Secret et renseignement : une relation nécessaire à la recherche d’un nouveau cadre

Les activités des services de renseignement sont toujours marquées par le secret. Ce secret est, en effet, largement consubstantiel à la nature de l’activité et nécessaire à sa réussite (1.). En France, comme dans la plupart des états modernes, ce secret des opérations de renseignement est assuré au travers des dispositions qui assurent la protection du secret de la défense nationale (2.), mais sa mise en œuvre par les services de renseignement, ou à leur profit, suscite des difficultés et impose une évolution du droit et des pratiques (3.)((1)).

Lire la suite

  1. Cet article est paru en mars 2006 dans le numéro 25 de la revue AGIR publiée par la société de stratégie. []

Liban : la tempête qui s’annonce

Le conflit qui a mué d’une guerre civile syrienne aussi atroce que sans issue, mais essentiellement régionale, vers un affrontement aux résonances planétaires frappe aux portes du Liban. Les nuages s’amoncellent au-dessus du pays comme les tempêtes d’automne au-dessus du Mont Liban. Le Liban reste tiraillé par des tendances centrifuges intercommunautaires, par un climat social très lourd, par le poids insupportable des réfugiés syriens et par la faillite d’une classe dirigeante incapable d’assumer un rôle décisif en ces temps de chaos. Lire la suite

Le renforcement du cadre juridique des services de renseignement

Comme cela arrive souvent avec les sujets sensibles, la France se caractérise par les délais importants qu’il lui faut pour passer du constat à l’action, de la définition d’une politique à sa mise en oeuvre. En matière d’encadrement juridique des activités de renseignement, les premières  innovations des années 90 (lois de 1991 sur les interceptions et de 1998 sur la commission consultative du secret de défense) n’ont été relayés par une réflexion plus globale qu’en 2008 (à l’occasion du livre blanc sur la défense et la sécurité nationale) sans pour autant que la loi sur le  renseignement annoncée n’ait encore vu le jour((1)). Lire la suite

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia []

Les opérations spéciales et les actions clandestines

Les opérations spéciales et les actions clandestines((1))relèvent toutes deux de la politique extérieure des Etats, les premières, propres aux forces armées, sont revendicables, les secondes, spécifiques des services de renseignement, sont dans le déni. Lire la suite

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia. []

France : quel budget pour les services ?

Quel budget pour les services français ?((1))

Il est difficile d’établir le volume budgétaire des services de renseignement français. Trois raisons à cela. La plus manifeste d’entre elles, c’est que les données budgétaires ne sont pas toujours disponibles. En second lieu, des problèmes de périmètres ne facilitent pas la visibilité. Enfin, l’architecture budgétaire rend la consolidation de l’ensemble pour le moins aléatoire. Lire la suite

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia. []

2014-2015 : l’action spéciale

HESTIA Expertise s’intéresse, dans son activité courante, à tous les sujets relevant de la sécurité globale, du renseignement et des crises. Toutefois, afin  de structurer son programme de travail, elle a retenu, pour 2014-2015, « l’action spéciale » comme axe de réflexion et de recherche. Lire la suite