La RAND tire les leçons de l’opération Serval

Michael Shurkin, France’s War in Mali Lessons for an Expeditionary Army, RAND Corporation, Series Research Reports, Web-Only, 2014, 65 p. Texte intégral

L’auteur, bénéficiant du concours de nombreux officiers supérieurs ayant participé à l’opération Serval, livre une des premières études détaillée sur les leçons à tirer de cet épisode majeur de l’action militaire contre le terrorisme. Son point de vue, aussi objectif que possible, laisse percevoir une admiration non feinte pour les armées françaises.L’enthousiasme a une double origine : d’une part, l’examen des faits (les Français ont gagné) et, d’autre part, le fait que Serval semble constituer le paradigme idéal pour aider l’armée  américaine à accoucher de son modèle stratégique. Celui-ci fut défini par le chef  d’état-major des armées américaines, le général Raymond Odierno. En février 2013, il présenta, dans un article important, qui développait les conséquences de l’Army Strategic Planning Guidance de 2012, sa vision de l’armée américaine de demain((1)). Pour le général Odierno, l’armée américaine a profondément changé après les conflits d’Afghanistan et d’Irak. Elle doit désormais se recentrer sur une capacité renouvelée de mobiliser indéfiniment ses forces face à toutes sortes de conflits. Toutefois, les changements du monde et les coupes budgétaires interdisent de revenir sur le modèle d’armée des années 90.  Il faut une armée nouvelle. Elle doit être capable de se déployer selon plusieurs échelles, de l’escadron à la brigade selon les exigences du moment. Les unités légères peuvent préparer le terrain à une montée en puissance significative du volume des forces ou au contraire stopper le conflit par une série d’actions adéquates, conformément à la théorie du « small footprint operations » prônée par la stratégie américaine de 2012. Appuyée par des véhicules légers et des moyens numériques adaptés, fortement décentralisée et laissant une forte initiative au capitaine, disposant de personnel familier du contexte socio-culturel du théâtre d’opérations, sachant par tradition évoluer dans des milieux hostiles avec des moyens limités, en mesure de décomposer et recomposer ses unités modulaires au gré des besoins, cette armée rêvée par le général Odierno dans son article, c’est, soutient l’auteur, l’armée française de l’opération Serval : « The aspects of French Army operations in Mali make a model for building the kind of expeditionary force envisioned by Odierno, and perhaps one that is also increasingly in line with future United States Army budgets ».

L’armée française, soutient l’auteur, est celle qui a réussi à surmonter les coupes budgétaires en créant un modèle qui autorise, lors d’une même opération, les changements d’échelle en volume de forces projetées. Les contingences budgétaires n’expliquent pas tout. Si les français ont su favoriser le matériel léger au détriment du matériel lourd, c’est qu’ils ont choisi de privilégier la mobilité à la protection, la manœuvre l’emportant sur tout autre considération. Enfin, le rêve du partenariat avec les alliés occidentaux ou les forces régionales trouve une lumineuse application durant Serval. Le soutien aérien ou en renseignement offert par d’autres pays a considérablement allégé la charge de Serval, sans lui faire perdre son unité de commandement. Le concours des armées africaines, notamment la force tchadienne, lui paraît être un avantage décisif, aussi bien militaire que politique.

L’auteur pointe la différence de moyens entre les armées françaises et américaines et en tire la conclusion que la France n’a pas les moyens d’aller au-delà de Serval (« we argue here that the French are particularly good at subbrigade-level operations. But what about larger ones ? »). Il formule néanmoins plusieurs recommandations, dont celle, qu’il adresse aux Armées américaines, d’étudier de près le modèle français. Si le tableau qu’il dresse de l’opération Serval n’est pas idyllique, il souhaite qu’elle soit une source d’inspiration pour les stratèges américains.

  1. Ray Odierno, « The Force of Tomorrow », Foreign Policy, February 4, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *