La diplomatie algérienne au Sahel : le temps du renouveau ?

 La politique étrangère de l’Algérie, qui semble si opaque pour tant d’observateurs et de diplomates étrangers, est confrontée, depuis le déclenchement du « printemps arabe » en 2010, à une série de défis, liés notamment à l’effondrement et à l’affaiblissement des États libyen et malien, qui la mettent sur le devant de la scène diplomatique internationale et qui l’appellent à réévaluer son approche (…) afin de faire face à ces bouleversements régionaux((1)) qui affectent notamment la stabilité du Grand Sud riche en hydrocarbures((2)).

Un rééquilibrage nécessaire au risque de se voir marginaliser au profit d’autres États tels que la France, les États-Unis ou encore les Émirats arabes unis et de perdre sa place de pays pivot, de partenaire clé indispensable au règlement des questions de la région. Particulièrement active depuis l’intervention militaire franco-britannique contre la Libye en 2011, qui a provoqué la chute de l’État libyen et le renforcement des groupes armés évoluant dans la région sahélienne, elle a néanmoins su poursuivre sa propre politique, notamment grâce aux liens tissés de longue date avec ses voisins, évitant ainsi à l’Algérie de se transformer en un simple gendarme chargé d’exécuter les directives politiques et militaires des États occidentaux((3)).

Vus sous le prisme de sa sécurité intérieure, particulièrement fragile du fait des difficultés politiques, économiques et sociales, le « printemps arabe » et les interventions militaires répétées de la France en Libye et au Mali n’ont cessé d’alimenter l’hostilité de l’Algérie, considérés comme responsables de l’accroissement de l’influence idéologique des groupes armés et de l’élargissement de la zone d’insécurité « à l’ensemble de l’Afrique du Nord, du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest où prospèrent des activités criminelles et terroristes »((4)). Un point de vue partagé par une partie de l’opposition, qui conforte le gouvernement dans ses positions, en rejetant catégoriquement les politiques occidentales considérées comme une immixtion dans les affaires internes d’États souverains et indépendants au profit de la finance internationale (Louisa Hanoune – Parti des Travailleurs)((5)).

Partisane du dialogue, sous l’égide et le parrainage d’organisations régionales et internationales (Union africaine, Ligue des États arabes, Organisation des Nations Unies…), l’approche multilatérale de l’Algérie, qui implique la multiplication des acteurs régionaux et internationaux, lui permet de ne pas s’engager seule politiquement et financièrement mais la conduit à entrer en désaccord avec celle, unilatérale, de la France qui l’a, de telle sorte, exclue de la gestion des crises libyenne et malienne de 2011 et 2013. Les principes diplomatiques algériens, favorisant la recherche de solutions négociées permettant la sécurisation des frontières du pays et une accalmie des tensions à l’échelle régionale, n’ont-ils pas été la cause de ces revers et du retournement des équilibres en faveur de la France et des États-Unis ? Ou alors, n’ont-ils pas, au contraire, su préserver l’influence de l’Algérie dans cette région du monde et évité sa mutation en un acteur de second rôle au service d’intérêts qui ne sont pas les siens ?((6)).

Confrontée à des défis sécuritaires liés à l’effondrement de l’appareil d’État libyen en 2011 et au renforcement des dispositifs militaires occidentaux au Sahel, l’Algérie se voit amenée à se repositionner politiquement et à réviser les principes fondateurs de sa diplomatie, à savoir la résolution pacifique des conflits par la voie des négociations et le non-déploiement de ses troupes en dehors de ses frontières, consacrés par la constitution de 1976 et réaffirmés lors de la révision constitutionnelle de 2016. La révision de cette stratégie, parvenue à ses limites tant les risques et les dangers se sont accrus, ne saurait cependant avoir lieu tant que les establishments politique, militaire et sécuritaire ne seront pas à même de choisir un successeur pour le président Bouteflika et de dessiner les futures grandes lignes de la politique étrangère algérienne((7)).

Pour l’instant, c’est toujours cette diplomatie, considérée comme vieillissante, incapable de s’adapter aux changements auxquels elle est confrontée et craignant de voir les États voisins se transformer en « zones grises » servant de passage et de point d’appui aux groupes armés, qui est à la manœuvre. Une politique étrangère qui compte tenu « de son histoire et du non renouvellement de son personnel dirigeant […] reste, pour le meilleur et pour le pire, sous perfusion d’un corpus idéologique perçu comme vital »((8)).

Un avis qu’il est néanmoins nécessaire de nuancer, la diplomatie algérienne parvenant encore à conduire, tant bien que mal, sa politique à l’abri des ingérences extérieures et à faciliter, par le biais de ses canaux diplomatiques toujours très actifs, la conclusion d’accords de paix notamment au Mali (en veillant à recevoir des mandats en ce sens de la part de l’Organisation des Nations Unies, de l’Union africaine ou de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest)((9)). L’objectif de l’Algérie consistant, 3 pour l’instant, à contenir les troubles en Libye et au Mali et de les empêcher de déborder à l’intérieur de son territoire, évitant par la même occasion le déploiement de renforts français supplémentaires au prétexte d’un quelconque « droit » d’intervention « humanitaire » qu’elle craint qu’il ne soit un jour utilisé contre elle((10)).

La prudence d’Alger n’exclut cependant pas un renforcement de ses troupes aux frontières du pays, un accroissement de la coopération militaire avec la Tunisie et, peut- être même, l’engagement de troupes spéciales, en collaboration avec l’armée américaine, en Libye((11)). Déploiement militaire qui, s’il est avéré, contredit la politique de « No boots on the ground » chez les voisins que proclament sans relâche le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et son ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

Une réorientation complète de cette stratégie, érigée en dogme depuis l’indépendance du pays en 1962, s’avère donc indispensable afin de permettre à l’Algérie de sortir de sa position défensive et d’affirmer avec plus de vigueur sa position et son point de vue sur des questions qui concernent au plus haut point sa sécurité et sa stabilité. La redéfinition de son approche devrait ainsi lui permettre d’apporter des réponses suffisamment fortes à l’accroissement des menaces régionales et d’apparaître non plus comme un acteur qui se plie aux conditions édictées par la France mais comme une puissance régionale incontournable((12)).

« Ǧihādisme », narcotrafic, présence de troupes étrangères à ses frontières, renforcement des acteurs non-étatiques au détriment des États libyen et malien… Tels sont les défis auxquels doit faire face l’Algérie. Des menaces qui continueront à menacer gravement sa sécurité tant qu’elle ne mènera pas les réformes politiques, économiques et sociales nécessaires. Sa diplomatie doit également faire l’objet d’une restructuration nécessaire pour imposer son point de vue et ne pas se voir imposer des solutions depuis l’extérieur.

Bibliographie :

Daguzan Jean-François, « La politique étrangère de l’Algérie : le temps de l’aventure ? », Politique étrangère 3, 2015. Disponible à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2015-3-page-31.htm.

Grimaud Nicole, La politique extérieure de l’Algérie, Paris, Khartala, 1984.

Lazar Mehdi, Nehad Sidi Mohammed, L’Algérie aujourd’hui, Essai, 2014.

Ruf Werner K., « La politique étrangère des états Maghrébins », in. Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, Aix-en-Provence, 1975. Disponible à l’adresse suivante : http://books.openedition.org/iremam/127.

Adnane Maaraf

  1. International Crisis Groups (2015), Algeria and its Neighbours, Crisis Group Middle East and North Africa Report N° 164. Disponible à l’adresse suivante : http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/Middle%20East%20North%20Africa/Nort h%20Africa/Algeria/164-algeria-and-its-neighbours.pdf []
  2. Boukhars Anouar, “In the Eye of the Storm: Algeria’s South and its Sahelian Borders”, Carnegie Endowment for International Peace, April 26, 2016. Disponible à l’adresse suivante : http://carnegieendowment.org/2016/04/26/in-eye-of-storm-algeria-s-south-and-itssahelian-borders/ixxi []
  3. Mesdoua Imad, “Algeria: North Africa’s Reluctant Policeman”, The National Interest, September 29, 2014. Disponible à l’adresse suivante : http://nationalinterest.org/feature/algeria-northafrica%E2%80%99s-reluctant-policeman-11364 []
  4. Tahir Malik, « Pour Alger, le printemps arabe a boosté le terrorisme et les occidentaux en sont responsables », Huffington Post Maghreb, 04 juin 2016. Disponible à l’adresse suivante : http://www.huffpostmaghreb.com/2014/06/04/printemps-arabeterrorisme-algerie-occident_n_5442428.html []
  5. Cherif Dris, « Élections, dumping politique et populisme : Quand l’Algérie triomphe du « printemps arabe », L’Année du Maghreb, vol. IX, 2013. Disponible à l’adresse suivante : http://anneemaghreb.revues.org/1943 []
  6. Hamel Tewfik, « L’Algérie face au nouvel environnement de sécurité émergent », Commission arabe des Droits de l’Homme, 1er avril 2015. Disponible à l’adresse suivante : http://www.achr.eu/news.fr330.htm []
  7. Toba Hellerstein, “Pushing Algeria to Limits of Nonintervention”, Stratfor, May 18, 2016. Disponible à l’adresse suivante : https://www.stratfor.com/sample/analysis/pushing-algeria-limitsnonintervention []
  8. Dris Aït Hamadouche Louisa, Cherif Driss, « De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne », L’Année du Maghreb, vol. VIII, 2012. Disponible à l’adresse suivante : http://anneemaghreb.revues.org/1503 []
  9. « La paix signée par tous les belligérants au Mali », Le Monde Afrique, 20 juin 2015. Disponible à l’adresse suivante : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/20/mali-la-rebellion-touareg-signefinalement-l-accord-de-paix_4658631_3212.html []
  10. Boukhars Anouar, “Algerian Foreign Policy in the Context of the Arab Spring”, Carnegie Endowment for International Peace, January 14, 2013. Disponible à l’adresse suivante : http://carnegieendowment.org/2013/01/14/algerian-foreign-policy-in-context-ofarab-spring []
  11. Aichoune Farid, « Libye. Pourquoi Algérie et USA mènent une opération conjointe », Le Nouvel Observateur, 10 juin 2014. Disponible à l’adresse suivante : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140610.OBS9993/libye-pourquoi-algerieet-usa-menent-une-operation-conjointe.html []
  12. Baghzouz Aomar, « Le Maghreb et l’Europe face à la crise du Sahel : Coopération ou rivalités ? », L’Année du Maghreb, vol. IX, 2013. Disponible à l’adresse suivante : http://anneemaghreb.revues.org.janus.biu.sorbonne.fr/1898 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *