Les guerres d’Abu Dhabi

Les efforts déployés par Abū Ẓabī, aussi bien dans le monde arabe que dans d’autres pays du monde, dans le cadre de la lutte contre ce qui communément qualifié de « guerre contre le terrorisme », suscitent notre attention et nos interrogations. Bien que cette politique soit menée au nom des Émirats arabes unis, les informations disponibles indiquent que c’est l’Émirat d’Abū Ẓabī en particulier qui en est à l’origine et aux commandes. Quant aux autres émirats, certains ont un avis divergeant quant au traitement de ce dossier tandis que d’autres y sont indifférents ou sont tout simplement incapables de supporter son fardeau.

Cet article est écrit par Fahmī Huwaydī, écrivain spécialisé dans les affaires et questions relatives au monde arabe dont les articles sont publiés dans la presse égyptienne et arabe. Diplômé de droit à l’Université du Caire (1961), il a publié 17 ouvrages qui portent sur l’Égypte et monde musulman. Ce texte est traduit de l’arabe vers le français par Adnane Maaraf.

Ce fut ma lecture d’un article, publié le 09 juillet 2015 par le journal londonien al-Ḥayāt, relatif à un accord conclu, à Abū Ẓabī, entre les Émirats arabes unis et les États-Unis d’Amérique portant sur l’ouverture d’un centre chargé de lutter contre la pensée « daechisante », qui m’a amené à aborder ce sujet. L’accord, parachevé par Anwar bin Muḥammad Qirqāš, ministre émirien des Affaires étrangères, et Richard Stengel, sous-secrétaire d’État américain à la diplomatie et aux affaires publiques, établit l’ouverture du « Centre Ṣawāb »((1)) dont la mission consistera à soutenir les efforts de la coalition internationale dans sa lutte contre l’organisation Daech. Le communiqué de presse conjoint, publié à Abū Ẓabī, indique que le centre a pour objectif de porter la voix des musulmans et des non-musulmans à travers de le monde qui réfrènent les pratiques ainsi que les idées trompeuses que promeuvent les membres de l’organisation. Afin d’y parvenir, le centre entend utiliser à bon escient divers moyens de communication et médias afin de rectifier les fausses idées et donner aux voix modérées la possibilité de s’exprimer. Il prévoit à cet effet d’utiliser les réseaux sociaux en vue d’interagir avec les internautes et de réfuter les allégations mensongères et autres interprétations religieuses spécieuses que propagent les partisans de l’organisation. Mr. Qirqāš mentionna à cet égard que le centre prévoit de coopérer avec les gouvernements de la région et du monde, dont ceux des 63 pays participant à la coalition internationale contre Daech, en vue de soutenir la stabilité et la sécurité dans la région. Le sous-secrétaire d’État américain déclara quant à lui que son pays accordait une grande valeur à son partenariat avec les Émirats arabes unis dans la lutte contre l’extrémisme et que le Centre Ṣawāb parviendra à démontrer à l’organisation Daech et aux autres extrémistes que les musulmans modérés de partout dans le monde rejettent leurs idées infâmes et leurs pratiques monstrueuses.

L’article d’al-Ḥayāt indique que le Centre Ṣawāb s’inscrit dans le cadre d’autres initiatives promues dans ce sens par Abū Ẓabī. Parmi elles, celle du « Centre Hidāya((2)) pour la lutte contre l’extrémisme » ou encore celle du « Club Taʿzīz as-Silm((3)) dans les sociétés musulmanes », en sus du « Muslim Council of Elders » (M.C.E.) qui dépêcha par le passé des délégations dans plus de 15 pays dans le but de défendre l’islam, sa tolérance et sa modération.

Plusieurs points retinrent mon attention quant à cet orientement politique :

  • le premier réside dans le fait que les Émirats arabes unis ne pâtissent aucunement des problèmes que sont l’extrémisme et le terrorisme ;
  • le deuxième est que l’accord a été conclu avec les États-Unis à qui on ne connaît aucun rôle dans la clarification des concepts erronés sur l’islam et les musulmans ;
  • le troisième, quant à lui, demeure dans le fait que toutes ces initiatives entreprises par les Émirats vont dans le même sens, de sorte qu’aucune différence notable n’est à noter entre le Centre Hidāya et le Centre Ṣawāb dont les objectifs ne s’éloignent que de très peu de ceux du Centre Taʿzīz as-Silm ou de ceux du Muslim Council of Elders ;
  • le dernier point est celui de la confrontation intense et à large échelle que livre Abū Ẓabī aux groupes se revendiquant de l’islam politique et ce de manière plus accrue depuis le déclenchement du Printemps arabe. Bien qu’il n’ait jusqu’à présent renoncé à cette ligne politique, Abū Ẓabī semble s’être dernièrement focalisé sur la lutte contre le terrorisme alors même qu’aucun problème ne l’oppose ni aux premiers ni aux seconds (contrairement aux révoltes arabes contre lesquelles se sont mobilisés la plupart des États du golfe).

Des actions similaires menées dans certains pays arabes comme l’Égypte où les Émirats arabes unis ont financé, en parallèle à d’autres activités, quatre ou cinq centres de recherches, conduisent à soulever d’autres points. En Europe, ce ne sont pas moins de quatre centres, chargés de combattre l’islam politique et le terrorisme, qui font l’objet d’un financement émirien. Il s’agit du Réseau Global pour les Droits et le Développement, dont deux de leurs bureaux se situent à Genève et à Oslo, de l’Institut scandinave des droits de l’homme, dont les bureaux sont basés à Genève, et du Geneva Center for Human Rights Advancement and Global Dialog.

Il se répète dans le milieu juridique que Muḥammad Daḥlān, qui est en charge de missions particulières à Abū Ẓabī, serait à l’origine de ces centres dont il aurait confié essentiellement la gestion à des Palestiniens. Il déploierait également des efforts en vue de mettre en place une plate-forme médiatique émirienne à Londres.

J’émets trois observations sur ces activités : elles expriment une ambition légitime et une volonté de s’affirmer dans un espace arabe laissé libre, mais dispersées sur un large front elles souffrent, bien que soutenues financièrement, d’une déficience en terme de compétences humaines que les Émirats arabes unis ne peuvent fournir. Activités dont le budget est quasi-exclusivement centré sur les questions d’ordre politique, ne concernant donc qu’une infime minorité de personnes, alors que les questions d’ordre humain, pourtant d’une importance considérable dans le monde arabe, sont à peine considérées.

J’eus espéré que les efforts déployés des pays du golfe à l’extérieur de leurs frontières ne soient coordonnés. Mais l’échec qu’a connu l’action arabe commune dans les secteurs économique et politique et l’attachement à la seule coordination sécuritaire m’amène à écarter, à l’heure où nous sommes, cette idée. Tout en conservant néanmoins l’espoir que le monde arabe parvienne à mieux déterminer ses priorités, de sorte que les efforts soient déployés pour préserver l’intérêt général et non pour satisfaire les caprices de régimes et de dirigeants.

Fahmī Huwaydī est un auteur et écrivain spécialisé dans les affaires et questions relatives au monde arabe dont les articles sont publiés dans la presse égyptienne et arabe. Diplômé de droit à l’Université du Caire (1961), il a publié 17 ouvrages qui portent sur l’Égypte et monde musulman.

Texte traduit de l’arabe vers le français par Adnane Maaraf

  1. Raison []
  2. Guidance []
  3. Promotion de la paix []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *