Algérie : la contre-révolution d’une cryptocratie à la dérive

Plusieurs mois après le début du soulèvement algérien contre le cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika et contre le pouvoir politique dans son ensemble, les manifestations demeurent massives. En face, le pouvoir algérien a révélé sa nature militaire et les outils de sa contre-révolution.Par Adlene Mohammedi.

 

Il est encore difficile de qualifier avec exactitude les événements qui secouent l’Algérie depuis les premières manifestations du 22 février. Certains parlent de hirak [mouvement], tandis que d’autres préfèrent décrire ce soulèvement populaire comme une véritable révolution. Une huitaine d’années après le fameux « printemps arabe » (notion peu appréciée en Algérie étant donné son bilan mitigé), les Algériens ont bien enclenché un processus révolutionnaire : l’objectif est d’en finir avec le régime.

Nous avons affaire à une révolution populaire plutôt qu’à une révolution bourgeoise. Les classes populaires et les classes moyennes paupérisées (notamment les étudiants) jouent ici un rôle moteur. La thèse de Hannah Arendt (Essai sur la Révolution, 1963) trouve ici une application : celle de la révolution qui « libère » les révolutionnaires professionnels (de la prison, de la bibliothèque ou de la brasserie). Les Algériens n’ont pas été invités à sortir par une « élite ». Ce sont les nombreux manifestants qui ont libéré la parole : celle des opposants comme celle des hommes du pouvoir en place. Ils les ont d’abord libérés d’une élection improbable destinée à maintenir un homme sans vie (Abdelaziz Bouteflika) à la tête de l’État.

Trois points seront abordés dans la présente note. Dans un premier temps, nous tenterons une analyse – partielle et provisoire – du processus révolutionnaire en cours. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons aux ruses du pouvoir algérien et aux outils de sa contre-révolution. Nous conclurons, dans un troisième temps, par une description de la situation et des rapports de force en cet automne 2019, soit huit mois après les premières manifestations de février.

Une révolution qui ne ressemble pas tout à fait à une révolution

Nous optons pour le mot « révolution » parce que les slogans et les objectifs sont révolutionnaires. Les Algériens affichent, avec constance et témérité, une volonté claire de se débarrasser d’un régime qui a longtemps cru pouvoir s’autonomiser d’eux. Les observateurs les plus hâtifs ont cru déceler un tournant ou une évolution dans les revendications du peuple algérien : du refus du cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika au rejet de l’ensemble des dirigeants algériens. Il n’en est rien.

Pour les Algériens, il n’y a aucune différence entre le refus de l’humiliation qui leur était infligée – un chef d’État sans vie et un simulacre de campagne – et le rejet des responsables de cette humiliation. Ces derniers sont toujours au pouvoir et c’est ce statu quo que l’on veut leur imposer que les Algériens combattent sans faiblir depuis ces longs mois. Ni le Ramadan ni l’été n’ont mis fin aux manifestations hebdomadaires : au moins tous les vendredis et tous les mardis.

Une révolution pacifique, patriotique et populaire

L’actuelle révolution algérienne se caractérise par son caractère pacifique revendiqué (l’adjectif arabe silmiya et les appels à fraterniser avec l’armée étaient très présents dans les manifestations des premiers mois), par son caractère populaire (les classes populaires sont très présentes, au même titre que les classes moyennes et les classes moyennes paupérisées) et par son caractère patriotique (le pouvoir algérien est accusé d’avoir volé et trahi la patrie).

Le caractère populaire de cette révolution est notamment perceptible à travers la place prépondérante des collectifs de supporters de football et de leurs chants. Dans ces chants, les questions socio-économiques (une jeunesse malmenée dénonçant la gabegie) côtoient les questions politiques (un régime corrompu à abattre). Contrairement à la révolution tunisienne de 2011, dont les premières revendications étaient sociales, les slogans algériens sont depuis le début avant tout politiques : contre la réélection de Bouteflika, contre l’omnipotence de ses proches et contre le pouvoir militaire.

En somme, en s’autonomisant du peuple algérien – et en poussant cette autonomisation jusqu’à l’absurde – et en le privant de politique (au-delà même de la question démocratique), le pouvoir algérien s’est surtout fragilisé lui-même. En effet, et c’est l’une des leçons de cette année révolutionnaire, le pouvoir algérien donne l’impression d’être politiquement désarmé (incapable du moindre discours audible ou de la moindre proposition acceptable), tandis que le peuple renoue tant bien que mal avec la langue et la pratique politiques.

La question de l’organisation

L’absence d’organisation formelle est souvent reprochée aux Algériens qui manifestent. Et il est vrai que cette révolution ne peut être associée à aucun nom propre et qu’aucune plateforme commune n’a encore émergé. Aucun porte-parole n’a été désigné pour discuter avec les dirigeants algériens. Les seuls « médiateurs » auront finalement été désignés par le régime lui-même.

Ce reproche est peu pertinent pour trois raisons. D’abord, parce que se débarrasser d’un régime politique donné ne nécessite ni structures ni porte-paroles. C’est après le départ de Ben Ali et de certains symboles honnis du pouvoir tunisien que la vie politique tunisienne a commencé à s’organiser autour de personnalités et de partis politiques. Ensuite, parce que la révolution algérienne est confrontée à une diversion et une répression permanentes dont il sera question un peu plus loin. Enfin, parce qu’il existe malgré tout une opposition politique identifiable composée d’anciens élus et de quelques mouvements politiques (tous de gauche) actifs depuis le début.

La question régionale et le rôle particulier d’Alger

Les manifestations ont lieu dans l’ensemble du pays. Toutes les villes algériennes sont concernées par ce processus révolutionnaire. Si les dirigeants algériens ont bien essayé de miser sur les querelles régionales (Alger versus les autres régions ; Arabes versus Berbères), cela n’a pas fonctionné. Les autorités ont voulu s’attaquer à certains symboles – notamment le drapeau amazigh –, mais cette diversion n’a pas eu l’effet escompté dans la mesure où les manifestants n’ont pas perdu de vue leur objectif depuis le début : renverser le régime.

Alger tient néanmoins une place particulière. En tant que capitale, elle attire un grand nombre de manifestants (notamment de la Kabylie voisine) souvent bloqués par les autorités à l’entrée de la ville. Mais le rôle d’Alger – les collectifs de supporters de football cités plus haut sont algérois – s’explique aussi par son statut de ville malmenée par le pouvoir algérien depuis ses débuts. Non seulement les Algérois ont toujours été écartés du pouvoir algérien, mais on les a soigneusement tenus à l’écart du contrôle de leur propre ville.

Une révolution discrète

Malgré la témérité des Algériens et l’ampleur du mouvement (des millions de manifestants à certains moments), on peut dire que la révolution algérienne ne ressemble pas tout à fait à une révolution. Autrement dit, les symboles d’une révolution ne sautent pas aux yeux en dehors des grandes manifestations.

En plus des attentistes – parfois sensibles à la sacralisation de l’armée qui caractérise le régime –, les dirigeants algériens peuvent compter sur un réseau médiatique (des médias acquis à leur cause, qu’ils soient publics ou privés, aux médias pusillanimes) qui efface méthodiquement toute trace de révolution. Certains journalistes sortent du lot, mais ils demeurent très minoritaires en dépit de l’effervescence dans le pays.

Les Algériens qui manifestent ne peuvent pas compter sur des artistes, des intellectuels ou des journalistes capables d’exprimer courageusement leur hostilité au pouvoir en place. L’audace et la radicalité émanent exclusivement des manifestants et cela explique en grande partie le caractère relativement discret de cette révolution, cela explique pourquoi on préfère souvent évoquer un simple « mouvement ».

La place de l’islam politique

Les islamistes jouent un rôle marginal dans ce processus. Certains islamistes (les équivalents algériens de l’AKP turc et d’Ennahdha [Tunisie]) sont liés au pouvoir algérien et ont gouverné avec lui, d’autres ont été évincés des manifestations manu militari et d’autres encore sont associés à un passé violent (les anciens du Front islamique du Salut).

L’islam politique séduit donc a priori modérément les Algériens. Mais la bonne capacité d’organisation de certains partis islamistes, la bigoterie favorisée par le pouvoir algérien depuis des décennies et le risque de financement étranger pourraient favoriser une ascension. Celle-ci n’est pas d’actualité.

Les contre-révolutionnaires jouent l’élection contre la démocratie

Alors que l’affaire est algéro-algérienne, le pouvoir l’a confiée à ses diplomates et à ses militaires. Ce détail révèle bien son incapacité politique. Après l’échec des diplomates lors des premières semaines de manifestations, au premier rang desquels Lakhdar Brahimi, l’état-major de l’armée est venu prendre les choses en main. Le clan Bouteflika pouvait ainsi être sacrifié par son principal protecteur : le général Ahmed Gaïd Salah. Le chef de l’armée, fidèle parmi les fidèles de Bouteflika, est depuis le printemps dernier l’homme fort du pays.

La cryptocratie algérienne (un pouvoir opaque, difficilement identifiable) se fissure donc après avoir échoué à trouver un candidat consensuel plus présentable qu’un homme – Abdelaziz Bouteflika – incapable de prononcer le moindre discours. En poussant l’opacité un peu trop loin, les dirigeants algériens se sont retrouvés condamnés à s’affronter dans les pires conditions.

Acrobatie constitutionnelle

Il n’est plus question du vernis civil des années Bouteflika. L’Algérie de l’automne 2019 ressemble bien à une junte avec à sa tête un général de 79 ans : Ahmed Gaïd Salah. Sa propagande (glorification de l’armée, clins d’œil anti-français, complotismes …) ne semble plus séduire. Aussi fou que cela puisse paraître, tout en assumant son caractère militaire, le pouvoir algérien a décidé de s’abriter derrière la constitution algérienne pour éviter toute transition sérieuse. Un chef d’État intérimaire – qui réussit l’exploit d’être aussi silencieux que son prédécesseur – a été nommé, ce qui n’empêche pas le chef de l’armée (par ailleurs vice-ministre de la Défense, le poste de ministre de la Défense ayant été occupé par Bouteflika lui-même) de multiplier les discours politiques.

Au mépris de la constitution, c’est le chef de l’armée qui – au nom de l’état-major – semble faire la pluie et le beau temps dans le pays. Après l’annulation de l’élection d’avril (avec Bouteflika) et de l’élection de juillet (sans Bouteflika), c’est lui qui entend imposer une nouvelle élection présidentielle (prévue le 12 décembre prochain). L’objectif est clair : cette élection, dans le cadre constitutionnel actuel et avec le régime actuel, est le meilleur moyen d’éviter toute transition sérieuse et de fermer la « parenthèse » révolutionnaire. Les candidats issus du régime et susceptibles de le sauver (anciens Premiers ministres, anciens ministres …) ne manquent pas.

De même, le gouvernement censé expédier les affaires courantes en attendant la tenue de l’élection – et en dépit d’une absence flagrante de légitimité – multiplie les diversions et les initiatives politiques, dont certaines engagent l’avenir du pays.

Entre répression et propagande judiciaire

Impatient face à la témérité du peuple algérien, l’état-major assume une répression inédite. Aguerrie par le soulèvement, la police algérienne – qui risque malgré tout de se lasser – multiplie les arrestations et les intimidations. Elles visent à la fois des figures de l’opposition réelle (celles qui refusent de se soumettre aux injonctions du chef de l’armée), des journalistes, des militants et de simples citoyens (pour des drapeaux ou des pancartes).

La justice algérienne s’adapte sans broncher. D’un côté, elle juge et condamne dans des procès spectacles les sacrifiés du régime algérien (dont le frère de l’ancien président et l’ancien chef du renseignement), accusés d’avoir comploté contre l’armée. Autrement dit, ce n’est pas leur comportement à l’égard du peuple algérien qui leur est reproché, mais leur manque de loyauté à l’égard de la cryptocratie algérienne.

De l’autre, elle sanctionne des citoyens et des opposants ayant osé brandir un drapeau ou exprimé une idée. Des chefs d’accusation aussi aberrants dans le cas présent que l’atteinte au moral de l’armée ou l’atteinte à l’unité du territoire national sont ainsi invoqués. Conformément aux attentes de la junte, la justice algérienne oscille entre propagande judiciaire (des personnalités honnies « offertes » au peuple) et répression arbitraire.

L’impossible élection ?

Dans ces conditions, les Algériens n’ont plus le loisir de penser à l’Algérie de demain comme ils pouvaient le faire au printemps. Les discussions sur une éventuelle constituante et sur les institutions de demain ont laissé place aux réactions aux multiples agressions, diversions et décisions jugées illégitimes.

En sus des manifestations du vendredi et du mardi, les Algériens sont sortis le dimanche 13 octobre pour dire non à un projet de loi sur les hydrocarbures destinés à attirer les entreprises étrangères. Le ministre de l’Energie affirme d’ailleurs avoir discuté avec ces partenaires étrangers en amont. En d’autres termes, les dirigeants algériens continuent de gouverner à l’abri du peuple.

Distraits, épuisés, les manifestants disposent d’un atout. L’élection du 12 décembre tant voulue par les généraux risque de ne pas avoir lieu et il s’agirait de la troisième élection présidentielle avortée cette année. L’état-major peut compter sur ses candidats – qui, comme les membres du gouvernement, rasent les murs –, mais l’opposition, sensible à la pression populaire, est tentée par le boycott.

Pour les manifestants, ce régime – et le chef de l’armée à sa tête – n’est pas digne de confiance. Rappelons, en effet, que presque toutes les élections organisées par ce régime étaient frauduleuses. Ils demandent donc une véritable transition et l’éviction des dirigeants actuels avant la moindre élection. Si la pression populaire réussit à faire annuler l’élection du 12 décembre, cette transition – crainte par les uns et désirée par les autres – risque de devenir inévitable.

Biographie de l’auteur :

Né à Alger, où il a vécu jusqu’en 2005, Adlene Mohammedi est chercheur en géopolitique et l’auteur d’une thèse sur la politique arabe de la Russie postsoviétique. Il écrit aujourd’hui principalement sur l’actualité du monde arabe pour Middle East Eye, ainsi que sur le site Araprism qu’il dirige.



Citer ce billet
hestia (2019, 12 novembre). Algérie : la contre-révolution d’une cryptocratie à la dérive. Hestia Expertise. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pio4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.