Les enjeux politiques et sociaux des élections régionales du 25 octobre en Ukraine

Ukr_elections_2012_multimandate_okruhsLe 25 octobre, les ukrainiens se rendront aux urnes pour élire les quelque 160 000 membres des conseils municipaux, régionaux et de districts. Véritable test de solidité politique et baromètre du mécontentement populaire, les élections régionales devraient faire apparaître de nouvelles lignes de fracture politique. Quel que soit le résultat, le vote va continuer de consacrer le pluralisme politique en Ukraine et non l’accaparement monopolistique du parti au pouvoir. Il sera important d’observer si les hypothèses de travail suivantes seront validées ou non lors du scrutin.

Par Mathieu Boulègue, 12 octobre 2015 – Aesma

1/ Le cristallisation de « l’horizontale du pouvoir » constituée par le président Poroshenko autour de sa superstructure UDAR-Solidarité. La coquille vide de Solidarité (parti personnel du président) a fusionné en septembre avec le parti UDAR du maire de Kiev Vitalyi Klitschko en raison de l’interdiction aux coalitions électorales de se présenter pour le scrutin. Le but avoué de cette fusion est de recentrer la politique nationale autour de Poroshenko, affaibli dans les sondages, et de maintenir une discipline de vote afin d’éviter que le Bloc d’Opposition réalise des scores importants.

2/ L’essor possible de régions pro-russes. Sans pour autant avoir un renversement politique en faveur de l’ancien parti du président Yanoukovitch, transformé en Bloc d’Opposition, les anciens du PRU restent suffisamment puissants pour obtenir des sièges majoritaires dans certains conseils municipaux et de districts dans les régions « pro-russes » dans l’est de l’Ukraine.

Soutenus implicitement par Moscou à grand renfort de capitaux et d’ingénierie politique, le Bloc d’Opposition et ses affiliés pourraient ainsi (re)noyauter le maillage électoral ukrainien au niveau de l’échelon de subsidiarité le plus bas. Certaines villes et districts devront être observés de près comme Marioupol, Slavyansk, Kramatorsk, Kharkiv, Dniepropetrovsk, Zaporijjia, etc. Dans l’Ouest de l’Ukraine, les réseaux pro-russes ont massivement réinvestis la région de Transcarpatie et pourraient provoquer des déstabilisations électorales à l’encontre de Kiev.

3/ L’effondrement programmé du Front Populaire du Premier ministre Yatseniuk, dont la côte de popularité frôle le zéro depuis plusieurs semaines. L’ancien « kamikaze », du nom de son gouvernement post-Maïdan, focalise tous les mécontentements populaires (lenteur des réformes, économie, guerre, etc.) mais représente une soupape de sécurité pour le président. Malgré son échec politique annoncé, il restera très probablement à son poste. Un remaniement ministériel majeur est par contre à prévoir dans les semaines après les élections.

4/ Le retour en force du BuYT (Patrie) de Yulia Timoshenko. Les déçus du Front Populaire, par leur affiliation politique d’origine, risquent de reporter leur vote sur le parti « mère » de Timoshenko et non sur le bloc de Poroshenko. Le discours volontairement populiste du BuYT pourrait donc porter ses fruits. Un retour politique de Timoshenko, qu’elle attend depuis Maïdan, serait à prévoir et conduirait à son renforcement à la Rada au détriment du pouvoir en place (même si elle est membre de la coalition parlementaire).

5/ La position ambigüe de Secteur Droit, qui a décidé de sortir du jeu électoral et ne pas présenter de candidats pour les régionales. Toutefois, le parti ne cesse de grimper dans les sondages d’intention de vote car il rassemble aujourd’hui les jusqu’au-boutistes et va-t’en guerre acharnés. Ainsi, des candidats indépendants mais affiliés au Secteur Droit pourraient réaliser une percée politique non-négligeable dans certaines régions. Ayant renforcé sa présence politique régionale, Svoboda a su monopoliser le discours populiste-nationaliste au détriment des autres formations de ce type (Svoboda, Parti Radical).

6/ Le report des voix des formations communistes. Les trois formations communistes ayant été interdites par le ministère de la Justice, ses électeurs risquent de reporter leur vote au profit du Bloc d’Opposition. En effet, si les structures communistes se sont coalisées autour du groupe « Nouveau Pays », il n’a plus la légitimité politique d’antan et ses électeurs traditionnels (nostalgiques de l’URSS, personnes âgées, etc.) restent attachés à la « marque » du PCU.

7/ L’enjeu des déplacés internes. L’Ukraine compte aujourd’hui près de 1.5 millions de déplacés internes (IDP) qui ne pourront pas voter lors des régionales. En effet, la loi électorale actuelle ne prévoit pas un tel cas de figure et l’amendement le permettant n’est pas passé au vote à la Rada. Les déplacés internes ne sont pour l’instant pas récupérés par les partis politiques mais représentent une masse facilement politisable et exploitable dans le débat public.

8/ Le renforcement des bastions territoriaux voire la néo-féodalisation de l’Ukraine. Certains oligarques, retranchés aujourd’hui dans leurs bastions régionaux dans l’est de l’Ukraine, comme Dmytro Firtash, Igor Kolomoyskiy ou Rinat Akhmetov pourraient profiter des résultats électoraux pour devenir de facto des leaders de « baronnies » locales de plus en plus affranchies de l’Etat central et plus conciliantes vis-à-vis de la Russie. A titre d’exemple, Kolomoyskiy finance directement le parti Ukrop dans l’est de l’Ukraine, parti qui pourrait récupérer des sièges dans les conseils municipaux et de districts et par conséquent peser dans la balance politique locale.

9/ La sociologie du vote. Les régionales représentent un couperet pour la coalition au pouvoir et les différents partis politiques de la scène ukrainienne :

  • Vote sanctioncontre le gouvernement : lenteur des réformes, corruption et scandales, décentralisation, conduite des opérations militaires dans le Donbass, etc.
  • Vote nationaliste: Secteur Droit devrait faire un score relativement important, probablement à l’encontre des autres formations nationalistes/populistes (Svoboda, Parti Radical, etc.)
  • Emergence de petits partis régionaux: au moins 130 partis ont été enregistrés pour les élections, la plupart adossés à la personnalité d’un candidat populaire au niveau municipal et district. Il conviendra d’étudier leurs résultats et l’influence de ces partis sur le maillage politique territorial
  • Reports de voix: il sera intéressant d’observer la façon dont les électeurs des formations communistes, de Svoboda et du Front Populaire reporteront leurs votes.

Le scrutin du 25 octobre, au-delà des résultats politiques, représente avant tout un exercice visant à sensibiliser la population à la décentralisation de l’Etat, prévue dans le cadre de la réforme constitutionnelle et dont la seconde lecture au Parlement est attendue pour la fin de l’année. Cette réforme nécessité la majorité constitutionnelle à la Rada (300 votes) et a donc peu de chance de passer dans sa forme actuelle – les parlementaires tenteront probablement de trouver une alternative juridique moins visible pour faire passer la réforme.

Enfin, le vote intervient dans le contexte des discussions au format « Normandie » du 2 octobre 2015 à Paris, sorte de « Minsk 2.5 », qui ont de facto consacré un empiètement supplémentaire sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine. En effet, l’accord de Paris a forcé Kiev à des compromis quant au statut spécial des deux « Républiques Populaires » du Donbass (DPR/LPR), c’est-à-dire la reconnaissance constitutionnelle en Ukraine de l’existence de la DPR/LPR comme des entités séparées du territoire national ukrainien. Même si tout le monde le pense tout bas à Kiev, le gouvernement ne peut légitimement pas « abandonner » le Donbass aux mains des séparatistes.

Si les élections locales dans le Donbass seront désormais réalisées dans le cadre de la loi électorale ukrainienne, comme prévu par les accords de Minsk 2 en février dernier, une nouvelle loi électorale spécifique devra être créée par la Rada. Cette loi implique en conséquence un droit de regard direct des autorités séparatistes sur le processus électoral ukrainien ainsi que l’amnistie partielle des leaders séparatistes se présentant aux élections. Quant au contrôle de la frontière ukraino-russe par les forces armées ukrainiennes, il reste conditionné à des aspects sécuritaires (retrait effectif des armes et des troupes) et politiques (tenue des élections dans le Donbass).

Face à de tels compromis politiques et sécuritaires, le président Poroshenko, déjà affaibli sur l’échiquier politique national, va devoir présenter ce nouvel échec au peuple ukrainien. Or une annonce avant les élections serait malvenue en termes de stratégie électorale, le parti UDAR/Solidarité comptant capitaliser sur la décrépitude du Parti Radical pour récupérer une position plus confortable et recentrer sa position. Relativiser la portée réelle de « Minsk 2.5 » semble pour l’instant la solution retenue par Poroshenko.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *