Une demi-journée sur la culture française du renseignement (6 octobre 2020)

En hommage à l’amiral Pierre Lacoste :
La culture française du renseignement, définitions, usages et comparaisons

Une demi-journée co-organisée par la Faculté de Lettres de Sorbonne Université et la Faculté de droit et sciences politiques de l’Université de Bordeaux, dans le cadre des Mardis du renseignement de la Sorbonne

le mardi 6 octobre 2020 de 14h à18h  dans l’amphithéâtre Molinié (Maison de la recherche, Faculté des Lettres Sorbonne Université, 28, rue Serpente 75 006 Paris) et par visio-conférence

14h : Pr. Olivier Forcade, Sorbonne Université,
Modernité et usages d’une notion – L’amiral Pierre Lacoste, précurseur

14h15 : Pr. Sébastien-Yves Laurent, Université de Bordeaux
Que fait la culture dans le renseignement ?

14h45 : Pr. Bertrand Warusfel, Université Paris 8
Naissance d’une culture juridique nationale du renseignement :
entre tradition française et influence européenne

15h15 : Dr. Damien Van Puyvelde, Université de Glasgow
La notion de culture analytique

15h45 : Yvan Lledo-Ferrer, Collège européen du renseignement
Vers une culture commune européenne ?

6h15-16h45 : Débat
17h-18h : Table ronde sous la présidence de Georges-Henri Soutou
Quels usages et quelle opérationnalisation de la notion de culture du renseignement aujourd’hui ? 

Avec la participation de :
M. le Général Eric Bucquet, DRSD (sous réserve)
M. le Général (2S) Serge Cholley, ancien dir. Adjoint DRM, Eutelsat
M. Jean-Claude Cousseran, Ambassadeur, ancien DGSE (sous réserve)
M. Philippe Hayez, Conseiller Maître à la Cour des Comptes
M. le Général Patrick Justel, commandant adjoint du renseignement des forces terrestres

Inscription : olivier.forcade@sorbonne-universite.fr

Vitalité de la recherche française sur le renseignement

La publication en ce début d’année 2020 de la deuxième édition de l’ouvrage d’Olivier Chopin et Benjamin Oudet, Renseignement et sécurité (chez Armand Colin) ainsi que de l’ouvrage collectif sur le droit du renseignement (sous la direction d’Olivier Forcade et de Bertrand Warusfel, à la Documentation française) est un indice de la dynamique dont fait preuve depuis quelques années la recherche universitaire en sciences humaines et sociales consacrée au renseignement.

Comme l’avait justement relevé dans leur état des lieux de 2011 (Étudier le renseignement : État de l’art et perspectives de recherche – Études de l’IRSEM, 2011, n° 9) Bastien Irondelle et Olivier Chopin, cette production scientifique contemporaine fait suite à une apparition et à une montée en puissance depuis les années 90.

La conférence-débat sur le renseignement qu’organise le 25 juin 2020 l’AFDSD (Association française de droit de la sécurité et de la défense) sera un nouvel exemple de ce dynamisme qui s’est manifesté ces dernières années par différents ouvrages, colloques et articles.
Continuer la lecture

Jean-Paul Mauriat (1921-2003) et la culture du renseignement

Si l’amiral Pierre Lacoste a joué un rôle très important pour fédérer les énergies et populariser la notion de culture française du renseignement, il ne fut ni le seul ni le premier. En témoigne ce court article sur la culture du renseignement daté de 1992 (trois ans avant le séminaire que Pierre Lacoste organisa de 1995 à 1998). Paru dans les Annales des Mines, il est signé du contrôleur général et ancien sous-directeur de la DST Jean-Paul Mauriat.

Entré en 1945 à la nouvelle Direction de la surveillance du territoire, le commissaire Mauriat connut d’abord la chasse aux anciens agents de l’Axe puis la lutte contre les services du bloc soviétique. S’impliquant aussi dès 1952 dans le contre-espionnage économique (pour détecter notamment les financements occultes pouvant provenir d’URSS), Jean-Paul Mauriat fut ensuite le fondateur et le  premier directeur du Service de Coopération Technique International de Police (SCTIP) dont il fit un instrument de renseignement et de coopération opérationnelle avec les SR étrangers((1)). Continuer la lecture

  1. La carrière de J.-P. Mauriat est notamment retracée dans les deux entretiens d’archives orales qu’il avait donnés en 1996 et 2003 à l’IHESI []

L’affaire du Rainbow Warrior, une affaire d’État

« Le secret doit éviter le déni, mais il ne suffit pas de dénier, il faut que si la publicité l’emporte, le déni soit plausible » (Alain Dewerpe, Espion, Gallimard, 1994).

Retour sur une affaire d’État 35 ans après, par D. Champtiaux, ancien directeur de cabinet de la DGSE, Vice-président d’Hestia.

Le 10 juillet 1985, le Rainbow Warrior, navire amiral de l‘organisation écologiste Greenpeace sombre dans le port d’Auckland à la suite d’une explosion, entraînant la mort d’un journaliste. L’opération va se révéler commanditée par l’État Français.

Ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire du Rainbow Warrior débute par l’opération Satanic, conçue, planifiée et conduite par la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) ; elle vise à interdire l’accès des eaux territoriales françaises à la flottille de Greenpeace lors de sa campagne de protestation contre les essais nucléaires français sur l’atoll de Mururoa. Elle se poursuit par une crise politico-médiatique qui s’achève par la démission du Ministre de la Défense et la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France.
Continuer la lecture

SCRT : La co-tutelle police/gendarmerie en question

Clément Hamoir, officier de gendarmerie, vient de soutenir le 13 novembre 2019 sa thèse de doctorat en droit à l’Université Côte d’Azur, sous la direction du Professeur Xavier Latour, sur le thème « Le renseignement et la gendarmerie nationale : enjeux et perspectives ».
Il nous présente ici son point de vue sur la participation des personnels de la gendarmerie au Service central du renseignement territorial (SCRT).

 

La lutte contre la radicalisation et la montée des extrémismes violents a eu pour conséquence de sortir le renseignement de proximité de sa lente agonie débutée en 2008 suite au démantèlement des RG. Les régulières augmentations d’effectifs et les créations de nouvelles antennes dans les territoires permettent au SCRT de retrouver progressivement les moyens et le maillage dont disposaient les RG à l’aube de leur disparition. Le bond en avant est aussi qualitatif, à tel point que le SCRT toque désormais à la porte des services du premier cercle de la communauté du renseignement.

Derrière ces motifs de satisfaction, il persiste une question non résolue, celle du niveau d’intégration des gendarmes dans un service considéré comme étant sous la double tutelle des deux institutions policières. En effet cette question doit être enfin abordée, sans posture idéologique et repli corporatiste. L’objectif est bien de donner toute sa dimension à cette entité chargée de la centralisation des informations au profit des décideurs1. Continuer la lecture

In memoriam Pierre Lacoste (1924-2020), promoteur de la culture française du renseignement

L’amiral Pierre Lacoste est décédé le 13 janvier dernier, laissant derrière une belle carrière militaire (y compris aux cabinets du ministre de la Défense puis du Premier ministre) mais aussi trois années passées à la tête de la DGSE jusqu’au scandale du Rainbow Warrior qui l’obligea à démissionner en septembre 1985.

Si Pierre Lacoste est finalement resté une personnalité de la communauté française du renseignement, c’est surtout pour avoir été pendant plus de vingt ans, le promoteur de ce qu’il appelait la « culture du française du renseignement ». Continuer la lecture

Gérons la crise de sécurité nationale, pas la guerre

Un président de la République semble suivre l’autre. Cinq ans après les attentats de 2015, un nouveau président a déclaré la guerre en direct. Non plus aux terroristes islamistes fanatisés mais au virus Covid-19.

On perçoit très bien l’efficacité immédiate d’une telle rhétorique qui fait appel à des représentations archaïques de danger, de mobilisation, de force et de cohésion contre l’ennemi désigné.

On a pu voir aussi dans les premiers jours du confinement la cohérence apparente de ce discours guerrier avec les mesures visibles prises par l’État : restriction de sortie (comme lors d’un couvre-feu ou de l’attente d’un bombardement), patrouilles de police rendant suspecte toute présence extérieure non justifiée et – plus encore – la mobilisation de dispositifs militaires impressionnants (le nouvel avion A330 MRTT, l’hôpital de campagne à Mulhouse et les porte-hélicoptères de la Marine nationale).

Et pourtant, les apparences sont trompeuses. Il ne suffit pas de déclarer la guerre pour la faire. Il ne suffit pas qu’il y ait des morts – et même des milliers – pour que l’on soit rentré dans un conflit armé. Non, un virus, aussi virulent soit-il, n’est pas un ennemi, c’est juste une catastrophe naturelle contre laquelle il faut se protéger.
Continuer la lecture

La stratégie russe en Syrie : de la fermeté à la prudence

La Russie apparaît comme la grande gagnante du conflit syrien. Son soutien constant au pouvoir syrien a payé : Damas poursuit la reconquête du territoire, tandis que Moscou entretient désormais d’excellentes relations avec l’ensemble des États de la région. Adlene Mohammedi

 

Au début du conflit syrien (2011-2012), la position de la Russie était loin d’être confortable. Son scepticisme à l’égard des divers soulèvements arabes et son soutien ferme au pouvoir syrien lui ont attiré quelques inimitiés. Après l’opération militaire en Libye((1)), la diplomatie russe – qui y a vu une trahison – a décidé d’empêcher la moindre résolution coercitive sur la Syrie au Conseil de sécurité. Continuer la lecture

  1. Au moment du vote de la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie a renoncé à recourir à son droit de veto. Au moment de l’application de ladite résolution – qui prévoyait une zone d’exclusion aérienne et une protection des civils, mais pas un changement de régime –, la diplomatie russe a vivement exprimé son mécontentement et a jugé l’intervention illégale. []

Algérie : la contre-révolution d’une cryptocratie à la dérive

Plusieurs mois après le début du soulèvement algérien contre le cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika et contre le pouvoir politique dans son ensemble, les manifestations demeurent massives. En face, le pouvoir algérien a révélé sa nature militaire et les outils de sa contre-révolution.Par Adlene Mohammedi.

 

Il est encore difficile de qualifier avec exactitude les événements qui secouent l’Algérie depuis les premières manifestations du 22 février. Certains parlent de hirak [mouvement], tandis que d’autres préfèrent décrire ce soulèvement populaire comme une véritable révolution. Une huitaine d’années après le fameux « printemps arabe » (notion peu appréciée en Algérie étant donné son bilan mitigé), les Algériens ont bien enclenché un processus révolutionnaire : l’objectif est d’en finir avec le régime. Continuer la lecture

L’évolution des discours de recrutement des mouvances djihadistes et radicales en France et en Belgique

 

Nous proposons une analyse du contenu et de l’évolution des discours de propagande et/ou de recrutement djihadiste et islamiste radical francophone, en France et en Belgique. Elle s’organise autour de quatre questions. De quels discours s’agit-il ? Pourquoi autant de réseaux franco-belges ? Quelles sont les constantes dans les discours de propagande salafistes et à l’inverse les différences observables à travers trois générations djihadistes ? Continuer la lecture

Acquis et limites de l’encadrement du renseignement : premier bilan d’étape de la réforme

Ce texte est issu d’une intervention au colloque organisé par la délégation parlementaire au renseignement (DPR) et la commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) sur « le contrôle et l’évaluation de la politique publique du renseignement », organisé à l’Assemblée nationale le 22 mars 2017. Il propose une réflexion sur les principaux acquis du dispositif législatif et présente quelques points d’attention pour l’avenir. Continuer la lecture

The human factor: covert action, from insurance to strategy. A study on Spain’s non-intervention in the Second World War

Dans cette remarquable étude, Adriana Sahagun-Canet décrit l’opération au cours de laquelle les services britanniques détournèrent Franco de la possibilité d’entrer en guerre aux côtés des puissances de l’Axe. Elle dresse un état de l’art scientifique complet et propose une fine analyse de cette victoire stratégique pendant longtemps mal documentée. L’auteure de cette étude est diplômée d’un Master Sécurité Internationale de Sciences Po, concentration Intelligence Studies, et prépare actuellement le concours d’entrée au corps diplomatique espagnol. Continuer la lecture

Le viol de guerre, la guerre du viol

Le viol est depuis toujours considéré comme la part malheureuse et inévitable de la guerre. Le droit s’est longtemps calé sur cette vérité éternelle. La réflexion suivante propose de considérer le viol comme un acte de guerre. Il n’est plus un malheur périphérique, mais un objectif de guerre.

Paru sous le même titre dans la revue Inflexions, n°38, pp. Continuer la lecture

L’islam entre soufisme et djihad

Alexander Knysh est actuellement directeur du projet de recherche multidisciplinaire intitulé « Political Islam/Islamism: Theory and Practice in Comparative and Historical Perspective » au sein de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg nous livre cet aperçu sur le soufisme, paru dans le numéro n° de Fellows (Traduction : Aurélie Louchart).

Les politiciens, les experts de think tanks et les médias présentent souvent le soufisme comme une version pacifique, tolérante, repliée sur elle-même et culturellement sophistiquée de l’islam, une version que les gouvernements de sociétés musulmanes, ou ayant des minorités musulmanes, devraient activement cultiver et promouvoir. Continuer la lecture

2018 : l’Algérie à la croisée des chemins

Raouf Boucekkine, économiste et directeur de l’IMERA de Marseille, nous propose ce point de situation paru dans Fellows n°34.

S’il y a un moment-clé dans l’histoire économique récente de l’Algérie, c’est bien la période dite du Printemps arabe qu’ouvre la révolution tunisienne en janvier 2011. Pour éviter la contagion, le gouvernement algérien a payé le prix fort en subventions diverses et variées, en augmentations salariales et en dispositifs de soutien aux emplois des plus jeunes et au logement social. Continuer la lecture

L’Islam en Afrique de l’Ouest. Une présence forte et plurielle

Mathias Savadogo, historien ivoirien, livre une réflexion sur la situation de l’islam en Afrique de l’Ouest. Elle est précédemment parue dans Fellows n°18.

La diffusion de l’islam en Afrique de l’Ouest est intervenue dès le viiie siècle de plusieurs manières : une première pacifique, apportée par les commerçants venus du Maghreb qui aboutit à la conversion des cours royales, puis des populations ; et une seconde militaire, dont les jihads du xviiie siècle, qui favorise l’apparition d’États théocratiques musulmans. L’intrusion coloniale française et britannique a également participé à la diffusion de l’islam en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, l’islam est numériquement la religion dominante en Afrique de l’Ouest, oscillant entre 20 % de musulmans déclarés au Ghana ou au Liberia, à 90 % en Gambie, au Mali, au Niger ou au Sénégal Continuer la lecture

5ème colloque annuel de l’AFDSD

Les jeudi 28 et vendredi 29 septembre prochains, l’Association française de droit de la sécurité et de la défense organise son 5ème colloque annuel à l’Université de Lille (dans les locaux de la faculté de droit de Lille 2). 25 intervenants, représentant une douzaine d’institutions universitaires (dont 2  enseignants-chercheurs et 3 doctorants de Lille 2) interviendront sur les différents aspects juridiques des questions de sécurité (état d’urgence, cyber-sécurité, maintien de l’ordre, lutte contre le terrorisme et la radicalisation, …) et de défense (droit de la guerre, armement, forces spéciales, …).

Comme chaque année, ses travaux donneront lieu à une publication dans l’Annuaire 2018 du droit de la sécurité et de la défense (Ed. Mare & Martin).Le programme détaillé peut-être téléchargé sur le site de l’AFDSD. L’inscription est obligatoire en ligne

Heurs et malheurs de la gestion de la radicalisation dans les prisons françaises

La question de la radicalité, soulevée de manière régulière depuis les attentats de 2012 et la vague de départs d’individus radicalisés pour la Syrie, n’a fait l’objet de mesures concrètes de la part des pouvoirs publics qu’à partir de 2014.

Continuer la lecture

Les guerres d’Abu Dhabi

Les efforts déployés par Abū Ẓabī, aussi bien dans le monde arabe que dans d’autres pays du monde, dans le cadre de la lutte contre ce qui communément qualifié de « guerre contre le terrorisme », suscitent notre attention et nos interrogations. Bien que cette politique soit menée au nom des Émirats arabes unis, les informations disponibles indiquent que c’est l’Émirat d’Abū Ẓabī en particulier qui en est à l’origine et aux commandes. Quant aux autres émirats, certains ont un avis divergeant quant au traitement de ce dossier tandis que d’autres y sont indifférents ou sont tout simplement incapables de supporter son fardeau.

Cet article est écrit par Fahmī Huwaydī, écrivain spécialisé dans les affaires et questions relatives au monde arabe dont les articles sont publiés dans la presse égyptienne et arabe. Diplômé de droit à l’Université du Caire (1961), il a publié 17 ouvrages qui portent sur l’Égypte et monde musulman. Ce texte est traduit de l’arabe vers le français par Adnane Maaraf. Continuer la lecture

La diplomatie algérienne au Sahel : le temps du renouveau ?

 La politique étrangère de l’Algérie, qui semble si opaque pour tant d’observateurs et de diplomates étrangers, est confrontée, depuis le déclenchement du « printemps arabe » en 2010, à une série de défis, liés notamment à l’effondrement et à l’affaiblissement des États libyen et malien, qui la mettent sur le devant de la scène diplomatique internationale et qui l’appellent à réévaluer son approche (…) Continuer la lecture

Le Moyen-Orient du secret

ccmoLe Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) a tenu le 26 octobre 2016 à l’Hôtel de Ville de Paris son colloque annuel sur le sujet suivant : « Complots, mukhabarats, conspirationnisme : le Moyen-Orient du secret ». Cet article est le verbatim des débats que les responsables du CCMO ont bien voulu m’autoriser à publier sur Hestia. La prise de note, sur le vif, confère à ces débats un style oral que je ne n’ai pas cherché à modifier. Il rend compte, du reste, de la vivacité des débats et témoigne du caractère passionnant du sujet traité. Les Actes de ce colloque, à paraître, seront signalés par Hestia.

Le régime égyptien qui conseille dans une vidéo de se « méfier des étrangers », possibles espions, en 2013 ; les nombreux discours de Bachar al-Assad sur le complot dont serait victime la Syrie depuis 2011 ; les innombrables livres croyant voir derrière les révolutions arabes une opération menée de l’extérieur des sociétés arabes : le « complotisme » du Moyen-Orient ne manque pas d’avatars. Et parfois jusqu’à l’absurde, au paradoxe et à la mise en abyme, comme dans le cas des tribulations tragi-comiques d’un oiseau pris pour un espion israélien au Liban il y a quelques mois, ou des inquiétudes de Daech vis-à-vis de l’effet que peut avoir dans ses propres troupes la circulation de discours faisant de cette organisation une création de la CIA. Continuer la lecture

Allier sécurité et développement au Sahel

captureLa fondation pour les études et recherches sur le développement international (FERDI) vient de publier un remarquable travail sur la dynamique développement / sécurité au Sahel.  Malgré leurs différences, les zones rurales du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad sont prises dans un piège de pauvreté, cercle vicieux où insécurité et pauvreté s’entretiennent mutuellement. Faute d’action décisive des pouvoirs publics locaux, fortement appuyés par la communauté internationale, ces territoires risquent de sombrer dans un enchaînement de conflits dont ils auront le plus grand mal à s’extraire – à l’image de l’Afghanistan, de la Somalie ou de l’Est de la République démocratique du Congo.

Télécharger le volume ITélécharger le volume II

Crimée : montée de la tension militaire ou mouvement diplomatique calculé ?

UkraineLa situation sécuritaire entre Kiev et Moscou s’est particulièrement dégradée ces derniers jours autour de la question de la Crimée. Le 10 août, le Kremlin annonçait avoir tué et capturé des « saboteurs » ukrainiens, issus d’une unité de reconnaissance de l’armée, qui auraient tenté de s’infiltrer en Crimée. Un agent des services de sécurité russes (FSB) aurait également été tué. Cette tentative d’incursion en « territoire russe » avait été dénoncée par Moscou comme du « terrorisme » et un acte de déstabilisation mettant en péril la stabilité sécuritaire régionale et, en conséquence, des accords de paix de Minsk 2 dans le Donbass ukrainien.  Continuer la lecture

L’action clandestine : une menace pour la démocratie ?

mission secrèteDans la perspective d’une réflexion scientifique française sur le renseignement, l’action clandestine est un objet d’étude qui concentre plusieurs problématiques relatives aux services de renseignement. Les principales sont probablement celles du secret, de l’éthique, du rapport à l’opinion, de l’utilisation du renseignement, de l’utilisation de la violence, et du rôle des services dans la fabrique de l’histoire. Source abondante de fantasmes, peut-être davantage que les autres activités des services en raison de son caractère « plus secret que secret », l’action clandestine est une composante essentielle de la puissance de l’Etat. Il convient  donc  de l’aborder et de la comprendre de manière dépassionnée et extérieure à sa pratique, afin d’en dégager les grands enjeux contemporains. Continuer la lecture

L’Allemagne dans l’histoire des forces spéciales

brandenburgA la suite de son article sur les Kommando Spezialkräfte (Hestia, 22 juillet 2016), Tancrède Watelle, président de Sciences Po Défense et Stratégie, présente une analyse historique des unités spéciales allemandes, tout d’abord les Sturmtruppen, les forces d’assaut allemandes du premier conflit mondial qui firent l’admiration de Winston Churchill, puis les Brandenburgers, authentiques précurseurs des forces d’opérations spéciales. Cette étude met en valeur la notion d’innovation dans l’art de la guerre.  Continuer la lecture

La militarisation de la lutte antiterroriste aux Etats-Unis

GWOTDepuis les attentats du 11 septembre 2001, l’instrument militaire occupe une place de choix dans la “guerre contre le terrorisme” menée par les pays occidentaux, plus particulièrement aux Etats-Unis. Pour beaucoup, l’engagement de forces militaires apparaîtrait même comme l’outil dominant de la stratégie antiterroriste américaine, alors que les guerres d’Irak et d’Afghanistan visaient d’abord à éliminer la menace incarnée par Al-Qaeda. Les Etats-Unis furent prompts à adopter une approche militarisée pour faire face aux réseaux terroristes globaux. Comme l’écrit justement Isabelle Duyvesteyn, “il est incroyable de penser que la première puissance mondiale se soit retrouvée dans la position extraordinaire de devoir mobiliser quatre porte-avions et plus de 400 avions pour faire face à une menace non-étatique” (Duyvesteyn, 2008: 328). Continuer la lecture

Des forces spéciales éthiques ? Le cas des Kommando Spezialkräfte

Kommando_SpezialkräfteDans cette étude inédite, Tancrède Watelle, président de Sciences Po Défense et Stratégie, présente les forces d’opérations spéciales allemandes sous un jour particulièrement intéressant. A quoi servent et comment utiliser des forces spéciales dès lors qu’elles sont encadrées par un corpus juridique et des instances de contrôle qui limitent leur action « spéciale » ? L’Allemagne a-t-elle réussi à mettre au point un modèle qui allie raison d’Etat et valeurs humanistes ? Continuer la lecture

Les forces spéciales américaines : vers une refondation ?

A U.S. Army Special Forces Soldier, with Special Operations Task Force – South, scans the horizon for enemy activity in Shah Wali Kot District, Kandahar Province, Afghanistan during a clearing operation Feb. 8, 2011 alongside Afghan Commandos from 2nd Company, 3rd Commando Kandak. The commandos, along with District Chief of Police, Bacha Khan, detained 20 suspected insurgents for questioning. The partnered units also found 80 pounds of homemade explosives and various improvised explosive device making components on the operation. (U.S. Army photo by Staff Sgt. Jeremy D. Crisp)(Released).

Hestia Expertise, dans le cadre de ses travaux au sein de la FMSH, consacre une part importante de son année 2016 au lancement d’un programme de recherche sur la guerre spéciale. Marqué par un colloque (mars 2016), la création d’une bibliographie raisonnée, des liens avec d’autres centres de recherche et la publication de travaux,ce programme est inauguré par la publication de cette étude de Philippe Rousselot. Son but est de présenter à la communauté académique un sujet encore mal connu en France.

Créées en 1952 pour mener une guerre d’un type nouveau, selon l’expression de J. F. Kennedy, les forces d’opérations spéciales américaines (SOF) sont, après l’Afghanistan et l’Irak, au seuil d’une profonde évolution.

Téléchargement de l’étude. Continuer la lecture

Le cadre juridique incertain des actions spéciales

image rapport senat 2Dans leur rapport publié en mai 2014((1)), les rapporteurs de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat n’ont pas recommandé « l’adoption d’un cadre juridique spécifique aux opérations spéciales », même s’ils ont relevé différentes difficultés juridiques potentielles pouvant affecter certaines formes d’action spéciale.

Cette réaction peut se comprendre si l’on s’en tient à l’idée simple selon laquelle les interventions des forces spéciales restent des opérations militaires qui s’inscrivent dans le cadre normal du droit des conflits armés, alors que, d’autre part, les opérations clandestines échapperaient par nature à tout encadrement juridique.

Pourtant, cette vision traditionnelle des choses apparaît insuffisante et ne tient pas compte des réelles incertitudes qui peuvent peser sur certaines formes d’action spéciale des forces armées ni des premières avancées législatives concernant les actions clandestines. Continuer la lecture

  1. Sénat, Le renforcement des forces spéciales françaises, avenir de la guerre ou conséquence de la crise ?, Rapport d’information, par MM. Daniel Reiner, Jacques Gautier et Gérard Larcher, 13 mai 2014. []

Ukraine on the Verge of a Political Crisis ?

logo_aesmaA Mathieu Boulègues’ position paper, initially written for AESMA, about the political situation in Ukraine (Ukraine on the verge of a political crisis? The Ups and Downs of Prime Minister Yatseniuk, AESMA, Eurasia Position Paper, February 2016).

 Yatseniuk 0, Poroshenko 1 – but who’s counting? On February 16, the Cabinet of Ukraine, led by Prime Minister Arseniy Yatseniuk, lived to see another day after the Rada failed to pass a vote of no-confidence. A flurry of political declarations sprouted ahead of the fatidic vote when the Rada factions of the BuYT, Samopomish and even the Bloc of Poroshenko (BoP) called the Cabinet’s results unsatisfactory.  Continuer la lecture

Turkey at a Crossroads

istanbulblastAFPGE_3548337a-largeIn an article published last month for MENA Analysis, I review major developments in Turkey over the past few years and explore prospects for the country moving forward in 2016. Turkey is surely a country to watch: In line with its geographic position straddling the continents, it faces an identity crisis between its European and Asian halves. Over more than a decade of AKP rule, it seems to have swung back and forth on whether its priority is to become a member of the European Union or the Neo-Ottoman leader of the Middle East. Continuer la lecture

Vers un possible règlement du conflit dans le Donbass en 2016 ?

648x415_rebelles-prorusses-2014Le 14 janvier 2016, le président ukrainien Petro Poroshenko appelait de ses vœux le rétablissement de la souveraineté territoriale de l’Ukraine sur les territoires séparatistes dans le Donbass. Alors que l’année 2015 a consacré le gel du conflit, 2016 sera-t-elle propice à des avancées majeures dans le règlement de la guerre dans l’Est de l’Ukraine ? Continuer la lecture

Sahel et sécurité : la désertification

desertificationJérôme Piodi dans une analyse de l’Observatoire Orion (La désertification : une bombe à retardement au coeur du Sahel, Note 32, fondation Jean Jaurès, 10 décembre 2015), analyse les liens entre insécurité alimentaire, déplacements de populations et instabilité politique. La désertification est l’un des effets dévastateurs du changement climatique au Sahel. La lutte contre ce phénomène, est une guerre silencieuse, une guerre mondiale qui nécessite dès aujourd’hui l’attention des ministères régaliens car de la bonne gestion de cette problématique pourrait dépendre l’émergence de problèmes politico-sécuritaires sans commune mesure avec ceux que nous connaissons aujourd’hui. De ce fait, la France ne peut pas se permettre de baisser la garde. Télécharger

Des élections locales à double tranchant en Ukraine

Ukraine_okruhs_2012_oblastsMathieu Boulègue, analyste spécialisé sur l’espace post-soviétique, associé au sein du cabinet de conseil en management des risques et d’accompagnement d’affaires AESMA, présente la suite de son précédent billet consacré aux enjeux politiques et sociaux des élections du 25 octobre 2015 en Ukraine. Ces analyses font suite à la note prospective Russie-UkraineContinuer la lecture

Les enjeux politiques et sociaux des élections régionales du 25 octobre en Ukraine

Ukr_elections_2012_multimandate_okruhsLe 25 octobre, les ukrainiens se rendront aux urnes pour élire les quelque 160 000 membres des conseils municipaux, régionaux et de districts. Véritable test de solidité politique et baromètre du mécontentement populaire, les élections régionales devraient faire apparaître de nouvelles lignes de fracture politique. Quel que soit le résultat, le vote va continuer de consacrer le pluralisme politique en Ukraine et non l’accaparement monopolistique du parti au pouvoir. Il sera important d’observer si les hypothèses de travail suivantes seront validées ou non lors du scrutin.

Par Mathieu Boulègue, 12 octobre 2015 – Aesma Continuer la lecture

Le renforcement des forces spéciales, un an plus tard

image rapport senat 2En mai 2014, le Sénat a publié un très intéressant rapport intitulé « le renforcement des forces spéciales, avenir de la guerre ou conséquences de la crise ? ». Hestia Expertise l’avait mis en ligne et proposé un commentaire. Une récente audition du général de Saint-Quentin, commandant le COS (commandement des opérations spéciales), devant le Sénat, apporte de nombreuses précisions à l’état des lieux qui avait alors été dressé. Il est reproduit dans ce billet. Continuer la lecture

Defining Cyberwar

images destroyIn word and deed, fears of cyberwar appear to be growing. In 2013, Le Monde reported, “One Billion Euros to Face Cyberwar,” after the French Defense Ministry released a White Paper endorsing the development of offensive cyber weapons. France of course is not alone in its will to evolve in the cyber realm. According to Peter Singer of the New America Foundation, more than 100 of the world’s militaries have developed cyber warfare organizations, 20 of which are serious players. Continuer la lecture

Legitimizing the use of covert action in the eyes of the American people

afghanistan-cia-pqk-force_0Covert operations loomed large in Cold War debates about the legitimacy and morality of intelligence organizations. Since September 11, Washington agenda for taking the offensive to the United States’ enemies has revived such arguments. Indeed, there has been a fresh burst of enthusiasm for covert operations after a special team of Navy SEALs killed Osama bin Laden in May 2011. Information now available suggests an increase in covert activity in Iraq and Afghanistan and in infiltrating terrorist cells. Continuer la lecture

The Information War Part 2 : Fighting jihadist online propaganda

c898f209dbf0fe9e8a30d6b3cfbc4c5fIn my last blog, part 1 of “The Information War,” I argued that online propaganda is an important element in the radicalization and recruitment of jihadists. Story after story in the media have continued to demonstrate this observation, beyond the examples already mentioned in my last post. For example, in mid-March, the Islamic State (ISIS, Da’ech) published a video showing the execution in Syria, by a child soldier of an accused spy. The victim was later identified as an Israeli Arab, whose brother claimed he was lured to the group via Facebook. Moreover, in late March, Rolling Stone Magazine featured an excellent article, “The Children of ISIS,” detailing the story of American teenage siblings who sought to join the group in Syria. Their radicalization and recruitment were substantially via social media. Their parents had noticed no changes in their behavior other than them spending more time alone on the computer. Continuer la lecture

Note prospective Ukraine – Russie

web_UkraineA la suite de leur billet précédent (Ukraine, perspectives 2015, 5 janvier 2014), Jérôme Pasinetti et Mathieu Boulègue (AESMA), après une longue mission de terrain, présentent une analyse prospective du dossier ukrainien. S’appuyant sur une étude de situation détaillée, ils présentent trois scenarios sur un schéma de conflictualité progressive. Continuer la lecture

Loi sur le renseignement : des avancées essentielles, au-delà des malentendus

internet loiA peine rendu public, le projet de loi sur le renseignement a fait l’objet de critiques  stigmatisant un projet qui constituerait une régression en termes de protection des libertés publiques. En soi cette mobilisation n’avait rien de surprenant, toute une partie de l’opinion française étant très sensibilisée – à juste titre – sur les risques de dérive sécuritaire et de surveillance numérique étendue que pourrait induire le renforcement des moyens de lutte contre le terrorisme, ainsi que l’a montré l’exemple américain, largement médiatisée par les révélations Snowden. Continuer la lecture