In memoriam Pierre Lacoste (1924-2020), promoteur de la culture française du renseignement

L’amiral Pierre Lacoste est décédé le 13 janvier dernier, laissant derrière une belle carrière militaire (y compris aux cabinets du ministre de la Défense puis du Premier ministre) mais aussi trois années passées à la tête de la DGSE jusqu’au scandale du Rainbow Warrior qui l’obligea à démissionner en septembre 1985.

Si Pierre Lacoste est finalement resté une personnalité de la communauté française du renseignement, c’est surtout pour avoir été pendant plus de vingt ans, le promoteur de ce qu’il appelait la « culture du française du renseignement ».

C’est sans doute pendant les quelques années qu’il passa à la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN) après son départ de la DGSE qu’il pris conscience de la nécessité de développer les études et les travaux universitaires autour des questions de sécurité et de renseignement. Toujours est-il qu’après avoir quitté les Invalides, il monta – avec le soutien du CESD de l’Université de Marne-la-Vallée – le séminaire spécialisé qui rassembla entre octobre 1995 et juin 1998 un mélange inédit de praticiens, de hauts fonctionnaires et d’universitaires. Lors de ses séances (généralement tenues au ministère de la recherche, rue Descartes) se rencontrèrent notamment les jeunes chercheurs qui ont constitué ensuite la première génération des « intelligence studies » françaises.

Il en tira un gros ouvrage de référence sous le titre « Le renseignement à la française » que nous gardons tous dans notre bibliothèque ‘et qui est assez largement accessible en ligne sur Gallica.fr).

Mais son intérêt et son enthousiasme couvraient aussi des questions connexes comme la lutte contre la criminalité organisée (v. son livre Les mafias contre la démocratie, J-Cl Lattes, 1992) ou encore le développement de l’intelligence économique (ce qui l’amèa à prendre en 2005 et pour quelques années la présidence de la Fédération des professionnels de l’intelligence économique).

Pour lui rendre hommage, nous proposons de relire deux textes :

son interview donné à la revue Droit & Défense (n° 97/4) après la publication de son livre de souvenirs (Un amiral au secret, Flammarion, 1997),

– l’article qu’il avait rédigé pour un numéro consacré au « défi du renseignement » (coordonné par les Pr. Cools, Forcade et Warusfel, dans les cahiers de la sécurité, INHESJ, 2010) sous le titre « Corruption, mafias et renseignement », dans lequel il reprend la plupart de ses thèmes favoris, et notamment l’importance des menaces criminelles organisées et le rôle qu’à ses yeux le renseignement doit jouer dans la lutte contre les mafias.

Tous ceux qui l’ont vu dans ces dernières années (y compris l’auteur de ces lignes), où il s’était mis plus en retrait de l’action et du débat public, peuvent en effet témoigner qu’il demeurait toujours très vigilant sur les questions d’éthique et de prévention de la corruption.

Dans un de ses premiers articles consacrés à la déontologie du renseignement (question qu’il explora, là encore, en pionnier pour la France), il indiquait : « ce n’est pas un vrai spécialiste qui va traiter ici de la déontologie des services spéciaux. En effet, je n’ai pas que trois ans à la tête de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), alors que de vrais professionnels connaissent beaucoup mieux ces activités pour les avoir pratiquées pendant des années. Je ne prétends pas donc pas me substituer à eux, mais ma conception de la déontologie des services spéciaux vient essentiellement de ma carrière passée, de ma vie de marin, d’officier, de citoyen, de père de famille »((1)).

Voilà en peu de mots bien résumée la façon par laquelle – avec sincérité mais aussi volonté de servir – l’amiral Lacoste intégrait la culture du renseignement à une vision plus complète de l’État et de la société.



Citer ce billet
Bertrand Warusfel (2020, 4 avril). In memoriam Pierre Lacoste (1924-2020), promoteur de la culture française du renseignement. Hestia Expertise. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pio7

  1. in R. Moch (dir.) Éthique et société – Les déontologies professionnelles à l’épreuve des techniques, Armand Colin, 1997, p. 144 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.