la guerre aéro-spéciale

After establishing a runway and clearing airspace, combat controllers (CCT) give a C-130 take off clearance and provide air traffic control while during a mission to establish and assess an airfield March 15, 2003 at an undisclosed location in support of Operation Enduring Freedom. Air Force combat controllers are organized, trained, and equipped to conduct clandestine, covert, or low visibility operations. These teams establish and control air assault zones, conduct limited offensive, direct action and special reconnaissance operations and assist in the insertion and extraction of Special Operations Forces. (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Jeremy T. Lock) (Released)

Camille Trotoux, officier chercheur au Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), a obtenu son Master 2 au Centre Lyonnais d’Etudes de Sécurité Internationale et de Défense (CLESID – EA 4586 ; Lyon III, Jean Moulin) en publiant un mémoire sous la direction d’Olivier Zajec, « Le tandem « aéro-spécial » : les forces aériennes et les forces spéciales dans la diplomatie coercitive française » (2016, 154 p.). Ce travail porte sur un sujet encore trop peu traité eu égard à son importance dans le déroulement des conflits actuels. La notion de guerre aéro-spéciale a déjà une longue histoire, opérationnelle et intellectuelle. Camille Trotoux en rappelle les éléments constitutifs qui conduisent  à l’émergence d’un cadre de pensée, certes appelé à évoluer avec le temps, particulièrement utile pour comprendre les enjeux des interventions militaires contemporaines.

Télécharger

Crimée : montée de la tension militaire ou mouvement diplomatique calculé ?

UkraineLa situation sécuritaire entre Kiev et Moscou s’est particulièrement dégradée ces derniers jours autour de la question de la Crimée. Le 10 août, le Kremlin annonçait avoir tué et capturé des « saboteurs » ukrainiens, issus d’une unité de reconnaissance de l’armée, qui auraient tenté de s’infiltrer en Crimée. Un agent des services de sécurité russes (FSB) aurait également été tué. Cette tentative d’incursion en « territoire russe » avait été dénoncée par Moscou comme du « terrorisme » et un acte de déstabilisation mettant en péril la stabilité sécuritaire régionale et, en conséquence, des accords de paix de Minsk 2 dans le Donbass ukrainien.  Lire la suite

Les forces spéciales américaines : vers une refondation ?

A U.S. Army Special Forces Soldier, with Special Operations Task Force – South, scans the horizon for enemy activity in Shah Wali Kot District, Kandahar Province, Afghanistan during a clearing operation Feb. 8, 2011 alongside Afghan Commandos from 2nd Company, 3rd Commando Kandak. The commandos, along with District Chief of Police, Bacha Khan, detained 20 suspected insurgents for questioning. The partnered units also found 80 pounds of homemade explosives and various improvised explosive device making components on the operation. (U.S. Army photo by Staff Sgt. Jeremy D. Crisp)(Released).

Hestia Expertise, dans le cadre de ses travaux au sein de la FMSH, consacre une part importante de son année 2016 au lancement d’un programme de recherche sur la guerre spéciale. Marqué par un colloque (mars 2016), la création d’une bibliographie raisonnée, des liens avec d’autres centres de recherche et la publication de travaux,ce programme est inauguré par la publication de cette étude de Philippe Rousselot. Son but est de présenter à la communauté académique un sujet encore mal connu en France.

Créées en 1952 pour mener une guerre d’un type nouveau, selon l’expression de J. F. Kennedy, les forces d’opérations spéciales américaines (SOF) sont, après l’Afghanistan et l’Irak, au seuil d’une profonde évolution.

Téléchargement de l’étude. Lire la suite

Actions spéciales et guerres contemporaines – Séminaire hestia

forces spécialesHestia Expertise organise le 10 mars à l’Ecole militaire une demi journée de séminaire sur la question des opérations spéciales et leurs perspectives. Trois ateliers permettront de prendre connaissance de l’état des réflexions en cours et de tracer quelques perspectives. Il constitue le premier acte d’un cycle de travail sur ces questions. Ce séminaire est ouvert sur invitation uniquement.

Programme

Note prospective Ukraine – Russie

web_UkraineA la suite de leur billet précédent (Ukraine, perspectives 2015, 5 janvier 2014), Jérôme Pasinetti et Mathieu Boulègue (AESMA), après une longue mission de terrain, présentent une analyse prospective du dossier ukrainien. S’appuyant sur une étude de situation détaillée, ils présentent trois scenarios sur un schéma de conflictualité progressive. Lire la suite

IRSEM : Colloque « La Rupture stratégique », 11 février 2015

L’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM) organise un colloque sur la rupture stratégique le mercredi 11 février 2015 à l’amphithéâtre des Vallières (Ecole militaire)

L’approche pluridisciplinaire développée au sein de l’IRSEM propose de définir une nouvelle notion utile au champ de la prospective stratégique : la rupture stratégique. La démarche entreprise, en cherchant à croiser les champs disciplinaires (histoire, stratégie, économie, industrie de défense, sociologie, démographie et philosophie), débouche sur une vision globale qui souligne la complexité et l’actualité d’une pensée stratégique sans cesse renouvelée.

Le programme du colloque / Inscription obligatoire