L’évolution des discours de recrutement des mouvances djihadistes et radicales en France et en Belgique

 

Nous proposons une analyse du contenu et de l’évolution des discours de propagande et/ou de recrutement djihadiste et islamiste radical francophone, en France et en Belgique. Elle s’organise autour de quatre questions. De quels discours s’agit-il ? Pourquoi autant de réseaux franco-belges ? Quelles sont les constantes dans les discours de propagande salafistes et à l’inverse les différences observables à travers trois générations djihadistes ?                                                                         

  1. Définition de l’objet d’étude et méthodologie

Nous proposons une analyse du contenu et de l’évolution des discours de propagande et/ou de recrutement djihadiste et islamiste radical francophone, en France et en Belgique. De quels discours s’agit-il ? Où commence et où s’achève l’ensemble que nous appelons « djihadiste et islamiste radical » ? Pour circonscrire précisément cet ensemble, nous devons, avant toute chose, définir des termes trop souvent utilisés indistinctement, à savoir islamisme, salafisme, djihadisme.

L’adjectif « islamiste » se distingue du terme « islamique ». Rappelons que le suffixe « isme » désigne trois ensembles : soit des écoles (« scepticisme », « naturalisme », etc.), soit des tendances comportementales (« altruisme », « alcoolisme », « professionnalisme », etc.), soit des idéologies (« nazisme », « libéralisme », « communisme », etc.). L’islamisme fait partie de ce dernier ensemble : il est un islam idéologique, une grille de lecture politisée et holiste qui se présente comme un islam authentique, tandis que l’adjectif « islamique » désigne simplement ce qui relève de l’univers religieux de l’islam.

En ce sens l’islamisme est un phénomène moderne, et sous cette étiquette existe une multitude de lectures idéologiques de l’islam : l’ikhwanisme (frérisme), le salafisme, le wahhabisme, le djihadisme, le gülenisme, etc. Toutes ces grilles de lecture idéologiques ne sont pas forcément violentes, mais certaines le sont essentiellement du fait d’une caractéristique structurelle qui ne permet pas l’intégration de l’autre dans le système : le takfir((1)). Mais la naissance à proprement parler du courant excommuniant a lieu dans les années 1970 en Egypte, dans le cadre d’une scission entre fréristes : les plus radicaux d’entre eux créent la Communauté des musulmans (jammat al-Muslimin), sous-entendu « la communauté des vrais musulmans », excluant du giron de l’umma ceux qui n’ont pas la même lecture radicale qu’eux. Une fois sorti du cercle frériste, le takfirisme a gagné le cœur des salafismes, devenant non plus l’un des principes de ces idéologies, mais un structurant fondamental. à savoir la systématisation de la déchéance du statut de musulman pour ceux qui n’adhèrent pas à la même lecture. En d’autres termes, les lectures takfiries s’arrogent le droit de s’autoproclamer orthodoxie de l’islam et de procéder à l’annulation de l’islamité des autres, annulation qui peut aller jusqu’à rendre licite la liquidation physique pure et simple de l’ « usurpateur de l’identité musulmane ».

Dans le cadre de notre étude, nous avons observé l’évolution des discours de recrutement des groupes islamistes faisant la promotion a. d’une violence présentée comme légitime dans des cadres idéologiques, b. d’une rupture avec la société (voire avec la famille) faisant l’objet d’un dénigrement, c. d’une confusion de l’islamité avec l’aptitude individuelle au martyre.

Nous avons donc choisi de restreindre l’analyse aux groupes qui représentent un danger sécuritaire dans les sociétés européennes et/ou un danger inhérent à l’incompatibilité du discours islamiste avec les valeurs de nos sociétés et le vivre-ensemble.

Nous ne nous sommes pas arrêtés à la distinction institutionnelle faite entre les groupes terroristes et non-terroristes et ce, pour deux raisons :

  1. Certains groupes comme Ahrar al-Cham((2)) ont le même objectif d’établissement de la charia et usent des mêmes procédés d’application systématique de la terreur que Daech ou Al Qaïda et n’ont pourtant jamais été placés dans la liste des groupes terroristes par le Quai d’Orsay (probablement pour des considérations géopolitiques). Ils ont seulement appartenu à la fameuse nébuleuse appelée « rebelle modérée ».
  2. Certains individus ont le même discours, les mêmes valeurs, la même grille de lecture du monde que le djihadiste de Daech ou d’Al Qaïda sans jamais avoir pris les armes. Ils se réjouissent des exactions de ces groupes et jugent la violence dont ils usent légitime, cependant, n’ayant jamais eux-mêmes pris les armes et n’ayant jamais sauté le pas de la hijra((3)) (l’aventure syrienne, iraquienne, yéménite, etc.), ils ne sont pas désignés comme terroristes.

Les méthodes employées pour avoir accès à toute l’étendue du discours de propagande ou de recrutement de ces groupes sont multiples :

  • Nous avons recueilli les propos de personnes étant en contact direct avec une population dite radicalisée : a. des aumôniers de prison juifs, catholiques et musulmans, en France, mais aussi en Belgique (en Belgique, les aumôniers musulmans sont formés par l’Exécutif des musulmans, voir partie B.), b. d’anciens djihadistes et d’anciens radicalisés n’étant pas passés à l’acte (de la première, deuxième et troisième génération du djihadisme européen), c. des parents de djihadistes, d. des avocats nous ayant donné accès aux dossiers de leur client (dans le cadre d’affaires pour lesquelles nous sommes convoqués en tant qu’expert à la barre), e. des imams dont le discours est jugé radical ainsi que leurs élèves (et d’anciens élèves ayant pris plus de distance avec les propos de leurs professeurs).
  • Nous avons observé les discours diffusés sur les réseaux sociaux en tant qu’individu supposément intéressé par les mouvances islamistes, dans des mosquées, ainsi que sur certains sites Web (la plupart des sites, réseaux et chambres sont désormais et depuis plusieurs mois censurés).
  • Nous avons observé la littérature sociologique, historique et politico-juridique sur le sujet (essais compilant des entretiens avec des radicalisés, des analyses, etc.), des rapports académiques, institutionnels et ministériels sur ces phénomènes.

B. Pourquoi autant de réseaux franco-belges ?

Le développement et l’évolution de la diffusion des discours salafistes et djihadistes en France et en Belgique diffèrent sur certains points. La France est un pays laïc, ce qui n’est pas le cas de la Belgique. Aussi, la prolifération de ces discours (jusqu’à une prise de conscience par l’Etat belge) aura plus été présente dans le cadre d’Instituts culturels, d’associations, de facultés islamiques, en Belgique qu’en France.

  1. Les centres culturels et institutions islamiques en Belgique

N’étant pas un Etat laïc, la Belgique alloue un budget annuel aux institutions religieuses. 80% de ce budget va au culte catholique. Les 20% restants sont partagés entre les autres religions reconnues par l’Etat. Les financements étatiques sont infimes par rapport à l’importance des financements étrangers dédiés au culte musulman.

Le centre islamique et culturel de Belgique (CICB), lié à la LIM (Ligue Islamique Mondiale, organisation saoudienne), est installé depuis une cinquantaine d’années dans un pavillon d’exposition transformé en Grande mosquée. La Belgique avait accordé un bail de 99 ans à l’Arabie Saoudite mais l’Etat belge vient d’y mettre fin de façon unilatérale, suite à un rapport de la commission post-attentats révélant le rôle significatif de ce centre dans la diffusion d’un radicalisme violent via la promotion d’un discours salafiste-wahhabite incompatible avec le vivre-ensemble et les valeurs du pays. La Grande mosquée (ou Mosquée du Cinquantenaire) a dû rendre les clefs au profit de l’interlocuteur de l’Etat : l’Exécutif des Musulmans de Belgique qui doit investir les lieux.

Officiellement, le rôle du CICB devait justement être celui dl’interlocuteur entre la communauté musulmane et les autorités belge depuis 1969 (depuis que le centre est dirigé par les saoudiens), et ce, même si depuis 1996, l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) assure de fait cette fonction. L’EMB, institution modérée dans ses discours, est chargé d’organiser le culte musulman, de former les imams, les professeurs de religion musulmane (les religions reconnues sont enseignées dans les écoles, y compris publiques), d’établir les programmes scolaires en cette matière, de former les aumôniers (prisons/hôpitaux), de reconnaître ou non les mosquées et d’organiser le calendrier du culte.

L’islam de Belgique est très financé par des pays étrangers : par l’Arabie Saoudite (comme nous l’avons vu pour le CICB), mais aussi par la Turquie (par la Diyanet, présidence des affaires religieuses turque), et à plus petite échelle par le Maroc (les deux plus grandes communautés musulmanes en Belgique sont turque et marocaine).((4))

Il est intéressant de constater qu’il y a une certaine porosité entre les centres et les lieux de cultes, notamment pour ce qui concerne les imams chargés de cours : aussi, certains religieux du CICB enseignent-ils également dans de plus petites mosquées (à la mosquée de Molenbeek, par exemple, l’imam belgo-marocain est aussi celui qui fait les prêches à tendance salafiste à la Grande mosquée liée à la LIM saoudienne). Des mosquées comme celle de la rue de la limite ou encore le centre salafiste Al Furqan (considéré comme le plus sectaire du pays) diffusaient – ou diffusent encore – des discours extrêmistes.

Avant la prise de conscience post-attentats, les discours radicaux proliféraient avec une plus grande facilité qu’en France par la voie de certains centres religieux et culturels reconnus, mais aussi à travers leurs « produits dérivés », car de ces centres dépendent bien souvent des maisons d’éditions et des relais de ventes (pensons notamment à la librairie du centre al Furqan) offrant un vaste choix d’ouvrages et de documents audio souvent produits par les imams de ces mêmes centres.

Bien évidemment, les autres voies de diffusion de discours salafistes ou djihadistes, comme les réseaux sociaux, concernent indistinctement la population française et belge.

A l’été 2016, une vague d’attentats frappe notamment la France et la Belgique, et sont le fait de réseaux franco-belges. Les institutions des deux pays s’entendent sur l’incarcération et le jugement d’hommes impliqués dans des attaques terroristes, et certains passent même par les deux systèmes judiciaires (on pense à Yacine Attar, coordinateur présumé des attentats de Paris, récemment transféré de la Belgique à la France, à Salah Abdeslam impliqué dans les attentats du 13 novembre, transféré avant son procès en Belgique, etc.) Molenbeek, qui détient le nombre record de jihadistes impliqués dans des actes terroristes en Europe, a été un point important (mais non exclusif) de diffusion de discours djihadistes et de connexions entre des groupes ayant des vocations terroristes. Cette donnée a été rendue visible avec la massification des recrutements troisième génération (2012 à aujourd’hui), mais a aussi une histoire plus ancienne qui peut remonter aux deux premières générations du djihadisme global européen (1990-2003, puis 2003-2012, nous reviendrons sur cette périodisation).((5))

C. Les constantes dans les discours de propagande salafistes et djihadistes

Les discours de propagandes salafistes et djihadistes évoluent d’une génération à l’autre. Ils puisent souvent leurs différences dans le fait de devoir se construire dans le cadre de conflits de terrain différents (Bosnie, Afghanistan, Syrie, etc.), mais ils comportent un certain nombre de constantes.

La première génération de départs européens pour le jihad armé et global((6)) couvre grossièrement les années 1990 jusqu’en 2003. C’est la génération du terrain bosniaque, de l’Afghanistan puis du GIA. Les « convertis » (ceux qui ont embrassé une lecture djihadiste sans avoir de background musulman)((7)) étaient peu nombreux (Christophe Caze et Lionel Dumont, les djihadistes du terrain bosniaque à la tête du gang de Roubaix, David Vallat à Lyon, Muriel Degauque en Belgique, etc.). La deuxième génération du djihadisme européen se situe entre 2003 et 2012, entre l’arrivée de la coalition en Irak et en Afghanistan, et l’apparition de Daech. C’est la génération Mohamed Merah, Farid Benyettou, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly. La troisième génération couvre les années 2012-2018. Nous pourrions même opérer une subdivision au regard du changement dans les discours de propagande entre les années 2012-2014 qui invitait les combattants à venir faire tomber Bachar al-Assad et les années 2014-2018 qui non seulement visaient la chute du régime syrien mais en plus invitaient à la construction et au peuplement du Califat suite à la proclamation de son établissement par Abou Bakr al Baghdadi. A partir de ce moment, les enrôlements – notamment féminin – ont significativement augmenté.

  1. La Jahiliya

Point commun aux trois générations, constante fondamentale du discours de propagande, la jahiliya désigne le passé de mécréance et d’ignorance précédant l’adoption de la lecture islamiste djihadiste. L’enrôlement est présenté, dans les discours de propagande, comme un effacement de l’ardoise délinquante ou décadente de l’individu. Traditionnellement, la jahiliya désigne le passé préislamique. Il désigne les polythéismes, les paganismes et les maraboutismes. Bien évidemment, chaque élément religieux étant détourné dans le cadre des idéologies islamistes, la jahiliya n’échappe pas à la règle, et subit une dénaturation moderne dans le djihadisme contemporain : le tenant de la jahiliya devient purement et simplement celui qui se conforme aux mœurs du pays non-musulman dans lequel il vit, celui qui vit dans une période d’errements, d’égarement, de pérégrinations hors du giron de la morale islamique (dans la vision rigoriste et/ou jihadiste). Sous sa forme moderne, la notion est développée par Sayyid Qotb, idéologue ikhwaniste exécuté en Egypte en 1966((8)).

Les discours de propagande djihadistes promettent l’annulation des pêchés passés et offrent ainsi la possibilité d’un accès au paradis (la mort en martyre étant dans le cadre de ces idéologies la seule voie absolument certaine pour y accéder). Chez l’homme ce passé mal assumé touche souvent des questions d’alcool, de drogue ou de faits de délinquance, chez la femme, c’est plus souvent le monde de la sexualité qui est pointé du doigt.

Le recourt à l’argument de jahiliya concerne les trois générations. Muriel Degauque (morte en 2005 près de Bagdad en suicide bomber), première figure féminine du djihadisme européen, était déjà un exemple d’investissement djihadiste pour effacer une ardoise trop longue d’échecs et d’excès inassumés((9)). C’est ce que nous appelons la « radicalisation-rachat ». Plus récemment, et toujours pour prendre un exemple féminin, la bretonne Emilie König a aussi incarné une entrée dans le processus de radicalisation pour se laver d’un passé jugé sali par trop de légèreté((10))) prend un nom commençant par « Père de » ou « Mère de » suivi du nom de l’enfant réel ou symbolique (par exemple « Abou Muslim ») puis du lieu de provenance, comme al-Faransi (« le français ») ou al-Beljiki (« le belge »). Le djihadiste première génération, David Vallat, explique à ce sujet que la propagande des années 1990 était aussi axée sur le Graal de l’effacement de la jahiliya, tant à l’échelle de l’individu qu’à l’échelle de la société((11)).

  1. La promotion de la mort

Avant le développement du djihadisme global, les terroristes prenaient le soin d’organiser leur fuite. La mort était une donnée de l’énoncé, un risque qu’on prenait dans le cadre d’une opération violente et dangereuse, mais elle n’était pas recherchée. Avec le djihadisme global, la mort est une finalité : elle est la porte du paradis, la propagande la dessine dans un romantisme et une esthétique inédite, et son essence héroïque et révolutionnaire irradie sur les proches.

La mort comme perspective est d’abord une invention chiite institutionnalisée au cours de la guerre Iran-Irak 1980-1988 et qui a ensuite très bien fonctionné comme arme de guerre, plus tard, dans le monde sunnite((12)). Elle est présentée, dans les discours, comme une purification des péchés, le point d’orgue de l’effacement de la jahiliya. La propagande sur les canaux Telegram djihadistes utilisent un vocable liant clairement la mort au bonheur et à la pureté. Les propos du djihadiste Mohamed Abrini, l’ « homme au chapeau » des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, sont à ce titre édifiants : « Concernant leur changement d’attitude [les auteurs du double attentat-suicide], je pense qu’une chose se passe chez beaucoup de jeunes avec tout ce qui se passe dans le monde. Ces gens-là n’ont jamais prié de leur vie, ils n’ont jamais été à la mosquée et ils ont perdu tout un temps à faire des péchés (…). Quand ils rentrent dans la religion, pour moi ces gens-là veulent se rattraper. Ils veulent être plus musulmans que les vrais musulmans. Il y en a, ça leur travaille la conscience. Ils voient tous les péchés commis. Et ils savent que le martyre efface tous les péchés à partir de la première goutte de sang qui tombe sur le sol. »((13))

Cette promotion de la mort masculine trouve aussi un rôle dans les discours visant l’enrôlement féminin pour venir peupler le Califat : l’homme qui met sa vie biologique en dessous de ses idéaux est viril et fiable, et en plus… il meurt jeune donc beau ! Les « chambres de sœurs » sur les réseaux sociaux regorgent d’échanges témoignant de l’extase féminine devant les frères tirant leur beauté de leur aptitude à aller au devant de leur mort((14)). Le détournement de la figure religieuse de Yousef au profit de l’idéologie est présent dans les discours de propagande des trois générations du djihadisme européen : celui qui tombe en martyr doit avoir, au paradis, la beauté de Yousef, et comme le dit la tradition, quand il plut à Allah de créer la beauté, il en offrit la moitié au monde et l’autre moitié au seul Yousef. Sa beauté éblouissante est l’objet de nombreux récits religieux. Dans la douzième sourate (v. 31) par exemple, on raconte que son irrésistible éclat déconcentra toutes les femmes qui, couteaux de cuisine en main, se coupèrent d’émerveillement : « Lorsqu’elle le virent, elles l’admirèrent, se coupèrent les mains, et dirent : ‘à Allah ne plaise ! Ce n’est pas un être humain, ce n’est qu’un ange noble !’ ». Les aspirants au jihad se promettent donc à une beauté éblouissante dans la mort, mais aussi à une jeunesse éternelle. Les textes disent qu’ils auront pour toujours 33 ans. Figure christique évidente. Les références du théologien Ibn Taymiyya (XIIIe siècle), dont les djihadistes sont friands, dépeignent ainsi le paradis : un monde peuplé d’hommes éternellement âgés de 33 ans et 60 coudées de taille (Cinquième Fatwa).((15))  L’ancien djihadiste David Vallat explique d’ailleurs à ce propos que la promesse de beauté et de jeunesse éternelle que l’idéologie faisait au prétendant au martyr galvanisait les hommes, et « séduisait les femmes ayant un rapport difficile à leur féminité ».

  1. La validation du salafisme par les djihadistes

Parmi les constantes dans le discours, il y a cette validation du salafisme par les candidats au jihad armé. Le salafisme est une doctrine moderne, une idéologie visant un retour aux seules mœurs dites licites et une promotion du retour à un Califat s’étendant du sud de la France à l’Indonésie (comme c’était le cas jusqu’à la prise de Bagdad par les Mongols en 1258), base territoriale devant ensuite servir à une extension totale sur le reste du monde.

« Ma nationalité, c’est musulman » peut-on entendre dans le document filmé de Safia Kessas pour la chaine belge RTBF sur le groupe salafiste djihadiste Sharia4Belgium((16)). Cette organisation ayant, comme toute tendance salafiste, pour vocation première une rupture avec la société et ses normes, a été fondée le 3 mars 2010, à Anvers, dans la partie néerlandophone de la Belgique. Elle a été une matrice de recrutements à l’origine de nombreux départs pour la Syrie et l’Irak. Elle est salafiste et vise donc le retour aux normes, aux mœurs, aux principes, et au contexte politico-historique du temps de l’islam des salafs, c’est-à-dire l’islam des trois premières générations de la révélation. La première génération est celle des sahaba (compagnons), ceux qui étaient donc contemporains du prophète ; la deuxième est celle des tabi’in (suiveurs), ceux qui furent contemporains, pour un temps, des sahaba, sans avoir connu Mohammad ; et la troisième est celle des tabi’ at tabi’in (les suiveurs des suiveurs), les contemporains des suiveurs des compagnons.

Le salafisme-wahhabisme a accouché d’idéologies reposant sur une littérature théologique toujours utilisée dans les discours de propagande djihadiste. On pense notamment à la référence systématique à Ibn Taymiyya, théologien arabe du XIIIè siècle qui influença la maddhab hanbalite (école jurisprudentielle sunnite au fondement du wahhabisme) concernant les fatwas contre les Mongols((17)) Peu importe si l’homme qui lutte contre l’assaillant mongol, le président égyptien Anouar Sadate en 1981((18)), ou le soldat de Bachar al-Assad, consomme de l’alcool ou ne respecte pas une quelconque règle islamique, si c’est au nom du principe supérieur du jihad, il a tous les droits. L’universitaire américain Hamza Yusuf explique même que le terrorisme islamiste moderne tout entier repose sur la fatwa de Mardin de Taymiyya((19)). La troisième génération reprend également cette source en transposant l’ennemi mongol au gré des situations (l’armée régulière syrienne, le mécréant capitaliste, etc.) Les chambres de « sœurs » ou de « frères » sur les réseaux sociaux comme Telegram regorgeaient en 2015-2016 de discours – entre autres daechis – récupérant la référence d’Ibn Taymiyya pour entrer en guerre contre tous les ennemies de l’islam.

D. Les différences dans les discours de propagande salafiste et djihadiste entre les trois générations

La différence fondamentale consiste bien évidemment en une transformation, dans les discours, de la hiérarchie entre les ennemis. Si Al Qaïda faisait du croisé chrétien et du Juif les premiers ennemis dans sa lecture de l’islam, avec Daech, la première des cibles est le chiite. Mais attention, la haine bien installée et l’antisémitisme domestique qui existent chez beaucoup de musulmans en France ou en Belgique ont aussi su être instrumentalisés par la propagande de Daech, séduisant souvent les candidats par l’antisémitisme, et leur laissant découvrir que leur nouveau meilleur ennemi est chiite, une fois sur place, en Irak ou en Syrie. Maître Françoise Cotta, l’avocate du frère Foued Mohamed Aggad, terroriste du Bataclan, Karim Mohamed((20)), nous rapportait lors d’un entretien en 2016, que son client n’aurait appris l’existence même de la distinction entre ces deux branches de l’islam qu’une fois arrivé en Syrie.

  1. Le Califat

Parmi les grandes différences entre la propagande première, deuxième et troisième génération, il y a évidemment la réalité territoriale concrète du Califat avec Daech.

Le Califat est devenu mental avec la chute de l’EI en Syrie et en Irak, et s’il est devenu mental et qu’il continue d’être central dans la propagande de Daech, c’est bien qu’il est le tour de force de ce jdihadisme-là par rapport à tous ceux qui l’ont précédé. Al Qaïda, qui chevauche la première et la deuxième génération du djihadisme européen, s’est affiché comme le champion du jihad global faisant de la mondialisation du phénomène son essence. La création d’un Etat islamique était aussi un objectif pour Al Qaïda, mais à la différence de Daech, elle n’était pas la pierre angulaire de l’idéologie. Les trois têtes d’Al Qaïda, le palestinien Abdallah Azzam, le saoudien Oussama Ben Laden et l’égyptien Ayman al Zawahiri, avaient pour projet ultime la création d’un Etat islamique, mais il s’agissait d’une sorte de terminus idéologique et non d’un fondement. Al Qaïda soutenait la nécessité d’un nomadisme djihadiste, la territorialisation étant synonyme de localisation est donc de danger.

A partir de 2014, avec la proclamation de la création de l’EI, la propagande change, séduit les hommes plus désireux de vivre l’utopie califale que de combattre (le combat devient une condition sine qua non, sans forcément être une perspective première pour certains), ainsi que les femmes aspirant à la reconstruction au sein d’un Etat qui contrôle tous les aspects de la sphère privée, d’une pérennité des liens maritaux et familiaux. Les vidéos montrant l’abondance de la nourriture ou les pseudo-comodités à disposition sur place commencent alors à pulluler sur les réseaux islamistes. Encore, la propagande vise les individus qui se considèrent dans leur pays comme des citoyens de seconde zone en leur expliquant que dans ce nouvel Etat, ils passeront du statut de jugé à celui de juge. La propagande vend une revanche non plus seulement guerrière mais aussi et surtout institutionnalisée sur un modèle hiérarchie inédit((21)).

  1. Le recrutement

La troisième génération se distingue radicalement par la massification du recrutement, son extension à la population féminine, à la classe moyenne et contrairement à Al Qaïda qui tentait d’élitiser ses combattants, aux acteurs sociaux faibles (handicapés, deséquilibrés, petite racaille des banlieues qu’on ne cherche pas à éduquer, etc.)

La première génération devait aller d’elle-même vers la religion, une fois arrivée à ses portes, elle devait braver l’opacité d’un vocable théologique, puis, forte de ces connaissances théologiques, pouvait avoir accès à la compréhension des contours idéologiques, contours qui se structuraient dans une connaissance solide des rapports géopolitiques dans le monde. Les cassettes se passaient sous le manteau. Il fallait être un « savant musulman idéologique » pour pouvoir pousser la porte du jihad armé. Les « radicalisations-éclairs », s’il en est, relevaient de l’impossible. Il y avait, à l’époque, en plus, la barrière de la langue. Les djihadistes européens de la première génération ont dû faire l’effort d’apprendre l’arabe, pour des raisons d’entrée dans l’univers théologico-idéologique, mais aussi pour des raisons pratiques de terrain. Avec le djihadisme troisième génération, la propagande internet, les forums, les chambres de réflexion, mais aussi et surtout, les langues utilisées sur place (administrativement aussi) se démultiplient : l’EI comptait huit langues officielles, et la propagande certifiée EI étend son emprise à onze langues((22)). La propagande dernière génération dispense aussi de l’éducation théologico-idéologique approfondie pour ratisser plus large. Certains djihadistes belges, comme les frères El Bakraoui des attentats de Bruxelles, expliquent même que la connaissance religieuse pourrait être un obstacle à la pureté de l’entrée dans le jihad((23)).

Le buzz et la manipulation sont, en plus de la sophistication des images pour appâter, utilisés dans la perspective de massification troisième génération. Pour le buzz, on pense notamment aux menaces de mort proférées par Daech à l’encontre de l’actrice porno Mia Khalifa (été 2017), menaces très relayées sur les réseaux djihadistes. Pour la manipulation, on pense au commando de femmes ayant échoué leur attentat aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame : Inès Madani, l’une des femmes du commando, s’était faite passer pour un homme sur les réseaux sociaux afin de séduire Ornella Gilligman et ainsi l’engager dans l’opération avec elle et deux autres femmes((24)). Ornella Gilligmann, la mère de famille de 29 ans a accepté d’organiser un attentat par amour pour un djihadiste qui n’existe pas. Inès Madani était l’amant virtuel, de dix ans la cadette de sa proie.

  1. Sex Now !

Comme nous le disions, le discours de la troisième génération est fait pour attirer toutes les catégories sociales. On compte par exemple, des acteurs issus des classes défavorisées, moyennes, des ingénieurs((25)) des médecins (Issam Abouanza, Amine dit Al Bistouri de Marseille, Rowan Kamal Zine al-Abidine, etc.)((26)) des entrepreneurs, des artistes (Marouane B. des Pays-Bas, le rappeur allemand Deso Dogg, Ibrayma Sylla, etc.), des délinquants, et des desaxés.

Les discours de propagande contrairement aux générations précédentes, s’adaptent aux individus visés en s’adressant à ce que la psychiatre américaine Anne Speckhard appelle les « individual vulnerabilities ». Parmi ces vulnérabilités individuelles, il en est une incontournable, concentrant une grande partie des aspirants au jihad : la désespérance sexuelle.

Ce que la psychiatre appelle le « sex now ! » est un versant de la stratégie de recrutement de Daech : les enrôleurs ciblent l’impossibilité pour certains jeunes adultes défavorisés d’accéder à la sexualité, un mariage traditionnel coutant trop cher, ou la possibilité de séduire nécessitant une position socio-professionnelle qu’ils n’ont pas. Daech propose du sexe immédiatement accessible avec des mariages contractés sans délais et des esclaves sexuelles. La question des vierges du paradis du martyr est aussi évidemment présente dans les discours de propagande première, deuxième et troisième générations, mais les récentes stratégies de recrutement ont su mettre l’accent sur le caractère concret et thisworldly de l’accès à la sexualité.

L’idéologie permet aussi de dépasser ce que nous appelons le « complexe du blanc ». Ce complexe fait référence à un phénomène coextensif à la vie dans les banlieues défavorisées où bien souvent une très large proportion de la population est issue de l’immigration : le grand frère n’attire au mieux que les filles de cités, quand elles n’optent pas pour un mode de vie rigoriste, tandis que sa sœur, elle, peut séduire des « blancs ». Dans l’esprit du jeune de cité, la condition masculine peut être un handicap frustrant dans l’expression de sa sexualité : la fille de banlieue peut plaire au « blanc », le garçon de banlieue est voué à choisir sa partenaire dans son milieu très modeste souvent issu de l’immigration. D’ailleurs, explique David Vallat, « l’une des raisons pour lesquelles, le voile a été mis en avant, au début des années 90, était justement d’entraver l’émancipation des filles de la « communauté ». Evidemment, il ne fallait pas que cela soit cet argument qui soit avancé, aussi, sont nés les éléments de langage liant le voile à la liberté. »((27))

Conclusion

L’évolution des discours salafistes et djihadistes, notamment en France et en Belgique se structure autour de conjonctures géo-stratégiques nécessitant une réadaption constante d’un discours apparemment dogmatique et absolu, à des circonstances mouvantes. Aussi, avec la quasi-disparition territoriale de l’Etat islamique, les discours, toujours présents, tant sur les réseaux Internet que dans les prêches ou les réseaux de copinages, se renouvellent en s’adaptant à d’autres contours : aujourd’hui, les discours sacralisent la perte territoriale de l’EI en en faisant une mise à l’épreuve de Dieu, exhortent les femmes à continuer d’éduquer des lionceaux du Califat et d’ainsi pérenniser l’idéologie au-delà des frontières perdues, et commencent à redorer le blason balkanique, à remagifier le courage et l’authenticité de l’islam des brigages Al-Moudjahidine à l’époque de la guerre de Bosnie, pour décentrer leurs projets d’investissements territoriaux dans cette zone. La Suisse, pays européen comptant la plus forte proportion de musulmans issus des pays des Balkans, risque de devenir une nouvelle plaque-tournante des recrutements djihadistes et de construction du discours.

ANNEXES

Pièce α : Sur la radicalisation de Muriel Degauque

Muriel nait en 1967 dans la région de Charleroi, en Belgique, dans une famille modeste qui ne fait pas parler d’elle. Elle aurait eu 51 ans aujourd’hui. L’enfant Degauque est tout de suite difficile. La perte précoce de son grand frère en 1989, dans un accident de la route, est une nouvelle entaille dans la vie de Muriel. Elle qui déjà s’inscrivait dans un échec scolaire et dans une toxicomanie qui l’y confortait, se trouve désormais inconsolable. Sa vie est un chaos à tous les niveaux : elle montre peu d’intérêt pour sa famille, va de petit boulot en petit boulot, souvent renvoyée pour son manque d’honnêteté et de sérieux, son corps est dépendant de drogues, et sa sortie du système scolaire la laisse dans une ignorance qu’elle a choisi par manque d’intérêt pour tout.

Ensuite vient l’heure des mauvais choix et des mauvaises rencontres : elle a 32 ans quand décide de se faire de l’argent en concluant un mariage blanc avec un émigré en situation illégale((28)). Elle doit toucher une somme d’argent contre une prise de risque pour sortir cet homme de l’illégalité. Il s’agit de ce qu’on appelle un « carrousel » : l’homme divorce de son épouse dans le pays d’origine, se rend dans le pays où il ambitionne de vivre, contracte un mariage blanc, obtient ses papiers, divorce de cette seconde conjointe « administrative », puis réépouse sa première femme pour bénéficier de la politique de regroupement familial et la faire venir dans le nouveau pays de résidence. Mais Muriel n’a jamais reçu la somme d’argent qui lui avait été promise. Tout s’est passé comme prévu pour l’homme désireux de sortir de l’illégalité, mais les prises de risque de Muriel ainsi que les longueurs administratives n’ont jamais été dédommagées.

Elle épouse ensuite un Algérien, musulman peu ou pas pratiquant. Il possède un exemplaire du Coran et le lui montre un jour, par hasard, sans rien attendre. Muriel le lit, le relit, s’y plonge, se perd dans la lettre, puis regarde son conjoint : il ne suit pas les prescriptions qu’elle vient de lire dans le livre saint. Il n’est pas un « bon musulman ». Le divorce est prononcé. Elle a 34 ans. Elle renait sous le nom de Myriam. Ses deux précédents maris étaient de « mauvais musulmans », c’est donc l’instance la plus compétente à ses yeux qui se chargera de faire d’elle une vraie femme selon sa lecture des prescriptions d’Allah : un fidèle d’une mosquée de Charleroi lui choisira son époux. Nous sommes donc en 2002 quand Muriel rencontre et se marie à un belgo-marocain, Issam Goris, qu’elle ne trouve pas encore assez « pieux » à son goût. Elle ne divorcera pas mais fera en sorte que son mari s’aligne sur l’islam salafiste-djihadiste telle qu’elle le considère authentique. Le couple fréquente le centre islamique de la rue de la limite, encore aujourd’hui considéré comme rigoriste. Une certaine presse, avec le recul sur les événements, parle d’une « filière Degauque »((29)) , dévoilée aux médias suite à la mort de Muriel en Kamikaze en 2005 : le couple rejoint l’Irak avec pour but de participer à une attaque-suicide chacun. Muriel meurt le 9 novembre à Bakouba, à une cinquantaine de kilomètres de Bagdad, en se faisant exploser au passage d’un convoi américain. Issam Goris est tué par l’armée avant de pouvoir se donner le même destin que son épouse.

Muriel Degauque a donc malgré elle fait la lumière sur le développement d’un phénomène de radicalisation à des grilles de lecture terroriste sur le territoire belge, et sa mort lève le voile sur des filières djihadistes. Diverses arrestations ont lieu. Plus tard, des rapports ministériels reviennent sur le cas Degauque. Des experts dans un rapport de 2011 intitulé « Polarisation en radicalisation : une approche préventive intégrale »((30)) relèvent un point important dans le processus de radicalisation de la jeune femme : atteinte d’une maladie rare, elle ne pouvait avoir d’enfant. « Muriel a découvert à l’âge de la puberté qu’elle souffrait d’une maladie exceptionnelle, dit le rapport : la maladie de Rokitansky ou le syndrome MRK. Elle était née sans utérus. Sa vie future en a été marquée : elle se sentait anormale, différente et incomplète […]. Cette donnée a joué un grand rôle dans son processus de radicalisation. »((31)) Plus loin, le rapport dit « Muriel a redécouvert dans l’islam un peu de sa féminité […]. De par la confrontation avec les défauts physiques, Muriel s’est davantage tournée vers le spirituel. »

Muriel n’a pas rencontré de prime abord le djihadisme, mais l’islam. C’est lentement mais surement qu’elle a glissé d’un besoin de spiritualité vers un littéralisme puis, notamment avec la découverte du très prisé des salafistes et des djihadistes Ibn Taymiyyah, vers l’idée d’une violence légitime dans l’accomplissement d’un « devoir authentique ».

La radicalisation de Muriel Degauque est ainsi un modèle féminin de « radicalisation-rachat », d’effacement express d’une jahiliya peu reluisante (échecs scolaires, professionnels, drogues, etc.), mais cela ne suffisait pas. Elle est allée jusqu’à la mort en martyre. Les radicalisations-rachat féminines se contentent généralement de la rupture par le recouvrement intégral du corps. Le recouvrement est considéré comme un effacement. L’ardoise des hommes s’efface dans le sang, celle des femmes, sous un épais tissus. Chez Muriel, les choses vont plus loin : elle recouvre une féminité jugée – par elle-même – défaillante par un prisme nouveau et beaucoup plus genré que celui qu’elle avait jusqu’alors connu. Elle est confinée à une place qui lui est circonscrite par le salafisme. Mais il faut que l’homme joue le jeu ! Si l’homme ne prend pas l’espace qui lui est donné et ne reconnaît pas la nécessité que la femme soit femme par le rôle qui lui est assigné, alors la féminité n’est pas recouverte. En d’autres termes, le salafisme théorique n’est pas pourvoyeur de féminité (ou de masculinité) s’il n’est mis en pratique ! Muriel est une femme qui, une fois acquise à la lecture salafiste, a soit quitté son homme pas assez pieux pour elle, soit l’a poussé à se radicaliser. Elle n’était ni dans le compromis ni dans un rapport d’effet miroir : contrairement à ce qui pourrait naturellement venir à l’esprit dans un cas de conversion, Muriel n’a pas subi l’influence religieuse d’un homme, c’est elle qui a influencé, façonné son compagnon de sorte qu’il soit l’homme qui puisse la faire femme.

Muriel Degauque devient la première femme européenne convertie combattante et morte en « martyre ».

Pièce β : Extrait d’entretien avec David Vallat sur la question de la jahiliya (entretien du 20 février 2018)

« Question : Le concept de jâhiliya servi aux aspirants au jihad ces dernières années est-il idéologiquement le même que celui qui colorait l’idéologie jihadiste que vous avez embrassée il y a 20 ans ?

  1. Vallat : Tout à fait. Je me suis appelé Abu Muslim, en référence à un héros afghan. Prendre un nom, c’est faire table rase de ta culture préislamique et c’est aussi se projeter dans l’avenir de sorte que ce que tu étais avant disparaisse. C’est pour ça qu’on choisit Abu, « père de » ou Oum, « mère de », même quand on n’a pas d’enfant. C’est pour te projeter dans un avenir islamiquement licite. Et ce qui marche à l’échelle individuelle, marche à l’échelle de la société. Faire sauter les Bouddhas d’Afghanistan, brûler la bibliothèque de Tombouctou, c’est pour effacer la culture préislamique. »

L’ancien djihadiste français David Vallat, converti, puis radicalisé dans les années 1990, a rejoint le territoire de guerre bosniaque, les camps d’entrainement d’Al Qaïda en Afghanistan, puis le GIA. Après un passage en prison de 6 ans pour son implication dans les attentats de 1995, il écrit Terreur de jeunesse chez Calmann-Levy en 2016.

Pièce γ : Extrait d’un entretien avec une ancienne candidate au départ pour la Syrie – Entretien du 8 août 2017.

« Fatiha: Je l’avais pas vu encore quand j’ai accepté de l’épouser. J’avais un peu peur qu’il me plaise pas. Mais à l’époque, j’étais tellement dedans, que je me disais que si Allah l’avait choisi pour moi c’est qu’il était fait pour me plaire. Et puis de toute façon, il était jeune et fort. C’était un combattant. 

: Et les combattants sont forcément beaux ? Parce qu’ils défendent une cause sacrée ?

Fatiha: Oui, mais aussi parce qu’ils peuvent pas se laisser aller comme un homme normal après un mariage normal. Ils se battent tout le temps. Ca les rend forts. Puis ils meurent beaux. »

Nous l’appelons Fatiha, elle veut rester anonyme. Ses propos sont assez représentatifs de ce que nous avons pu entendre de la bouche d’autres femmes ayant connu la radicalisation. Cette jeune fille n’est pas partie en Syrie, mais elle comptait le faire en 2013. Elle avait alors dix-neuf ans. Elle fait partie des rares personnes disant n’avoir jamais été approchée par un groupe ou un réseau. Elle vient d’une famille musulmane pratiquante rigoriste, d’origine algérienne. Toutes les filles sont voilées, aucune n’étudie par principe et tous les membres de la famille nourrissent le même sentiment de persécution. Les discours haineux font partie de l’environnement familial depuis toujours, bien avant l’existence de Daech. Daech, on n’en parle pas à la maison ; mais il y a comme une sympathie tacite. Son adhésion à cette idéologie a été presque naturelle, sans cérémonial. Elle n’était pas trop éloignée de ce qu’on pensait à la maison, sur la pudeur, le système capitaliste, l’Europe « hypocrite » et supposée anti-arabe, les Juifs qui dirigent le monde, les chrétiens qui laissent faire, la haine des représentants de l’ordre et de l’Etat, la nécessité de vivre sur une terre d’islam, l’animosité vis-à-vis des « faux-musulmans », les « traitres », à savoir les arabes qui vivent « à l’occidentale », etc.

Pièce δ : les lettres des frères El Bakraoui

Lettre d’Ibrahim Bakraoui intitulée « Pour ma mère », retrouvée par les enquêteurs après les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016 :

« Donc voilà, maman, tu vas entendre tout et n’importe quoi de la part des gens, donc je voudrais clarifier une ou deux situations (…). Il y a des personnes qui ont des barbes de deux mètres, qui connaissent le Coran par cœur, voilà, qui pratiquent, euh, l’islam on va dire ça comme ça. Mais ils mentent sur Allah et son Messager (…). Ils vont nous traiter de monstres, euh, de non-musulmans. Malgré qu’on a pas de science, malgré qu’on connaît pas le Coran par cœur, on a un cœur qui vit et (…) lorsqu’on voit les musulmans qui sont persécutés depuis des décennies (…) et que ces gens-là n’ont jamais déclaré le jihad dans le sentier d’Allah, mais qu’ils se permettent de critiquer les gens qui combattent, (…) notre rendez-vous avec eux le jour du la résurrection et devant Allah, exalté soit-il, on verra les arguments qu’ils vont avancer. »

Lettre de Khalid Bakroui à sa femme :

« (…) Il y a toujours eu des Etat islamique. Le dernier a été détruit début des années 1920, mais ensuite les gens ont abandonné le jihad et Allah depuis n’a cessé de nous humilier (…) Mais aujourd’hui, nous avons un Etat islamique qui a remporté beaucoup de victoir. »

Les frères El Bakraoui sont les auteurs des attentats des Bruxelles : le 22 mars 2016, Ibrahim s’est fait exploser à l’aéroport de Zaventem et Khalid dans le métro de Bruxelles.

  1. Le père spirituel du takfirisme est le théologien au fondement de la mouvance frériste, Seyyed Qotb (1906-1966) []
  2. Ahrar al-Cham, « mouvement islamique des hommes libres du cham » est un groupe salafiste né au cours de la guerre civile syrienne des années 2010. Le mouvement a ensuite fusionné avec Harakat Nour al-Din al-Zenki (autre groupe salafiste) pour devenir le courant Jabhat Tahrir Souriya (front de libération de la Syrie – groupe donc issu de la fusion de deux entités salafistes). []
  3. Le terme se traduit par « émigration » et fait traditionnellement référence aux premiers musulmans partis de La Mecque pour rejoindre Médine en 622. Théologiquement, l’émigration désigne le départ d’un fidèle pour un pays musulman au sein duquel il pourra vivre sa foie dans les meilleures conditions. Idéologiquement, dans la lecture daechie, ce terme désigne le départ d’un musulman au combat contre la mécréance en Syrie ou en Irak. []
  4. En terme de proportion, la communauté musulmane marocaine est plus grande mais est moins téléguidée par le Maroc. On compte aux alentours de 430 000 immigrés marocains, soit 4% de la population, le pourcentage le plus élevé d’Europe. Les musulmans représentent 7% de la population belge, et constituent près d’un quart de la population bruxelloise (voir KHOSROKHAVAR F., Le nouveau jihad en Occident, Robert Laffont, 2018. []
  5. Dans les années 1990 déjà, Molenbeek a été l’un des nids de réseaux liés au GIA responsable des attentats de Paris. []
  6. Nous ne faisons pas référence ici aux premiers djihadismes nationalistes, mais aux djihadismes globaux (dépassant les frontières, visant un islam mondial). le djihadisme était nationaliste à ses débuts – d’ailleurs, bien souvent, le nom du pays était intégré dans l’appellation du groupe, comme « Jihad islamique Egyptien », ou « l’armée islamique du Daghestan ». []
  7. Notons toutefois que dans le cadre d’idéologie comme Daech, la différence entre « musulmans » et « convertis » n’est finalement qu’un jeu de catégories médiatiques : chez Daech, les « vrais musulmans », ceux qui ne jugent authentique que la lecture daechie de l’islam, sont tous des convertis. Tous appartenaient à la catégorie des mécréants, selon eux, avant d’embrasser l’idéologie. C’est le principe du takfir, l’aptitude à excommunier ceux qui, même s’ils se disent musulmans, n’embrassent pas la même lecture. []
  8. Voir notamment Jalons sur la route de l’islam publié en 1964. []
  9. Voir annexes – pièce α. []
  10. Emilie König embrasse l’islam a 17 ans, se marie jeune, devient mère, et adopte un discours radical sur un mode identitaire, revendicatif, juste après la loi interdisant le port du voile intégral (qu’elle ne portait pas d’ailleurs avant son adoption). Emilie n’hésite pas à laisser ses enfants pour concrétiser ses rêves de hijra (émigration d’un musulman vers un pays musulman). Elle adopte le niqab comme « deuxième peau » (entretien de 2012 pour l’Obs, désormais retiré d’Internet), niant ainsi l’éducation qu’elle avait reçue, et tout ce qui a été son existence jusqu’ici y compris ses enfants. Déçue des hommes, elle s’est sentie sale et bernée, notamment par un homme qui lui avait demandé d’envoyer des photos d’elle, nue, avant de la trahir en les diffusant, rendant l’humiliation publique..  

    C’est au nom de cette injonction à abandonner son passé que celui qui embrasse une lecture islamiste ((L’appellation « père de », « mère de » est aussi traditionnelle dans certaines cultures musulmanes (donc dans des lectures islamiques et non islamistes), mais le changement-rupture d’un nom administratif pour la désignation Abou ou Oum suivi du nom de l’enfant réel, à venir ou symbolique, puis du nom du lieu de provenance relève bien de l’adoption, dans les faits, de lectures islamistes, (surtout dans le monde Occidental ! []

  11. Voir annexes – pièce β. []
  12. L’histoire du jeune iranien Hossein Fahmideh marque un tournant politique, stratégique et idéologique réel : ce jeune mobilisé tombe en martyr pendant la guerre contre l’Irak en se faisant exploser sous un tank irakien, parvenant ainsi, par le sacrifice, à inspirer une méthode pour compenser le déséquilibre des forces en terme d’armement. La promotion politique de l’individu sacrificiel y trouve son articulation : le sacrifice du suicide bomber pour repousser les chars irakiens qui progressaient vers Kout Sheikh confronte les armées irakiennes à un phénomène nouveau, à une arme de guerre nouvelle : celle consistant à sacrifier la vie biologique en l’érigeant en arme. L’arme en soi n’est pas nouvelle, mais son instrumentalisation par l’Etat va le devenir. []
  13. Propos rapportés dans le Monde du 7 juin 2017, SEELOW S., « Plongée dans la tête des Kamikazes » []
  14. Voir annexes – pièce γ. []
  15. Voir le travail de KUBERSKI P., « La Résurrection dans l’Islam », Revue des Sciences Religieuses, n° 87/2, 2013, pp. 179-200. []
  16. Le reportage de 35min a été diffusé sur la chaîne belge francophone le 6 novembre 2012. []
  17. Voir Ibn Taymiyya, Mağmū‘ fatāwā šay al-islām Amad b. Taymiyya, 37 vv., ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad ibn Qāsim al-Nağdī 1-Ḥanbalī (éd.), Rabat, Maktabat al-Ma‘ārif 1981, XXVIII, 501-550. Voir aussi « Textes spirituels d’Ibn Taymiyya XII : Mongols et Mamlūks : l’état du monde musulman vers 709/1310 » in : Le Musulman 25 (janvier 1995), 25-30. Sur l’instrumentalisation fondamentaliste des fatāwā contre les Mongols : G. Anawati, « Une résurgence du Kharidjisme au xxe siècle : “L’Obligation absente” » in Mélanges de l’Institut Dominicain d’Études Orientales du Caire, 16 (1983), 191-228 ou encore J. J. G. Jansen, The Neglected Duty. The Creed of Sadat’s Assassins and Islamic Resurgence in the Middle East, London-New York 1986, 1-34 et 159-230.. []
  18. Voir BORI C., « Théologie politique et Islam à propos d’Ibn Taymiyya (m. 728/1328) et du sultanat mamelouk », in Revue de l’histoire des religions, Armand Colin, 2007 : « L’exemple le plus cité est celui de l’assassinat du Président égyptien Anouar Sadate en 1981, où le texte qui inspira les auteurs de l’attentat se référait abondamment aux fatāwā contre les Mongols traditionnellement attribuées à Ibn Taymiyya » Consulté sur : http://journals.openedition.org/rhr/5225#ftn10 []
  19. Voir ce lien []
  20. Le terroriste du Bataclan Foued Mohamed est le seul du groupe de 10 amis partis en Syrie à n’être pas rentré en France avec les autres. Le groupe d’amis strasbourgeois mené par le frère de Foued, Karim, part en décembre 2013. Deux d’entre eux meurent en janvier 2014, ce qui motive le groupe à trouver un moyen de rentrer en France. Tous rentrent au printemps de la même année, sauf Foued, transporté par l’idéologie. Ce dernier ne rentrera que pour participer à la tuerie du Bataclan le 13 novembre 2015, avec Samy Amimour et Ismaël Omar Mostefaï. []
  21. L’étude de Mark Hecker pour l’IFRI du 14 avril 2018 rapporte, à partir du jugements de 137 personnes majeures condamnées dans des affaires de jihadisme entre 2004 et 2017, que le jihadiste français type est un homme de 26 ans, né dans un quartier défavorisé, sans diplôme et connu pour des faits de délinquance. Il est musulman de naissance mais très peu instruit religieusement, et son processus de radicalisation est de longue durée. C’est un individu ayant perdu tout espoir de gravir les échelons sociaux. []
  22. Voir le rapport de l’Observatoire des radicalisations CONESA P., HUYGHE F. B., CHOURAQUI M., « La propagande francophone de Daech : la mythologie du combattant heureux », p. 12. Voir aussi KHOSROKHAVAR F., Le Nouveau Jihad en Occident, Robert Laffont, 2018, p. 48. []
  23. Voir annexes – pièce δ. []
  24. Le 4 septembre 2016, un attentat a échoué en plein cœur de Paris, dans le quartier de Notre dame de Paris (aucun attentat organisé par des femmes n’a jamais abouti en Europe cette dernière décennie). Quatre femmes sont impliquées Inès Madani, Amel Sakaou, Ornella Gillingman et Sarah Hervouët. Elles ont abandonné une berline chargée de cinq bonbonnes de gaz et de trois bidons de gasoil. Elles sont interpellées quelques jours plus tard. Inès Madani, considérée comme la meneuse du groupe, a prêté allégeance à l’EI, elle est fichée S. Le célèbre recruteur français Rachid Kassim est cité dans l’affaire. []
  25. Voir GAMBETTA D. & HERTOG S., Engineers of Jihad : The Curious Connection between Violent Extremism and Education, Princeton University Press, 2016., []
  26. Issam Abouanza endocrinologue anglais de 37 ans, d’origine palestinienne, en poste en hôpital, a quitté femme et enfants pour rejoindre les rangs de l’EI en 2014., []
  27. Entretien du 18 juin 2018. []
  28. Certaines références parlent d’un Marocain. La presse belge comme La libre Belgique (2 décembre 2005, HOVINE A., « Muriel ne montrait plus que ses yeux ») parle d’un Turc. []
  29. Le journal belge Le Soir titre le 26 juin 2008 : « Terrorisme Peines réduites en appel à Bruxelles : Filière Degauque, clémence » (BORLOO J.P. []
  30. L’enquête a été produite par trois chercheurs et quatre promoteurs à la demande de la Direction Générale Sécurité et Prévention SPF Affaires intérieures. []
  31. Voir le rapport ministériel, p. 91. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.