Jean-Paul Mauriat (1921-2003) et la culture du renseignement

Si l’amiral Pierre Lacoste a joué un rôle très important pour fédérer les énergies et populariser la notion de culture française du renseignement, il ne fut ni le seul ni le premier. En témoigne ce court article sur la culture du renseignement daté de 1992 (trois ans avant le séminaire que Pierre Lacoste organisa de 1995 à 1998). Paru dans les Annales des Mines, il est signé du contrôleur général et ancien sous-directeur de la DST Jean-Paul Mauriat.

Entré en 1945 à la nouvelle Direction de la surveillance du territoire, le commissaire Mauriat connut d’abord la chasse aux anciens agents de l’Axe puis la lutte contre les services du bloc soviétique. S’impliquant aussi dès 1952 dans le contre-espionnage économique (pour détecter notamment les financements occultes pouvant provenir d’URSS), Jean-Paul Mauriat fut ensuite le fondateur et le  premier directeur du Service de Coopération Technique International de Police (SCTIP) dont il fit un instrument de renseignement et de coopération opérationnelle avec les SR étrangers((1)).

Mais c’est en tant que responsable de la formation des nouveaux fonctionnaires de la DST et de la sensibilisation extérieure (entre 1962 et 1974) que Jean-Paul Mauriat est devenu une figure assez connue du contre-espionnage dans les années soixante et soixante-dix  (on peut notamment le voir dans ce reportage du 27 septembre 1971 sur l’espionnage industriel) en même temps qu’il vulgarisa dans différents articles plus ou moins spécialisés les missions et les méthodes du contre-espionnage. On peut citer également ses deux articles dans la revue Défense nationale sur « le contre-espionnage, élément de la défense » (janvier 1967) et sur les « réalités de l’espionnage » (janvier 1968).

Homme de conviction (il fut l’un des piliers de l’association chrétienne Police et Humanisme, créée en 1963), Jean-Paul Mauriat diffusait une véritable doctrine du renseignement et profita des derniers postes qu’il occupa à la fin de sa carrière (inspecteur général des écoles de police, puis fonctionnaire de sécurité et de défense) pour la partager. Cet article de 1992 le montre bien, où il évoque notamment les démarches de sensibilisation « menées depuis maintenant plus de 25 ans, essentiellement par la DST : conférences en milieu universitaire, industriel et administratif, participation à des dîners-débats, des colloques et à des émissions de radio et de télévision ».

Mais on découvre aussi dans ce texte, les prémices de ce que le rapport Martre de 1994 dénommera deux ans plus tard du terme suggestif d' »intelligence économique ». Jean-Paul Mauriat ne se contente pas en effet d’évoquer le contre-espionnage d’État, mais il présente l’information comme un « enjeu stratégique national » qui doit mobiliser également le secteur privé, et souligne l’importance de mettre en œuvre « une méthodologie de la recherche d’informations », avant de regretter le retard que prend selon lui la France, prisonnière d’une « conception passéiste de la défense », pour rentrer dans « l’ère de la connaissance » .

Ce message très moderne lui était à ce point important qu’il l’a repris, presque mot à mot,  dans les dernières lignes de son ouvrage posthume sur l’histoire du contre-espionnage français((2)). Car le commissaire Mauriat fut aussi l’historien interne de la Direction de la surveillance du territoire (notamment à l’occasion du cinquantenaire de la DST en novembre 1994), ce qui l’amena d’ailleurs à rencontrer et à orienter les jeunes universitaires qui commençaient à s’investir dans les études de renseignement.

 

  1. La carrière de J.-P. Mauriat est notamment retracée dans les deux entretiens d’archives orales qu’il avait donnés en 1996 et 2003 à l’IHESI []
  2. Jean-Paul Mauriat, Un siècle de contre-espionnage civil français – l’espion et le prophète, Editions FM/BIO, 2004, p. 171 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.