La stratégie russe en Syrie : de la fermeté à la prudence

La Russie apparaît comme la grande gagnante du conflit syrien. Son soutien constant au pouvoir syrien a payé : Damas poursuit la reconquête du territoire, tandis que Moscou entretient désormais d’excellentes relations avec l’ensemble des États de la région. Adlene Mohammedi

 

Au début du conflit syrien (2011-2012), la position de la Russie était loin d’être confortable. Son scepticisme à l’égard des divers soulèvements arabes et son soutien ferme au pouvoir syrien lui ont attiré quelques inimitiés. Après l’opération militaire en Libye((1)), la diplomatie russe – qui y a vu une trahison – a décidé d’empêcher la moindre résolution coercitive sur la Syrie au Conseil de sécurité.

Pour justifier le soutien apporté à Damas, la Russie avait deux autres arguments – en plus de la crise de confiance consécutive au dossier libyen – : les ingérences extérieures très vite perceptibles (l’opposition syrienne réunie à Istanbul dès 2011) et la menace djihadiste que Moscou a déjà subie aussi bien à l’extérieur de ses frontières (l’Afghanistan dans les années 1980) qu’à l’intérieur (la Tchétchénie dans les années 1990).

Avec l’émergence territoriale de « l’État islamique » entre la Syrie et l’Irak (deux États affaiblis) et son identification comme menace universelle (combattue dès 2014 par une coalition internationale essentiellement « occidentale »), au soutien diplomatique et logistique apporté par la Russie à Damas s’est ajoutée l’intervention militaire directe le 30 septembre 2015.

Quatre ans après le début de cette intervention, la présente note sera l’occasion de revenir sur la stratégie russe. Deux points seront ici traités : la stratégie politico-militaire russe en Syrie et l’importance du rapprochement russo-turc. Ce second point inclura une analyse des derniers développements militaires au nord de la Syrie (automne 2019).

La stratégie antiterroriste russe

Pour la Russie, la guerre en Syrie est avant tout une affaire d’antiterrorisme. Plus généralement, la Russie a émergé comme une sorte de garant de la logique territoriale face aux logiques réticulaires((2)). Autrement dit, elle entend aider les États en place (acteurs territoriaux par excellence) face aux réseaux (des Frères musulmans aux djihadistes) susceptibles de menacer leur stabilité.

Certains adversaires de Moscou et du pouvoir syrien n’ont pas hésité à miser sur ces réseaux contre l’État. C’est par exemple le cas de la Turquie, soutien des Frères musulmans, ramenée à la « raison » territoriale par Moscou et par certaines évolutions de la question kurde dans les dernières années du conflit. Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

Le déclenchement de l’intervention militaire russe

Attachée au principe de souveraineté, la Russie intervient militairement sur le sol syrien à partir du 30 septembre 2015, à un moment où le pouvoir à Damas semble menacé. Cette intervention se fait en concertation avec l’État syrien – dont l’invitation fonde la légalité de l’opération – et avec deux autres États de la région : l’Irak et l’Iran.

Après un accord signé avec le gouvernement syrien le 26 août 2015, un centre d’information conjoint entre la Russie, l’Iran, la Syrie et l’Irak est mis en place à Bagdad dans le but de coordonner les opérations contre « l’État islamique ». L’accord russo-syrien prévoit l’accueil de l’aviation russe dans la base aérienne de Hmeimim et l’utilisation par l’armée russe de l’infrastructure syrienne et du territoire jugé nécessaire((3)). La base navale de Tartous – dont l’expansion est prévue – assure à la Russie une présence en Méditerranée et au Proche-Orient à long terme, tandis que la base navale de Hmeimim et son système de défense antiaérienne lui permettent de dominer les airs, notamment au nord-ouest de la Syrie.

Dès le début de son intervention – et cela lui a été reproché par plusieurs gouvernements et médias « occidentaux » –, la Russie ne se contente pas de cibler « l’État islamique », mais aussi d’autres groupes d’obédience islamiste. Des groupes rebelles plus faibles sont visés prioritairement, notamment dans les régions de Hama et de Homs.

Une stratégie contre-insurrectionnelle efficace

L’opposition entre logiques territoriales (renforcement du territoire national) et logiques réticulaires (recours à des réseaux transnationaux) évoquée plus haut concerne aussi le territoire russe. En février 2017, le président Vladimir Poutine déclarait qu’environ 4 000 citoyens russes (originaires du Caucase du Nord) se battaient dans les rangs de la rébellion syrienne((4)). Dès les premiers jours de l’intervention, les combattants tchétchènes du nord-ouest (au nord de Lattaquié) étaient parmi les cibles privilégiées de l’aviation russe (qui voulait, par ailleurs, protéger la base de Hmeimim des groupes rebelles dans la région)((5)).

Après avoir intégré à la catégorie « terroriste » l’ensemble de la rébellion syrienne, Moscou a fait preuve d’un certain « pragmatisme », perceptible à l’issue de la bataille d’Alep (fin 2016). La stratégie antiterroriste russe en Syrie peut se résumer ainsi : puissance militaire aérienne écrasante dans un premier temps, accords de cessez-le-feu avec les groupes rebelles (requalifiés en groupes « modérés »((6)) sur fond de rapprochement russo-turc) dans un deuxième temps, évacuation de ces groupes vers des zones de repli dans un troisième temps. Ce schéma a été appliqué à Alep, mais aussi lors de la reprise de Deraa ou de la Ghouta orientale.

Si cette stratégie semble « efficace » (du point de vue de la reconquête loyaliste), deux nuances méritent d’être apportées. D’abord, l’absence de reconstruction et de solution politique pérenne((7)) favorise le terrorisme (attentats visant l’armée syrienne à Deraa, par exemple). Ensuite, le nord-ouest syrien (notamment la région d’Idleb) – où se sont justement repliés certains groupes défaits ailleurs – abrite encore aujourd’hui des organisations djihadistes au premier rang desquelles Hayat Tahrir al-Sham [Organisation de Libération du Levant ](HTS), anciennement affiliée à al-Qaïda, qui a pris le dessus sur les rebelles soutenus par Ankara.

Rappelons, enfin, que la Russie s’appuie sur trois types d’acteurs non étatiques dans sa lutte antiterroriste : les groupes alliés à Damas et à Téhéran dans le cadre de « l’Axe de la Résistance » (principalement le Hezbollah libanais), les groupes rebelles retournés (par l’armée russe) et les mercenaires russes (le Groupe Wagner, actif en Syrie, mais aussi en Ukraine, en Afrique et au Venezuela)((8)).

Un Afghanistan réussi

La stratégie contre-insurrectionnelle russe en Syrie ressemble à une version réussie de la stratégie soviétique en Afghanistan (1979-1989), sur au moins deux points : le recours à des militaires musulmans originaires du Caucase du Nord sur le terrain syrien – misant ainsi sur une connivence religieuse –, notamment pour faciliter l’évacuation des rebelles des zones reprises((9)) (rappelons que les dirigeants soviétiques, encouragés par leurs alliés à Kaboul, avaient envoyé des soldats musulmans d’Asie centrale au tout début du conflit) ; la volonté de sécuriser la frontière turque – d’abord en soutenant les combattants kurdes des YPG (Unités de protection du peuple), considérés comme terroristes par Ankara, ensuite en dialoguant directement avec la Turquie – (rappelons que la perméabilité de la frontière pakistanaise, synonyme d’afflux de djihadistes, était l’un des principaux problèmes auxquels était confrontée l’Armée rouge en Afghanistan).

Par ailleurs, là où l’intervention en Afghanistan a partiellement détérioré les relations arabo-soviétiques, la Russie de Vladimir Poutine entretient aujourd’hui des relations cordiales avec l’ensemble des États arabes.

Le partenariat russo-turc : un rapprochement décisif

En dépit de positions différentes sur le dossier syrien et parallèlement à un développement des relations bilatérales (du projet de gazoduc Turkish Stream à l’achat par Ankara du système de défense antiaérienne et antimissile S-400), la Russie et la Turquie ont quelques bonnes raisons de s’entendre.

Les raisons du rapprochement

Les relations entre les deux pays se sont réchauffées entre 2016 et 2017 (début du Processus d’Astana, incluant aussi l’Iran). Pour la Turquie, les activités à proximité de sa frontière des combattants kurdes des YPG, assimilés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et soutenus par « l’allié » américain, poussaient naturellement à une attitude plus conciliante à l’égard de la Russie.

Côté russe, plusieurs raisons expliquent cette volonté de se rapprocher d’Ankara. D’abord, après avoir entretenu des relations cordiales avec les YPG (Moscou est allée jusqu’à suggérer un système fédéral futur pour les séduire – ce qui n’est plus d’actualité –), la Russie voyait d’un très mauvais œil leur alliance avec Washington. Ensuite, l’objectif russe étant d’accompagner la reconquête par Damas de l’ensemble du territoire syrien, l’existence d’un territoire autonome au nord-est du pays (dans la foulée de la défaite de « l’État islamique ») était inacceptable.

Enfin, la Russie avait besoin de la Turquie à la fois sur le plan militaro-sécuritaire (la mauvaise volonté turque explique en partie l’épanouissement territorial de « l’État islamique ») et sur le plan politique (le Processus d’Astana contribue à légitimer le pouvoir syrien). En somme, pour la Russie, la sortie de la guerre passe nécessairement par une entente avec Ankara.

Les premiers fruits de ce rapprochement

Très vite, et avant même les débuts d’Astana (mai 2017), le rapprochement entre les deux puissances – amorcé en juin 2016 – a porté ses fruits. Le premier grand test a été la dernière phase de la bataille d’Alep (fin 2016) qui s’est achevée par une victoire loyaliste – sans véritable entrave turque.

Un peu plus d’un an plus tard, en janvier 2018, l’offensive turque (et de ses alliés islamistes) à Afrine aura été le « renvoi d’ascenseur » russe. En effet, dans une région dominée par l’armée russe sur le plan aérien (nord-ouest), une telle opération eût difficilement été possible sans le feu vert de Moscou.

Les actuels termes du partenariat russo-turc : été-automne 2019

L’offensive loyaliste à Idleb (été 2019) et l’offensive turque contre les positions des YPG au nord-est du pays dans la foulée d’un retrait partiel américain (automne 2019) s’inscrivent justement dans le cadre de ces tractations russo-turques relatives au nord de la Syrie((10)). En apparence, leurs objectifs semblent pourtant inconciliables : la Turquie veut une « zone de sécurité » au sud de la frontière destinée à éloigner la « menace » kurde et à réinstaller les réfugiés syriens (arabes) ; la Russie veut accompagner la reconquête loyaliste et en finir avec le harcèlement djihadiste visant ses positions (sa base de Hmeimim).

En août 2019, l’offensive loyaliste dans la région d’Idleb – qu’un accord russo-turc avait retardée – a finalement eu lieu. Même si toute la province n’a pas été reconquise, cette offensive a permis à l’armée syrienne d’atteindre la ville stratégique de Khan Cheikhoun, située sur l’autoroute Damas-Alep. Moins de deux mois plus tard, et tandis que les Américains annonçaient leur retrait (dont l’ampleur n’est pas encore définie), Moscou pouvait ainsi – en échange de l’offensive d’Idleb – donner son feu vert pour une offensive turque au nord-est du pays contre les YPG. Ces derniers se retrouvent – conformément aux souhaits de Moscou – contraints de se tourner vers Damas((11)). Le 17 octobre, l’armée syrienne pouvait atteindre la frontière turque à Kobané (Aïn al-Arab, en arabe). Pour Moscou, l’offensive turque – bien que l’armée turque soit accompagnée de supplétifs islamistes – est préférable à la présence américaine, et pour Ankara, la présence de l’armée syrienne à sa frontière est préférable à celle des YPG. La reconquête loyaliste peut ainsi se poursuivre.

Le 22 octobre dernier, la coopération russo-turque a connu une nouvelle concrétisation. Un accord russo-turc – qui succède à l’accord turco-américain – permet à Ankara d’obtenir une zone de sécurité entre Ras al-Aïn et Tell Abyad (32 km de large) et prévoit la mise en place de patrouilles russo-turques – qui succèdent aux patrouilles turco-américaines. Cet accord permet à la Russie d’éviter une offensive de grande ampleur dont pâtiraient à la fois les combattants kurdes et le gouvernement syrien.

Les Russes tâcheront d’éviter toute escalade entre l’armée syrienne et l’armée turque (comme ils tâchent d’éviter tout affrontement au sud entre Israël et « l’Axe de la Résistance »). La mission de Moscou s’annonce donc ardue : une médiation entre Ankara et Damas et une médiation entre Damas et les YPG quant au sort de ces derniers, le tout en tenant compte d’une présence résiduelle américaine et de relations turco-américaines pour le moins changeantes.

A propos de l’auteur :

Adlene Mohammedi est docteur en géographie politique et spécialiste de la politique arabe de la Russie et des équilibres géopolitiques dans le monde arabe. Il est chargé de recherches stratégiques dans le cabinet de conseil AESMA et dirige Araprism, site et association consacrés au monde arabe.



Citer ce billet
hestia (2019, 12 novembre). La stratégie russe en Syrie : de la fermeté à la prudence. Hestia Expertise. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pio5

  1. Au moment du vote de la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie a renoncé à recourir à son droit de veto. Au moment de l’application de ladite résolution – qui prévoyait une zone d’exclusion aérienne et une protection des civils, mais pas un changement de régime –, la diplomatie russe a vivement exprimé son mécontentement et a jugé l’intervention illégale. []
  2. Adlene Mohammedi, « Moscou, garant de la logique territoriale face aux réseaux au Moyen-Orient ? », Études internationales, vol. XLVII, n°2-3, juin 2016-septembre 2016. []
  3. « L’accord sur la présence de l’aviation russe en Syrie a été conclu pour une durée indéterminée » (traduit du russe), RIA Novosti, 14 janvier 2016. Lien : https://ria.ru/20160114/1359734984.html []
  4. “4,000 Russians Now Fighting in Syrian Insurgency, Says Putin”, Moscow Times, 23 février 2017. Lien : https://themoscowtimes.com/news/4000-russians-now-fighting-in-syrian-insurgency-says-putin-57259. []
  5. “Russia steps up air strikes against Assad opponents in Syria”, Reuters, 10 octobre 2015. Lien : https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria/russia-steps-up-air-strikes-against-assad-opponents-in-syria-idUSKCN0S40DF20151010 []
  6. « Liste des groupes armés de la République arabe syrienne qui ont adhéré au régime de trêve à partir du 30 décembre 2016 » (traduit du russe), Ministère russe de la Défense, 29 décembre 2016.

    Lien : https://function.mil.ru/news_page/country/more.htm?id=12107227@egNews. []

  7. Même si la Russie (en partenariat avec la Turquie et sous l’égide des Nations unies) a œuvré pour la mise en place d’un Comité constitutionnel censé rédiger la constitution future du pays, elle considère que c’est la reconstruction matérielle du pays qui doit primer. Dans la mesure où sa réputation sur la scène internationale est en jeu, la Russie pourrait exiger de son partenaire syrien quelques concessions politiques et institutionnelles.

    [1] Neil Hauer, “Russia’s Favourite Mercenaries”, The Atlantic, 27 août 2018 []

  8. Neil Hauer, “Russia’s Favourite Mercenaries”, The Atlantic, 27 août 2018. []
  9. Neil Hauer, “Putin Has a New Secret Weapon in Syria: Chechens”, Foreign Policy, 4 mai 2017. []
  10. Adlene Mohammedi, « Le nord de la Syrie, objet de tractations entre Moscou et Ankara », Middle East Eye, 26 septembre 2019. []
  11. Adlene Mohammedi, « Les combattants kurdes de Syrie tentés par le camp loyaliste », Middle East Eye, 10 octobre 2019.

    Lien : https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/les-combattants-kurdes-de-syrie-tentes-par-le-camp-loyaliste. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.