Le Moyen-Orient du secret

ccmoLe Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) a tenu le 26 octobre 2016 à l’Hôtel de Ville de Paris son colloque annuel sur le sujet suivant : « Complots, mukhabarats, conspirationnisme : le Moyen-Orient du secret ». Cet article est le verbatim des débats que les responsables du CCMO ont bien voulu m’autoriser à publier sur Hestia. La prise de note, sur le vif, confère à ces débats un style oral que je ne n’ai pas cherché à modifier. Il rend compte, du reste, de la vivacité des débats et témoigne du caractère passionnant du sujet traité. Les Actes de ce colloque, à paraître, seront signalés par Hestia.

Le régime égyptien qui conseille dans une vidéo de se « méfier des étrangers », possibles espions, en 2013 ; les nombreux discours de Bachar al-Assad sur le complot dont serait victime la Syrie depuis 2011 ; les innombrables livres croyant voir derrière les révolutions arabes une opération menée de l’extérieur des sociétés arabes : le « complotisme » du Moyen-Orient ne manque pas d’avatars. Et parfois jusqu’à l’absurde, au paradoxe et à la mise en abyme, comme dans le cas des tribulations tragi-comiques d’un oiseau pris pour un espion israélien au Liban il y a quelques mois, ou des inquiétudes de Daech vis-à-vis de l’effet que peut avoir dans ses propres troupes la circulation de discours faisant de cette organisation une création de la CIA.

Le sujet est connu, mais n’a pourtant pas bénéficié d’un véritable travail académique jusqu’ici, qui permettrait de sortir de la simple collection d’anecdotes pour comprendre plus largement à quoi ce « complotisme » est relié (et ce qu’il révèle) : une histoire agitée faite de coups d’Etat et de politiques clandestines, l’omniprésence des services de sécurité (les mukhabarats), et l’utilisation stratégique de discours sur la menace par les régimes et les hommes politiques. Sortant en outre des sentiers battus de la « critique » de ces théories du complot, ce colloque cherche à dépasser une lecture pathologisante, à laquelle se limite souvent l’étude de cet objet.

Programme du colloque

Verbatim

Introduction

Mme. Tannous : ce colloque est le 4ème du CCMO, le précédent étant consacré à l’enjeu des frontières au Moyen-Orient. Cet événement a été organisé en partenariat avec la délégation Relations internationales de la Mairie de Paris. Le CCMO a été créé en 2010, pour dynamiser les recherches sur cette région et rendre les travaux visibles auprès du grand public. La montée du complotisme interpelle, même si le phénomène renvoie à des constats déjà établis comme la corrélation montrée par une expérience aux États-Unis en 1945 : plus une rumeur de guerre était crue, plus elle était diffusée. Jean-Bruno Renard a constaté que les occurrences du mot-clef « conspirationnisme » dans le corpus de Google Books avaient été multipliées par 9 entre 1998 et 2008. La recherche académique sur ce sujet manque en France, alors que c’est une réalité incontournable de la politique au Moyen-Orient.  Si dans les sociétés européennes, le discours du complot traduit généralement une défiance envers le pouvoir (Pierre Rosanvallon), les régimes au Moyen-Orient usent de la théorie du complot pour verrouiller la scène politique en leur faveur. Leurs oppositions recourent aussi au secret ou à la clandestinité systématiquement, et la perception occidentale des événements au Moyen-Orient est biaisée par ce complotisme.

M. Laurens : tout d’abord, la théorie du complot en général existe depuis l’Antiquité la plus lointaine, dans la réalité et dans l’imaginaire, comme en attestent la conjuration de Catalina dans la Rome antique, la conjuration des égaux de Babeuf ou la Congrégation, dans Le Rouge et le Noir (Stendhal). Au Moyen-Orient, de vrais complots ont existé en plus depuis les coups d’Etat dans les années 1950/1960, que les historiens ont analysés depuis. Dans l’imaginaire occidental, le complot jésuite fut prédominant du XVIème au XIXème siècle. Ce sont les protestants qui mobilisèrent d’abord cette théorie du complot à la moindre inquiétude, notamment en Angleterre à chaque menace pour la Couronne (voir le complot des poudres), où les Jésuites servirent de « causalité diabolique » (Léon Poliakov). Les catholiques ont ensuite repris cette thèse pour expliquer la montée des Lumières et critiquer la modernité. Ces exemples permettent de dégager une définition de la théorie du complot : c’est l’explication des événements par un groupe de gens déterminés et intelligents, agissant dans l’ombre. Le mot anglais « plot » utilisé pour désigner un complot est ici approprié, dans la mesure où il signifie également l’intrigue, la trame scénaristique : le phénomène du complotisme est en effet une dérive de la mise en récit des faits, propre aux journalistes et aux chercheurs. Les théories du complot prétendent expliquer les grands moments de l’histoire humaine, depuis la révolution française de 1789 aux révolutions arabes de 2011/2012, comme des successions de complots réels ou fantasmés. Ces théories émergent sur le moment, souvent en réaction à l’événement décortiqué et relèvent parfois de la propagande politique de l’époque. Par exemple, le Comité de salut public est passé suivant ses intérêts de la dénonciation du complot monarchiste à celle du complot de l’étranger, qui a permis à Robespierre de justifier la liquidation des hébertistes. La révolution de 1789 est d’ailleurs fondatrice du complotisme moderne, avec le Mémoire pour servir à l’histoire du Jacobinisme (Abbé Barruel, 1797) qui a jeté les bases de l’essentiel des théories actuelles du complot, comme avec la référence à la mythique société secrète des Illuminati. Les Protocoles des Sages de Sion reste un autre marqueur du complotisme contemporain, près d’un siècle après l’opuscule de l’Abbé Barruel.

Cette œuvre est cruciale, moins en raison du rôle de comploteurs attribué aux juifs que l’introduction d’une idée pleinement moderne : la possibilité d’une manipulation des masses par le pouvoir politique, la communication et le droit. Ce faux antisémite a accessoirement été dénoncé très tôt comme un plagiat grossier, reprenant des passages entiers d’un pamphlet dénonçant le Second Empire. En fait, le processus de modernisation des sociétés européennes inquiétait, et fut donc dénigré comme ne relevant que d’une manipulation juive de l’opinion. C’est en réalité la démocratie qui se retrouva dénoncée radicalement comme une oligarchie occulte, cette thèse marxiste se retrouvant paradoxalement reprise par la droite. Ce sujet de la manipulation des masses se développa d’autant plus facilement qu’il était alors cautionné scientifiquement, notamment suite à la publication de La psychologie des foules (Gustave Le Bon). Hitler en reprit des passages entiers dans Mein Kampf, et Freud s’en inspira pour ses propres travaux de psychologie sociale. Pour la petite histoire, Le Bon a aussi écrit un ouvrage sur la nation arabe, que les meneurs des premiers mouvements panarabes ont pris comme source d’inspiration, et qu’ils ont traduit puis imprimé massivement dans leurs pays respectifs ! Les antimodernes critiquent ainsi la modernité mais en utilisant ses outils, ici la rationalité en affirmant expliquer les événements par la force des gens et non celle des processus. La charte du Hamas reprend tout ce corpus historique et cette démarche conceptuelle, en affirmant mener un travail de « conscientisation » des musulmans pour contrer l’ « invasion intellectuelle » des Croisés à l’encontre de l’Islam. Cette entreprise de subversion des esprits musulmans passerait selon ladite charte par le sionisme, au travers de relais autres que les juifs qui sont également des bouc-émissaires habituels de la théorie du complot (Francs-maçons, services de renseignement comme le Mossad ou la CIA), et d’autres propres au monde musulman. Par exemple, le Hamas dénonce aussi le Rotary Club, qui a une histoire particulière avec le monde islamique puisque ses premières antennes hors des Etats-Unis sont apparues au Caire et à Istanbul ! Le complotisme a des déclinaisons à droite certes (voir Donald Trump qui dénonce le changement climatique comme une mascarade, ou le Pape qui dénonce une soi-disant théorie du genre) mais aussi à gauche (voir la dénonciation abstraite du néo-libéralisme qui voudrait détruire la société, comme le faisait Bourdieu dans Le Monde diplomatique). Un autre facteur déterminant du complotisme est le résultat des lectures ou non-lectures de Grasmci concernant son concept d’hégémonie culturelle. Tout échec ou toute réussite en politique est expliqué par les complotistes à l’aune de ce concept, et toute entreprise contre le système dénoncé requiert de mener une lutte de l’information pour conquérir les cœurs et les esprits. L’enjeu est alors de rendre vivant des spectres, pour qu’ils hantent les peuples suivant la formule du Manifeste du Parti communiste, Marx et Engels raillant alors les pouvoirs établis qui s’inquiétaient de la montée du communisme et croyaient le discerner partout. Aujourd’hui, les spectres moyen-orientaux que nombre de complotistes cherchent à faire vivre sont le panislamisme, qui inquiétait déjà les pouvoirs coloniaux dans les années 1880, le salafisme, ou le djihadisme avec quelques motifs objectifs d’inquiétude dans ce cas. Au Moyen-Orient, le complotisme a quelques spécificités. D’abord, si la victime a survécu, elle a réussi car les conspirateurs cherchent moins à la manipuler qu’à la détruire. Peu importe si la victime autoproclamée a en fait ruiné toutes ses marges de manœuvre politiques (Nasser en 1967, Saddam Hussein en 1991). Dans ces cas, la vision complotiste avait quelques fondements dans la réalité, les dirigeants occidentaux ayant la tentation d’en profiter pour franchement se débarrasser de ces dirigeants arabes. Ensuite, les théories du complot du XXIème siècle (le 11 septembre 2001, les révolutions arabes de 2011/2012) reposent sur une mise en sens du présent comme avatar du prophétisme, avec l’interprétation immédiate des événements selon une grille d’interprétation globale.

Une dérive dont nous devons nous prévenir en analysant les théories du complot est le complot du complotisme, c’est-à-dire discerner derrière chaque théorie du complot une arrière-pensée politique et malveillante, comme le fait Pierre-André Taguieff. De même, l’absence de preuves n’est pas une preuve du complot : pareil raisonnement relève de la dissonance cognitive, comme Donald Rumsfeld qui affirma que son incapacité à retrouver les ADM supposées en Irak démontrerait bien que Saddam Hussein les avait puisqu’il les a si bien cachées, en 2003. En effet, le complot ne peut pas être réfuté : toute dénégation ne fait qu’encourager les croyants qu’il existe bien, d’autant plus que c’est valorisant pour eux. Un complot implique effectivement que des gens intelligents et puissants se soient donné du mal pour nuire, ce qui accorde de l’importance à leur « victime » et donne un sens à sa vie. La théorie du complot repose conceptuellement sur une extrapolation d’indices, et ce abusivement. Par exemple, au début de la guerre civile au Liban en 1976, un diplomate américain a essayé d’assurer une médiation mais a fini dénigré, les Maronites le soupçonnant de vouloir les déplacer de force pour les remplacer par les Palestiniens, et par la gauche marxiste qui le croyait violemment anti-communiste. Cette hostilité à son encontre partait d’une analyse erronée de sa biographie, cet individu ayant occupé un poste au Vietnam durant le conflit avec les Américains, puis en Jordanie lors de Septembre noir.

Questions / réponses :

Quid de la thèse selon laquelle les Francs-maçons auraient créé les Frères musulmans ?

M. Laurens : je ne connaissais pas cette théorie du complot mais il est normal que les Francs-maçons soient accusés de tout et de n’importe quoi, notamment au Moyen-Orient. Ils sont à la base du complotisme moderne car ils ont servi de matrice à l’égalité sociale d’abord, annonçant la démocratie moderne au XVIIIème siècle, puis l’égalité raciale dans les colonies au XIXème siècle. Tout complotiste qui dénigre la modernité et la démocratie en vient donc à eux comme précurseurs, et les blâme pour cela. Dans le monde musulman, les Francs-maçons ont marqué les esprits car plusieurs grands penseurs panarabes ont rejoint les loges (Slaheddine Baccouche, Mohamed Salah Mzali, Abdel Kader) mais n’ont jamais eu un rôle social effectif dans ces pays, du fait de leur interdiction après les indépendances. Une seule exception est la Turquie où ils ont joué un rôle intellectuel important et n’ont pas été interdits, ils sont actuellement attaqués par le régime d’Erdogan mais sur un mode mineur car sa principale bête noire reste les réseaux Gülen.

1ère table-ronde

M. Sur : la question du complotisme au Moyen-Orient a son intérêt, pourvu de l’aborder de manière académique et donc d’éviter les confusions sémantiques. Un complot implique une approche rationnelle des événements, qui peuvent participer de l’action de petits groupes et non de « mouvements de fond ». Un complot peut même être perçu positivement, à l’image des XIII de Balzac. Le complotisme relève pour sa part d’une paranoïa, animée par un ressort mythique mobilisé pour combler la mort de Dieu, par défaut en maintenant au moins le Diable en vie. Ce diable sert à se consoler de ses échecs, de justifier une indignation. Au-delà de ce ressort psychologique spontané et donc sincère, cette réalité se prête également à des manipulations politiques et donc en connaissance de cause.

Sur le Moyen-Orient, le conflit irakien de 1991 a par exemple alimenté la thèse d’une manipulation américaine, d’une provocation préalable à l’invasion du Koweït – le quitus donné alors à Saddam Hussein tient en fait au manque d’expérience de l’ambassadrice américaine au Koweït, qui n’a pas réfléchi à la portée de ses propos. Cet exemple illustre la nécessité d’une mise en perspective historique et méthodologique, pour mieux comprendre la diffusion et le succès de ces thèses au Moyen-Orient, ce à quoi les intervenants vont s’atteler.

M. France : cet enjeu du complotisme au Moyen-Orient emmêle plusieurs questions, incluant les propagandes de régimes autoritaires ou en temps de guerre mais aussi l’histoire compliquée de la région (coups d’Etat fréquents et encore récemment, par contraste avec la disparition récente de ce genre de pratiques en Europe). Le poids des moukhabarat et de la surveillance généralisée qu’ils assurent dans les sociétés arabes est aussi en cause. Cependant, il est préférable de sortir de tout particularisme culturel pour aborder ce sujet avec des outils généraux d’analyse. Montrer les soubassements des analyses des théories du complot avec leurs biais orientalistes est la démarche la meilleure, avant de souligner les champs d’études à explorer encore. Les études sur le sujet sont rares, très rares, et parmi les ouvrages sérieux seuls les travaux de Daniel Pipes en 1998 et de Matthew Gray en 2010 se démarquent en raison de leur expérience du terrain. Tous ces travaux sont essentiellement américains et aucun n’est le fait d’un auteur arabe, entretenant le lieu commun que l’intellectuel arabe est de toute façon inapte à en parler car complotiste lui-même. Attention ! Pipes est problématique car il fait référence alors que c’est un néo-conservateur, qui s’est inspiré pour son analyse de The Arab Mind (Raphael Patai, 1973) qui fait référence sur le monde arabe aux Etats-Unis depuis mais dont la qualité est discutable. L’ouvrage a notamment servi de référence à l’US Army pour son occupation de l’Irak en 2003, avec le succès que nous connaissons dans le relationnel avec la population. Plusieurs apories sont à relever concernant cette analyse américaine du complotisme moyen-oriental : le monde arabe aurait un problème spécifique avec la théorie du complot ; ce serait imputable à des spécificités de la culture arabe ; ce phénomène viendrait de l’Islam, notamment dans le cas chiite (imam caché, taqqiya) – ces apories sont déjà problématiques car elles n’expliquent pas le succès du complotisme dans les sociétés non-arabes de la région, comme Israël ; la tentation de psychanalyser le problème, de l’expliquer en termes de pathologie mentale (déni de réalité, retour du refoulé, tendance à l’hypocrisie) depuis The Paranoid Style in American Politics (Richard J. Hofstadter, 1964). Cet ouvrage de référence renvoie par ailleurs au fait que le complotisme a été pour la première fois analysé scientifiquement non pas dans le monde arabe… mais dans la société américaine ! Néanmoins, le monde arabe a bien un particularisme envers la théorie du complot, qui s’explique par l’absence historique d’interdit à son égard au contraire de l’Europe, où ce genre de démarches est spontanément mal perçu et dénigré. Cette absence d’interdits s’explique largement par l’exemple des Etats, qui n’ont jamais cessé de recourir à cette rhétorique. La recherche académique sur le sujet doit dépasser l’anecdote et l’analyse macro-sociale ou macro-historique pour revenir au terrain, faire de l’ethnographie et donc une analyse du quotidien du complotisme. Qui recourt à ce genre de thèses ? A quel moment ? Dans quelles circonstances ? Selon quelles modalités ? Ce genre de questions doit se poser pour mieux comprendre le phénomène. Un constat s’impose déjà : ce discours est repris dans les sociétés arabes en raison du caractère autoritaire de leurs régimes politiques, par un phénomène de reprise ambigüe du discours officiel – ce sont les « ambiguïtés de la domination » (Lisa Wedeen).

M. Türesay : en 1908, la restauration de la liberté de la presse dans l’empire ottoman amène un débat public prédominant sur la question du sionisme, en réaction au 1er congrès du mouvement sioniste (1897). Ce retour des débats publics vient des pressions sur 20 ans du mouvement Jeunes Turcs, qui instaure alors un Comité qui exerce le pouvoir exécutif de fait et permet au Parlement de s’ouvrir, tout en cherchant à mobiliser politiquement les masses de manière autoritaire. Cette démarche contrarie à la fois le calife Abdülhamid II, la fonction publique qui lui est rattachée et que les Jeunes Turcs rabrouent pour cette raison, le clergé conservateur, les milieux sociaux aisés, l’enseignement traditionnel, et plusieurs puissances étrangères dont le Royaume-Uni qui s’inquiète de ce contre-modèle pour son empire colonial. Cette opposition hétéroclite se sert du sionisme pour dénigrer le Comité, et joue également sur ses limites effectives. Le Comité est en effet une organisation révolutionnaire, qui reste secrète jusqu’en 1911 et comprend des factions diverses en son sein. Ce caractère occulte et pluriel alimente les craintes, avec en plus une expression publique du sionisme que le Comité cautionne dans le mouvement plus large de libéralisation de la presse. En plus, leurs ennemis extrapolent à partir d’indices une connexion des Jeunes Turcs avec le mouvement sioniste (soutien massif des juifs ottomans au Comité, présence de juifs dans le Comité) et les Francs-maçons (ralliement de loges aux Jeunes Turcs avant la révolution). Des journalistes français et britanniques ont aussi analysé la révolution dans ce sens. Quatre personnages ont contribué par leurs activismes propres à la propagation de cette thèse, pour des raisons diverses : Sir Gerald Fitzmaurice, l’ambassadeur britannique en Turquie a analysé l’arrivée au pouvoir du Comité comme un complot sioniste, à la fois par antisémitisme personnel mais aussi pour excuser son incompétence, faute d’avoir anticipé la révolution, et en raison de sa proximité avec l’opposition ; Firstiti, un Jeune Turc qui est fâché avec le Comité qui ne l’a pas accepté dans ses rangs, et qui fonde un journal antisémite, panislamiste et pro-Atatürk ; Daniel Friscot, un journaliste juif et ottoman qui est antisioniste, qui associe le Comité au mouvement sioniste pour en fait attaquer ce dernier, dès août 1909 ; ???, un membre du Comité au Parlement (!), qui propage cette thèse par antisémitisme personnel, inspiré par la littérature française des années 1880, tout en défendant publiquement la franc-maçonnerie car il la pense comme la matrice de la révolution française de 1789 qui est son modèle ! En fait, c’est l’antisémitisme européen de la fin du XIXème siècle qui imprègne l’empire ottoman au travers des annonces de presse, surtout après la publicité autour de l’affaire Dreyfus.

Mme. Vannetzel : l’objectif de mon intervention est de comprendre en quoi les Frères musulmans ont constitué un « secret public » sous Moubarak, avant de se disloquer et de se discréditer face aux événements de 2012/2013. La Confrérie était qualifiée de « clandestinité ouverte » car elle était certes interdite mais tolérée, même dans les années 1990 alors que la répression s’intensifiait. La Confrérie était en effet perçue comme omniprésente mais sans contours précis – les journaux en parlaient par euphémismes, recourant à des surnoms comme la mazura ou la Prohibée. Cette clandestinité est justifiée par une répression fluctuante et un entre-soi militant, avec une dimension globale voire totalisante, tout en menant une action sociale pour exister. La Confrérie est créée en 1928, interdite en 1948, fortement réprimée par Nasser en 1954, puis tolérée par Moubarak afin d’entraver la gauche nassérienne. Cette dernière étape leur a permis de se restructurer dans plusieurs environnements, que sont les campus, les syndicats de professions libérales et les milieux d’affaires, et le secteur caritatif.

Le Tazim ou instance de direction de la Confrérie doit alors faire coexister plusieurs générations de militants : les historiques non-violents ; les taza’miat qui ont mené une action paramilitaire au nom du mouvement ; la génération intermédiaire des gamaat islamiyya qui s’étaient séparés de la Confrérie avant de la rallier. Cet effort de cohabitation suscite des insatisfactions, allant jusqu’à des critiques publiques par des blogs entre Frères, les progressistes appelant à assumer publiquement un rôle politique, à initier une professionnalisation du mouvement et surtout à finir avec la clandestinité et la hiérarchie stricte des tanzaniyyines. En parallèle, les Frères étendent leur influence de manière informelle malgré le durcissement de la répression car ils placent de simples sympathisants ou des militants discrets dans les conseils d’administrations des instances infiltrées, ou mènent des actions sociales de manière totalement informelle (par exemple, des caravanes médicales). Ce brouillage identitaire est entretenu à la fois pour des raisons de sécurité mais aussi par souci de crédibilité politique, en se démarquant des autres formations politiques qui sont discréditées en évitant le racolage électoral. Leur action sociale est cependant mise à leur crédit, grâce à des signes discrets d’ordre vestimentaire ou comportemental qui permettent d’identifier un Frère. Ce système est remis en cause en 2012/2013 car les Frères ont raté leur sortie de la clandestinité. Ils ont notamment revendiqué l’unicité de leur mouvement, refusant de se diviser en plusieurs structures ayant une existence légale (associations caritatives, établissements d’enseignement, partis politiques) pour rester une mouvance informelle, avec une instance de direction clandestine. Ce choix initial a suscité l’hostilité des réformateurs au sein de la Confrérie et de toute l’opinion égyptienne, qui se défiaient de cette gamma’a qui prétendait rester hors-la-loi tout en se mêlant de politique. La Confrérie a finalement régularisé sa situation en 2013 mais le mal a été fait… et en plus, cette régularisation n’a pas couvert le Tazim ! Les Frères ont par ailleurs refusé de présenter des candidats ou un programme électoral clair aux élections, ce qui a entretenu l’image du Frère menteur, hypocrite avec un agenda caché. Les Frères ont amplifié cette perception par leur propre paranoïa, en attaquant les médias et l’administration qu’ils accusaient de leur être hostiles. La « politique de la ruelle » s’est en même temps retournée contre les Frères alors que la « politique de la place » devenait la norme, leur affichage public les handicapant car les Egyptiens réalisaient pleinement leur omniprésence qui a fini par inquiéter, et même par paraître pour de l’arrogance dès lors qu’elle devenait publique. Le gouvernement Morsi a aggravé cette situation par son arrogance, qui a laissé poindre le risque d’une frérisation des institutions publiques et surtout d’un agenda motivé par l’intérêt de la Confrérie et non de l’Egypte. Morsi a par ailleurs été accusé d’être l’homme de paille de l’homme d’affaires ???? ou d’une puissance étrangère (Turquie, Iran, Israël, Etats-Unis). Tous ces facteurs ont participé à la situation actuelle des Frères, qui endurent une rupture durable avec le reste de la société.

Mme. Stiegler : le 28 avril 1969, le départ de de Gaulle suite à l’échec de son référendum est vécu comme un cataclysme, en raison notamment pour les pays arabes de la crainte d’une rupture dans la politique étrangère française qui leur était favorable. Cette nouvelle fait suite à un climat tendu dans la France gaullienne, suite aux événements de mai 1968 et à la crise financière. L’annonce suscite des questions sur les motivations du Général qui l’ont amené à engager son maintien au pouvoir sur le succès du référendum, ce que d’aucuns ont qualifié de suicide politique. La presse arabe a entamé une dérive à partir des mêmes questions légitimes pour verser dans la théorie du complot, comme en attestent des journaux arabes conservés par les archives du MAE et la thèse d’Armand Pignol (L’image du général de Gaulle et de la politique française dans les pays arabes du Proche-Orient (Egypte- Liban- Syrie) au lendemain du conflit de juin 1967).

Dans le monde arabe, des explications sont recherchées face à cette surprise, la rapidité des événements ayant pris de court et l’enjeu de politique intérieure étant mal compris. La forte popularité du Général dans le monde arabe amène des faiseurs d’opinion à critiquer le peuple français, à lui reprocher d’avoir mal voté en se débarrassant d’un grand homme ! Cette déception arabe s’explique par l’importance à leurs yeux de de Gaulle comme garant des accords de coopération et de reconnaissance mutuelle, notamment après l’indépendance de l’Algérie en 1962, et d’un soutien occidental face à Israël. Les opinions arabes comprennent mal qu’un référendum puisse être une remise en cause du pouvoir, alors qu’il sert chez elles de plébiscites. Les observateurs arabes craignent alors un retour de la politique étrangère française à la ligne pro-israélienne de la IVème République, et reprochent donc le départ de de Gaulle aux forces hostiles à sa politique arabe (Etats-Unis, opinion française jusque dans les rangs gaullistes). Il est vrai que le boycott disposé par le Général contre Israël suite à la guerre de 1967 a été mal accepté par tous ces acteurs, certains éditorialistes le renvoyant même à Maurras dont ils faisaient son maître à penser ! André Fontaigne a alimenté cette thèse à son corps défendant, en expliquant dans Le Monde l’échec du référendum par le désistement des Français juifs, cette analyse étant aussi celle de Léon Noël. Toutefois, cet électorat ne représentait que 200 000 voix et n’est pas explicatif à lui seul de la chute du Général. Les journaux arabes ont en fait procédé à un amalgame syllogique : les Américains et les sionistes en voulaient à de Gaulle pour sa politique arabe, de Gaulle est sorti du pouvoir au risque d’une révision de ladite politique arabe ; donc, les Américains et les sionistes sont derrière le départ de de Gaulle ! L’édition du 12 juin 1969 du journal égyptien Al-Akhbar et les échanges des ambassadeurs français en Syrie ou en Algérie avec leurs interlocuteurs locaux illustrent cette dérive analytique. L’explication réelle n’est pas admise dans le monde arabe, notamment parce qu’elle ne rentre pas dans leur grille de lecture classique qui est anti-américaine et antisioniste. De plus, le recours régulier des régimes au complotisme pour dénigrer leurs ennemis politiques (voir Nasser contre les Frères musulmans) et la fréquence des coups d’Etats dans la région (40 recensés entre 1950 et 1970) confortent ce biais. Cette thèse résume les moyens d’action attribués aux comploteurs pour renverser de Gaulle à l’argent, suivant le biais classique de l’antisémitisme. Cette analyse a été confortée par un propos rapporté par Reuters de l’ambassadeur français aux Nations Unies, Armand Bérard, qui a mentionné une collecte organisée par des organisations sionistes pour mener campagne contre de Gaulle. Les journaux égyptiens ont repris ce propos et ont extrapolé, liant Pompidou à cette campagne en raison de ses liens avec les Rotschilds. Accessoirement, force est de constater que cette appréhension envers Pompidou était infondée : sa politique arabe fut dans la continuité de celle du Général, un rééquilibrage pro-israélien ne s’opérant que sous les mandats Mitterrand. Cette agitation complotiste sur le départ de de Gaulle démontre l’importance qu’avait alors la France et le concept de coup d’Etat dans le monde arabe.

Questions / réponses :

Que pouvez-vous dire de la thèse comme quoi la famine de 1915 au Liban aurait été organisée par l’occupant ottoman ?

Un débat a lieu sur la véracité de cette thèse depuis 10 ans, même si aucune preuve définitive n’atteste encore du caractère intentionnel de cette famine qui a causé 150 000 morts. Ce serait logique avec la répression tous azimuts que menaient alors les Jeunes Turcs, notamment contre les nationalismes arabes et les Arméniens.

Quelle est la part de réalité dans la thèse d’une proximité entre Jeunes Turcs et sionistes ? Pourquoi le Comité s’est-il avéré alors suiviste envers les initiatives britanniques, à l’encontre de son discours anti-impérialiste ?

Un échange intellectuel a eu lieu entre Jeunes Turcs et sionistes, qui avaient des affinités car les deux mouvements étaient des nationalismes modernistes. La proximité a même donné lieu à des conversations sur l’éventuelle cession d’une portion du territoire ottoman, en Mésopotamie, pour établir le foyer de peuplement juif mais elles n’ont pas abouti, par souci de la souveraineté ottomane et car ce territoire avait du pétrole. Les Jeunes Turcs ont effectivement transigé avec leur idéologie pour complaire au Royaume-Uni, pour se prévenir d’une déstabilisation de sa part jusqu’en 1910.

Comment expliquez-vous la pérennité et le succès du complotisme antisémite en Turquie, au-delà de l’épisode du Comité ?

Le complotisme antisémite en Turquie s’est consolidé en plusieurs étapes ultérieures. Le Royaume-Uni a alimenté cette thèse durant la Première Guerre mondiale, ses services de renseignement imprimant et diffusant depuis le Caire des tracts assimilant les Jeunes Turcs au sionisme pour les déstabiliser, de 1915 à 1917. Le nationalisme turc pro-nazi a ensuite entretenu cette thèse en se fondant sur les Protocoles des Sages de Sion, thèse qui est maintenant l’apanage de la droite islamiste autour du président Erdogan.

2ème table-ronde :

M. Valter : j’ai constaté en Syrie une multiplicité des services de renseignement, ce que j’analyse comme un moyen commode de lutter contre le chômage, notamment pour les moins qualifiés (sic). Plus sérieusement, le problème que posent ces services dans le monde arabe est celui de leur impunité.

Mme. Levallois : cette intervention part du cours que nous co-assurons à Sciences Po, Luc Batigne et moi, depuis quelques années. La direction de Sciences Po nous avait invitée à assurer ce cours, en réaction aux révolutions arabes de 2011/2012 pour tenter de dégager le rôle des services de renseignement et de sécurité dans le processus et ses suites. La question était légitime car dans une démocratie libérale, les services sont un sujet mineur. Même en Israël, les services n’ont pas un rôle formateur dans le pays, ils n’y font pas la vie politique. Par contre, dans les pays arabes, ils ont un rôle sociétal, ils sont le reflet des sociétés locales et ils y ont une fonction importante, depuis la naissance de ces pays. Il y a néanmoins des différences énormes entre tous ces pays, au niveau des Etats comme des sociétés, qui sont très mouvantes en plus. Mais, tous ces services ont des traits communs dans le monde dit arabe. Ont-ils eu une influence quelconque sur les événements révolutionnaires récents ? Ont-ils prévenu leurs gouvernements de la crise à venir ou sont-ils totalement incompétents ou aveugles ? Dans certains pays, ils ont senti venir « un problème ». Sont-ils écoutés par leurs gouvernements ou ces derniers attendent-ils d’eux d’entendre une justification à leurs actions ? Par service de renseignement ou de sécurité, moukhabarat en arabe, il faut entendre les administrations d’Etat qui font de la collecte et de l’analyse de renseignement secret, selon un plan de recherche ou par opportunité – pour le revendre -, plus celles chargées de sécurité nationale, extérieure et surtout intérieure. Le terme est historiquement marqué avec Saddam Hussein et Mouamar Kaddhafi, maintenant le terme d’istabarat est utilisé par les militaires en Egypte pour éviter la connotation péjorative.

Ces services tentent aussi de manipuler des acteurs tiers, essentiellement des Etats et services occidentaux. Ils traitent aussi d’informations ouvertes, ce qui exige des moyens techniques et humains énormes. Leur travail s’effectue sur trois niveaux : stratégique avec l’information sécuritaire, économique, diplomatique ou autre dont la réponse attendue n’est pas immédiate, pour faire de la prospective ; le renseignement de sécurité, extérieur et intérieur, avec la surveillance de la diaspora pour contrôler l’opposition et instrumentalisation contre l’étranger, plus la propagande et influencer les institutions communautaires à l’étranger ; la propagande, la désinformation et l’activisme politique ou autre, ce qui requiert de recourir à l’action spéciale, distincte des opérations spéciales des armées qui sont tenues au strict respect des droits nationaux et international. La différence entre l’exorbitance du droit commun et l’impunité est la responsabilité : soit c’est une action sur ordre, soit c’est de son propre chef et couvert quand même. L’un des problèmes propres au monde arabe, imputables aux caractères autoritaire des régimes et en voie de développement des pays de la région, c’est justement l’impunité. Percy Kemp, auteur libanais de romans d’espionnage, affirmait que les services sont « le reflet des pays dans lesquels ils opèrent ». Le poids de la corruption et du clientélisme est par conséquent important, étant des régimes autoritaires et des pays en développement, plus l’influence des cultures locales. Les services sont le fruit de l’Histoire, après 4 siècles de domination ottomane mal vécue par les pays arabes, puis les mandats ou la colonisation, une décolonisation mal passée et dans le contexte de la Guerre froide, avec un basculement des Etats arabes plutôt vers le camp communiste. Puis, une nouvelle génération de dirigeants éduqués à l’occidental, comme Hafez el-Assad formé à l’aviation grâce au mandat français, est arrivée avec une légitimité. Le problème israélo-palestinien a été et reste important, avec l’ambiguïté que les Arabes ne veulent pas des Palestiniens mais sont soucieux de reconquérir la terre, de prendre leur revanche. Le cas palestinien illustre l’impression laissée par tout le reste que le monde occidental hait et méprise les Arabes, impression qu’instrumentalisent les services pour manipuler les uns ou les autres. Un cas particulier de services arabes est le Liban, où la diversité communautaire, avec une forte présence de chiites, induit une tentation de chaque faction à s’armer tant que l’équilibre persiste. Cela a conduit à une multiplication de services concurrents sans avoir les mêmes compétences, tenu chacun par une communauté. La France gouverna beaucoup au travers de ses services secrets, ce qui influença la constitution des services locaux après les indépendances, comme en Syrie et au Liban. La création d’Israël entraîna une vraie rupture géographique et territoriale, les frontières entre plusieurs pays arabes étant bloquées. Cela cassa les échanges entre l’Afrique du Nord et le Proche-Orient, coupant un flux d’érudits et d’hommes d’affaires entre toutes ces contrées. Cette pénurie d’informations qui contribua à la formation de services pensés dans cette perspective, avec un poids prédominant vu l’enjeu pour les Arabes mais aussi pour les Israéliens. Cela a aussi fait émerger la question palestinienne, qui a impacté toute la région et fut instrumentalisée par les régimes arabes pour masquer leur manque de légitimité, justifier tous leurs comportements, et donc là encore les services allaient manipuler les Palestiniens. Lorsque le cycle ottoman s’est terminé, ce sont des élites militaires qui y succèdent généralement, donc l’Armée joue un rôle central dans ces systèmes politiques, d’où une proximité voire une consubstantialité entre armées et services. Au lendemain des indépendances, les armées ont donc joué un rôle crucial, du moins jusqu’aux révolutions récentes mais même là elles restent des marqueurs des évolutions sociales et politiques – voir l’Egypte avec leur retour au travers d’el-Sissi. De nouvelles élites étaient apparues, au détriment des propriétaires fonciers ou des marchands, donc ces nouvelles élites vinrent des écoles supérieures d’officier de police ou des armées, faute d’écoles d’administration sur place.

Ils arrivèrent au pouvoir car ils incarnaient alors le changement, avec de nouveaux concepts derrière eux. Les armées passent très vite de la protection de l’Etat à la protection du régime, démarche légitimée par le face-à-face avec Israël, avec des mesures d’urgence dans un contexte de guerre. Le nationalisme arabe incarné par Nasser se fondait pour partie sur le rejet d’Israël, comme ciment pour souder toute la nation arabe, mais cette idéologie ne deviendra plus très vite qu’un prétexte pour manipuler les uns ou les autres. Aujourd’hui, les jeunes Arabes ne se retrouvent plus dans ce discours, le méprisent. Une autre période est 1979-1989, avec justement la reconnaissance d’Israël par l’Egypte qui bat en brèche le discours intraitable du panarabisme originel, ce qui explique la perte de légitimité ultérieure de ces régimes. Se rajoutent à cette rupture la guerre Irak-Iran aux conséquences dramatiques avec 1 million de morts et le jeu des puissances interférant dans la partie, la révolution islamique en Iran avec son corollaire de vouloir l’exporter ailleurs dans le monde musulman, et la montée de l’islamisme en général. Avant, dans les années 70-80, le terrorisme d’Etat fut prédominant, avec la lutte des Palestiniens voulant faire reconnaître leur cause par la violence spectaculaire, comme avec le commando du FPLP qui détourna des avions d’El Al, ce qui fut concluant puisque la communauté internationale se saisit du dossier et relaya la voix des Palestiniens. Ce fut une période très importante pour les services aussi. Puis, vint la période 1990-2000 consécutive à la guerre du Golfe, suivie de l’émergence d’Al Qaïda qui aboutit aux attentats du 11 septembre 2001. Les islamistes étaient initialement manipulés et encouragés par les services, pour casser les oppositions classiques, considérées comme de « gauche » ou « libérales », mais ces mouvements se retournèrent contre les régimes en place. Il existe des soupçons que cela ait continué après, comme avec le DRS algérien qui aurait manipulé des islamistes issus du FIS pour commettre des attentats afin de discréditer le FIS dans son ensemble. Mais, il faut rester très prudent : c’est possible mais dur à prouver. Un autre exemple sont les jihadistes libérés de prison par el-Assad pour diviser l’opposition et la discréditer, qui ont été aussi épargnés par les bombardements de son armée. Il faut aussi ajouter les rivalités entre services, qui rajoutent de la complexité car chacun y va de ses opérations de son côté, parfois en surprenant le chef suprême, au moins pour lui faire plaisir et se faire valoir.  Le 11 septembre 2001 constitua un blocage aux petites évolutions vers plus d’ouverture et de libéralisme, que les différents pays adoptaient pour éviter l’explosion sociale, les régimes y trouvant un nouveau prétexte pour tout verrouiller avec l’accord des Occidentaux, jusqu’à l’explosion sociale. Les services arabes et occidentaux s’étaient alors rapprochés pour travailler sur les islamistes, avec parfois des rapprochements à des échelons plus élevés, comme avec Bachar al-Assad qui était reçu le 14 juillet 2008 en France. Les services ont-ils joué un rôle dans le déclenchement ? Apparemment, ils semblent avoir été pris de court, sauf peut-être les services syriens qui ont anticipé le déclenchement chez eux dès les événements tunisiens et égyptiens, notamment en se saisissant des réseaux sociaux. En quoi et pourquoi les services sont des marqueurs des évolutions des sociétés arabes, en tant que « colonnes vertébrales » des systèmes politiques arabes ? Les services dans le monde arabe sont vraiment la colonne vertébrale des régimes, avec une légitimité originelle venant des révoltes populaires, qui ont renversé les élites traditionnelles au profit de nouvelles, se réclamant de la Guerre froide et de la lutte anti-israélienne, ce qui justifiait un état d’urgence au nom de l’état de guerre, donc cela justifiait la surveillance intérieure au nom de la lutte contre les « cinquièmes colonnes ». Cela constitua une véritable révolution : les militaires deviennent prédominants, alors qu’avant ce n’étaient que des esclaves, les mamelouks, qui sont craints mais n’héritent pas de leurs charges et ne la transmettent pas. Cette révolution explique les blocages du monde arabe, avec le rejet de l’arbitraire ottoman puis de celui imposé par les Occidentaux.

Cela aboutit à l’absence d’Etat de droit, ainsi que l’absence d’un sentiment national autre que celui du panarabisme – exception faite du Maroc en raison de la monarchie -, avec en plus le discrédit des vieux politiques dans les années 1950. Cela aboutit à une multiplication des coups d’Etat, amenant les armées à avoir en leur sein des services pour rétablir l’ordre. Mais, ces services ont été au profit de clans, de factions d’intérêt ou idéologiques, ce qui ne fit que susciter de nouvelles oppositions. Plus un régime est légitime en soi et moins les services ont la main sur lui, comme avec la monarchie marocaine. Les situations pays par pays dépendent donc des rapports de force internes, de la légitimité en soi du régime, du positionnement des services au sein de l’Etat. La poursuite du régime est un impondérable pour tous ces services, face aux dangers intérieurs et aux menaces extérieures. A l’intérieur, il s’agit d’établir un dispositif de contrôle sur les populations (mouchards, filateurs), avec un volet discret et un autre ostensible pour « pourrir la vie » des opposants ou des suspects, les intimider et les maintenir dans une insécurité permanente (convocations où ils pressent les indicateurs à leur ramener des infos, sous peine d’ « ennuis »). Cela comprend aussi la neutralisation et la répression des opposants, la surveillance et le noyautage des diasporas (étudiants et notamment les boursiers, les ONG, les organisations culturelles et cultuelles), ce qui est à cheval sur les ambitions régionales (lutte d’influence sur le CCIF entre Marocains, Algériens, Saoudiens et peut-être Qataris), les fonctionnaires ou notables en stage à l’étranger. Face aux menaces extérieures, c’est le maintien de l’état d’urgence ad vitam eternam et donc le maintien d’un fort appareil de contre-espionnage, avec une forte paranoïa des régimes et qui ont fait de la théorie du complot un mode de vie. La recherche d’alliances contre des ennemis extérieurs en fait partie, comme dans la guerre entre les Baath irakien et syrien où la Syrie accueillait les opposants à Saddam et l’Irak ceux à Hafez. Ainsi, Saddam Hussein accueillait et entretenait les moudjahiddin du peuple, ou encore Damas et Bagdad recevant les factions palestiniennes dures, comme le FPLP, contre l’OLP qui avait « trahi », ou Damas encourageant les Palestiniens contre Amman. Il s’agissait à chaque fois d’étendre son influence, mais aussi pour dissuader le soutien à ses propres opposants internes de la part d’Etats tiers. En fait, c’est souvent l’élargissement du contrôle intérieur qui continue à l’extérieur, avec l’enjeu de négocier la pression exercée les uns sur les autres, et d’évacuer la pression de ses propres activistes en interne, en gagnant leur sympathie un moment. Öcalan est par exemple extradé de Syrie à la Turquie en 1999, après des négociations et un soulèvement de la pression turque sur la Syrie. Les outils utilisés sont la délation généralisée, le clientélisme avec toutes les nuances (coup de main, babkchich, des pseudo-milices pro-régimes comme les baltagui en Egypte et qui datent de l’empire ottoman), l’encadrement des populations dont les diasporas avec la solution intérimaire des bourses, la propagande, l’action psychologique (liens avec les journalistes des agences de presse officielles, ou avec les imams), le recours à la violence. A l’extérieur, ce sont la surveillance de la diaspora et la tension de distraction. Les ambitions régionales sont les produits d’un discours sur la « cause arabe », avec le problème israélo-palestinien qui marche si bien que cela a du succès au Liban, où pourtant les Palestiniens sont mal traités. Ensuite, chaque Etat choisit son représentant de la cause palestinienne, comme Hafez al-Assad qui choisit George Habach. Puis, il y a des causes dites « justes », comme les Kurdes, les Sahéli, les Cachemiris, l’anticolonialisme, le progressisme avec Nasser qui soutint les révolutionnaires au Yémen contre l’Imam et son allié saoudien, ou Saddam Hussein l’OMP face à l’Iran. Là, il y a une activité de renseignement importante, pour connaître les activités du voisin et chercher à se constituer des sources fiables et durables. Les services arabes sont reconnus pour leur savoir-faire dans ce domaine, surtout que cela reste dans le même ensemble culturel, l’ingérence officielle ou non voire la déstabilisation ou l’action directe dont le terrorisme d’Etat.

Quid de la différence entre le terrorisme d’Etat et le terrorisme normal ? Dans ces régimes, le terrorisme d’Etat est un outil normal de la guerre, pour passer outre une dissymétrie, le tout est de ne pas le maintenir sans arrêt sous peine de répliques. Il y a aussi la question de la sous-traitance à des groupes terroristes, sans lien formel avec les Etats. Ces missions des services ne sont pas celles que s’attribuent les régimes eux-mêmes : la satisfaction des ambitions régionales participe en fait à la sécurité du régime puisque, faute de légitimité intérieure, ces régimes recherchent une légitimité extérieure. Un contre-exemple est la « marche verte » d’Hassan II, alors que sa légitimité en propre était déjà forte. La poursuite de visées internationalistes ou universalistes rejoint les ambitions régionales, comme la reconquête du Sahara par le Maroc avec cette « marche verte », qui entraîne une concurrence féroce avec Alger et Tripoli. Les visées internationalistes ne voient pas de moyens et d’ambitions réelles les suivre pour avoir une dimension internationale, à l’exception de Nasser avec le mouvement des non-alignés. Un cas contemporain des Saoudiens et des Qataris au travers des médias, même si c’est plus diffus. Elles tiennent soit à un souci de légitimation du dirigeant, soit à une « danseuse » comme pour Mouamar Kaddhafi. Les modes d’action employés à ce soutien internationaliste n’impliquent pas une couverture mondiale, ne serait-ce que parce que cela coûte cher ! Ce sont surtout des politiques d’opportunité, ce qui explique l’effort actuel de plusieurs moukhabarat pour contrôler les réseaux sociaux et la téléphonie mobile de dernière génération. La manipulation de l’Occident dépasse de loin celle de la seule information, comme la Syrie qui a saisi l’occasion après le 11 Septembre 2001 pour s’imposer comme partenaire sur le contre-terrorisme. La Lybie de Kaddhafi fit de même après le désarmement des ADM et les excuses sur les attentats, qui aboutit à un partenariat avec les services américains et britanniques en 2009 pour infiltrer les réseaux islamistes de Londres, contre des formations. L’objectif est de constituer une clientèle en Occident, qu’elle soit idéologique ou motivée économiquement. Cela passe par des fondations, des associations d’amitiés parlementaires et ainsi de suite. Cela peut juste passer par la flatterie, notamment au travers de journaux sponsorisés par les SR et diffusés en Occident, comme el-Watan al-Arabiya par Saddam Hussein. Maintenant, pour passer outre le surcoût financier et le discrédit, ils passent par le Web y compris le 2.0 avec les réseaux sociaux. Il y a trois positions possibles : soit les SR sont un outil du pouvoir, soit ils sont un centre de pouvoir, soit ils constituent le centre du pouvoir. Aucune situation n’est parfaitement figée, en raison des contextes nationaux et des personnalités-pivots. Le Pouvoir lui-même change qui plus est, ainsi Hassan II avait une manière de gouverner différente de celle de Mohammed VI, pareil pour le roi Fayçal en Jordanie qui vit lui succéder Hussein dont l’éducation était très anglo-saxonne. Il n’y a pas d’Etat où le pouvoir politique se satisfait de voir le pouvoir lui échapper, au profit des SR : il y a forcément des luttes internes pour acquérir en légitimité pour se réapproprier le pouvoir. Les SR outils du pouvoir : ils sont aux ordres et remplissent les missions assignées par le pouvoir politique. Cela n’interdit pas les initiatives, la prévention et l’anticipation, si les services sont bons, comme le DGED d’EL Hazzem au Maroc. Les critères externes sont : des nominations de chefs de services du propre chef du pouvoir politique, à plus forte raison dans la mise à pied ; la multiplicité des relais du politique auprès de l’Opinion qui contrebalance le poids des SR, pour maintenir sa légitimité – par exemple, le roi Hussein en Jordanie a pour principal relais les tribus bédouines, ou le roi du Maroc est légitime en lui-même face au Colonel Oufkir et au Général Glimi ; pas de chefs inamovibles ou impunis ; une mise en concurrence des services pourvu qu’il n’y ait pas de prédominance de facto de l’un sur les autres ; la coopération entre les services et les autres administrations de l’Etat. Cela est le cas du Maroc, de la Jordanie, dans les monarchies du Golfe, des Palestiniens, de la Libye, du Yémen et de la Tunisie actuelle.

Les SR centres du pouvoir : ils sont importants dans le maintien en place du pouvoir et dans le fonctionnement habituel du régime. Cela implique : des relais limités du pouvoir auprès de l’Opinion ; des changements politiques qui induisent des changements à la tête des SR ; s’il y a des luttes internes entre les services, dès lors elles représentent les luttes de factions du pouvoir politique, comme en Syrie avant la guerre civile. La Syrie, le Liban, le Soudan, la Turquie avant l’AKP, la Syrie et l’Irak illustrent ce cas. Les SR comme centre DU Pouvoir : c’est le cas quand le pouvoir politique n’est que la façade d’un système régulé essentiellement par les services, avec : la prédominance absolue d’un service ; un chef des SR inamovible ; l’impunité des services ; l’arbitrage des services qui conditionne les changements politiques – ainsi, Bouteflika a été choisi par le DRS alors qu’en Egypte les SR ont saboté l’ascension du fils Moubharak, précipitant une révolution dont ils ne voulaient pas. Et encore, cela ne veut pas que les responsables politiques ne cherchent pas à revenir sur cet état de fait – Bouteflika veut réformer le DRS, en poussant Toufik vers la sortie pour le reprendre en main. L’Algérie est le cas évident avec le DRS, l’Egypte avait des services puissants mais aucun prédominant ou pesant de manière définitive sur le politique. Quant à la Syrie, Hafez tenait fermement les SR, sauf peut-être au début des années 1980 où des doutes étaient permis, avec la répression menée par son frère Efaz en 1982. Mais, à la fin des années 1990, les SR ont pris leur poids actuel, notamment les RG avant la révolution, puis ce sont les SR Terre qui reviennent en bonne grâce depuis. Cette conception des SR dans le monde arabe entraine des constances, à des rythmes divers selon les contextes et les espace-temps. Trois règles se dégagent : moins un régime se sent légitime, plus il multiplie les services et les met en concurrence (Syrie, Tunisie a contrario) ; l’attribution des postes se fait selon des critères claniques/communautaires (Libye, Liban, Irak) ; une croissance exponentielle du recrutement s’opère avec le clientélisme (Egypte, Algérie). Les SR arabes amènent la question du terrorisme en raison du passif historique, les Etats arabes ayant été tout à la fois victimes et utilisateurs du terrorisme, avec l’idée sous-jacente que la répression comme l’instrumentalisation ont été le fait des SR. Depuis le 11 septembre 2001, les SR locaux se servent du terrorisme pour se dédouaner, pour se légitimer et pour coopérer avec les SR occidentaux, qui autorise de faire les deux premiers d’ailleurs. Les SR peuvent soit utiliser, soit lutter contre le terrorisme. L’utiliser serait légitime et efficace, à leurs yeux du moins et à ceux de leurs opinions publiques : pourquoi respecter les interdits de la « communauté internationale » là-dessus quand les attaques israéliennes sont impunies ? Ce serait « juste » une réponse du faible au fort. Cela peut servir à protéger le régime, en éliminant un opposant (Maroc avec Ben Barka en 1962, Iran avec Baktiar en 1991), en servant les ambitions régionales (Syrie avec les attentats au Liban pour manipuler les évolutions domestiques), ou en diffusant une idéologie universaliste (Libye). Ils manipulent le terrorisme : directement, par le biais de structures « action » (SR libyens avec Lockerbie) ; en instrumentalisant des organisations qui ont recours à la violence, en les convaincant de le faire en toute connaissance de cause ; en manipulant ces mêmes organisations, sans qu’elles se rendent compte que c’est au bénéfice de tel ou tel Etat ; le mercenariat pur et simple (Abu Nidal). Par exemple, l’attentat de 2007 au Liban de Fatah al-Islam serait un exemple d’instrumentalisation par des moukhabarat, les services syriens ici. Les SR arabes luttent aussi contre le terrorisme car il représente : une menace intérieure (Algérie, Egypte, Turquie, Pakistan, pays du Golfe) ou de l’extérieur (Jordanie, Syrie, Iran, Pakistan, pays du Golfe) ; une menace sur les « alliés » (Palestine, Jordanie) ; pour faire complaire à l’Occident (Palestine, Jordanie, Maroc) ; pour en tirer un profit politique, diplomatique ou économique (Palestine, Syrie, Libye, Yémen).

Le ciblage des groupes terroristes peut s’avérer difficile car il faut lutter contre ceux qui menacent les régimes, tout en continuant à aider ceux qui les servent alors qu’ils peuvent être les alliés des premiers ! Les moukhabarat recourent au renseignement (recherche et exploitation), à la répression, à l’infiltration et la manipulation (méthode Abu Iyad ou Mediène, qui a créé une légende paranoïaque), la négociation avec une sortie de crise politique (Algérie avec Mediène qui a négocié de lui-même avec les islamistes, pour les faire désarmer et réintégrer), la coopération régionale, bien qu’elle soit compliquée par les antagonismes politiques, et la coopération internationale. Les SR arabes attendent moins du renseignement de la part des SR non-arabes qu’un soutien logistique ou politique contre les données qu’ils transmettent. Un constat sur les liens entre moukhabarat et la diplomatie des pays arabes est que leur diplomatie officielle des est purement « visuelle », que la diplomatie « parallèle » est un domaine d’excellence des SR, et que la diplomatie interarabe est son champ d’application privilégié. Le champ d’action de leur diplomatie, de manière général, est régional avant tout et met l’international à l’arrière-plan, puisque le maintien des pouvoirs en place dépend d’abord de leur contexte régional. Il faut régler les différends ou de surmonter des blocages, lorsque les diplomates n’ont plus prise ce sont les SR qui s’en chargent, pour assurer à leurs Etats de rester des acteurs régionaux. Certes, des MAE ont pu s’avérer forts mais les tensions ou la sensibilité de nombreux dossiers régionaux amènent à passer par les SR, quitte à y impliquer les personnalités de poids des MAE. Cela passe essentiellement par du bilatéral, faute de confiance entre tous les acteurs, même si le multilatéral peut devenir intéressant occasionnellement. Cela tient surtout à un manque de présence et donc d’expérience dans les organisations internationales, sauf dans la Ligue Arabe qui fut constamment un échec. Cela n’empêche pas, bizarrement, à une lutte d’influence permanente pour devenir le meneur de ces institutions. Cela a pour effets sur la diplomatie officielle que les MAE sont infiltrés par les SR à tous les niveaux, ainsi l’ambassadeur n’est pas nécessairement la personne la plus importante dans la mission, et les ambassadeurs sont souvent d’anciens militaires ou d’anciens responsables des SR. La politique extérieure n’est pas l’objectif des SR – elle est le plus souvent un vecteur. Tous les services de l’Etat peuvent être utilisés par les SR (valise diplomatique, service des visas, compagnie aérienne comme Syrian Air) sans contrôle extérieur aux SR. Un exemple est Issam Zanrtaoui, le premier Palestinien missionné par Arafat pour dialoguer avec les Israéliens, à la fin des années 1970, à Paris, en passant par la communauté juive marocaine, tué en 1983 à Lisbonne lors d’une réunion de l’Internationale socialiste. Selon les uns, il aurait été tué par Arafat, qui trouvait qu’il prenait trop de poids, en le commanditant à Abu Nidal pour brouiller les pistes de manière crédible, dès lors qu’il s’agissait de faire cesser des négociations qui s’annonçaient bien. Il y avait aussi le prince Bandar, ancien diplomate à Washington pendant 20 ans avant de devenir chef des SR saoudien. De la même manière, le prince Muryn gère actuellement les SR saoudiens, après avoir été le représentant de Riyad à Damas, en 2009. En sens inverse, Musa Kusa, chef des SR de Kadhafi pendant 15 ans, est devenu son ministre des Affaires étrangères. Omar Suleïman, chef des SR égyptiens, était l’homme des négociations avec les Palestiniens, et Mohammed Dahlan était le responsable palestinien de la sécurité à Gaza, qui fut l’homme pour les négociations avec les Israéliens. L’efficacité des SR dépend en grande partie de leur légitimité, et réciproquement. La légitimité des SR dépend à son tour de : la légitimité de l’Etat (existence d’une nation) et/ou du régime (exemple du Maroc) ; la légitimité des causes défendues (perception d’un danger ou d’une injustice). Les exemples des républiques syrienne, égyptienne et libyenne sont édifiants à ce titre, leur légitimité venant justement des causes défendues, et qui s’est estompée avec l’échec de ces luttes. En effet, la légitimité contribue à une coopération volontaire et donc meilleure des sources des SR.

La légitimité peut s’appuyer sur l’Etat de droit, ce qui n’exclut pas des privilèges exorbitants du droit commun suivant l’exemple des démocraties occidentales. Mais, cela requiert un contrôle et la responsabilité, qui sont – en définitive – un aspect du contrôle et de la responsabilité du pouvoir en place. La revendication de l’Etat de droit était justement au cœur de ces révolutions : transparence du pouvoir, contrôle ou lutte contre la corruption. A ce stade, les SR semblent bénéficier d’un statu quo, en dépit de réformes institutionnelles importantes dans plusieurs pays (Egypte et Tunisie, Maroc et Algérie dans une moindre mesure). A défaut d’en prendre l’initiative, les SR peuvent-ils accompagner la modernisation des régimes ou empêcher cette modernisation ? La situation sécuritaire modère l’entrain à réformer dans ce sens, comme en Egypte avec les attentats réguliers dans le Sinaï ou la répression des Frères musulmans. Les prochaines élections seront déterminantes : cela sera la sortie de gouvernements transitoires qui manquent de légitimité pour de vraies réformes. Dans ce sens, le plus grand risque n’est peut-être pas qu’ils ne se décident pas à évoluer. Les sociétés « démocratiques », qui servent de modèle aux évolutions en cours, ne vont pas nécessairement dans le sens annoncé par leur discours (surveillance et restriction des libertés individuelles, prévalence des procédés agressifs, sous-traitance de l’emprisonnement et de la torture). Le risque est dès lors que les moukhabarat restent hors de tout Etat de droit, les nouveaux régimes auxquels ils sont associés restant avant tout des sécuritocraties, pour reprendre le néologisme créé par un sociologue soudanais.

M. Bou Nader : le cas des services libanais est intéressant car ils se caractérisent par leur multiplicité comme centres de pouvoir, et ce sur une base confessionnelle en plus. Les confessions reconnues en droit par l’Etat sont au nombre de 16 au Liban, avec les trois principales en termes démographique et politique que sont les maronites, les sunnites et les chiites. Le sectarisme se développe actuellement au sein des services, suivant le mouvement plus général des politiques de sécurité dans toute la région, en partie en réaction aux ingérences étrangères incessantes et ce d’abord de la part des voisins arabes. Suite aux accords de Taëf en 1990, le Liban est devenu une démocratie consensuelle où le gouvernement est régulièrement bloqué ou renversé, même par des partis ou sur des sujets mineurs. Cette situation laisse une large latitude aux services et aux groupes confessionnels derrière eux. Par exemple, le ministère de la Défense comprend la Direction du Renseignement de l’Armée, proche de la branche armée du Hezbollah et connaissant une extension de ses compétences allant jusqu’à des pouvoirs de PJ, du moins pour la lutte anti-drogue. Le MINDEF libanais comprend également la Direction Générale de la Sûreté de l’Etat, un SR qui se voulait chiite mais qui est mort-né : elle n’a été créée que pour complaire à la classe politique chiite, qui se plaignait de ne pas avoir son service ! Le ministère de l’Intérieur et des municipalités comprend pour sa part la Direction Générale de la Sécurité Publique, équivalent à feux les RG français, qui a un rôle politique croissant car son chef s’est imposé comme médiateur entre le Hezbollah et l’Etat, notamment pour calmer les tensions suite à l’application des sanctions financières américaines. L’Intérieur a aussi la Section du Renseignement des Forces de Sécurité, un SR sunnite qui est contesté sur sa légalité car il a des pouvoirs exorbitants pour une simple section, en droit libanais, et ce avec des moyens humains et logistiques extraordinaires. En fait, l’extension des pouvoirs de ce SR a été concédée aux sunnites du Parti du Futur, soutenu par l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, pour leur permettre de tenir après le choc des assassinats de Rafic Hariri et d’Hassan Azad, le chef historique de la Section. Sa légitimité est aussi contestée suite à plusieurs scandales, comme l’affaire dite de l’Internet illégal où ce service a subrepticement remplacé le réseau local de l’Internet par un réseau sous son contrôle, et ce avec du matériel israélien.

Tous ces services sont de toute façon contestés pour leurs violations récurrentes des droits de l’Homme, que ce soit le droit à la vie privée avec l’accès aux comptes Facebook ou Twitter de tous les Libanais, ou le droit à l’intégrité physique avec les cas répétés de torture. Ce problème renvoie à celui de l’Etat de droit dans le monde arabe, que Mme. Levallois avait déjà soulevé.

Mmes. Saradel et Annouty : selon un haut-fonctionnaire syrien, en 1991 : « Nous regrettons la chute de l’URSS, plus que les Russes eux-mêmes. » Ce propos illustre la relation étroite que les moukhabarat de plusieurs pays arabes avaient établi avec les SR soviétiques, même si cette relation a toujours relevé moins d’un partenariat durable que d’échanges de bons procédés. Ceux-ci consistaient essentiellement à monnayer des postes avancés pour les Soviétiques, contre des armes à bon prix et l’expertise du KGB et du GRU pour les Arabes. Cette démarche rejoint la position du congrès du PCUS de 1956, consistant à passer d’une stratégie défensive à une offensive qui ne requiert que la conquête de relais géopolitiques par des alliances bilatérales, sans chercher à diffuser l’idéologie marxiste comme en Amérique latine. Cette stratégie s’exprima par une assistance après les indépendances arabes dans la restructuration des SR, notamment après les avoir purgés de leurs éléments trop inspirés par les régimes associés à la colonisation ou la tutelle impériale. Par exemple, le principal SR irakien, la Direction de la Sécurité Générale a été purgée en 1973, suite à une tentative de coup d’Etat du fait de son chef. Les Soviétiques obtinrent des avantages très intéressants en échange de cette assistance technique, avec 17 stations d’écoute dans la région, installées et exploitées par les services techniques du KGB qui sont devenus dorénavant le FAPSI. Les SR soviétiques ont aussi créé et géré des camps d’entraînement pour les groupes terroristes manipulés par les services Action de leurs alliés arabes, comme à Tartous et à Lattaquié pour les Syriens. Plus largement, le KGB et le GRU ont déteint sur les SR arabes du fait de leur modèle organisationnel et opérationnel, notamment en imposant comme une évidence une grande proximité avec le pouvoir politique. Leurs méthodes répressives ont aussi puissamment inspiré leurs homologues arabes, avec d’abord l’exemple des purges staliniennes qui fascinaient Saddam Hussein. Les Soviétiques ont même profité de cette obsession pour charmer Saddam Hussein, en lui offrant des visites guidées des datchas de Staline. L’URSS et ses alliés arabes ont ainsi passé de nombreux accords secrets sur la formation et l’équipement de leurs moukhabarat, en échange de l’accès à des hubs stratégiques (ports, aéroports) et à l’exploitation des renseignements. La Stasi est-allemande a aussi contribué à cette formation des SR arabes à la demande des Soviétiques. L’obsession soviétique pour la surveillance généralisée a aussi déteint sur les SR arabes, comme le démontre le ratio effarant que les SR syriens avaient alors sur la population totale : 65 000 agents à temps plein et entre 100 000 à 300 000 informateurs occasionnels, soit un agent sur 200 personnes alors ! En fait, la culture soviétique de la délation a été exportée dans le monde arabe, jusqu’au sein même des moukhabarat où tout le monde espionne tout le monde par crainte des trahisons. La censure et la propagande dans une perspective complotiste sont là aussi d’inspiration soviétique, au même titre que la confusion entre renseignements intérieur et extérieur, la défiance de la hiérarchie envers ses propres subalternes, l’absence d’Etat de droit, ou la mobilité très faible voire extraordinaire des responsables de services. Ce rapprochement ne fut possible qu’en l’absence d’une volonté occidentale de soutenir militairement les pays arabes, qui se sont donc rabattus sur les Soviétiques par défaut. La politique de l’actuel régime russe semble revenir à ce genre de proximité, suite à la décennie noire pour les Russes des années 1990, où les liens se sont disloqués car le pouvoir russe était obnubilé par ses problèmes domestiques et s’était brouillé avec ses alliés arabes, en normalisant ses relations avec Israël.

3ème table-ronde

M. Bussois : au-delà du monde arabe, le monde musulman est plus largement concerné avec la lutte anti-terroriste, les sécuritocraties qui ne sont pas une spécificité arabe, et la prédominance du renseignement dans le débat public qui aliment la théorie du complot. L’essayiste américain Thomas Friedman disait ainsi : « Si votre réponse à une question n’est pas une théorie du complot, au Moyen-Orient abstenez-vous de la prononcer : personne ne vous croira ! »

Mme. Lemière : en Malaisie, la création de menaces et l’orchestration de violences se font par le régime en écho aux peurs de la société, pensées comme un capital politique à exploiter pour se pérenniser, en jouant sur les mythes et les rumeurs du cru de manière savante. Les autorités malaisiennes composent avec les mythes fondateurs de la société que sont l’indigénéïté, la résistance et la souveraineté, valeurs qui sont opposés aux vraies minorités endogènes de la péninsule et surtout aux minorités chinoise et indienne. La minorité chinoise est spécialement visée car une peur lancinante est que son poids économique se mue en influence politique, et aussi que son orientation chrétienne n’attire à cette religion de jeunes musulmans. Une rumeur persistante est en effet que les chinois feraient du prosélytisme et convertiraient en masse. Le régime joue là-dessus en agitant fréquemment la menace d’émeutes ethniques, sur le modèle de celle des chinois en 1969 qui a traumatisé le pays, de conversions de masse de la jeunesse musulmane au christianisme et d’attaques terroristes. Le régime emploie à cette fin les réseaux sociaux, les SMS anonymes et des tabloïds tenus par des groupes pro-UMNO. Les autorités se reposent sur des militants de connivence, des proxies pour provoquer l’amorce de violences ethnico-religieuses. Ces campagnes passent par des ONG créées directement par le régime, ou par des gangs qui offrent leur soutien en échange d’avantages économiques. Ces amorces de violences soulignent la diversité de la société malaisienne, ce qui permet au parti au pouvoir de justifier l’adoption de lois répressives et de mesures autoritaires. La situation est particulièrement tendue aujourd’hui, d’autant plus que le premier ministre Najib Razak s’est fait élire sur le slogan One Malaysia mais son mandat est marqué par une hausse historique des tensions communautaires.

Mme. Ziaei : une distinction est requise entre le complot, compris comme un phénomène réel, social et historique, et le complot fantasmé. Le premier est le fait d’un groupe aspirant à s’institutionnaliser, après avoir contesté voire renversé un ordre établi antérieur. Le complotisme est pour sa part fondé sur une reconstruction du réel, qui s’apparente à la démarche intellectuelle du constructivisme comme Barthes pouvait le pratiquer, la réalité n’étant considérée que comme un choix sociétal. La République islamique d’Iran est emblématique de cette démarche constructiviste, la vision du monde de la minorité dirigeante devenant la Vérité, dans ce qu’elle a d’incontestable. Cette tendance est une constance en Iran depuis la chute des Palahvi, qui employaient déjà le complotisme dans leur rhétorique en raison des relations tendues avec le reste du monde, justifiant d’alimenter la xénophobie en permanence. Cette base du pouvoir iranien continue d’ailleurs maintenant, même après l’accord de juillet 2015. Ce biais s’explique aussi par la série de traumas nationaux que le pays a connu, avec les luttes d’influence entre le Royaume-Uni et l’Allemagne au début du XXème siècle, puis l’opération AJAX en 1953 et la naissance de la République islamique d’Iran elle-même, qui s’est prêtée à des fantasmes. Il ne faut pas oublier que Khomeiny était en exil en Irak puis en France, depuis laquelle il est revenu directement sans restriction des autorités françaises, ce que certains ont compris comme un soutien occidental à la révolution contre le Shah.

L’ayatollah Khomeiny a justement repris une démarche révolutionnaire qui amène aussi le complotisme, avec des slogans comme l’ « impérialisme américain » qui est soviétique à l’origine, dans une perspective théologique. Ces marqueurs idéologiques ont permis de fonder l’identité du régime, avec des concepts comme le Grand Satan ou le Petit Satan, en lien avec la démarche victimaire issue du culte traditionnel du martyr chez les chiites. Les Américains ont réagi à cette propagande comme par effet miroir, promouvant l’image du héros américain confronté à l’obscurantisme iranien (voir le film Argo). Des éléments concrets ont certes alimenté la paranoïa du régime, comme la guerre de 8 ans face à l’Irak qui était soutenue en sous-main par l’Occident, ou les bases américaines et les pays hostiles (Pakistan, Israël) qui entretiennent son complexe obsidional. La pensée sécuritaire de l’Iran est foncièrement négative, se fondant sur une défiance systématique envers l’étranger. Il est légitime de se demander si des éléments culturels ne prédisposent pas les Iraniens au complotisme, qui est universel en tant que tel : sa forme et son intensité peuvent par contre varier d’une culture à l’autre. Certains chercheurs iraniens parlent eux-mêmes de « société schizophrène » concernant leur propre pays, avec des recours usuels à la métaphore, la périphrase, l’ironie ou le cynisme, plus la question de la ruse comme outil légitime du faible face au fort. La culture iranienne fait en plus une distinction entre l’indalouni et le bilouni, la sphère intérieure et la sphère extérieure du corps social iranien ; la xénophobie est ainsi basée sur une délimitation catégorique de l’identité nationale.

M. Calvary : j’étudiais les relations contemporaines entre la péninsule arabique et la Corne de l’Afrique, les royaumes du Golfe se tournant vers les pays est-africains pour investir depuis le début des années 1990. C’est à l’occasion de ces recherches que j’ai découvert la figure de Mohammed al Amoudi, qui alimente en Ethiopie de nombreux fantasmes à la suite de ceux drainés par l’ensemble des investisseurs du Golfe dans le pays. Le contexte éthiopien est 95 millions d’habitants, avec 44% de chrétiens orthodoxes et 34% de musulmans, et un centre politique et culturel qui est historiquement les hautes-terres d’Abyssinie. Les musulmans étaient historiquement relégués à la marge du pays, dans ses périphéries. Le régime actuel est issu de la prise du pouvoir par la guérilla marxiste du Derg en 1994, qui renonce à son idéologie marxiste pour pouvoir attirer les IDE car l’URSS a alors disparu comme soutien. Le régime entame alors un virage libéral et pseudo-démocratique, tout en restant soucieux de contrôler l’économie et les populations. En 2005, le régime a démontré son caractère réel, autoritaire, en décidant d’élections libres pour complaire à l’Occident mais a rétropédalé face à la percée imprévue de l’opposition, tellement imprévue que certains dirigeants ont fait un malaise en apprenant la nouvelle ! Les autorités ont réprimé l’opposition, ont ignoré le résultat des élections et ont verrouillé la vie politique à nouveau. Depuis ce fiasco, le régime cherche d’autant plus à attirer les IDE pour obtenir un succès économique au moins, en multipliant les réformes libérales. Ce régime a surtout entretenu un malaise au départ avec la majorité chrétienne, la guérilla marxiste a initialement réprimé les cultes et leur expression publique en voulant réaffirmer son identité communiste, à défaut de pouvoir l’exprimer dans le domaine économique. C’est l’Eglise orthodoxe éthiopienne qui a perdu le plus de son influence durant cette période, si bien que lorsque le régime s’est libéralisé en matière religieuse les chrétiens avaient décroché par rapport aux musulmans en termes démographique et financier. C’est dans ce contexte qu’émerge al Amoudi, un homme d’affaires saoudien qui est né en Ethiopie d’une mère du cru et d’un adrami, un marchand saoudien qui s’est installé à l’étranger.

Son père a rejoint l’Arabie saoudite avec sa famille en 1965, connaissant un destin similaire avec des familles d’autres adrami comme les Marfouz ou les Ben Laden, avec lesquels il était d’ailleurs associé. Tous ces clans profitaient de leur proximité avec un prince Saoud pour obtenir les passe-droits requis pour faire des affaires, le père d’al Amoudi profitant de sa relation avec le prince Ben Sultan. Sa famille parvient à s’enrichir grâce aux marchés publics ainsi concédés, même après que ces derniers se raréfient à la fin des années 1980 avec la baisse des prix du pétrole. Cependant, quand al Amoudi reprend les affaires familiales à ce moment il décide de diversifier ses activités et surtout de s’étendre en Ethiopie, largement pour des raisons affectives. C’est alors qu’il crée le Sheraton d’Addis-Abeba, aidant ainsi le régime à revaloriser la capitale qui risquait de perdre le siège de l’Union africaine, la ville étant critiquée pour son manque d’infrastructures et ce notamment par le Colonel Kadhafi qui voulait récupérer le siège de l’UA. Al Amoudi soutient dès lors le régime politiquement et financièrement, notamment en profitant de ses relais auprès des Saoud mais aussi de Bill Clinton dont il a financé la campagne électorale, pour défendre la cause de ce pouvoir fragile auprès de l’étranger. Al Amoudi a obtenu en échange des passe-droits pour investir dans le foncier, alors que ce domaine reste public en Ethiopie, et se constituer un monopole sur l’or, l’essence et le ciment. Le régime le met alors en avant dans les médias pour ses actions caritatives, faisant de lui le personnage le plus débattu depuis deux décennies sur la scène publique éthiopienne. Cette publicité a alimenté la thèse qu’il serait un agent d’influence de l’Arabie saoudite, ce qui n’est guère vraisemblable car il est fâché avec les Saoud depuis le début des années 1990. Ce froid avec la monarchie saoudienne l’a notamment amené à jouer contre leurs intérêts, comme lorsqu’il soutint la construction d’un barrage éthiopien sur le Nil auquel les Saoud résistaient par soutien à l’Egypte. Les chrétiens d’Ethiopie l’accusent surtout de soutenir le wahhabisme dans leur pays, en dépit de tous les indices au contraire de son ouverture d’esprit en matière religieuse. Aucun indice probant n’a été trouvé démontrant qu’il financerait des mosquées intégristes ou même modérées, et son délégué de pouvoir en Ethiopie ainsi que sa seconde femme sont des chrétiens. De plus, soutenir l’islamisme en Ethiopie serait maladroit de sa part alors qu’il a besoin du soutien du régime, qui est par ailleurs inquiet de la montée des musulmans intégristes. Ses détracteurs colportent aussi de supposées frasques sexuelles, et l’accusent même de proxénétisme. Toutes ces théories du complot et rumeurs malveillantes viennent de blogs animés par des opposants au régime, qui sont tous chrétiens et Amharas qui veulent gêner le pouvoir en jouant sur sa maladresse et son opacité, et aussi sur le mythe de l’identité judéo-chrétienne de l’Ethiopie. Toute cette agitation complotiste illustre les crispations d’une frange du peuple chrétien de l’Ethiopie, face à la montée en puissance des musulmans en les dénigrant comme des agents de l’étranger et des gens moralement douteux.

Questions / réponses :

Que pensez-vous de la place accordée dans les manœuvres de propagande du pouvoir malaisien à la minorité palestinienne sur place ?

La présence de Palestiniens en Malaisie est méconnue, et leur place dans la société locale n’est pas dans mon champ d’expertise. Toutefois, il est évident que le pouvoir valorise les migrants arabes ou les étudiants musulmans, et même les non-musulmans qui sont pris pour tels car leur patronyme est islamique (!), avec des facilités pour s’installer et travailler. Le régime est par ailleurs ouvertement antisémite. Il cherche à instrumentaliser ces gens, en les invitant à voter pour le parti au pouvoir et à participer aux ONG hostiles aux non-musulmans en échange de leur naturalisation.

Une distinction n’est-elle pas requise pour analyser le complotisme iranien, entre la dimension religieuse et la dimension sociétale du phénomène ?

Cette distinction est en effet requise. Ainsi, l’anti-impérialisme d’Etat n’a pas imprégné toute la société iranienne – voir les minutes de silence et autres hommages aux victimes du 11 septembre 2001 ou du 13 novembre 2015. Même l’Etat doit passer des compromis géopolitiques, tout en perpétuant les tentatives d’expansion de son idéologie à l’étranger.

Pourquoi al Amoudi n’a-t-il pas cherché à se rapprocher de l’Eglise orthodoxe, pour éteindre les rumeurs le concernant ?

Al Amoudi ne cherche pas à se rapprocher de l’Eglise éthiopienne car cela ne lui servirait à rien : son chef, l’évêque Paulos Tzadua est de toute façon nommé par l’Etat et est sous sa tutelle, al Amoud n’a qu’à s’adresser aux responsables politiques en cas de problème ! Par contre, il a réellement un problème avec les chrétiens comme groupe social qui se sent menacé.

4ème table-ronde

M. Puchot : une anecdote me paraît significative : je faisais la promotion en Tunisie de mon livre sur les Frères musulmans, en 2015, et je suis interpellé par un journaliste connu de La Presse, le quotidien pro-gouvernemental, qui me reproche de déconstruire les thèses de compromission des Frères avec le terrorisme ou avec les Etats-Unis. Cet attachement viscéral à un certain nombre de thèses est emblématique du conspirationnisme post-11 septembre.

M. Rigoulet-Roze : sur les Frères après le Printemps arabe, il est révélateur que Dhahi Khalfan, le chef de la police de Dubaï annonce en juillet 2012 sur les réseaux sociaux une ligne rouge, à destination des Frères qu’il dénonce comme complotant pour prendre le pouvoir en récupérant les révolutions arabes. Ces complots fantasmés et qualifiés de confréristes sont systématiquement associés à l’Iran. Pareille position est en réaction à la dynamique révolutionnaire, qui prend de court tout le monde et ouvre alors au mouvement frériste une occasion, avec effectivement des victoires électorales à la clef. Les régimes arabes sont pris au dépourvu, notamment les pétromonarchies à l’exception du Qatar, qui se fait le héraut des Frères. Ce fait a justement nourri l’une des principales théories du complot concernant les Frères, comme quoi ils seraient instrumentalisés par des puissances étrangères, théorie reprise et entretenue par ces régimes du Golfe qui se sentent menacés. La principale motivation prêtée aux conspirateurs supposés est le lucre, la volonté de s’emparer de leurs pétrodollars. Les monarchies du Golfe ont dès lors peur de la contagion révolutionnaire, comme l’illustre le cas d’un complot frériste fantasmé qui a suscité une répression extraordinaire. En mars / avril 2012, les autorités des Emirats Arabes Unis affirment avoir déjoué pareil complot et répriment en conséquence le mouvement Al-Islah, expression locale des Frères. Le chef du mouvement lui-même est arrêté, accusé d’avoir apostrophé par une lettre privée l’émir au nom du respect des droits humains. Des personnalités de haut-niveau sont emprisonnées à la même occasion, accusées de complicité avec les conspirateurs fréristes, tel qu’un ancien président de cour d’appel. Les autorités dénoncent l’existence de plus qu’un simple réseau informel, ce serait une véritable organisation secrète, présentée comme quasi-maçonnique, voulant profiter des révolutions arabes pour instaurer une république islamique dans le pays.

Ce projet s’inscrirait dans la perspective à plus long terme d’un califat panislamique, ce qui conforte le soupçon du soutien occulte de puissances étrangères et plus spécialement de pays connus pour leur orientation panislamique, comme la Turquie d’Erdogan ou le Qatar. Des ressortissants de ces pays sont justement arrêtés, torturés et subissent des méga-procès. Ces suspects sont aussi soupçonnés de liens avec l’Iran paradoxalement, en plus de ceux attribués avec le Qatar, les Emiratis constatant durant la même période le rapprochement idéologique et géopolitique entre l’Egypte de Morsi et l’Iran des mollahs. Cette crainte d’un axe entre les Frères musulmans et la République islamique d’Iran a d’ailleurs motivé le choix des Emiratis d’assister les Saoudiens, dans leur entreprise de soutenir al-Sissi dans le renversement du gouvernement Morsi. Force est de constater que dans ces régimes les menaces frériste et iranienne ont été agrégées dans leurs théories du complot, preuve de la perception d’un degré de menace devenu équivalent entre les deux pour ces pays.

Mme. Pelletier : mon travail portait sur la narration du conflit syrien, et c’est à cette occasion que j’ai constaté que ladite narration était parasitée par la prégnance de la théorie du complot, dans le monde arabe et jusqu’en Europe. Cette évolution dans nos pays s’explique par le trauma du 11 septembre 2001, avec le désaveu justifié des politiques qui ont suivi comme la guerre en Irak de 2003. L’Administration Bush Jr. a d’office réagi aux attentats sur un mode manichéen et essentialiste, tenant un discours anxiogène sur une lutte inéluctable entre Eux et Nous. La suspicion et les tensions suscitées par ce discours ont été aggravées par le rejet majoritaire de son intervention de 2003, d’autant plus qu’elle était fondée sur des arguments fallacieux. Ce climat a réactivé la blessure de la colonisation et de l’impérialisme occidental, au sein même de nos sociétés, mais aussi le vieux fonds antisémite de l’inconscient européen car une extinction de la mémoire de la Shoah s’est opérée en parallèle. Ce double objet narratif de l’anti-impérialisme et d’un antisémitisme redynamisé a modifié le discours sur le Moyen-Orient, qui pose l’impérialisme occidental comme paradigmatique, expliquant tout événement dans la région. La question d’Israël et du sionisme se retrouve en plus au centre de cette grille d’analyse, avec un glissement sémantique de l’antisémitisme avoué à l’antisionisme qui se banalise : le sionisme est dénoncé comme étant machiavélique ou tentaculaire, adjectifs qui étaient associés aux juifs auparavant. Ce complotisme est aussi caractérisé par une prédilection de l’analyse géopolitique des événements, qui ne pense les phénomènes sociaux au Moyen-Orient qu’en termes d’intérêts des grandes puissances et évacue le rôle des acteurs sociétaux ou des politiques domestiques. Cette double lecture conspirationniste sert la propagande de régimes autoritaires comme la Syrie de Bachar al-Assad, et de groupes antidémocratiques comme Daech dans la région. Ce complotisme est aussi l’objet d’une greffe inconsciente des médias occidentaux, qui lui adjoint son obsession pour l’Islam et la peur qu’il susciterait en Occident. En fait, les médias européens accompagnent un processus de fond qui consiste à dépolitiser et à déshumaniser les enjeux du Moyen-Orient, pour retranscrire dessus nos propres débats internes, et notamment les questions mémorielles qui nourrissent un imaginaire essentialiste.

M. De Gunzbourg : nous pouvons constater une faillite du journalisme face au discours complotiste, notamment sur le sujet du Moyen-Orient. Plusieurs entrées existent pour le public sur ce problème du complotisme, qui passent au mieux par l’étude des controverses selon moi. Force est de constater que ce discours complotiste repose sur une mise en question de l’intégrité des médias établis, que des académiciens ont entretenu au titre d’une analyse critique. Un essayiste comme Noam Chomsky a notamment promu une remise en cause des médias, sur le mode du quid bono ?: quel est l’intérêt caché des journalistes ?

Cet imaginaire est double car il postule que les milieux politiques ou d’affaires tiennent les médias et leur font dire ce qui leur convient, et que les médias peuvent manipuler l’opinion publique. Pareilles affirmations perturbent déjà les journalistes, qui ne savent pas quoi répondre car c’est complètement décalé par rapport à leur expérience subjective de ce métier : les journalistes estiment globalement avoir suffisamment de garanties déontologiques pour travailler en toute indépendance, et s’inquiètent plutôt que l’Opinion se défie de plus en plus d’eux. Cette critique des médias correspond à celle plus globale de la démocratie, et appelle la constitution de médias alternatifs pour réorienter le débat dans le sens qui intéresse les complotistes, selon un modèle gramscien, à l’exception des plus radicaux qui veulent éviter toute forme d’influence sur les masses et renoncent à tout média. Pourquoi les thèses complotistes ont-ils un succès aussi persistant ? Ce discours part d’une croyance que des SR (Mossad, CIA) manipulent les événements, ce qui répond à la forme prise par notre monde. En effet, notre débat public est de plus en plus animé par des questions concernant le renseignement, avec en plus un imaginaire collectif qui se constitue à ce sujet et ce grâce aux séries télévisées notamment (24h Chrono, Le Bureau des Légendes). L’activité de renseignement elle-même devient une réalité quotidienne avec les technologies de l’information et de la communication qui entretiennent un espionnage constant sur et entre les personnes privées, qui est même formalisé par des concepts comme l’intelligence économique ou le renseignement dit citoyen. C’est ainsi que se présentait Wikileaks au début, comme un service de renseignement citoyen ! Le milieu du renseignement est tendanciellement un monde paranoïaque, où la géopolitique et la recherche par intérêts est la norme, et la société s’approprie cette mentalité dorénavant, sans reprendre les précautions prises par les SR occidentaux contre leurs propres mauvaises tendances. De plus, c’est bizarrement plutôt le modèle des SR des régimes autoritaires qui s’impose alors que ces services n’ont pas la même tendance critique sur leur propre paranoïa institutionnelle. Cette fascination pour la conception autoritaire du renseignement s’explique par le brouillage opéré par les SR américains après le 11 septembre, qui ont pris des mesures aussi liberticides qu’une dictature et ont même collaboré sur ces questions avec des régimes autoritaires. Cette dérive est d’autant plus grave qu’elle a amené à s’entendre avec lesdites dictatures sur une définition commune du terrorisme à la baisse, et donc de s’aligner sur leur propre conception qui est bien commode car elle inclut toute forme d’opposition. Ce contexte délétère a nourri la crainte d’une généralisation d’opérations clandestines, qui ont une réalité historique mais qui ont été suspectées de devenir la norme (attentats false flag, manipulation de preuves pour manipuler l’Opinion, assassinats clandestins). Tous ces phénomènes se concentrent sur le Moyen-Orient, le public se les appropriant pour critiquer l’action publique comme étant islamophobe ou motivée par des gains financiers. Une étude des controverses apparaît comme la meilleure démarche face à ce phénomène, suivant la méthodologie de la sociologie pragmatique. Elle permettrait de comprendre le processus car toute controverse a une portée institutionnelle, aussi insignifiante soit-elle (voir celle sur les cas de torture à Abou Ghraïb), et peut réviser la vision partagée des événements, du moins potentiellement.

Questions / réponses :

Comment expliquez-vous les places accordées aux Frères musulmans et aux chiites dans une moindre mesure, dans le complotisme arabe ? D’où vient la thèse comme quoi les Frères seraient soutenus en sous-main par les Américains ?

La Confrérie est souterraine depuis sa naissance, avec une structure très hiérarchisée car inspirée par le marxisme-léninisme. Cette présence invisible et omniprésente a encouragé le complotisme à leur encontre. De plus, ils constituaient un adversaire idéal pour Moubarak, qui les agitait comme épouvantail. Leurs maladresses une fois arrivés au pouvoir avec Morsi ont fini de les rendre inquiétants. De toute façon, beaucoup d’Egyptiens se méfiaient des Frères car ils n’ont jamais pu les rejoindre : la Confrérie est très fermée sur elle-même, l’adhésion se faisant par cooptation au motif de la peur de l’infiltration. Ce sont les régimes du Golfe qui se sont inquiétés que les Américains ne soutiennent les Frères, suivant la manière dont ils ont lâché le Shah d’Iran en 1979. Le reflux nationaliste égyptien depuis 2013 s’est en partie fondé sur ce soupçon de collusion des Frères avec les Etats-Unis, qui semblait se confirmer avec le gel de l’aide militaire américaine après le renversement de Morsi.

Les Frères musulmans ont-ils vraiment été pris au dépourvu par la révolution égyptienne de 2011 ? N’avaient-ils pas une stratégie claire pour saisir l’occasion afin d’arriver au pouvoir ?

Les Frères étaient très divisés sur la question au début, et le chef du Tazim a fait des annonces immobilistes pour démentir toute volonté de s’emparer du pouvoir, tout en calmant les disputes internes. Cependant, le Tazim a cherché très tôt à profiter de la situation ; dès le 25 janvier 2011, l’argentier du mouvement, Danzem s’est rapproché de l’armée pour négocier avec elle une réinsertion dans la vie politique, à l’occasion de la révolution. Le chef de la Confrérie et plusieurs de ses adjoints auraient même qualifié entre eux la révolution de « don de Dieu », d’occasion à saisir pour monter en puissance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *