L’affaire du Rainbow Warrior, une affaire d’État

« Le secret doit éviter le déni, mais il ne suffit pas de dénier, il faut que si la publicité l’emporte, le déni soit plausible » (Alain Dewerpe, Espion, Gallimard, 1994).

Retour sur une affaire d’État 35 ans après, par D. Champtiaux, ancien directeur de cabinet de la DGSE, Vice-président d’Hestia.

Le 10 juillet 1985, le Rainbow Warrior, navire amiral de l‘organisation écologiste Greenpeace sombre dans le port d’Auckland à la suite d’une explosion, entraînant la mort d’un journaliste. L’opération va se révéler commanditée par l’État Français.

Ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire du Rainbow Warrior débute par l’opération Satanic, conçue, planifiée et conduite par la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) ; elle vise à interdire l’accès des eaux territoriales françaises à la flottille de Greenpeace lors de sa campagne de protestation contre les essais nucléaires français sur l’atoll de Mururoa. Elle se poursuit par une crise politico-médiatique qui s’achève par la démission du Ministre de la Défense et la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France.

Une opération légitime dans le contexte de la Guerre froide

L’action se situe dans le contexte particulier de la Guerre froide où l’équilibre international repose sur la dissuasion nucléaire, donc sur la modernisation des armes et la démonstration de leur efficacité. Du point de vue des autorités françaises les essais constituent donc un enjeu de sécurité nationale tandis qu’ils font l’objet d’une vive contestation par les États riverains du Pacifique et par des organisations non gouvernementales comme Greenpeace.

Greenpeace est une organisation militante qui s’oppose depuis sa création aux essais nucléaires et suscite la suspicion en raison de ses liens supposés avec les services soviétiques ; cet élément a sans doute eu une certaine influence sur le choix d’un scénario radical pour contrecarrer ses intentions.

C’est la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), sous l’autorité du Ministre de la Défense, qui est en charge de l’opération. Bras armé des aventures africaines, elle sort perturbée des changements successifs de ses directeurs : démission d’Alexandre de Marenches à l’arrivée des socialistes au pouvoir suivie de l’éviction de son successeur, Pierre Marion après à peine plus d’un an de présence.

Le Service action est au sein de la DGSE une entité à part dans la mesure où, bien que dépendant hiérarchiquement du directeur du renseignement, il peut entretenir des liens directs avec le directeur général voire avec des correspondants extérieurs. Il a à son actif des réussites – comme la destruction le 29 octobre 1980 du navire amiral libyen dans le port de Gênes – mais reste sur un échec dans sa tentative de venger l’attentat du Drakkar (58 morts, Beyrouth, 23 octobre 83), qui contribue au limogeage de son chef en décembre 1984.

Un cadre espace-temps limité, un processus de décision incertain

Le processus de décision s’établit sur une base hiérarchique où selon toute vraisemblance il y a peu de place pour le dialogue critique. Trois responsables y participent :

– Charles Hernu, ministre de la défense et supérieur hiérarchique du directeur général de la DGSE. Ami personnel de François Mitterrand, ministre depuis mai 1981, il est apprécié des militaires qu’il contribue à réconcilier avec les socialistes. Il se rêve en chef de guerre et n’hésite sans doute pas à intervenir directement dans la conduite des opérations ;

– L’Amiral Lacoste est en fonction depuis novembre 1982. Intelligent, d’une très grande loyauté, très attaché à la discipline et à la hiérarchie militaire, il a certainement du mal à appréhender totalement un service auquel sa carrière ne le prédestinait pas

– Le Colonel Lesquer officier légionnaire, intelligent et ambitieux, le nouveau chef du Service action a pris ses responsabilités sans grand enthousiasme. S’il connaît parfaitement les ressorts d’une opération militaire, il n’est guère familier des subtilités de l’action clandestine.

C’est au dernier trimestre de l’année 1984 que l’Amiral Fagès commandant le Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP) fait part au Ministre de la Défense (et sans doute à l’Amiral Lacoste) de ses craintes de voir Greenpeace perturber les prochains essais nucléaires prévus en juillet 85. Mais c’est véritablement début mars lors d’une réunion préparatoire du comité interministériel des plans nucléaires qu’ont été évoqués les moyens à mettre en œuvre pour contrer l’action probable du Rainbow Warrior. Le 19 mars, à la suite de cette réunion le Ministre donne ses directives à la DGSE par l’intermédiaire de son directeur de cabinet.

Les propos de Charles Hernu, rapportés par l’Amiral Lacoste ((1)), illustrent parfaitement ses motivations d’alors et sa volonté : « On nous fait la guerre ! La poursuite des essais nucléaires est vitale pour la défense française. C’est l’un des attributs de notre souveraineté, nous ne pouvons tolérer que quiconque nous interdise de poursuivre ces expérimentations ».

Dès lors le Service est en charge d’une opération clandestine visant à interdire l’accès du Rainbow Warrior aux eaux territoriales françaises avant la campagne d’essais de juillet, ce qui implique que l’action soit suffisamment démonstrative pour constituer un coup d’arrêt aux actions de Greenpeace ; les scénarios a minima (intoxication de l’équipage, pollution du carburant du navire, etc.) seront ainsi rejetés.

L’engagement se déroule sur un vaste théâtre ; quant aux délais impartis, ils laissent peu de souplesse dans le choix du moment (ce qui limite les délais de préparation) et dans celui du lieu – eu égard aux diverses escales du bateau, seul le port d’Auckland présente des conditions favorables.

L’opération envisagée et finalement retenue – l’explosion de deux charges sous la ligne de flottaison du navire amarré dans le port d’Auckland – va nécessiter un scénario dont la mise en œuvre est d’autant plus délicate qu’il implique une logistique importante et se déroule sans reconnaissances préalables suffisantes sur des terrains peu familiers aux agents.

Le 7 mai, l’Amiral Lacoste signe l’ordre d’opération.

A ce stade, on peut s’interroger pour savoir si tous les échelons successifs de décision – Amiral Lacoste, Charles Hernu, François Mitterrand – avaient bien conscience de la lourdeur de l’opération et du potentiel de risques qu’elle comportait. En d’autres termes, chaque responsable a-t-il fait connaître à son supérieur hiérarchique l’exacte réalité du risque qu’il prenait en donnant son aval ? Compte tenu des connaissances disponibles sur l’opération, il est difficile de répondre objectivement à cette question ; tout au plus peut-on remarquer qu’il était sans doute difficile d’aller à l’encontre de la volonté politique du Ministre de la Défense et que, reçu en audience le 15 mai par le président de la République, l’Amiral Lacoste se limitera à demander « l’autorisation de mettre en œuvre le projet de neutralisation que j’avais étudié à la demande de Charles Hernu » sans entrer dans le détail de l’action.

Une opération complexe, des dysfonctionnements nombreux

L’opération consiste à couler le navire par une double charge posée par deux nageurs de combat, disposant des matériels nécessaires (explosifs, zodiac, équipements de plongée) acheminés de Nouvelle Calédonie par le voilier Ouvéa et récupérés auprès d’une équipe à terre (les « faux époux Turenge ») ; au total une dizaine d’agents sont directement impliqués.

La phase finale débute le 13 juin avec l’appareillage du voilier Ouvéa de Nouvelle Calédonie((2)); l’équipe à terre (les époux Turenge) arrive à Auckland le 22 juin, le jour même où le voilier accoste au port de Whangerei après une escale à Norfolk. Le 7 juillet, le dispositif est au complet avec l’arrivée par voie aérienne de l’équipe de destruction (connue sous le nom de « troisième équipe », constituée de nageurs de combat) alors que l’opération a été confirmée par l’Amiral Lacoste auprès de Charles Hernu le 4.

Le 10 juillet, peu avant minuit, deux explosions successives éventrent le navire que l’équipage abandonne ; le photographe de l’organisation, Fernando Pereira revenu à bord après la première explosion pour récupérer son matériel, meurt noyé. Cette mort imprévue signe l’échec de l’opération et amorce la crise politique de l’automne.

Autant que l’on puisse en juger à travers l’analyse de sources ouvertes, les raisons de ce drame sont identifiables. En premier lieu, il y a la complexité et la lourdeur d’une action préparée dans une relative urgence qui n’a pas permis aux concepteurs comme aux exécutants d’appréhender la réalité insulaire de la Nouvelle Zélande au cours de l’hiver austral ; mais il y a aussi de multiples erreurs individuelles de quelques agents, qui dénotent manque de rigueur et inaptitude à la clandestinité.

C’est cet enchaînement de dysfonctionnements qui permet aux autorités néozélandaises de retrouver rapidement la piste de l’une des équipes ; les époux Turenge sont arrêtés et inculpés de meurtre le 23 juillet tandis que les passagers de l’Ouvéa font l’objet d’un mandat d’arrêt international.

La gestion erratique de la crise politique

En France, l’affaire provoque une crise politique qui s’intensifie au gré de la parution d’articles de plusieurs journalistes d’investigation à la recherche des auteurs et des commanditaires de l’action.

Durant le mois d’août, l’exécutif tente de calmer la curiosité de la presse et de l’opinion publique : le Premier Ministre, Laurent Fabius, à la demande du Président de la République, ordonne une enquête au conseiller d’État Bernard Tricot tandis que le Ministre Charles Hernu – isolé – campe dans une posture de déni total. En vain. Devant le risque d’aggravation de la crise, c’est selon toute vraisemblance un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur (le Ministre Pierre Joxe est informé de la réalité des faits dès le 15 juillet) qui y met fin en donnant à la presse l’information sur la troisième équipe.

De fait, le 17 septembre le journal le Monde révèle que « le Rainbow Warrior aurait été coulé par une troisième équipe de militaires français »((3)); l’information, qui dément la thèse officielle fondée sur l’impossibilité matérielle des Turenge d’avoir posé les charges, entraîne trois jours plus tard la démission du Ministre de la Défense, pris en flagrant délit de mensonge. N’ayant plus aucun contact avec ses correspondants institutionnels, exclu de la gestion de la crise((4)), l’Amiral Lacoste quant à lui est limogé le même jour ; resté loyal à son ministre et à ses personnels, il ne dévoile aucun élément de l’opération en dépit des pressions qui s’exercent pour lui faire porter l’entière responsabilité, dédouanant ainsi les autorités politiques.

Le 22 septembre, faute d’avoir pu établir les éléments d’un déni « plausible », le Premier Ministre est contraint de s’exprimer à la télévision pour reconnaître l’implication de la DGSE dans le naufrage du Rainbow Warrior ; il engage ainsi la responsabilité de l’Etat français et signe par là même l’échec total de l’opération Satanic.

Outre la mort aussi dramatique qu’imprévue d’un membre de Greenpeace, l’affaire a eu de graves répercussions au plan politique (démission du Ministre de la Défense, éviction du Directeur Général) ou judicaire (mandats d’arrêt pour des agents du Service, condamnation par la justice néozélandaise à 10 ans de prison des faux époux Turenge), ainsi qu’un lourd contentieux avec la Nouvelle Zélande arbitré en juillet 1986 sous les auspices du Secrétaire général des Nations Unies : excuses officielles, indemnisations financières et engagements commerciaux en sont les principales sentences.

On peut regretter enfin qu’au-delà de ces conséquences n’ait pas été constituée une commission d’enquête bipartisane pour procéder à l’évaluation critique et objective des causes profondes de l’affaire dans la perspective de réformes internes à la DGSE((5)), voire d’une mise à plat du processus de décision.

Conclusion

Fruit d’une volonté politique légitime d’assurer le bon déroulement des essais nucléaires français, l’opération Satanic a été décidée par le Ministre de la Défense et approuvée dans des conditions restées imprécises par le Président de la République. Conçu par la DGSE dans une relative urgence, le scénario « maximaliste » retenu s’est révélé lourd et complexe et son exécution sur un théâtre éloigné des zones d’engagement habituelles a manqué de la rigueur indispensable au bon déroulement d’une opération de ce type.

Conséquence de l’échec de la partie opérationnelle, la crise politique qui s’en est suivie, aggravée par les dissensions internes à la majorité présidentielle et à l’absence de cohésion gouvernementale, n’a pu trouver d’autre issue que la reconnaissance de la responsabilité de l’État français.

Finalement, l’affaire ne fera qu’aggraver le peu d’intérêt voire la défiance du monde politique à l’égard de la DGSE soupçonnée de bien des turpitudes ; il faudra attendre les années 2000 pour qu’enfin les services soient considérés comme des éléments indispensables et légitimes dans le processus de décision des autorités nationales (cf. les derniers livres blancs sur la défense et la sécurité) et fassent l’objet d’investissements à la hauteur de l’enjeu.

NDR : Cette note a été écrite principalement à partir d’une documentation ouverte, notamment le mémoire d’Histoire contemporaine de Thibault Seurin (Université Bordeaux III) et les entretiens qui y sont rapportés, les archives du journal Le Monde, le dossier du magazine Tahiti-Pacifique « La vraie histoire de l’attentat contre le Rainbow warrior » (Alex W. du PREL, juillet 2005), ainsi que les ouvrages « Un Amiral au secret » (Amiral Lacoste, Flammarion 1997), « French bomber » (Xavier Maniguet, Michalon, 2007).


  1. in Lacoste Pierre & Minella Alain-Gilles, Un amiral au secret, Flammarion, 1997, p. 147 ; entretien avec P. Lacoste, 23 novembre 2011 []
  2. On lira avec intérêt la narration de « l’épopée » par l’un des équipiers, le docteur Maniguet – cf. références []
  3. Une du journal Le Monde daté du 17 septembre 1985. []
  4. Ce qui ne permettra pas d’envisager des scénarios de sortie de crise plus souples, notamment par le biais des contacts interservices. []
  5. Il faudra attendre la nomination du Préfet Claude Silberzahn en mars 1989 pour de premières vraies réformes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.