la guerre aéro-spéciale

After establishing a runway and clearing airspace, combat controllers (CCT) give a C-130 take off clearance and provide air traffic control while during a mission to establish and assess an airfield March 15, 2003 at an undisclosed location in support of Operation Enduring Freedom. Air Force combat controllers are organized, trained, and equipped to conduct clandestine, covert, or low visibility operations. These teams establish and control air assault zones, conduct limited offensive, direct action and special reconnaissance operations and assist in the insertion and extraction of Special Operations Forces. (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Jeremy T. Lock) (Released)

Camille Trotoux, officier chercheur au Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), a obtenu son Master 2 au Centre Lyonnais d’Etudes de Sécurité Internationale et de Défense (CLESID – EA 4586 ; Lyon III, Jean Moulin) en publiant un mémoire sous la direction d’Olivier Zajec, « Le tandem « aéro-spécial » : les forces aériennes et les forces spéciales dans la diplomatie coercitive française » (2016, 154 p.). Ce travail porte sur un sujet encore trop peu traité eu égard à son importance dans le déroulement des conflits actuels. La notion de guerre aéro-spéciale a déjà une longue histoire, opérationnelle et intellectuelle. Camille Trotoux en rappelle les éléments constitutifs qui conduisent  à l’émergence d’un cadre de pensée, certes appelé à évoluer avec le temps, particulièrement utile pour comprendre les enjeux des interventions militaires contemporaines.

Télécharger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *