Données 2015

  • DECEMBRE 2015

Wolff (Josephine) – “Perverse Effects in Defense of Computer Systems: When More Is Less”, 2016 49th Hawaii International Conference on System Sciences, 30 décembre 2015, pp 9, Lien / Link

Résumé : ce papier technique mais didactique explique que l’essentiel des mesures de cyber-sécurité seraient fondées sur un postulat erroné. L’a priori est que plus un système de cyber-sécurité est complexe, mieux il prévient les cyber-attaques. Les auteurs affirment que c’est faux, que la complexité d’un système de cyber-sécurité induit au contraire une multiplication des vulnérabilités cachées. Le papier se conclut sur des recommandations, et sur des pistes de recherche pour concevoir des systèmes de défense plus efficaces car plus simples.

Berwanger (Tiago) – “O Discurso de Securitização da Cibernética Nos Estados Unidos da América no Periodo entre 2007 e 2015”, 17 décembre 2015, pp 94, Lien / Link

Résumé : l’auteur souligne que l’Internet requiert toute une architecture sous-jacente, matérielle et logicielle, technique et scientifique que l’essentiel de ses utilisateurs ignore. Il met notamment en exergue l’importance des câbles sous-marins qui contrarient la prétention à la souveraineté des Etats, en raison de leur caractère transfrontalier. L’enjeu est d’autant plus crucial que cet ensemble s’inscrit dans une logique cybernétique, c’est-à-dire une démarche de contrôle sur les machines mais également de manière moins visible sur leurs usagers humains. Ce papier étudie les tentatives des Etats de reprendre la main sur cet ensemble transnational, dans une perspective de sécurité nationale, et notamment celles du Président américain sur la période 2007-2015.

***

Wang (Xiaobo), Gu (Baotong) – “The Communication Design of WeChat: Ideological as Well as Technical Aspects of Social Media”,Communication Design Quarterly, Volume 4 Issue 1, 22 décembre 2015, pp 23-35, Lien / Link

Résumé : ce papier s’intéresse à WeChat, un nouveau réseau social qui connaît un engouement certain parmi les Chinois. Sa conception technique et ses prodromes idéologiques en feraient un outil pour contourner l’étroite censure électronique de la République Populaire de Chine. Les auteurs se concentrent sur les leviers que constituent trois applications de ce réseau social pour l’activisme politique, au travers de deux exemples récents de manifestations sociales en Chine continentale. Les auteurs espèrent alimenter avec cette étude une réflexion plus large, concernant les interactions entre la technologie ou la conception des applications numériques et le contexte social de leur emploi.

***

Kaul (Chitra), Prasad (B.M.K.) – “Analysis of the Cyber Attacks over the Past Decade”, International Journal of Innovations in Engineering and Technology, 28 décembre 2015, pp 4, Lien / Link

Résumé : les auteurs constatent une augmentation spectaculaire du nombre de cyber-attaques, du moins pour celles qui ont été recensées, depuis 1999. Ils constatent également l’impact social et financier de ces attaques pour le secteur privé et pour les administrations publiques. Leur papier se consacre à analyser cescyber-attaques, à établir leur typologie et à détailler leur impact pour les entreprises privées.

***

Moreira de Alcântara (Lívia) – “Ciberativismo e movimentos sociais: mapeando discussões”, Aurora: revista de arte, mídia e política, São Paulo, v.8, n°23, 10 décembre 2015, pp 25, Lien / Link

Résumé : le cyberactivisme est étudié au travers de plusieurs disciplines selon des modèles théoriques peu compatibles, et beaucoup de chercheurs se concentrent sur sa nouveauté alors que le phénomène est difficilement compréhensible sans prendre en compte ses précédents pré-informatiques. L’auteur cherche ici à décrire les racines culturelles et politiques du cyber-activisme, et à raconter son histoire à l’aune des bouleversements conceptuels ou technologiques. Il espère ainsi transcender les analyses propres aux différentes disciplines académiques sur le phénomène.

Zaffaroni (Eugenio Raúl), Croxatto (Guido Leonardo) – “El espionaje masivo como un (nuevo) Crimen de Agresión”, 29 décembre 2015, pp 75, Lien / Link

Résumé : les auteurs se saisissent de la qualification de “crime d’agression” en droit pénal international, posée par le Statut de Rome et précisée par la Conférence de Kampala en 2010. Ils critiquent la définition retenue alors, en arguant qu’elle ignore les nouvelles formes d’agression interétatique développées au XXIème siècle, grâce aux dernières avancées technologiques. Cette caractérisation du “crime d’agression” induirait un double standard car elle ne correspondrait plus qu’aux agressions conventionnelles, devenues le propre des pays en développement, tandis que les exactions des pays développés comme l’espionnage électronique généralisé resteraient impunies. Le papier se conclut en proposant des mécanismes de régulation pour pareils cas impliquant des grandes puissances.

***

Edwards (Lilian), University of Strathclyde – “Privacy, Security and Data Protection in Smart Cities: a Critical EU Law Perspective”, CREATe Working Paper 2015/11, 2 décembre 2015, pp 39, Lien / Link

Résumé : l’engouement académique pour le concept de “villes intelligentes” aurait tendance à occulter les défis qu’il implique, notamment en termes juridiques, avec la collecte massive de données personnelles que ces cités hyper-connectées requiert. L’auteur rappelle qu’une “ville intelligente” combine les notions d’Internet des Objets, de Big Data et de Cloud, c’est-à-dire les concepts les plus inquiétants pour le respect de la vie privée à l’heure actuelle. Faute de littérature explorant les implications de ce concept dans le cadre de l’Union Européenne, avec son corpus juridique sur la protection des données, ce papier aboutit à une alternative. Soit une évaluation de l’impact des villes intelligentes pour la vie privée est rendue obligatoire, à l’échelon européen ; soit les demandes d’autorisation aux usagers pour utiliser leurs données sont programmées dans les machines de manière généralisée, accompagnées d’explications sur leur usage. Le papier se conclut néanmoins sur une analyse pessimiste envers une démarche de demander leur autorisation aux usagers des services numériques, et préfère instaurer un système excluant automatiquement toute dérive liberticide. L’auteur reconnaît néanmoins que cette piste mérite un approfondissement ultérieur.

***

Farahani (Jasmin) ; Scala (Natalie M.) ; LTC Goethals (Paul) ; Tagert (Adam), “Best Practices in Cybersecurity: Processes and Metrics”, Baltimore Business Review A Maryland Journal — 2016, 23 décembre 2015, pp 16-18, Lien / Link

Résumé : cette étude propose des critères d’évaluation du coût des cyberattaques et de la nécessité de dispositifs de cybersécurité, à l’aune des récentes attaques subies par des entreprises et des administrations publiques aux Etats-Unis.

***

Baron (Joshua), O’Mahony (Angela), Manheim (David), Dion-Schwarz (Cynthia) – “National Security Implications of Virtual Currency – Examining the Potential for Non-state Actor Deployment”, RAND Corporation, 7 décembre 2015, pp 102, Lien / Link

Résumé : cette étude s’intéresse aux implications sécuritaires des devises virtuelles, notamment le BitCoin, dont l’anonymat supposé devrait permettre le financement de groupes terroristes ou de combattants irréguliers, en dépit des efforts des services spécialisés pour surveiller voire entraver ces mouvements de fonds. Les auteurs se concentrent sur les aspects technologiques et politico-économiques de ces devises virtuelles, étudiés ici comme obstacles potentiels à l’usage clandestin que des groupes infra-étatiques voudraient en avoir. Les auteurs reconnaissent que pareil usage n’a pas été encore avéré, mais ils arguent de l’intérêt de leur réflexion pour que les services spécialisés se préparent à ce cas de figure et puissent l’entraver. Ils étudient par ailleurs l’usage malveillant que des “amateurs” ont déjà des monnaies virtuelles, et comment prévenir d’abord ces actes. L’étude envisage également la possibilité que les monnaies virtuelles ne servent pas uniquement comme vecteur de financement clandestin, mais comme arme : des “Etats préoccupants” ou des groupes d’irréguliers pourraient chercher à déstabiliser des pays au travers de leurs monnaies, par des manoeuvres financières initiées avec ces devises électroniques.

***

Unwala (Azhar) & Ghori (Shaheen), “Brandishing the Cybered Bear: Information War and the Russia-Ukraine Conflict”, University of South Florida – Military Cyber Affairs, Volume 1 – Issue 1, Article 7, 22 décembre 2015, pp 13, Lien / Link

Résumé : ce papier s’intéresse aux interventions russes dans le cyberespace lors du conflit ukrainien. Elles démontreraient la stratégie et les capacités russes en termes de cyberdéfense. Les auteurs comparent les stratégies américaine et russe, avant de souligner la pertinence opérationnelle de cette dernière lors de l’intervention dans l’Est ukrainien. Leur conclusion est que les leçons de cette démonstration de force russe doivent être assimilées par les stratèges américains, afin de confectionner des contre-mesures. Le papier se termine notamment en insistant sur des efforts que les Américains pourraient réaliser sur des points tactiques, tels que la résilience, le renseignement et le partage d’informations entre alliés.

***

Rosa da Silva (Gleiciane) – “Inteligência Na Segurança Cibernética”, Faciplac, Vol. 1 Nº 4 Ano 2015, 16 décembre 2015, pp 11, Lien / Link

Résumé : cette étude s’intéresse à la pertinence du renseignement, à la fois comme méthode et comme administration, afin d’assurer de la cyber-sécurité.

  • NOVEMBRE 2015 

Agana (Moses A.), Inyiama (Hight C.) – “Cyber Crime Detection and Control Using the Cyber User Identification Model”, IRACST – International Journal of Computer Science and Information Technology & Security (IJCSITS), ISSN: 2249-9555 Vol. 5, N°5, 2 novembre 2015, pp 15, Lien / Link

Résumé : cette étude commence en rappelant l’enjeu de l’investigation criminelle contre les malveillances dans le cyberespace. Les auteurs présentent ensuite un procédé qui permettrait selon eux d’identifier les auteurs de pareils actes et de les associer à des exactions en particulier, ce qui permettrait ainsi des poursuites pénales. La technique consiste à remonter la source des cyberattaques jusqu’aux ordinateurs utilisés, puis de hacker ces derniers afin de prélever des données permettant l’identification des utilisateurs. Ces données consistent en des photographies de leurs visages en piratant les caméras associées aux ordinateurs, leurs localisations grâce aux applications GPS des machines, et leurs empreintes digitales si les engins sont dotés d’écrans tactiles.

Gondree (Mark) ; Peterson (Zachary N. J.), “This is Not a Game: Early Observations on Using Alternate Reality Games for Teaching Security Concepts to First-Year Undergraduates”, 27 novembre 2015, pp 8, Lien / Link

Résumé : cette étude détaille une  nouvelle manière d’enseigner la cybersécurité à des étudiants en faculté, fondée sur des exercices du type “capturer-le-drapeau”, puzzles ou simulations de cas réels. Les auteurs expliquent leur préférence pour ces méthodes pédagogiques, et avancent une grille d’évaluation des résultats de leur enseignement.

***

Australasian Conference on Information Systems & Department of Computing and Information Systems, The University of Melbourne ; Zurita (Harry), Maynard (Sean B.), Ahmad (Atif) – “Evaluating the Utility of Research Articles for Teaching Information Security Management”, 7 novembre 2015, pp 13, Lien / Link

Résumé : cet article s’intéresse aux défis de l’enseignement en cyber-sécurité, notamment à la difficulté de sélectionner les papiers de recherche les plus pertinents à des fins pédagogiques. Les auteurs mettent en exergue que beaucoup de ces papiers ne sont pas à destination des étudiants, et que leur valorisation par le milieu de la recherche scientifique correspond moins à leur intérêt pratique qu’à leur qualité méthodologique ou leur plus-value pour les modèles théoriques. Ce papier se conclut sur le constat d’une absence de critères pertinents pour les enseignants afin de sélectionner les articles scientifiques les plus appropriés comme supports pour leurs cours, et avance le prototype d’une grille de sélection à cette fin.

***

Georgian Foundation for Strategic and International Studies, Mshvidobadze (Khatuna), Ph.D – “Georgia Cyber Barometer Report”, 5 novembre 2015, pp 72, Lien / Link

Résumé : Les auteurs font le double constat d’une implantation des différentes formes de criminalité dans le cyberespace, et de la prédominance prise par ce dernier pour les Géorgiens dans leur vie quotidienne. Le papier étudie l’état actuel de la cybercriminalité en Géorgie selon les nomenclatures américaine et britannique, et met en avant le nombre réduit de cas, leur caractère peu sophistiqué sur les plans technologique et tactique, et la médiocrité des enjeux. Les auteurs pensent néanmoins que cela pourrait changer à l’avenir, et affirment ainsi que les efforts entrepris par la Géorgie depuis les cyber-attaques qu’elle a endurées en 2008 devraient être approfondis, au-delà de la seule cyber-défense stricto sensu. Ils focalisent sur la nécessité d’un partenariat sérieux entre le gouvernement géorgien et les entreprises spécialisées du pays, et sur la formation de personnels qualifiés ; ils appellent aussi à un renforcement des partenariats internationaux à l’aune du caractère transnational de la menace. Le papier se conclut sur des recommandations en ce sens

***

Parlement européen, Direction générale pour les Politiques intérieures, Direction C – Droits des citoyens et Affaires constitutionnelles – Cybersecurity In The European Union And Beyond: Exploring the Threats and Policy Responses, 18 novembre 2015, pp 153, Lien / Link

Résumé : cette étude réalisée à la demande du Comité parlementaire pour les Libertés publiques (LIBE) cherche dans un premier à présenter les principales menaces en matière de cybersécurité, et les capacités existantes de prévention aux Etats-Unis et dans l’Union Européenne, de manière exhaustive. L’étude porte dans un second temps sur la coopération transnationale dans ce domaine, et relève les perceptions sur l’efficacité des réponses européennes afin de souligner les défis pendants, puis de suggérer des pistes pour les améliorer.

***

Noor (Elina) – “Strategic Governance of Cyber Security: Implications for East Asia”,  Navigating Change: ASEAN-Japan Strategic Partnership in East Asia and in Global Governance (pp 150-163), 17 novembre 2015, pp 14, Lien / Link

Résumé : le chapitre de cet ouvrage établit les défis stratégiques en termes de cyberdéfense en Extrême-Orient, et dessine les perspectives de coopération dans ce domaine entre les pays de l’ASEAN et le Japon, notamment en face de la République Populaire de Chine et des deux Corées.

***

Rajagopalan (Rajeswari Pillai) & Porras (Daniel A.) – Cyber Arms Race in Space: Exploring India’s Next Steps, novembre 2015, pp 8 Lien / Link

Résumé : l’auteur évalue l’importance croissante du satellitaire dans les télécommunications indiennes, et donc l’exposition du cyberespace indien à une déstabilisation par des attaques contre leurs installations extra-atmosphériques. L’étude souligne que les voisins de l’Inde qui sont les plus agressifs à son égard disposent dorénavant de capacités anti-satellitaires, et que New Delhi doit en prendre conscience avant d’adopter des mesures de résilience  des télécommunications nationales.

***

Basu (Arindrajit) – “The US-China Cyber-Agreement: Implications for India”, ORF Issue Brief, Issue n°114, 6 novembre 2015, pp 6,Lien / Link

Résumé : ce papier revient sur l’accord sino-américain de non-agression dans le cyberespace, et s’intéresse aux leçons à en tirer pour l’Inde. L’auteur rappelle que New Delhi a pour stratégie de long terme de pacifier le cyberespace par le droit international, ce qui lui permettrait de devenir partie prenante à sa régulation à égalité avec les autres grandes puissances. L’accord américano-chinois va dans le sens de ses intérêts, le défi restant que d’autres Etats s’inspirent de cet exemple et généralisent ainsi le procédé.

***

Roberto Baldoni, Università degli Studi di Roma “La Sapienza” ; Rocco De Nicola, IMT, Institute for Advanced Studies, Lucca – Il Futuro della Cyber Security in Italia Un libro bianco per raccontare le principali sfide che il nostro Paese dovrà affrontare nei prossimi cinque anni, 13 novembre 2015, pp 105, Lien / Link

Résumé : cet ouvrage est une proposition de livre blanc pour la cybersécurité italienne, qui avance des mesures pour la renforcer face aux menaces prévisibles dans l’échéance des cinq prochaines années.

***

Angelini (Marco) & Santucci (Giuseppe), University of Rome “La Sapienza” ; Wiemer (Douglas), RHEA Group ; NATO, S&T Organization – Geographical visualization for security risk and mission impact assessment, 12 novembre 2015, pp 18, Lien / Link

Résumé : cette étude présente un outil face aux menaces cybernétiques sur les réseaux critiques – l’électricité ou les transports, par exemple – ou les opérations militaires. Les auteurs détaillent les fonctionnalités d’un logiciel de cartographie, qui permet d’associer les données géographiques et informatiques afin de dessiner des cartes des vulnérabilités, et ce dans la perspective opérationnelle de gestionnaires d’infrastructures ou de forces armées.

  • OCTOBRE 2015

Keim (Jonathan S.) – “Updating the Computer Fraud and Abuse Act”, Engage: Volume 16, Issue 3 (pp 31-37), 27 octobre 2015, pp 7, Lien / Link

Résumé : l’auteur rappelle en préalable que les autorités américaines ont subi plusieurs attaques informatiques de haute volée, ces dernières années. Ces événements ont induit l’idée d’une impunité pour les pirates qui s’en prennent aux organisations américaines, en lien avec le crime organisé international et sans que les mesures défensives adoptées à chaque fois aient pu prévenir une réitération des attaques. Le Congrès américain étudie actuellement les mesures pour réduire l’impact négatif de ces attaques pour l’économie nationale, et le papier prétend fournir les bases pour l’une des réponses annoncées : la réforme du Computer Fraud and Abuse Act (CFAA), la qualification pénale des intrusions informatiques. Ce texte serait problématique car il mélangerait des infractions mineures avec des faits dont la portée serait nationale, dans un même champ de compétence fédérale et ce au risque de conflits avec les juridictions des Etats fédérés.

***

Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), Secrétariat d’Etat pour le numérique, Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale – Stratégie nationale pour la sécurité du numérique, 16 octobre 2015, 44 p. Lien / Link

Résumé : La numérisation de la société française s’accélère : la part du numérique dans les services, les produits, les métiers ne cesse de croître. Elle présente aussi des risques pour l’Etat, les acteurs économiques et les citoyens. Cybercriminalité, espionnage, propagande, sabotage ou exploitation excessive de données personnelles menacent la confiance et la sécurité dans le numérique et appellent une réponse collective et coordonnée selon cinq objectifs stratégiques.

***

Pipyros (Kosmas), Mitrou (Lilian), Gritzalis (Dimitris) & Apostolopoulos (Theodore) ; Information Security & Critical Infrastructure Protection (INFOSEC) Laboratory Dept. of Informatics, Athens University of Economics & Business (AUEB) –Cyber Operations and International Humanitarian Law: Obstacles in Applying International Law Rules in Cyber Warfare, 17 octobre 2015, pp 11, Lien / Link

Résumé : cette étude référence toutes les difficultés à appliquer le droit humanitaire international dans le cas de cyber-attaques. Les auteurs se réfèrent aux normes internationales et européennes en matière de droit humanitaire, et se focalisent sur les enjeux cruciaux de la juridiction compétente et de l’attribution des faits répréhensibles.

***

Duggan (Patrick Michael) – “Strategic Development of Special Warfare in Cyberspace”, Joint Force Quarterly (4th edition), octobre 2015, 8 p Lien / Link

Résumé : l’auteur constate le retard pris par les Etats-Unis et leurs alliés en termes d’action associant forces spéciales et cyberdéfense, retard d’autant plus dommageable que les mesures à prendre avaient pourtant été théorisées par des militaires américains dès le début des années 1990. L’article énumère les exemples récents (crise en Ukraine, répression du Mouvement vert en Iran ou de l’opposition en Syrie) qui démontrent que ce sont les compétiteurs ou adversaires des Américains et des Européens qui ont concrétisé cette nouvelle forme de guerre, qualifiée par certains de « guerre hybride ». L’auteur détaille cette conflictualité par proxies décuplée par des opérations de hacking et de désinformation sur les réseaux sociaux, avant de proposer des modalités grâce auxquelles les armées américaines pourraient reprendre l’avantage dans ce domaine.

***

Jobson (Archie) – Is remote control effective in solving security problems? Is Democratic Peace Theory Undermined on the Cyber Battlefield?, Remote Control, 12 octobre 2015, pp 11, Lien / Link

Résumé : l’auteur s’intéresse à l’invalidité de la théorie dite de la Paix démocratique que la cyber-guerre entraînerait. Cette théorie des relations internationales est rappelée comme celle qui exclut que des démocraties se fassent la guerre entre elles, à la fois par réticence envers les coûts de guerre et par affinité idéologique. Or, l’auteur explique que le contre-exemple américain pourraient amener les démocraties à s’affonter dans le cyberespace (perspective d’une guerre “zéro mort” pouvant se pratiquer en toute clandestinité sans engager la responsabilité des dirigeants élus). Le papier se conclut néanmoins sur le constat qu’une telle cyber-guerre entre démocraties n’est pas encore apparu, les facteurs mis en avant par la théorie de la paix démocratique restant valides – le risque que la donne actuelle ne finisse pas invalider cette théorie reste par ailleurs.

  • SEPTEMBRE 2015

Intelligence and National Security Alliance (INSA) – Cyber Intelligence: Preparing Today’s Talent for Tomorrow’s Threats, septembre 2015, 20 p Lien / Link

Résumé : cette étude constate que le cyber-renseignement est une discipline à part, combinant expertises techniques récentes et les pratiques classiques de l’analyse, et que son caractère émergent l’a dispensé trop longtemps d’une stratégie de formation professionnelle. Cette étude propose en conséquence un schéma détaillé pour une formation et une carrière professionnelle des spécialistes en cyber-renseignement aux Etats-Unis. Ce travail propose notamment d’étudier le retour d’expérience des initiatives de formation dans ce domaine, notamment celles de la NSA et du Département américain de la Sécurité intérieure.

***

Davidson (Cordell C.), Dawson (Joel), Carsten (Paul), Yampolskiy (Mark) & Andel (Todd R.), University of South Alabama –Investigating the Applicability of a Moving Target Defense for SCADA Systems, 24 septembre 2015, pp 4, Lien / Link

Résumé : cette étude part du constat d’une menace grandissante de cyber-attaque sur les systèmes informatiques de contrôle et de suivi des installations industrielles. Les auteurs étudient la pertinence de généraliser une réponse déjà pratiquée, qui consiste à changer régulièrement tout un système numérique afin d’éviter de constituer une cible statique : c’est la Moving Target Defense (MTD).

***

Nocetti (Julien), Institut Français des Relations Internationales (IFRI) – “Guerre de l’information : le web russe dans le conflit en Ukraine”, Russie.NEI.Reports n°20, septembre 2015, p 36 Lien / Link
Résumé : l’auteur analyse la «guerre de l’information» que le Kremlin a déclenché dès le début du conflit en Ukraine, comme l’expression d’une conflictualité plus générale avec l’Occident et dans laquelle Moscou évite la confrontation directe, au profit de la déstabilisation psychologique de ses adversaires. Cette stratégie du Kremlin serait à la fois défensive, en verrouillant l’Internet russe afin de prévenir une action subversive contre le régime, et offensif en discréditant les discours occidentaux et ukrainien sur le conflit en cours. L’auteur conclut à la maladresse des moyens employés et leurs maigres résultats.

***

Beltrán (Julián Ignacio Alfonso), Ataques entre estados mediante Internet. Estudio de casos orientados por el Esquema Nacional de Seguridad, Proyecto Final de Carrera, Ingeniería Técnica en Informática de Sistemas, Escuela Técnica Superior de Ingeniería Informática & Universitat Politècnica de València, Septiembre de 2015, 205 p. (Director: Juan Vicente Oltra Gutiérrez). Lien / Link

Résumé : thèse qui énumère les cas de cyber-attaques référencés par catégories (espionnage, sabotage des données ou des installations physiques). L’auteur dresse la liste des modalités techniques de manière exhaustive, suivant une boucle « préparation de l’attaque & reconnaissance du terrain – attaque – prévention de représailles & effacement des traces ». La thèse se termine par une description de l’organisation actuelle de la sécurité nationale espagnole en matière de cyberdéfense.

***

Elmaghraby (Adel S.) and Losavio (Michael), University of Louisville, Kentucky, USA – Smarter Cities Demand Smarter Security, 22 septembre 2015, 11 p Lien / Link

Résumé : cette étude se concentre sur l’intrication entre les phénomènes des villes dites intelligentes et l’Internet des objets. Les auteurs se concentrent sur l’actuelle absence de pensée politique sur ce processus qui affecte déjà des millions de personnes, au risque que cette non-stratégie n’aboutisse à des failles sécuritaires aux conséquences dramatiques. L’étude se conclut ainsi sur des propositions afin de s’assurer que la numérisation des cités soit gérée pour en faire un progrès, et non une source de risques ou de menaces.

***

Zheng (Denise E.) et Carter (William A.) – Leveraging the Internet of Things for a More Efficient and Effective Military, Center for Strategic and International Studies, septembre 2015, 52 p Lien / Link

Résumé : ce policy paper constate l’importance prise par l’internet des objets, et l’utilité qu’il présente pour les armées américaines. Les auteurs soulignent que le DoD fut, à l’origine, à l’avant-garde de l’Internet, grâce à sa R&D. Il est actuellement suiviste sur l’internet des objets et choisit par défaut de s’en remettre aux offres civiles. Le papier se termine ainsi sur des recommandations afin que la R&D du Pentagone exerce à nouveau un rôle innovant.

***

Director of National Intelligence – Statement for the Record Worldwide Cyber Threats, 10 septembre 2015, 7 pLien / Link

Résumé : au-delà du panorama de la situation actuelle de la cyber-menace, le directeur national du renseignement américain insiste, devant la commission de la chambre basse pour le renseignement, sur la nécessaire prise de conscience de plusieurs réalités. Les services américains de renseignement et de sécurité auraient ainsi assimilé que la menace d’une attaque systémique était lointaine, que l’enjeu était plutôt une accumulation d’attaques mineures ou moyennes qui finit par entraîner un surcoût pour les autorités publiques et les entreprises américaines. Le directeur national pour le renseignement relève par ailleurs que la menace vient moins d’une pénétration par force brute des systèmes que de l’exploitation de failles humaines ou logistiques, ce qui implique par ailleurs que la menace ne saurait être prévenue mais plutôt contenue ou gérée.

  • JUILLET 2015

U.S. Department of Justice, Office of the Inspector General – Audit of the Federal Bureau of Investigation’s Implementation of Its Next Generation Cyber Initiative, juillet 2015, 40 p Lien / Link

Résumé : ce rapport d’audit sur la cyber-division du FBI détaille les réformes adoptées suite au constat de l’augmentation des intrusions informatiques durant la dernière décennie, et selon les suggestions du précédent rapport d’audit en 2011. Cette réforme a consisté d’une part à réallouer la cyber-division sur les seules intrusions informatiques, et d’autre part à la faire basculer d’une logique de répression à une démarche de prévention et en développant ses capacités d’investigation. Le rapport se termine sur un descriptif de cette cyber-division à l’heure actuelle, et sur l’état du partenariat entre elle et ses interlocuteurs du secteur privé.

***

Lerner (Ken), Berry (Matthew) – “Regulation of Cybersecurity in the Financial Sector: Now Modeled on the Emergency Preparedness Cycle”, National Cyber Security Institute Journal Volume 1, n°3, 30 juillet 2015, pp 15, Lien / Link

Résumé : les apports de la numérisation aux marchés financiers sont incontestables, en termes d’efficacité, de rapidité et de facilité d’emploi. Les auteurs soulignent néanmoins que cette dépendance de la finance à l’égard du cyberespace expose les personnes physiques ou morales qui en sont les acteurs, voire les marchés eux-mêmes, à tous les types envisageables de cyber-attaques. Des agences de régulation, des règlements et des codes de bonne conduite existent certes, mais ils apparaissent insuffisants à l’aune du caractère mouvant et innovant du cyberespace. C’est pourquoi les auteurs en appellent à recourir aux techniques inspirées par la discipline du management, notamment à tous les processus continus de veille du risque, de stress test et de retour d’expérience.

***

Australian Cyber Security Centre – The Australian Cyber Security Centre Threat Report 2015, 29 juillet 2015, 29 p Lien / Link

Résumé : ce rapport du centre gouvernemental dédié à la cyberdéfense en Australie dresse le bilan d’une cyber-menace croissante quantitativement et qualitativement contre ce pays, et presse à une mobilisation de tous les moyens possibles et à une synergie entre tous les acteurs nationaux du numérique, publics et privés.

***

Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice – Enjeux et difficultés de la lutte contre la cybercriminalité, juillet 2015, 53 p Lien / Link

Résumé : l’INHESJ a délégué pour ce travail collectif un groupe d’experts, qui décrit la situation actuelle de la menace cybercriminelle et l’exposition des entreprises ou des particuliers, notamment en France. Ces experts soulignent après l’efficacité dans l’absolu des services français d’investigation et de répression de cette menace, mais également les progrès qui restent à faire en termes de moyens d’investigation et de coordination entre services ou entre public et privé. Le groupe de travail conclut sur des recommandations concernant cette coordination public/privé, et plus largement sur la sensibilisation du grand public.

***

White House – National Strategic Computing Initiative, 29 juillet 2015, 3 p Lien / Link

Résumé : cette communication de la Maison-Blanche présente les axes stratégiques de l’Initiative nationale stratégique pour le Calcul. Il s’agit d’une résolution présidentielle pour s’assurer que les Etats-Unis restent meneurs mondiaux en termes de puissance de calcul des ordinateurs, et notamment qu’ils soient pionniers dans la prochaine génération qui devrait calculer en exabytes, c’est-à-dire à raison de 10 puissance 18 opérations par seconde (Cette initiative renvoie aux révélations d’Edward Snowden sur la puissance de calcul déjà impressionnante atteinte par les Etats-Unis, qui se chiffre en yottabites, et qui sert d’abord à leurs capacités de cyber-renseignement et de cyber-défense).

  • JUIN 2015

Serban (Asinetta) et le GB (2S) Cosquer (Christian), Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique (CEIS) –Numérisation de l’Outil de Défense – Des impacts multiples sur les moyens, les compétences et la formation, juin 2015, 30 p Lien / Link

Résumé : ce research paper est consacré aux nécessités de réforme ou du moins d’adaptation des armées face au phénomène généralisé de numérisation. Les auteurs rappellent les besoins en management et en formation des soldats et de leurs supérieurs, devant le recours privé et opérationnel au numérique – réseaux sociaux, drones et robots, boucle d’information opérationnelle -, notamment afin d’en optimiser l’usage et de réduire les vulnérabilités que le numérique induit – les menaces de piratage notamment.

***

Ventre (Daniel), Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie (DGRIS) du Ministère de la Défense, – Etude prospective et stratégique – Les évolutions de la cybersécurité : Contraintes, facteurs, variables…, juin 2015, 38 p. Lien / Link

Résumé : la DGRIS a rédigé ici un panorama de la cybersécurité à l’échelon mondial, comprise au sens large et incluant la cyberdéfense. Cette étude fait le tour des cyberstratégies adoptées par des pays divers en tailles et en puissances, avant de tenter une analyse comparée des différentes solutions adoptées. Les auteurs terminent leur analyse sur les partenariats multilatéraux et bilatéraux, plus les échanges entre secteurs public et privé.

***

Hecker (Marc), Institut Français des Relations Internationales (IFRI), – Web social et djihadisme : du diagnostic aux remèdes, Focus stratégique n°57, juin 2015, 49 p, Lien / Link

Résumé : l’auteur retrace l’histoire de la présence djihadiste sur le Net, depuis les premiers sites et blogs jusqu’à leur activisme actuel sur les réseaux sociaux. Cette étude analyse les différents emplois que les djihadistes ont eu de l’Internet – propagande, communication, recrutement –, et l’alternance qui se présente dans la réponse à leur opposer – censure ou contre-propagande.

***

Parlement européen – Briefing – Cybersecurity and cyberdefence – EU Solidarity and Mutual Defence Clauses, juin 2015, 10 p, Lien / Link

Résumé : ce document du Parlement européen revient sur l’applicabilité de la clause de Défense et de Solidarité commune entre Etats-membres de l’UE, notamment au titre d’un désastre d’origine humaine. Les auteurs démontrent que la législation européenne impliquerait le déclenchement de cette clause seulement dans le cas spécifique d’une cyber-attaque contre des infrastructures vitales – énergie ou transports par exemple -, en raison des dommages induits mais aussi de l’interdépendance des EM au travers de pareils réseaux. Le document finit en énumérant les dispositifs existants pour réagir à pareille menace, mais également en rappelant les appels du Parlement européen à les compléter.

***

Dunn Cavelty (Myriam), “Die materiellen Ursachen des Cyberkriegs: Cybersicherheitspolitik jenseits diskursiver Erklärungen”, Journal of self-regulation and regulation, Swiss Federal Institute of Technology (ETH), Center for Security Studies, Faculty Member, 1/1, juin 2015, pp. 167-184. Lien / Link

Résumé : cette étude s’intéresse à la relation compliquée des responsables publics avec le cyberespace, notamment sous l’angle de la cyberdéfense. L’auteur étudie notamment les problèmes générés par l’incompréhension des élus politiques et des haut-fonctionnaires face aux enjeux cyber, devant lesquels ils tendent soit à s’emballer car ils y perçoivent l’occasion d’une guerre sans mort, soit a contrario à paniquer dans la perspective d’une menace permanente et invisible. Des recommandations sur la manière de sensibiliser les responsables aux aspects techniques sont aussi avancées, afin qu’ils planifient mieux leurs politiques de cyberdéfense.

***

Carrapico (Helena ) & Lavorgna (Anita ), dir., Space Oddity? Exploring Organised Crime Ventures in Cyber Space, The European Review of Organised Crime ; Special Issue, juin 2015. Les articles suivants sont accessibles sur : Lien / Link

Helena Carrapico & Anita Lavorgna, Editorial – Trine Thygesen Vendius , Proactive Undercover Policing and Sexual Crimes against Children on the Internet – Kamil Bojarski, Dealer, Hacker, Lawyer, Spy. Modern Techniques and Legal Boundaries of Counter-cybercrime Operations – Sophie Victoria Ann Richardson and Nicholas Gilmour, Cyber Crime and National Security: A New Zealand Perspective – David S. Wall, Dis-organised Crime: Towards a Distributed Model of the Organization of Cybercrime – Rutger Leukfeldt, Organised Cybercrime and Social Opportunity Structures: A Proposal for Future Research Directions – Lucie Kadlecová, Russian-speaking Cyber Crime: Reasons behind Its Success – David Décary-Hétu, Sifting through the Net: Monitoring of Online Offenders by Researchers – Tuesday Reitano, Troels Oerting & Marcena Hunter, Innovations in International Cooperation to Counter Cybercrime: The Joint Cybercrime Action Taskforce (J-CAT).

Articles récents

  1. EU – RUSSIA: OVERCOMING THE ZERO-SUM GAME IN THE SOUTH CAUCASUS? Laisser une réponse
  2. Les guerres d’Abu Dhabi Laisser une réponse
  3. La diplomatie algérienne au Sahel : le temps du renouveau ? Laisser une réponse
  4. Les mutations du pouvoir chinois à la veille du 19ème Congrès du Parti Communiste Chinois Laisser une réponse
  5. Groupe de suivi de la loi renseignement (GSLR) Laisser une réponse
  6. Le Moyen-Orient du secret Laisser une réponse
  7. les entreprises françaises et les instruments internationaux de lutte contre la corruption Laisser une réponse
  8. Le Maroc dans tous ses états Laisser une réponse
  9. Allier sécurité et développement au Sahel Laisser une réponse
  10. Les opérations extérieures de la France vues par la Cour des comptes Laisser une réponse
  11. la guerre aéro-spéciale Laisser une réponse
  12. Crimée : montée de la tension militaire ou mouvement diplomatique calculé ? Laisser une réponse
  13. L’action clandestine : une menace pour la démocratie ? Une réponse
  14. L’Allemagne dans l’histoire des forces spéciales Laisser une réponse
  15. Veille Cyber sur Hestia Laisser une réponse
  16. La militarisation de la lutte antiterroriste aux Etats-Unis Laisser une réponse
  17. Des forces spéciales éthiques ? Le cas des Kommando Spezialkräfte Laisser une réponse
  18. Le djihadisme transnational, entre l’Orient et l’Occident – Colloque international Laisser une réponse
  19. « Big Data » et les services de renseignement : perspectives et défis à venir Laisser une réponse
  20. Les forces spéciales américaines : vers une refondation ? Laisser une réponse
  21. Le cadre juridique incertain des actions spéciales Laisser une réponse
  22. Ukraine on the Verge of a Political Crisis ? Laisser une réponse
  23. Actions spéciales et guerres contemporaines – Séminaire hestia Laisser une réponse
  24. Turkey at a Crossroads Laisser une réponse
  25. Vers un possible règlement du conflit dans le Donbass en 2016 ? Laisser une réponse
  26. L’armée de l’air en transformation Laisser une réponse
  27. Séminaire HESTIA sur le Maghreb Laisser une réponse
  28. Sahel et sécurité : la désertification Laisser une réponse
  29. Enjeux stratégiques du Moyen Orient Laisser une réponse
  30. The French Way of War Laisser une réponse
  31. America’s Not Ready for Today’s Gray Wars Laisser une réponse
  32. Conférence internationale Climat et Défense du 14 octobre 2015 Laisser une réponse
  33. Des élections locales à double tranchant en Ukraine Laisser une réponse
  34. Etudes sur la guerre – Une nouvelle chaire à la FMSH Laisser une réponse
  35. School shooting. La violence à l’ère de YouTube Laisser une réponse
  36. séminaire 2015-2016 : Violence et sortie de la violence Laisser une réponse
  37. Les enjeux politiques et sociaux des élections régionales du 25 octobre en Ukraine Laisser une réponse
  38. Espionner le monde académique : mise à jour de la menace Laisser une réponse
  39. Le renforcement des forces spéciales, un an plus tard Laisser une réponse
  40. Defining Cyberwar Laisser une réponse