Vitalité de la recherche française sur le renseignement

La publication en ce début d’année 2020 de la deuxième édition de l’ouvrage d’Olivier Chopin et Benjamin Oudet, Renseignement et sécurité (chez Armand Colin) ainsi que de l’ouvrage collectif sur le droit du renseignement (sous la direction d’Olivier Forcade et de Bertrand Warusfel, à la Documentation française) est un indice de la dynamique dont fait preuve depuis quelques années la recherche universitaire en sciences humaines et sociales consacrée au renseignement.

Comme l’avait justement relevé dans leur état des lieux de 2011 (Étudier le renseignement : État de l’art et perspectives de recherche – Études de l’IRSEM, 2011, n° 9) Bastien Irondelle et Olivier Chopin, cette production scientifique contemporaine fait suite à une apparition et à une montée en puissance depuis les années 90.

La conférence-débat sur le renseignement qu’organise le 25 juin 2020 l’AFDSD (Association française de droit de la sécurité et de la défense) sera un nouvel exemple de ce dynamisme qui s’est manifesté ces dernières années par différents ouvrages, colloques et articles.

S’agissant des ouvrages, on peut citer aussi deux volumes collectifs à dimension plus historiques qui sont sortis en 2019 :

– Olivier Forcade & Sébastien-Yves Laurent (dir.). Dans le secret du pouvoir. L’approche française du renseignement XVIIe-XXIe siècle. Le Grand jeu, Nouveau Monde éditions, 558 p., 2019,

– Olivier Forcade & Maurice Vaïsse (dir.), Le Renseignement au début de la guerre froide, 1945-1955 (La Documentation française, 2019).

Relevons également la publication de deux ouvrages écrits par des anciens professionnels du renseignement devenus observateurs du domaine, celui d’Yves Trotignon, Politique du secret – regards sur Le Bureau des légendes (PUF, 2019) et celui de Prançois Thuillier, La révolution antiterroriste (Temps présent, 2019).

Du côté des colloques, outre l’incontournable et récurrent séminaire METIS qui fonctionne sous les auspices du Centre d’histoire de Sciences Po depuis plus de dix ans, on a pu également noter une activité assez intense durant les dernières années. Hors du cadre proprement académique, il faut citer les deux colloques co-organisés par la CNCTR (Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement) en 2017 (avec la Délégation parlementaire au renseignement, le 22 mars 2017 et consacré au contrôle et à l’évaluation de la politique publique du renseignement) et le 6 avril 2018 (en partenariat avec le Conseil d’État). La délégation parlementaire au renseignement a également tenu un autre colloque le 22 novembre 2018 consacré à dix ans de contrôle parlementaire du renseignement.

De leur côté, le Service historique de la défense (SHD) et l’Institut des sciences sociales du politique (CNSR, Université de Nanterre-Paris Ouest) ont tenu le 12 septembre 2019 leur journée d’études Clandestinités – Aspects policiers et militaires de l’État discret à l’époque contemporaine.

On relève aussi en septembre 2018, la seconde conférence internationale UTIC SIGINT Intelligence Transnational Activities in France and Europe (CERI-Sciences Po. 24-26 septembre 2018).

Enfin, dans les années récentes, on a constaté également la soutenance de plusieurs thèses touchant directement les problématiques du renseignement :

Francis Beau, Le renseignement au prisme des sciences de l’information (sous la direction de Sylvie Leleu-Merviel et de Michel Labour,Valenciennes 2019),

– Clément Hamoir, Le renseignement et la gendarmerie nationale : enjeux et perspectives ( sous la direction de Xavier Latour – Université Côte d’Azur, 2019),

– Guilhem Marois. Le contrôle des services de renseignement en France (sous la direction de Ferdinand Mélin-Soucramanien, Université de Bordeaux, 2019),

Guillaume Neveu, Surveiller et ficher – La veille sur l’ordre national de l’entre-deux-guerres à travers les archives des services de renseignement politique de la Seine-Inférieure (76) (sous la direction de Michalis Lianos, Normandie Université, 2018).

S’agissant enfin des articles et recherches publiés autour des questions de renseignement, il n’est pas possible de faire un relevé exhaustif de la production des toutes dernières années. On se contentera d’évoquer quelques références :

Une seconde loi renseignement ? Pour une main tremblante mais des idées claires (Floran Vadillo), L’Hetairie, mars 2020,

– le dossier sur le renseignement de la revue Prospective et stratégie, 2019/1, n° 10,

Sapere aude ! Le renseignement, une politique nationale indispensable et exigeante (Ph. Hayez), intervention à l’Académie des sciences morales et politiques, 16 décembre 2019,

Contestations et (re)légitimations du renseignement en démocratie (L. Bonelli, H. Rayner et B. Voutat), Cultures et conflits, été/automne 2019,

Les notes blanches des services de renseignement, (B.-L. Combrade) ? Revue française de droit administratif, 2019, p. 1103

La lutte contre l’espionnage économique : entre protection privée et sécurité nationale (B. Warusfel), in Sébastien-Yves Laurent (dir.), Annuaire 2019 du droit de la sécurité et de la défense, Ed. Mare & Martin, 2019, pp. 173-185),

Donald Trump et les services de renseignement : une relation sous tension (G. Le Voguer), Revue Lisa, 2018, n° 2

L’intelligence-led policing, une doctrine d’action policière pour faire d’Europol le « centre névralgique » du renseignement européen, (P. Berthelet) Cahiers de la sécurité et de la justice, 2018, pp.216-228,

« The intensification of French intelligence and its oversight under the impact of counter-terrorism » (B. Warusfel), in Ian Leigh & Njord Wegge (ed.) Intelligence Oversight in the Twenty-First Century – Accountability in a Changing World, Routledge, 2018,

Justice et renseignement dans la lutte contre la radicalisation violente,   (B. Warusfel), AJ Pénal, mars 2018, n° 3, p. 119

Enfin, hors du champ proprement académique, on rappellera la publication fin 2019 de l’ouvrage « Histoire secrète de la DGSE » (R. Laffont, 2019) par le journaliste et bon connaisseur du domaine, Jean Guisnel, qui perpétue là les travaux « pré-académiques » que B. Iirondelle et O. Chopin évoquaient dans leur étude précitée (dont ceux de Roger Faligot, Rémy Kauffer ou Pascal Krop dans les années 80-90).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.