée((10)). Avec la prolongation du mandat allemand en Afghanistan, le gouvernement sous pression médiatique et parlementaire a accepté de réviser sa position sur ce sujet et de communiquer dès à présent sur les décès en opération de soldats des KSK : ce sera notamment le cas le 5 mai 2013 lorsque le ministre de la défense Thomas de Mazières annonce la mort d’un opérateur des forces spéciales lors d’un engagement dans le nord de l’Afghanistan. Ce retournement de situation est notamment la conséquence du coup de sang de la commission défense du Bundestag en septembre 2008, qui s’appuie sur le paragraphe 6 du Parlamentsbeteiligungsgesetz, la loi sur la participation et l’information du parlement datée de 2005 pour demander plus de transparence. Le lieutenant-colonel Martin Dösen illustre avec ces mots  la méfiance politique : « Les politiques pensent : oh mon Dieu, si on les laisse faire, il y aura une trace de sang. La plupart n’ont aucune idée de ce que nous faisons et de ce que nous pouvons faire »((11)).

Dès leur création, les forces spéciales allemandes sont dans le viseur d’une double contestation populaire et politique qui s’ajoute à une pression institutionnelle pour plus de transparence. L’arbitrage entre la confidentialité nécessaire et l’exercice de la transparence en démocratie continue de faire couler de l’encre outre-Rhin, avec en toile de fond l’importance accordée à l’éthique.

***

II) Les Kommando Spezialkräfte en action

A. Des forces spéciales ordinaires

Comme leurs homologues étrangers, les KSK représentent l’élite de l’armée et peuvent compter pour cela sur des hommes triés sur le volet à l’aide d’un entraînement particulièrement dur, tant physiquement que moralement. Les candidats passent notamment par deux procédures de sélection consécutives, l’une constituée de tests physiques et psychologiques, la seconde de survie et de débrouille. A l’issue d’une marche de 160 kilomètres, les postulants sont ainsi interrogés pendant 8 heures à l’aide de méthodes inspirées de l’entraînement SERE (Survival, evasion, resistance and escape) des SOF (Special Operations Forces) américaines((12)) : musique brutale à fond, lumières aveuglantes, yeux bandés, eau glacée, etc… Les considérations éthiques dans le traitement des soldats ne sont pas laissées de côté puisque l’ensemble des activités effectuées dans le cadre du test d’entrée a été validé au préalable par le contrôleur parlementaire aux armées. Selon un ancien commandant des KSK, le test d’entrée est le « plus dur qu’on puisse demander à des hommes en démocratie »((13)), ce qui dénote l’importance apportée à un traitement respectueux des candidats. De plus, la cellule psychologique a développé depuis 1995 toute une batterie d’épreuves pour déterminer le profil idéal du soldat des KSK, combinant résistance à la douleur et au stress, distance émotionnelle ou encore acceptation de périodes de repos. A l’issue de leur formation initiale de deux ans, les opérateurs rejoignent l’une des cinq compagnies selon la spécialisation qu’ils auront acquise au cours de leur entraînement en Allemagne, mais aussi dans l’une des nombreuses écoles de forces spéciales partenaires. En moyenne, un militaire des KSK s’entraîne 250 jours par an dans des domaines aussi différents que le soutien sanitaire, les transmissions, le maniement d’explosifs, le génie ou encore le combat en montagne et en milieu sous-marin((14)). L’éthique n’est pas laissée de côté puisque des exercices spécifiques sont effectués, à l’image de ce tir à longue distance où les cibles, amies ou ennemies, s’annoncent au dernier moment. Selon l’adjudant-chef Diemann, moins de 10% des commandos le réussissent((15)).

Pour mettre en œuvre la montée en puissance de leurs compétences et améliorer leurs capacités en interopérabilité, les KSK peuvent s’appuyer sur une coopération riche avec de nombreuses unités de forces spéciales étrangères, mais aussi avec le GSG9. Dès leur création, une relation forte a été nouée avec cette unité comparable au GIGN. A leur contact, les militaires du KSK ont notamment appris à gérer des interventions avec otages dans des espaces clos de type bus, avion ou train. Le but avoué était notamment de transmettre aux forces spéciales une tradition d’irréprochabilité en les faisant s’inspirer du bilan impeccable du GSG9 : entre 1972 et 2003, plus de 1500 missions furent effectuées, les policiers n’utilisant leurs armes qu’à sept reprises((16)). De même, le site des SAS de Hereford reçoit annuellement les KSK pour une instruction poussée au combat commando tandis que l’unité israélienne Sajeret Matkal organise pareillement des entraînements conjoints en matière de lutte contre le terrorisme. L’allié américain n’est pas en reste puisqu’il propose de nombreuses formations, à commencer par le tir à très grande distance à Fort Bragg avec le Barrett M82 qui équipe les KSK. Le site d’Eloy (Arizona) accueille de même les perfectionnements en parachutisme et en chute libre tandis que le Texas permet le déroulement d’exercices en zone désertique et la base de San Diego (Californie) celui d’exercices amphibies. Plus ponctuellement, les forces spéciales allemandes vont s’entraîner à Goose Bay (Canada) pour les tireurs d’élite et en Autriche pour le combat en haute montagne. Enfin, l’initiation au combat en jungle est effectuée au centre d’entraînement à la forêt équatoriale (Guyane). Les nombreux exercices multinationaux incluant des forces spéciales comme Pegasus ou Flintlock ont montré que les KSK étaient opérationnellement largement au niveau et capables d’intervenir en liaison avec des forces alliées.

Comme leurs homologues étrangers, les forces spéciales allemandes peuvent compter sur des experts dans leurs domaines. Parmi les 1100 soldats qui forment les KSK, on compterait 450 à 500 opérateurs répartis en cinq compagnies spécialisées((17)), la majorité du reste étant affectée à l’état-major et aux services logistiques. L’organigramme peut être consulté dans les annexes. Selon Hans-Christoph Amann((18)), la première serait spécialisée en combat en zone désertique et en infiltration dans la profondeur tandis que la seconde serait composée de parachutistes qualifiée pour les sauts HAHO (High Altitude High Opening). Le combat amphibie et en jungle ainsi que la spécialité nageur de combat serait le cœur de métier de la troisième compagnie. Enfin, la dernière compagnie serait dédiée au combat en montagne et en zone arctique. A ces cinq compagnies s’ajoute la Spezialkommandokompanie, nouvellement créée, et spécialisée dans le renseignement d’origine électromagnétique, le marquage de cible ou encore la reconnaissance optronique((19)). Chaque compagnie bénéficierait des services d’un peloton de reconnaissance et de tireurs d’élite. Au sein d’une compagnie, forte d’une centaine de personnels, environ 65 soldats pourraient être déployés pour des missions de combat. Chaque compagnie serait formée de six pelotons, dont un de commandement et cinq de commandos aux expertises différentes. Contrairement au modèle du stick SAS (5 hommes), repris notamment par Sajeret Matkal, les pelotons allemands reposent sur le Kommandotrupp composé de quatre opérateurs, chacun avec une expertise différente (armement, génie, transmissions, sanitaire). A ce sujet, des précisions sur ce modèle se trouvent en annexe.

Malgré le handicap légal et institutionnel qu’ils accusent, les commandos de la Bundeswehr ont réussi à mettre en place une formation d’élite, notamment au contact de partenaires étrangers, ainsi qu’une structure cohérente et comparable aux autres unités. Seules quelques divergences dans l’entraînement montrent la place cruciale de l’éthique.

B. Des opérations exemplaires

Les difficultés, notamment légales, rencontrées dans la mise en place du déploiement de forces spéciales allemandes visent avant tout à empêcher que des opérations éthiquement discutables puissent se dérouler, avec des faits de guerre entraînant directement la responsabilité allemande. A cet égard, la pression pour un comportement irréprochable en opérations extérieures est énorme pour toute unité, en particulier pour les forces spéciales. L’engagement des forces spéciales en ex-Yougoslavie a donc avant tout consisté dans des opérations de capture de criminels de guerre, considérées comme moins compromettantes. Dès juin 1998, les KSK en liaison avec le COS arrivent à faire prisonnier le leader serbe Milorad Krnojelac. Dans cette continuité, le mois d’août 1999 fut prolifique, puisque pas moins de quatre criminels de guerre serbes furent appréhendés par les opérateurs allemands, dont Radomir Kovac. Néanmoins, l’opération Kilo 2, visant à s’emparer de Janko Jajic en octobre 2000 échoua puisque le criminel cerné décida de mettre fin à ses jours. L’ensemble des prisonniers furent transférés à La Haye pour être jugés par le Tribunal Pénal International. Il est néanmoins intéressant de noter que les KSK ne furent pas mis sur les traces des criminels de guerre croates, secrètement soutenus par l’Allemagne. De plus, les forces spéciales allemandes ont probablement contribué au succès de la libération des otages du Sahara, capturés en avril 2003 au Mali, ainsi qu’à celle d’un groupe de touristes au Tchad en septembre 2008. Enfin, les commandos ont été engagés dans le cadre de l’évacuation de ressortissants étrangers de Libye en 2011.

Par ailleurs, la Bundeswehr est déployée sur le théâtre afghan dès 2001 dans le cadre de l’opération Enduring Freedom, puis de l’ISAF. Les KSK sont omniprésentes, en particulier au sein de la Task Force K-Bar, groupement multinational de forces spéciales sous commandement américain venu d’Oman qui prend position dans le sud-est afghan de 2001 à 2002. Cette mission, qui cumula jusqu’à 75 engagements, permit de faire 107 prisonniers et de neutraliser 115 combattants talibans ou d’al-Qaeda((20)). Des commandos allemands participèrent ensuite à la bataille de Tora Bora (reconnaissance, sécurisation des flancs, mais aussi de grottes), puis à l’opération Anaconda (mai 2002). Des problèmes que nous détaillerons plus loin militèrent en faveur d’un retour des KSK sous commandement allemand, qui se dédièrent dès lors à la protection du contingent et à des missions ponctuelles de capture et d’intervention. C’est ainsi qu’en octobre 2006, les commandos démantèlent un réseau de poseurs de bombe à Kaboul qui avaient attaqué un bus de la Bundeswehr en 2003. De même, ils découvrent une cache d’armement en juillet 2008 dans la province du Jowzjan. En parallèle, l’exigence éthique s’est particulièrement renforcée suite à la bavure de Kunduz (2009), qui avait vu le commandement du contingent allemand en Afghanistan demander une frappe américaine qui avait entraîné la mort d’une quarantaine de civils suite à une erreur d’appréciation((21)). Le fait divers avait fait un tollé et provoqué la démission du chef d’état-major des armées et du ministre de la défense de l’époque. Enfin, dans la continuité de leur action en ex-Yougoslavie, les KSK furent à l’origine de la capture du leader taliban Abdul Razeq en mai 2009 et de Maulawi Roshan en septembre 2010, sans parler du mollah Abdul Rahman en octobre 2012.

Les pressions internationales pour une participation allemande aux opérations internationales en ex-Yougoslavie et en Afghanistan ne laissent aucun choix au gouvernement, obligé de céder au grand frère américain. Néanmoins, les règles d’engagement strictes et les contraintes d’ordre éthique ne permettent pas aux KSK de remplir efficacement leurs missions.

C. L’éthique au cœur des critiques

En effet, il est difficile en tant qu’opérateur des forces spéciales de pouvoir concilier à la fois des contraintes légales, une méfiance politique et populaire et obtenir tous les moyens nécessaires au bon déroulement de la mission. Les conditions sont devenues tellement drastiques que les responsables militaires n’hésitent plus à taper du poing sur la table, au risque d’être remplacés. Le général Klaus Reinhardt, ancien commandant de la KFOR, estime ainsi en 2001 que le nombre des commandos déployés est insuffisant au regard de la mission en Afghanistan et que les soldats sont confrontés à un manque de moyens permanent aggravé par des capacités aériennes de transport bien modestes((22)). Ce manque chronique de moyens aériens, notamment d’appui feu, devient rapidement redondant, au grand agacement de certains responsables relayés par la presse((23)).

Une autre doléance des KSK est emblématique de la capacité à nuire des pressions d’ordre politique sur les troupes : comme elles sont presque systématiquement écartées de toute action violente pour satisfaire l’exécutif, cela contribue à forger une réputation d’unité qui ne connait pas le feu. Par conséquent, en raison de ces deux facteurs, les commandos allemands sont régulièrement sous-utilisés lorsqu’ils sont placés dans un cadre multinational. Ce fut ainsi le cas lors de leur période effectuée au sein de la Task Force K-Bar, au cours de laquelle les KSK furent laissés en retrait en raison de la méfiance de leurs alliés britannique et américains. Un ancien officier qui était sur place l’illustre bien par son témoignage : « Nous étions considérés là-bas comme une force de troisième ordre »((24)). Les commandos allemands sont donc uniquement sollicités pour des tâches subalternes de surveillance et de sécurisation annexe pendant que les contingents alliés font le coup de feu. L’ancien commandant des KSK Reinhard Günzel l’exprime ainsi : « Les hommes restaient dix jours à 3500 ou 4000m d’altitude sur un sommet dans la neige à observer les alentours et à rendre compte. Pas de besoin de forces spéciales pour ça »((25)). Un ancien officier allemand confirme ce ressenti : « A partir de mai 2002, nous n’avons plus eu de missions avec du sens »((Ibid.)). Cette situation nuit fortement au moral des troupes, qui ne se sentent pas estimées à leur vraie valeur à la fois par leur gouvernement et leurs alliés. Ce sentiment culmine avec la une du magazine Stern en juillet 2005 qui publie le témoignage de soldats des KSK dénonçant l’hypocrisie politique mais aussi l’insuffisance dans la préparation des déploiements.

Enfin, l’éthique joue un grand rôle dans de nombreuses polémiques qui ont éclatées au sujet des forces spéciales allemandes, à commencer par celles qui continuent d’alimenter la méfiance du monde politique à leur sujet. A cet égard, l’affaire Murat Kurnaz est symptomatique des angoisses allemandes au sujet de leurs commandos : ce jeune Allemand d’origine turque suspecté d’être taliban est arrêté au Pakistan en 2001 et remis aux autorités américaines à Kandahar. Il sera interné sans preuves à Guantanamo pendant cinq ans et sera libéré en 2006, date à laquelle il porte plainte contre deux soldats des KSK pour maltraitance lors de son séjour à Kandahar. Le Bundestag décide de créer une commission d’enquête en octobre 2006 avec pour mission d’enquêter sur l’ensemble des missions accomplies par les forces spéciales. Après 22 mois d’enquête, les poursuites furent classées sans suite faute de preuves, la version de la victime n’ayant pu être confirmée qu’après la fin de l’enquête((26)). Néanmoins, à cause des agissements de deux soldats, c’est l’ensemble des actions des forces spéciales qui a été reconsidérée, entretenant un climat malsain de méfiance. De même, une controverse voit le jour autour d’assassinats ciblés menés par des opérateurs allemands : une question parlementaire sur d’éventuels assassinats ciblés est posée, à laquelle le secrétaire d’état au Parlement Thomas Kossendey répond le 14 janvier 2008 que la Bundeswehr ne pratiquait « pas d’assassinats ciblés de suspects dans le sens d’une liquidation » et dans laquelle il rappelle les règles de l’engagement de l’ISAF. Suite à cette rumeur reprise en 2010, le général Josef Dieter Botz  répond dans le Tagesspiegel((27)) que « les assassinats ciblés sont exclus par le ministère de la Défense. Néanmoins, les KSK ont pour tâche de démanteler les réseaux extrémistes ». La pression populaire pèse lourd sur les opérations des commandos, qui ne peuvent dévier de la trajectoire tracée pour eux par l’exécutif.

De même, les règles d’engagement et les choix des commandos énervent leurs alliés, notamment britanniques et américains, qui n’en font aucun mystère, relayés par le journal Der Spiegel en 2008. Selon un officier britannique du quartier général de l’ISAF, « les Boches laissent les gens les plus dangereux courir et augmentent ainsi le danger pour les Afghans et les forces étrangères ici »((28)). Cette déclaration fait notamment suite à une opération montée par les KSK en liaison avec l’armée afghane pour capturer un chef taliban. Découverts, les commandos peuvent néanmoins neutraliser la cible mais décident de ne pas tirer car ils n’y sont pas autorisés. Un autre fait divers a déclenché la fureur des Américains : pendant l’opération Anaconda, les KSK sont repérés par un berger et décident de se retirer. Les Américains critiquent le choix fait, considérant qu’il fallait neutraliser le civil et poursuivre l’opération en cours. Le lieutenant-colonel Staub fait part de leur réaction : « Ils nous crient dessus. Ce sont les Américains qui demandent pourquoi l’adjudant-chef n’a pas éliminé le berger ». L’adjudant-chef montre par sa réponse le gouffre entre les normes éthiques américaines et allemandes : « Je ne fais pas ça ! »((29)).

Les nombreuses controverses sur les KSK qui ont vu le jour dans le cadre de leur déploiement en Afghanistan montrent d’un côté à quel point ces derniers ont internalisé la norme éthique, mais aussi l’importance de la pression populaire et politique qui se traduit par une méfiance nuisant à la motivation des troupes. Mais elles attirent aussi des critiques véhémentes de la part des alliés, qui considèrent que les KSK ne sont pas pleinement opérationnels en raison de leurs règles d’engagement.

***

                Condition sine qua non du réarmement de la république fédérale, le particularisme allemand visant à introduire une démarche éthique dans la mise en place et le déploiement de ses forces armées pèse lourd sur la Bundeswehr et en particulier sur les KSK. Déjà tributaire d’un corpus légal contraignant, la naissance des forces spéciales allemandes a été marquée par une opposition populaire, médiatique et politique qui s’est transformée avec le temps en une méfiance lourde de conséquences assortie de demandes pour plus de transparence et une irréprochabilité éthique. En apparence, le KSK est une structure comparable à ses homologues étrangers, combinant l’excellence et la rigueur propres aux unités d’élite. Néanmoins, une fois déployée, elle souffre des contraintes qui régulent son existence même : règles d’engagement limitées, manque de moyens, pressions accrues. Les conséquences, qui se traduisent par une confiance limitée des alliés, des commandos sous-utilisés et un moral en berne, complètent l’esquisse. Les KSK peuvent cependant être fiers de leur bilan en opération mais aussi de leur rectitude et de leur intégrité, notamment face aux critiques américaines.

Bibliographie

  • Amann Hans-Christoph, Das Kommando Spezialkräfte in Strategie und Technik, Report, 2008
  • Dalgaard-Nielsen Anja, Germany, pacifism and peace enforcement, Manchester University Press, 2006, 185 p.
  • Duthel Heinz, Kommando Spezialkräfte 3 – Division Spezielle Operationen, BoD, 2015
  • Irondelle Bastien, « L’armée française et l’éthique dans les conflits post-guerre froide », Critique Internationale, n°41, 2008
  • Kucera Tomas, “The strategic significance of ethical imperatives : the case of German armed forces”, Armed Forces & Society, n°41, octobre 2015
  • Löwenstein Stephan, « Geheimnisumwitterte Elitekämpfer », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 07/08/2008
  • Rauss Uli, « KSK – Die Profis », Stern, 04/11/2004
  • Scholzen Reinhard, Das KSK der Bundeswehr, Motorbuch Verlag, 2004
  • Scholzen Reinhard, KSK, Bilder einer Elitetruppe, Motorbuch Verlag, 2013
  • Scholzen Reinhard, “Chancen und Risiken : das KSK der Bundeswehr”, Mut, Forum für Kultur, Politik und Geschichte, n°548, 2013, pp.70-77
  • Wattelle Tancrède, « La création de la Bundeswehr: aux origines des paradigmes de défense allemands », Revue Défense Nationale, n°736, 17/02/2016
  1. Entretien croisé avec Alain Minc, Handelsblatt, 21/01/2013 []
  2. « Est-ce que les enseignements que vous tirez dans l’approche de la mission, comme par exemple l’éthique des forces spéciales, permettent de trouver un certain équilibre dans le respect de cette même éthique, lorsque la tentation serait grande de l’écarter par réflexe humain ? », Mallet Jean-Claude, Défense et Sécurité []
  3. Irondelle Bastien, « L’armée française et l’éthique dans les conflits post-guerre froide », Critique []
  4. Décision « Plenarentscheidung des Bundesverfassungsgerichts zum Einsatz der Streitkräfte im Inneren []
  5. Kucera Tomas, “The strategic significance of ethical imperatives : the case of German armed forces”, Armed Forces & Society, n°41, octobre 2015 []
  6. Scholzen Reinhard, KSK, Bilder einer Elitetruppe, Motorbuch Verlag, 2013 []
  7. Löwenstein Stephan, « Geheimnisumwitterte Elitekämpfer », FAZ, 07/08/2008 []
  8. Rauss Uli, « KSK – Die Profis », Stern, 04/11/2004 []
  9. Förster Andreas, “Die Zeit der Geheimhaltung ist vorbei”, Berliner Zeitung, 25/10/2006 []
  10. Scholzen Reinhard, “Chancen und Risiken : das KSK der Bundeswehr”, Mut, Forum für Kultur, Politik und Geschichte, n°548, 2013, pp.70-77 []
  11. Rauss Uli, « KSK – Die Profis », Stern, 04/11/2004 []
  12. Ibid. []
  13. Ibid. []
  14. Duthel Heinz, KSK 3 – Division Spezielle Operationen, BoD, 2015 []
  15. Ibid. []
  16. Blatter Felix, « Wenn Gewalt eskaliert », Badische Zeitung, 22/05/2013 []
  17. Scholzen Reinhard, Das KSK der Bundeswehr, Motorbuch Verlag, 2004 []
  18. Amann Hans-Christoph, Das Kommando Spezialkräfte in Strategie und Technik, Report, 2008 []
  19. Ibid. []
  20. Zimmerman Dwight Jon, “Task Force K-Bar – Special Operations Forces and Operations during Enduring Freedom”, Defense Media Network, 19/09/2011 []
  21. Leymarie Philippe, « Bavures de Kunduz, le tourment allemand », Le Monde Diplomatique, 06/09/2010 []
  22. Scholzen Reinhard, Das KSK der Bundeswehr, Motorbuch Verlag, 2004 []
  23. Löwenstein Stephan, « Geheimnisumwitterte Elitekämpfer », FAZ, 07/08/2008 []
  24. Rauss Uli, « KSK – Die Profis », Stern, 04/11/2004 []
  25. « Bundeswehr-Elitetruppe in Afghanistan unterfordert », Die Welt, 18/09/2008 []
  26. « Neue Aussagen stützen Foltervorwürfe », Süddeutsche Zeitung , 17/05/2010 []
  27. Müller Ingrid, „Deutsche Elitesoldaten jagen gezielt Taliban“, Der Tagesspiegel, 16/08/2010 []
  28. Koelbl Susanne, Szandar Alexander, „Der wichtigste Feind“, Der Spiegel, 19/05/2008 []
  29. Rauss Uli, « KSK – Die Profis », Stern, 04/11/2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *