Les opérations spéciales et les actions clandestines

Les opérations spéciales et les actions clandestines((1))relèvent toutes deux de la politique extérieure des Etats, les premières, propres aux forces armées, sont revendicables, les secondes, spécifiques des services de renseignement, sont dans le déni.

La conception moderne de ces méthodes date du début de la Seconde Guerre Mondiale au moment où Churchill décide la poursuite de la lutte contre le régime nazi ; économes en hommes et en moyens, elles permettent aux alliés d’être renseignés dans les zones occupées et de soutenir les résistances intérieures.

Après guerre, ce sont les Etats-Unis qui développent ces capacités pour contrer à moindre risque dans le contexte de la guerre froide l’expansion du communisme ; c’est l’époque de la troisième option, entre diplomatie et affrontement direct : Iran, Guatemala, Cuba, Indonésie, Nicaragua… et pour finir Afghanistan. Par la suite, ces modes d’action sont utilisés dans des stratégies directes ou indirectes, de lutte contre le terrorisme, la prolifération nucléaire ou plus récemment les narcotrafics.

S’agissant de la France, l’action spéciale reste jusqu’en 1992 du ressort exclusif du SDECE puis de la DGSE et est employée notamment lors des guerres d’indépendance. Après cette période, quelques « affaires » puis l’échec de l’opération contre l’organisation GreenPeace, portent un coup sérieux à la confiance de l’exécutif dans ces méthodes tandis que les Armées, tirant les leçons de la première guerre du Golfe, se dotent en 1992 d’une organisation spécifique, le commandement des opérations spéciales (COS).

Aujourd’hui ces modes d’action, rendus plus efficaces grâce à la technologie, offrent un choix étendu de réponses aux crises du système international ; aux Etats-Unis, le triptyque forces spéciales, drones et cyberguerre constitue le fondement de l’inflexion stratégique voulue par le Président OBAMA tandis qu’en France, le Livre blanc 2013 et la loi de programmation reconnaissent aux forces spéciales une capacité militaire de premier plan et prévoient en conséquence un renforcement substantiel de leurs effectifs et de leurs moyens.

Les forces spéciales

Ces unités, placées sous commandement opérationnel du COS, ont été en effet engagées avec succès dans les missions opérationnelles les plus diverses : ponctuelles (reprise de vive force d’un aérodrome en République Centrafricaine en 2007) ou partie d’une manœuvre d’ensemble avec des forces conventionnelles (crise du Kosovo),  strictement militaires (opération Serval au Mali) ou plus diplomatiques (participation au dispositif anti-terroriste américain en Afghanistan de 2003 à 2007), voire humanitaires (libération de ressortissants français, otages de pirates somaliens). A ces opérations peuvent être associées des missions dites d’environnement pour la formation, le conseil et l’encadrement d’unités étrangères dans le cadre d’une politique d’assistance.

Sous les ordres du chef d’état-major des Armées, les forces spéciales participent d’un mode d’action politico-militaire, limité dans l’espace et dans le temps, qui s‘inscrit dans un cadre internationalement reconnu. La haute qualification de leurs personnels, leurs équipements spécifiques, leur faculté d’adaptation donnent à ces unités particulières la capacité de « faire autrement » dans un contexte national ou interallié pour répondre à l’urgence et à l’imprévu de situations complexes de temps de paix, de crise ou de guerre.

Pour autant, si efficaces qu’elles soient, elles ne sauraient constituer un substitut aux forces conventionnelles mais plutôt un complément indispensable, ce que souligne d’ailleurs fort opportunément la loi de programmation militaire.

L’action clandestine

Autre forme d’action extérieure, l’action clandestine est au cœur de l’Etat régalien qu’elle place paradoxalement dans l’illégalité, induisant donc d’importants risques politiques. Entre diplomatie officielle et intervention militaire ouverte, elle vise des objectifs de sécurité nationale selon des modalités pratiques qui permettent de masquer l’identité réelle du commanditaire, préservant ainsi sa liberté de décision.

Ces actions utilisent des savoir-faire particuliers et complexes, liés à l’usage de la clandestinité, facteur indispensable à la protection du secret et à celles des participants qui, contrairement aux forces spéciales, ne peuvent invoquer les conventions de Genève. Nécessitant une préparation pluridisciplinaire minutieuse, excluant toute forme d’improvisation, elles impliquent des délais incompatibles avec toute forme de réaction rapide, sauf anticipation très en amont.

C’est au plus haut niveau de l’exécutif qu’elles sont décidées et assumées politiquement tandis qu’il revient à la DGSE avec ses moyens propres, d’en assurer la conception, la planification et l’exécution. Les réussites en ce domaine sont toujours la marque d’une solide confiance et d’une étroite concertation entre les différents protagonistes.

Au-delà des clichés habituellement colportés, ces opérations visent deux grandes finalités : l’acquisition d’informations à haute valeur ajoutée, obtenues sans intermédiaire, dans des contextes à risque, en complément des processus classiques de recherche par source humaine ou technique, et l’action proprement dite, effectuée dans un but politique précis dans le cadre d’une  stratégie d’entrave ou de soutien.

Les opérations, spéciales ou clandestines, sont à l’évidence de nature bien différentes tant par leur conception que par leurs modalités d’exécution; de fait, les unités qui y participent au titre des Armées ou de la DGSE ont connu des développements parallèles, les forces spéciales étant désormais reconnues comme une composante militaire majeure. Dans ces conditions, il paraît opportun de conduire une réflexion globale sur ces deux capacités. Sans que le « monopole »  de la DGSE en matière de clandestinité soit remis en cause, ces travaux devraient notamment porter sur la redéfinition des missions de chaque organisme – permettant au passage d’en évaluer l’adéquation des effectifs et des moyens – ainsi que sur les modalités d’un continuum entre les deux formes d’engagement dont on perçoit bien la nécessité au regard de l’évolution des conflits, comme le reflètent les crises en Libye ou au Mali.

L’impact des nouvelles technologies

Les opérations spéciales comme l’action clandestine bénéficient de nouvelles possibilités liées à la technologie, qu’apportent l’utilisation des drones et l’emploi du cyberespace.

Les drones, qu’ils soient armés ou non, constituent un indéniable facteur de supériorité tactique par leur capacité d’observation quasi permanente du champ de bataille, qui réduit notablement la durée du processus de décision entre la détection de l’objectif et son traitement. Si leur emploi par les forces spéciales ou conventionnelles est devenu courant, leur taille et leur indispensable logistique obèrent leur utilisation dans un cadre clandestin et il faudra sans doute attendre les progrès de la miniaturisation pour qu’il en soit autrement.

Le cyberespace, désormais indispensable au monde moderne, est devenu en quelques années le nouvel horizon des services de renseignement et il n’est pour s’en convaincre que d’analyser l’actualité en ce domaine désormais quotidienne. Du vol d’information devenu banal, à la paralysie de processus industriels en passant par la manipulation des opinions, ces actions dont on peine à désigner les auteurs, constituent les nouvelles menaces auxquelles les Etats s’efforcent de répondre. A contrario elles sont autant de possibilités offensives, de la responsabilité des armées ou de celle des services dans un cadre clandestin, sans prise de risque humain et dans une quasi-totale impunité.

Si la raison d’Etat a pu servir d’unique justification à ces pratiques hors norme, désormais l’exigence démocratique, la demande de transparence de la vie publique ou la « judiciarisation » de la société impliquent que ces modes opératoires s’inscrivent dans les règles de l’état de droit. La question est centrale mais en ce domaine, la France est très en retard par rapport aux autres démocraties depuis longtemps dotées d’un corpus de dispositions législatives ou administratives, propres à légitimer ces actions. C’est pourquoi, il est désormais nécessaire de prolonger les réformes qui ont été déjà entreprises, notamment la création d’une inspection des services. Ainsi, la promulgation d’une loi détaillant les missions des organismes de renseignement – comme il était déjà prévu en 2008 dans le Livre blanc et comme le propose le député Monsieur JJ. URVOAS -, et l’extension des prérogatives de la délégation parlementaire au renseignement (DPR) à une certaine forme de contrôle des opérations, apparaissent comme autant de garanties démocratiques.

 

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *