Les défis contemporains de la clandestinité (II)

clandestine 2

Dans la suite du premier volet de cette analyse, la clandestinité sera abordée plus largement comme les démarches qui contribuent à assurer le « déni plausible » indépendamment de la légende. Le premier tome a identifié les difficultés à assumer une légende dans le contexte actuel. D’où une tentation, renoncer à envoyer des agents en propre, citoyens du pays et fonctionnaires de plein droit des services, qui seraient exposés constamment et risqueraient de compromettre leur commanditaire. Continuer la lecture

Les défis contemporains de la clandestinité (I)

clandestine 3La notion de « légende » est fondamentale dans les opérations clandestines. Elle consiste en l’ensemble d’éléments (vrais-faux documents, éléments faussement personnels, apparences, rumeurs) qui accrédite l’identité d’emprunt des opérationnels, à titre individuel ou en groupes, lors d’une mission clandestine. Mais toute légende contribue à une démarche plus globale de clandestinité. Au niveau tactique, elle occulte les préparatifs d’une action, peu importe si elle est revendiquée ou non a posteriori. Au niveau stratégique, elle assure le « déni plausible », dissocie l’opération de son commanditaire et épargne à ce dernier les conséquences politiques.

Depuis quelques décennies, cette notion est malmenée par certaines réalités contemporaines. Continuer la lecture

Ukraine : la stratégie russe des  « interfronts »

Flag_of_FSB.svgL’implosion de l’URSS a entraîné selon Vladimir Poutine, l’affaiblissement de la Russie sur la scène internationale, laissant ainsi le champ libre à l’hégémonie occidentale, notamment américaine. Sa politique de reconquête désormais emprunte des voies radicales en Ukraine pour contrer un rapprochement avec l’Union Européenne et l’Otan. Ainsi, Moscou bien qu’officiellement à l’écart des affrontements, aurait déployé aux côtés des séparatistes ukrainiens environ 15 000 hommes (soit la moitié de l’effectif), encadrés par des agents des services russes (FSB, ex-KGB et surtout le GRU, le service de renseignement militaire).

A partir de recherches personnelles et de témoignages recueillis auprès de protagonistes, les deux journalistes, Régis Gente et Jacques Massey, analysent cette stratégie particulière dite des « interfronts », déjà utilisées lors de l’implosion de l’empire soviétique pour contrer les revendications d’indépendance ou d’autonomie des républiques satellites (Géorgie, Moldavie, Etats baltes, etc.) mais également par le Président serbe Milosevic pour raviver l’irrédentisme serbe en Croatie et en Bosnie, dans une perspective de Grande Serbie. Continuer la lecture

The Information War

cobweb-69908_640Jihadists in Cyberspace and Social Media

In his remarks at the recent Summit on Countering Violent Extremism, President Obama noted the role of Al Qaeda and Da’esh (Islamic State) propaganda in “reaching and brainwashing young Muslims,” especially via the Internet, seeking “to target today’s young people online, in cyberspace.” French Interior Minister Bernard Cazeneuve echoed these sentiments following the Summit, pleading for more “regulation and responsibility” in the fight against jihadist propaganda and recruitment via the Internet. Shortly thereafter, he took off to discuss the subject with Silicon Valley executives. Continuer la lecture

Rencontre avec le coordonnateur national du renseignement

UNION_IHEDN-Revue-Défense-168 (1)Le préfet Zabulon a été nommé coordonnateur national du renseignement le 19 juin 2013. Il répond à quelques questions dans un entretien qu’il a donné à la Revue défense, un an après sa prise de fonction. Il passe en revue les composantes de la communauté du renseignement, dont il assure la coordination, et dresse un bilan de la situation du renseignement en France. Nous mettons ce document en ligne sur le lien suivant.

Hestia remercie l’Union des associations des auditeurs de l’IHEDN (Union-IHEDN) qui dirige la Revue Défense, et le préfet Zabulon qui nous a donné son accord.

Que peut-on comprendre de la situation irakienne ?

entretien H DawodLors des Entretiens d’Hestia du 5 février 2015, Hosham Dawod, anthropologue au CNRS (LAIOS/IIAC), directeur scientifique du programme « Crises des sociétés, crises d’Etat » à la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et jusqu’à récemment (septembre 2014), responsable de l’antenne de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) en Irak, a bien voulu communiquer à Hestia la version écrite de cet entretien.

Lire en mode pdf

· Que reste-t-il de stable dans la société irakienne, qui a subi ces trois dernières décennies, et particulièrement depuis 2003, de profonds bouleversements ?

Il est aujourd’hui difficile d’employer le mot « stable » pour parler de l’Irak, Etat ou société. C’est un pays qui a été confronté comme peu d’autres à nombre de guerres, violences et bouleversements depuis plusieurs décennies  Continuer la lecture

La stratégie des Etats-Unis en Irak et les données majeures du conflit

exposé S BédarLors des Entretiens d’Hestia du 5 février 2015, Saïda Bédar, d’Areion Group et du Centre d’Analyse et Prévision des Risques Internationaux, a prononcé un exposé sur la stratégie des Etats-Unis en Irak et les données majeures du conflit. Elle a bien voulu en communiquer la version écrite à Hestia.

I/ Les buts stratégiques de l’intervention américaine de 2003. 

Les actions politico-sécuritaires américaines entre 1991 et le début de l’occupation. 

La région du Golfe concentre des atouts géostratégiques majeurs :  la première réserve mondiale en hydrocarbures ; des voies de transit maritime stratégiques pour le commerce mondial ; la triple périphérie, de la Russie, de la Chine et de l’Europe ; une zone d’interconnexion Europe-Asie et Asie-Afrique.

Continuer la lecture

Africa: Through the Looking Glass

Will State Fragility and Crisis Dampen the Success Story?

When it comes to assessing the greatest threats to peace and security in the post-Cold War world, it has long been pointed out that internal conflicts and crises outpace inter-state ones. What is more is that these conflicts tend to a brutal character. “At the beginning of the twentieth century, approximately 90 percent of war victims were soldiers; during the 1990s, by contrast, an estimated 90 percent of those killed in armed conflicts were civilians,” as explained by Roland Paris in At War’s End. Continuer la lecture

Lone Wolves?

The Multifaceted Networks Driving Jihadism

A decade ago, an article in Foreign Affairs coined the term, “Protean Enemy” to describe the shape-shifting nature of the Al Qaeda (AQ) threat. A key reason for the terrorists’ malleability, according to its author Jessica Stern, was their innovation of “new style networks,” characterized by a “leaderless” kind of organization. Continuer la lecture

Colloque « Renseignement et espionnage durant la Première Guerre mondiale » – 26 novembre 2014

Le renseignement a une histoire, personne n’en doute. Mais cette histoire intéresse-t-elle les services de renseignement ? Les politiques d’archivage, de déclassification, d’accès des pièces aux historiens et scientifiques, n’ont pas la fluidité que l’on trouve dans les pays anglo-saxons. La création d’un service spécialisé, à l’image du service historique des armées, reste une chimère. On peut le regretter, car si l’histoire du renseignement éclaire d’une lumière nouvelle une partie de notre histoire nationale et européenne, elle devrait aussi profiter aux praticiens, qui peuvent trouver dans « leur passé » non seulement les éléments génétiques de leur culture professionnelle, mais aussi matière à réflexion opérationnelle.

L’académie du renseignement, dont le conseil d’administration est présidé par le coordonnateur national du renseignement, crée une rupture positive. Pour la première fois, la communauté du renseignement organise un temps de réflexion sur sa propre histoire. Il a paru intéressant de présenter les lignes générales de ce colloque, dont Hestia Expertise annonçait la tenue dans un post de novembre 2014, et qui donnera lieu, le moment venu, à la publication d’actes. Continuer la lecture

Ukraine : perspectives 2015

Après une révolution « ratée » en 2014 et le redécoupage des frontières d’un Etat que l’on considérait comme souverain, l’année 2015 sera plus que jamais un tournant de l’histoire nationale ukrainienne. Avec du recul, les choses n’ont pourtant pas tant changé que cela : la politique est toujours dominée par un système oligarchique, l’économie reste la bête noire de Kiev, les divisions sont constantes et la Russie est toujours source de désaccords majeurs. Un an après EuroMaïdan, la perte de la Crimée et la guerre dans le Donbass, on assisterait presque à un retour au statu quo ante. Continuer la lecture

Le Kazakhstan à l’école du soft power

Pris en étau entre deux grandes puissances, le Kazakhstan cherche toutefois à opérer un désenclavement stratégique par le biais d’une politique étrangère multi-vectorielle équilibriste et la promotion de son soft power afin d’y attirer les investissements nécessaires à la modernisation de l’Etat. Grâce à l’organisation de l’Exposition internationale de 2017 organisée à Astana, le Kazakhstan démontre sa position à la fois de pays moteur de la région centrasiatique et de puissance internationale en développement. Continuer la lecture

Secret et renseignement : une relation nécessaire à la recherche d’un nouveau cadre

Les activités des services de renseignement sont toujours marquées par le secret. Ce secret est, en effet, largement consubstantiel à la nature de l’activité et nécessaire à sa réussite (1.). En France, comme dans la plupart des états modernes, ce secret des opérations de renseignement est assuré au travers des dispositions qui assurent la protection du secret de la défense nationale (2.), mais sa mise en œuvre par les services de renseignement, ou à leur profit, suscite des difficultés et impose une évolution du droit et des pratiques (3.)((1)).

Continuer la lecture

  1. Cet article est paru en mars 2006 dans le numéro 25 de la revue AGIR publiée par la société de stratégie. []

Liban : la tempête qui s’annonce

Le conflit qui a mué d’une guerre civile syrienne aussi atroce que sans issue, mais essentiellement régionale, vers un affrontement aux résonances planétaires frappe aux portes du Liban. Les nuages s’amoncellent au-dessus du pays comme les tempêtes d’automne au-dessus du Mont Liban. Le Liban reste tiraillé par des tendances centrifuges intercommunautaires, par un climat social très lourd, par le poids insupportable des réfugiés syriens et par la faillite d’une classe dirigeante incapable d’assumer un rôle décisif en ces temps de chaos. Continuer la lecture

Le renforcement du cadre juridique des services de renseignement

Comme cela arrive souvent avec les sujets sensibles, la France se caractérise par les délais importants qu’il lui faut pour passer du constat à l’action, de la définition d’une politique à sa mise en oeuvre. En matière d’encadrement juridique des activités de renseignement, les premières  innovations des années 90 (lois de 1991 sur les interceptions et de 1998 sur la commission consultative du secret de défense) n’ont été relayés par une réflexion plus globale qu’en 2008 (à l’occasion du livre blanc sur la défense et la sécurité nationale) sans pour autant que la loi sur le  renseignement annoncée n’ait encore vu le jour((1)). Continuer la lecture

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia []

Les opérations spéciales et les actions clandestines

Les opérations spéciales et les actions clandestines((1))relèvent toutes deux de la politique extérieure des Etats, les premières, propres aux forces armées, sont revendicables, les secondes, spécifiques des services de renseignement, sont dans le déni. Continuer la lecture

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia. []

France : quel budget pour les services ?

Quel budget pour les services français ?((1))

Il est difficile d’établir le volume budgétaire des services de renseignement français. Trois raisons à cela. La plus manifeste d’entre elles, c’est que les données budgétaires ne sont pas toujours disponibles. En second lieu, des problèmes de périmètres ne facilitent pas la visibilité. Enfin, l’architecture budgétaire rend la consolidation de l’ensemble pour le moins aléatoire. Continuer la lecture

  1. Cet article a été récemment publié dans la revue « L’ENA hors les murs », Le renseignement dans tous ses états, juin 2014, n° 442. Nous remercions l’équipe éditoriale de la revue de nous autoriser à présenter ce document sur le carnet d’Hestia. []

2014-2015 : l’action spéciale

HESTIA Expertise s’intéresse, dans son activité courante, à tous les sujets relevant de la sécurité globale, du renseignement et des crises. Toutefois, afin  de structurer son programme de travail, elle a retenu, pour 2014-2015, « l’action spéciale » comme axe de réflexion et de recherche. Continuer la lecture