Données 2016

CYBERVEILLE 2016

NOVEMBRE 2016

Dela (Piotr) – “Cyberspace as the Environment Affected by Organized Crime Activities”, Connections: The Quarterly Journal, 17 novembre 2016, pp 55-64, Lien / Link

Résumé : cet article analyse le cyberespace comme un milieu marqué par une montée des cyber-conflits, mais surtout par la prégnance de la cyber-criminalité. L’auteur souligne le rôle des jeux de renseignement et de contre-renseignement dans ce contexte, et aussi l’impact pour le développement économique du cyberespace de cette situation conflictuelle.

Gonzalez (Cleotilde), Ben-Asher (Noam), Oltramari (Alessandro), Lebiere (Christian) – “Cognition and Technology”, Springer International Publishing Switzerland 2014, 11 novembre 2016, pp 23, Lien / Link

Résumé : ce papier propose de modéliser la cognition humaine, pour la prendre en considération dans la confection des systèmes de reconnaissance dans le cyberespace (Cyber Situational Awareness). Les auteurs rappellent que l’esprit humain n’est pas spontanément adapté pour comprendre tout le réseau de logiciels et de capteurs qui constitue le cyberespace, aussi les systèmes de suivi de la situation dans le cyberespace doivent-ils rester accessibles pour les opérateurs humains. Les deux principales limites à surmonter sont la visualisation des réseaux et la superposition de langages différents.

Harris (Kamala D.) – “Ready for School – Recommendations for the  Ed Tech Industry to Protect  the Privacy of Student Data”, Office of the Attorney General – California Department of Justice, 2 novembre 2016, pp 36, Lien / Link

Résumé : ce rapport de l’Attorney General de l’Etat de Californie – l’équivalent d’un ministre de la Justice pour cet Etat – est dédié à la sécurisation des données personnelles des élèves et étudiants, alors que la numérisation de l’éducation se développe.

OCTOBRE 2016

Dondo (Maxwell) – “A technique to identify indicators for predicting web-based threat activity”, Recherche et développement pour la défense du Canada, 31 octobre 2016, pp 50, Lien / Link

Résumé : ce papier relève la nécessité de prévenir le plus en amont possible les cyber-attaques, celles-ci étant difficiles à contrer car elles sont proactives et prennent donc par surprise. L’auteur propose de combiner l’apprentissage des machines, que permettent les derniers développements de l’intelligence artificielle, et le Big Data, pour relever préventivement les signes avant-coureurs d’une attaque dans les flux numériques. Le tout est d’identifier les indicateurs pertinents sur lesquels les IA devront se concentrer afin de repérer à temps une cyber-attaque.

Eom (Jung-Ho) – “A Construction Plan of Military Cyber Threats Information Sharing and Cooperation System”, Journal of Security Engineering, Vol.13, n°5, 31 octobre 2016, pp 341-352, Lien / Link

Résumé : cet article propose de renforcer les capacités de cyber-défense de la Corée du Sud, en approfondissant la coordination et le partage d’informations, non seulement avec les alliés et les partenaires étrangers mais surtout entre les instances civiles et militaires domestiques.

Kim (Younghwan), Lee (Soojin) – “Cyber Kill Chain Strategy for Offensive and Integrated Cyber Operations”, Journal of Security Engineering, Vol.13, n°5, 31 octobre 2016, pp 325-340, Lien / Link

Résumé : cet article explique d’abord comment la Corée du Nord a identifié l’avantage que lui procuraient les cyber-attaques, pour nuire aux Etats-Unis et à la Corée du Sud avec un risque minimum de représailles. Les auteurs démontrent ensuite que les Nord-Coréens exploitent depuis l’absence de réponses, du moins de réponses opérationnelles des autorités sud-coréennes, et que cette situation attend une réplique pertinente. Ils proposent en conséquence d’intégrer à la doctrine militaire sud-coréenne une cyber-stratégie de kill chain, c’est-à-dire une procédure de réplique offensive aux cyber-attaques nord-coréennes, qui resterait dans le domaine du cyberespace.

Mateen (Ahmed), Abbas (Qaiser) – “Tsunami of Cyber Crime: Analysis of Cyber Crime New Trends, Causes and Remedies in Future Prospectus”, International Journal of Computer Applications, Volume 152, n°8, 31 octobre 2016, Lien / Link

Résumé : ce papier constate une montée en nombre et en puissance des cyber-attaques dans le monde, leur coût étant estimé pour 2015 à 575 milliards de dollars. Les auteurs cherchent d’abord à évaluer la situation de leur pays, le Pakistan, pour ensuite comprendre les raisons propres à cette nation de l’aggravation des cyber-attaques, et enfin ils proposent des prospectives et des recommandations concernant le cas pakistanais.

Bensoussan (Alain), Champion (Renaud), Bonell (Bruno) – “Droit de la Robotique – Livre blanc”, PRIMNEXT – SYMOP, membre de la FIM, 24 octobre 2016, pp 49, Lien / Link

Résumé : ce rapport analyse la situation juridique du secteur de la robotique, aux échelons français, européen et mondial, avec des thèmes transversaux (responsabilité pénale et civile, droits de douane, propriété intellectuelle). Le rapport relève plusieurs lacunes pour la compétitivité du secteur en France et en Europe, et avance des recommandations de réformes pour l’améliorer.

Norgaard (Julia R.), Walbert (Harold J.), Hardy (R. August) – “Shadow Markets and Hierarchies: Comparing and Modeling Networks in the Dark Net”, 22 octobre 2016, pp 39, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les différences dans les organisations hiérarchiques entre les marchés noirs dans le monde réel et ceux du Dark Net, c’est-à-dire ces replis de l’Internet difficiles à pénétrer et utilisés à des fins de clandestinité par des réseaux criminels pour échanger. Les auteurs utilisent un modèle comportemental des agents, et en concluent que le Dark Net a une organisation moins hiérarchisée que les marchés noirs traditionnels. En effet, la mise à distance entre les agents permise par le vecteur informatique réduit les inégalités, en termes de coûts de transaction et d’accès à l’information, qui fondent les hiérarchies.

Retter (Lucia), Hall (Alex), Black (James), Ryan (Nathan) – “The moral component of  cross-domain conflict”, RAND Corporation – Europe, 21 octobre 2016, pp 78, 3.2. Cyber, pp 25-32, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie les enjeux éthiques soulevés par les conflits multidimensionnels, dans lesquels les différents espaces (terre, mer, air, espace, cyber) s’interpénètrent. Un sous-chapitre spécifique aborde en particulier les conséquences du cyberespace en la matière.

Ford (Vitaly)- “Privacy- and Data-Aware Smart Grid Communication”, 19 octobre 2016, pp 55, Lien / Link

Résumé : cette présentation d’un chercheur de l’université de technologie du Tennessee explique en quoi consiste un réseau d’énergie intelligent, et avance des pistes pour en assurer la confidentialité et la protection des données.

Schmidt (Dan) – “Protecting the Protectors: Ensuring Information Security for State Law Enforcement Agencies”, 17 octobre 2016, pp 30, Lien / Link

Résumé : ce papier est consacré aux enjeux d’assurer la cybersécurité des services de police (judiciaire ou administrative, générale ou spéciale). L’auteur constate que faute de budget fédéral ou fédéré suffisant, ces services sont aux Etats-Unis démunis pour assurer la protection de leurs propres bases de données, en dépit de leur sensibilité.

Mielke (Jahel), Zimmermann (Hendrik), Wolf (Verena), Vermaßen (Hannah),  Retzlaff (Nane), Burck (Jan), Bals (Christoph) – “Governance und Geschäftsmodelle für  die Transformation: 12 Empfehlungen zur Energiewende”, 17 octobre 2016, pp 46, Lien / Link

Résumé : cette thèse collective analyse les défis actuels des réseaux et de la production énergétiques en Europe, et propose douze réformes pour améliorer la situation dont plusieurs centrées sur l’emploi du numérique.

Colonel Duggan (Patrick M.) – “U.S. Special Operations Forces  in Cyberspace”, The Cyber Defense Review, 13 octobre 2016, pp 73-79, Lien / Link

Résumé : cet article étudie l’opportunité que les forces spéciales américaines approfondissent leur rôle dans les cyber-opérations militaires. L’auteur est favorable à un recours plus fréquent au cyberespace dans les opérations spéciales elles-mêmes, et même à confier la responsabilité de tout ou partie des cyber-opérations à l’USSOCOM et aux unités sous sa tutelle. Les forces spéciales ont plusieurs arguments à faire valoir à cette fin : leur capacité d’adaptation, requise face à cet environnement mouvant qu’est le cyberespace ; la portée stratégique des cyber-opérations et leur apparentée conceptuelle aux missions déjà stratégiques des forces spéciales US, comme la lutte contre les armes de destruction massive ; l’arrière-plan humain de ces opérations, qui consistent essentiellement en des opérations d’influence dans lesquelles l’USSOCOM a une expertise.

Kasprzyk, Stachurski – “A concept of standard-based vulnerability management automation  for IT systems”, Computer Science and Mathematical Modelling, 12 octobre 2016, pp 33-38, Lien / Link

Résumé : ce papier présente une possibilité pour automatiser, et donc faciliter le travail des opérateurs humains de cyber-sécurité, pour gérer la vulnérabilité des réseaux numériques. Cette automatisation passe par le recours au Security Content Automation Protocol, c’est-à-dire un paquet d’applications qui permettent de gérer des réseaux numériques de manière didactique.

Galindo (Rocío Ortiz) – “Los cibermovimientos sociales: una revisión del concepto y marco teórico”, Communication & Society, 11 octobre 2016, pp 19, Lien / Link

Résumé : ce papier est une tentative de dégager les grands concepts et catégories qui ont émergé, pour analyser les cybermouvements sociaux dans leurs spécificités. L’auteur a procédé à cette fin à une revue bibliographique des travaux menés sur les mouvements sociaux, et notamment sur ceux fondés sur l’emploi de l’Internet qui sont pleinement apparus à partir de 2011 (Anonymous, Indignés, Occupy Wall Street).

Kutukian (Garen) – “Raspberry PI 3 Home Network Monitoring Tool”, 7 octobre 2016, pp 87, Lien / Link

Résumé : ce mémoire constate l’émergence de l’Internet des objets, et donc le risque croissant que des équipements corrompus ou malveillants ne rentrent dans un réseau d’autres objets connectés, et ne les compromettent. L’auteur met alors en exergue la nécessité pour l’usager de pareil réseau d’un outil de contrôle, lui permettant de détecter tous les objets connectés sur son réseau, et de pouvoir en exclure ceux qui lui paraissent suspects. Son mémoire se conclut sur une proposition de pareil système de contrôle, qu’il présente comme étant la plus économe possible en temps et en argent.

Stroh (Philipp) – “Humanitär-völkerrechtliche Rahmenbedingungen für den Einsatz luftgestützter unbemannter militärischer Kampfsysteme im bewaffneten Konflikt”, Forschung DSF Nº 40, 6 octobre 2016, pp 96, Lien / Link

Résumé : ce rapport étudie la place des drones dans le droit humanitaire international, à l’aune de tous les débats sur la responsabilité des différentes parties prenantes et la proportionnalité des frappes ou leur caractère discriminant entre combattantes et civils. Ces débats sont relancés par la montée en gamme et l’autonomisation croissante des drones, qui remettent potentiellement en question les acquis juridiques à l’heure actuelle. L’auteur du rapport analyse l’actualité et les évolutions des drones comme systèmes complets, au-delà des seuls aéronefs, et conclut que le droit humanitaire international est suffisamment exhaustif en l’état, à quelques détails près.

Kellett (Matthew) – “Ranking assets based on criticality and adversarial interest”, Defence Research and Development Canada, Scientifc Report DRDC-RDDC-2016-R168, August 2016, 5 octobre 2016, pp 62, Lien / Link

Résumé : ce papier propose une méthode d’évaluation statistique de la nécessité de protéger des données, en fonction de leur importance pour l’organisation détentrice et de l’intérêt pour un adversaire de leur porter atteinte par une cyber-attaque. L’auteur démontre comment établir une hiérarchie entre les données suivant cette méthode, pour prioriser l’effort de cyber-sécurité et en déduire des méthodes défensives adaptées.

Dimitrijevic (Ivan R.), Parausic (Ana) – “Overview and Classification of Open-Source Databases on Security Issues”, International Scientific Conference Safety and Crisis Management–Theory and Practise Safety for the Future – 2016, 5 octobre 2016, pp 106-111, Lien / Link

Résumé : cet article met en exergue la quantité et la qualité des bases de données publiques qui existent dorénavant sur les enjeux de sécurité, au bénéfice des enseignants-chercheurs et des praticiens de ces questions (militaires, policiers, responsables politiques). Les auteurs proposent une vue d’ensemble de ces bases de données et une classification, pour faciliter les recherches au milieu de cette abondance de sources.

Ibàñez (Eva Martìn) – “Los retos de la ciberinteligencia”, Cuadernos de la Guardia Civil, n°53, 3 octobre 2016, pp 53-67, Lien / Link

Résumé : cet article explique pourquoi une approche proactive et dynamique est requise pour procéder à du renseignement dans le cyberespace, ce dernier étant lui-même un environnement mouvant.

Novak (Staša) – “NATO and Cyber-Deterrence”, Sodobni vojaški izzivi – Contemporary Military Challenges, Junij 2016 – 18/št. 2, 3 octobre 2016, pp 29-50, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie l’état actuel de la cyber-dissuasion, comme politique et moyens opérationnels de l’OTAN depuis que l’Alliance a arrêté cette ligne stratégique en 2014. L’auteur décrit les solutions adoptées par l’OTAN pour assurer une dissuasion adaptée aux spécificités de la cyber-défense, et étudie les évolutions possibles de ce modèle.

Kerry (Cameron F.) – “Bridging the internet-cyber gap: Digital policy lessons for the next administration”, Center for Technology Innovation at Brookings, October 2016, 3 octobre 2016, pp 35, Lien / Link

Résumé : cet article est le fait d’un ancien haut-responsable de l’Administration Obama, qui partage son analyse des forces et des lacunes des Etats-Unis en matière numérique, en partant du choc des révélations d’Edward Snowden. Il propose ensuite des réformes de politique publique, pour redresser la puissance américaine dans le cyberespace.

Craig (Anthony), Valeriano (Brandon) – “Reacting to Cyber Threats: Protection and Security in the Digital Age”, Global Security and Intelligence Studies – Volume 1, Number 2, 3 octobre 2016, pp 22, Lien / Link

Résumé : ce papier part du constat qu’une peur généralisée des cyber-menaces se développe, aboutissant à une escalade entre Etats sur les cyber-armes en réponse. Les auteurs questionnent cette tendance à entraver la cyber-menace par des mesures offensives. Ils démontrent par le traitement statistique de données empiriques que les Etats ont peu développé leurs moyens défensifs, alors que des politiques d’hygiène informatique seraient plus appropriées.

SEPTEMBRE 2016

Sadiku (Matthew N. O.), Tembely (Mahamadou), Musa (Sarhan M.) – “Smart Grid Cybersecurity”, Journal of Multidisciplinary Engineering Science and Technology (JMEST) – Vol. 3 Issue 9, September – 2016, 30 septembre 2016, pp 5574-5576, Lien / Link

Résumé : ce papier explique le concept et la pertinence du “réseau intelligent”, c’est-à-dire du réseau électrique où le numérique permet une optimisation de la production, de la distribution et de la consommation d’électricité. Les auteurs expliquent que la cybersécurité est cruciale pour pareil réseau, et fournisse les bases pour comprendre les enjeux de cybersécurité qui lui est propre.

Pihelgas (Mauno), Melon (Francisco Jesus Rubio), Priisalu (Jaan) – “Service Measurement Map for Large-Scale Cyber Defense Exercises”, OTAN – S&T Organization, 29 septembre 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : ce papier part du constat qu’assurer la cyber-défense d’un réseau comprenant plus de 11 000 applications est très problématique, comme l’ont démontré plusieurs exercices. C’est notamment problématique car la répartition des efforts de prévention et de réaction est sous-optimale, l’opérateur humain chargé de la sécurité ayant du mal à suivre toutes ces applications en temps réel. Les auteurs proposent comme réponse une carte des applications, un support visuel constamment réactualisé qui permettrait à cet opérateur de repérer les failles pour se concentrer dessus.

Settanni (Giuseppe), Shovgenya (Yegor), Skopik (Florian), Graf (Roman), Wurzenberger (Markus), Fiedler (Roman) – “Correlating Cyber Incident Information to Establish Situational Awareness in Critical Infrastructures”, 28 septembre 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cet article part du constat que les infrastructures vitales sont particulièrement vulnérables aux cyberattaques avancées et persistantes, qui peuvent mettre en cause la confidentialité des données, mais aussi l’intégrité des biens et des personnes. Les auteurs démontrent que toute cybersécurité appropriée pour ces infrastructures requiert une détection la plus en amont possible, fondée sur un traitement des Big Data annonçant les attaques. L’article conclut sur trois modèles de cybersécurité, conçus suivant ces postulats.

Lanzendorfer (Quinn E.), Spangler (Scott C.), DeLorenzo (Gary J.) – “Information Warfare: The Challenge of Relating Intent with Technology in Cyber Intelligence”, Issues in Information Systems, Volume 17, Issue III, 28 septembre 2016, pp 39-47, Lien / Link

Résumé : cet article pose la question méthodologique d’établir le lien entre une cyber-attaque et son intentionnalité, le mobile de l’agression étant cruciale car elle permet d’en identifier l’auteur et donc de mener des représailles. Les auteurs mettent en exergue que cet enjeu n’a pas de réponse évidente, car les cyber-attaques s’inscrivent de plus en plus dans le concept de “guerre de l’information”, dans lequel l’aspect cybernétique est subsidiaire par rapport à la maîtrise de l’information et se prête donc à des faux-semblants. L’article essaie d’évaluer les réponses apportées à ce défi par les organismes publics de cyber-défense et par les industriels de la cyber-sécurité, et d’établir les lacunes appelant des réponses complémentaires.

Lambach (Daniel) – “The Territorialization of Cyberspace”, 27 septembre 2016, pp 21, Lien / Link

Résumé : ce papier s’interroge sur le risque que les Etats fragmentent le cyberespace en territoires nationaux, en cherchant à renforcer leur contrôle sur la dimension numérique. L’auteur démontre que ce mouvement de reterritorialisation existe certes, tout en étant contrebalancé par une dynamique de déterritorialisation des Etats eux-mêmes, qui se pensent de moins en moins comme associés à des territoires et plutôt à des intérêts à défendre dans un espace mondial.

Gp. Capt. Gupta (Ashish) – “Cold War-Style ‘Cyber Arms Race’  between US and Russia: Reality or Rhetoric?”, CAPS In Focus (98/16), 26 septembre 2016, pp 3, Lien / Link

Résumé : cet article questionne la réalité de la course aux cyber-armements qui aurait lieu entre les Etats-Unis et la Russie, suivant des analyses émises après des incidents récents. Le dernier incident qui sert d’accroche est la divulgation par Wikileaks des courriels de l’équipe de campagne de la candidate démocrate, à la dernière présidentielle américaine.

Grantham (David), Twombly (Luke) – “Cyber Threats to the Texas Electric Grid”, National Center for Policy Analysis, Issue Brief n°199, 23 septembre 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cet article démontre le rôle essentiel du réseau électrique texan aux Etats-Unis, les autres étant dépendants de lui car il est le seul réseau auto-suffisant à l’échelon fédéral et donc le seul à même de subvenir aux besoins des autres en cas de défaillance majeure. Les auteurs en déduisent que le réseau texan doit être particulièrement protégé des cyber-attaques, cette clef de voûte de tout le système électrique étatsunien étant par définition une cible prioritaire pour un cyber-sabotage massif contre les Etats-Unis.

Azmi (Riza), Tibben (William), Win (Khin Than) – “Motives behind Cyber Security Strategy Development: A Literature Review of National Cyber Security Strategy”, Australasian Conference on Information Systems 2016, Wollongong, 23 septembre 2016, pp 13, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les motivations sous-jacentes aux politiques publiques de cyber-défense, et notamment sur les raisons universellement partagées d’en adopter. L’étude se repose sur une compilation de documents des administrations de sécurité nationale, de jurisprudence et de prises de position politiques dans 54 pays.

Espinoza (Joseph), Moditsi (Kleopatra) – “Combating Cyber Security Threats”, ODU United Nations Day 2016 Issue Brief, 22 septembre 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : cet article d’un groupe de réflexion des Nations Unies présente les enjeux les plus récents de la lutte internationale contre les cyber-malveillances, notamment à l’aune des réponses apportées par les grandes puissances et l’OTAN.

Leite (Ana Marta Xavier Ferreira) – “A Problemàtica da Cibersegurança e os Seus Desafios”, CEDIS Working Papers n°49, 21 septembre 2016, pp 22, Lien / Link

Résumé : cet article traite des menaces de cyber-attaques, induites par le caractère désintermédié du cyber-espace qui permet la confrontation directe des individus et des organisations. L’auteur dresse ce constat avant d’étudier les pistes pour apporter un cadre, censé contrôler et prévenir lesdites cyber-attaques pour assurer la sécurité des Etats-nations.

Hathaway (Melissa), Demchak (Chris), Kerben (Jason), McArdle (Jennifer), Spidalieri (Francesca) – “United States of America – Cyber Readiness at a Glance”, Potomac Institute for Policy Studies, 20 septembre 2016, pp 41, Lien / Link

Résumé : cette étude dresse l’état actuel des différentes politiques publiques (réponse pénale, diplomatie et commerce, R&D), qui contribuent à la puissance américaine dans le cyberespace.

Motzek (Alexander), Möller (Ralf) – “Probabilistic Mission Defense and Assurance”, NATO – S&T organization, 15 septembre 2016, pp 18, Lien / Link

Résumé : ce papier acte d’abord de la difficulté à prendre des contre-mesures face à une cyberattaque en pleine activité des réseaux, sans courir le risque que ladite contre-mesure ne gêne cette activité normale. Les auteurs proposent ensuite une méthode probabiliste, pour identifier les contre-mesures optimales pour entraver les cyber-menaces sans interférer avec les opérations en cours.

Berg (Kristi), Crawford (Joseph N.), Seymour (Thomas) – “Unbreakable: A Concise Overview of Cybersecurity”, Issues in Information Systems, Volume 17, Issue IV, pp. 208-221, 2016, 12 septembre 2016, pp 14, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie la manière dont le secteur économique de la cybersécurité s’est développé, dans le sens d’un accroissement du nombre de prestations associées.

North (Matthew) – “War Games: Simulation vs. Virtual Machines in Cybersecurity Education”, Issues in Information Systems, Volume 17, Issue IV, 12 septembre 2016, pp 120-126, Lien / Link

Résumé : cette étude analyse les résultats d’un test comparatif, entre un enseignement à la cyber-sécurité recourant aux simulations et un autre où les étudiants sont laissés à l’exploration libre de mondes virtuels. L’auteur conclut que le recours à ce second modèle pédagogique est préférable, les étudiants en sortant avec de meilleurs résultats et un enthousiasme renforcé pour la discipline.

James (Jason E.), Morsey (Chris), Phillips (Joel) – “Cybersecurity Education:  A Holistic Approach to Teaching Security”, Issues in Information Systems, Volume 17, Issue II, 12 septembre 2016, pp 150-161, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les différences entre le programme du Centre d’excellence universitaire pour la cyber-défense et les programmes tiers traitant de cette matière, pour en évaluer les avantages et les inconvénients avant d’en déduire des pistes d’amélioration en termes pédagogiques.

Lee (Ho-gyun), Lim (Jong-in), Lee (Kyung-ho) – “Comparison Study between the Cyber Weapon System and the Conventional Weapons Systems on Their Core Technologies Levels and Features”, Journal of The Korea Institute of Information Security & Cryptology, vol.26, n°4, 12 septembre 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : à partir de la création d’un service d’acquisition de technologies militaires en 2006 et de l’inclusion des cyber-armements parmi les priorités de ce service en 2015, les auteurs étudient l’inclusion de ces cyber-armes avec l’armement conventionnel dans le cas sud-coréen. Le papier met en exergue un décalage entre ces deux types d’armement, en termes de sophistication technologique, et démontre que ce fossé est risqué car cela implique que les armes conventionnelles sont trop archaïques pour fonctionner en synergie avec les armes numériques. Toutefois, ce papier se conclut sur le constat rassurant que les comparaisons internationales démontrent que la Corée du Sud a globalement un bon niveau technologique, et peut donc rapidement combler cette lacune.

Svaiter (David B.) – “Criptografia Século XXI Eficaz ou Sensação de Segurança?”, 9 septembre 2016, pp 87, Lien / Link

Résumé : cette présentation en portugais met en exergue l’importance de la cryptographie pour une puissance comme le Brésil, dans un contexte de tensions géopolitiques et géoéconomiques à l’échelon mondial. L’auteur explique l’état et les enjeux de la cryptographie pour assurer la cyber-sécurité des intérêts public et privés, et les évolutions techniques et sécuritaires qui se dessinent.

López (José Antonio Amaro), Rodríguez (Citlalli Rosalba Rodríguez) – “Seguridad en internet”, Paakat: Revista de Tecnología y Sociedad, Año 6, número 11, 9 septembre 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : cet article étudie l’état de la sécurité sur l’Internet, en présentant d’abord des cas d’espèce et des statistiques sur les principales cyber-menaces. Les auteurs recensent ensuite les mesures prises par plusieurs Etats pour réguler l’Internet, et recommandent aux usagers des bonnes pratiques pour naviguer en sécurité.

Alam (Javed), Pandey (M. K.) – “Advance Cyber Security System using fuzzy logic”, 9 septembre 2016, pp 12, Lien / Link

Résumé : cette étude traite de la vulnérabilité des installations et réseaux critiques aux cyber-menaces, du fait de leur recours de plus en plus massif aux objets connectés et aux interactions cyberespace/monde réel, qui créent des liens vulnérables au piratage. Les auteurs démontrent que gérer ce flux de données complexes est impossible, et que le meilleur moyen de se défendre serait un système de cyber-sécurité avancé, Advance Cyber Security System (ACSS), fondé sur une affectation heuristique ou “confuse” de règles. L’idée est que l’établissement, au bénéfice d’un administrateur-système, d’un système de règles souples pour signaler le début d’une intrusion serait la meilleure défense, à partir de signaux faibles et généraux. Ce papier démontre la pertinence de cette option de cyber-sécurité, à partir d’une simulation effectuée avec le logiciel MATLAB.

Oliker (Olga), Davis (Lynn E.), Crane (Keith), Radin (Andrew), Gventer (Celeste Ward), Sondergaard (Susanne), Quinlivan (James T.), Seabrook (Stephan B.), Bellasio (Jacopo), Frederick (Bryan), Bega (Andriy), Hlavka (Jakub) – “Security Sector Reform in Ukraine”, Chapter 5: Cybersecurity, 8 septembre 2016, pp 71-80, Lien / Link

Résumé : cette étude de la RAND Corporation porte sur l’état de l’appareil sécuritaire ukrainien, et avance des recommandations pour le réformer afin de répondre aux menaces que connaît l’Ukraine actuellement. Son cinquième chapitre traite des enjeux de cyber-sécurité.

Christensen (Kristoffer Kjærgaard), Liebetrau (Tobias) – “Security Meets Cyberspace: The Politics of Cyber Security”, 8 septembre 2016, pp 28, Lien / Link

Résumé : ce papier tente une analyse critique des analyses habituelles de la cyber-sécurité, dans la discipline académique des études de sécurité. Cette analyse réfute toute compréhension univoque du concept de cyber-sécurité, en démontrant que plusieurs enjeux en étaient exclus de manière arbitraire, et que sa compréhension majoritaire était le fait à la fois de choix politiques mais aussi de l’influence des évolutions technologiques.

Biel (Eric), Gonedes (Norma), Peachee (Darin), Ramirez (Edgar), Yang (Jing), Murphy (Brian) – “The Quest for Reliable Cyber Security”, Muma Case Review – University of South Florida, Volume 1, n°6, 6 septembre 2016, pp 30, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur la contribution que des start-ups de la cyber-sécurité peuvent apporter à la défense des intérêts privés et publics d’un pays, face aux cyber-menaces. Les auteurs étudient l’exemple de ReliaQuest, l’entreprise de Brian Murphy, qui a forgé un business plan à partir d’une revue des meilleures pratiques mais aussi en innovant en matière de cyber-sécurité.

Kürkçü (Burak) – “Security Culture as a New Concept and its Evaluation within The Framework of Moises Naim’s Insights”, 5 septembre 2016, pp 13, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie le concept de “culture de la sécurité”, développé par l’essayiste américain Moises Naim comme l’une des réponses structurelles des Etats face à l’émergence de nouvelles menaces. L’auteur valide l’analyse de Moises Naim tout en montrant les limites du concept. L’émergence de nouvelles technologies et du pouvoir des individus ou des acteurs non-étatiques depuis deux décennies pressent en effet les Etats à adopter préventivement des comportements défensifs, à l’égard de ces menaces potentielles.

Choucri (Nazli), Madnick (Stuart), Koepke (Priscilla) – “Institutions for Cyber Security:  International Responses and Data Sharing Initiatives”, 3 septembre 2016, pp 34, Lien / Link

Résumé : ce papier constate la dépendance extrême que le monde contemporain a développé envers la dimension cybernétique, notamment dans les sociétés post-industrielles. Les auteurs décrivent les réponses institutionnelles que cette réalité a amenées, pour pouvoir prévenir la menace des cyber-attaques avec la gravité qu’elles ont prise. Ils expliquent ensuite en quoi ces mécanismes de coopération internationale restent limités, et quelles pistes se dessinent pour les améliorer.

Duncan (Bob), Whittington (Mark), Jaatun (Martin Gilje), Zùñiga (Alfredo Ramiro Reyes) – “Could the Outsourcing of Incident Response Management provide a Blueprint for Managing Other Cloud Security Requirements?”, Enterprise Security Springer Book 2016, 2 septembre 2016, pp 23, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie l’opportunité de sous-traiter l’ensemble de la cyber-sécurité des données en cloud, à partir de l’exemple actuel de la gestion des accidents. Cette étude évalue déjà la pertinence technologique, managériale et sécuritaire de cette pratique, et conclut qu’elle est optimale et peut être généralisée à d’autres aspects de la cyber-sécurité.

Hadden (Jacob Matthew), Mahdy (Ahmed M.) – “The Royal Split Paradigm: Real-Time Data Fragmentation and Distributed Networks for Data Loss Prevention”, 1er septembre 2016, pp 13, Lien / Link

Résumé : les auteurs constatent que des brèches majeures de cyber-sécurité continuent à arriver, malgré les mesures de cryptage et de contrôle des accès ou des données. Leur papier détaille un projet de nouvelle technique de cyber-sécurité, qui consisterait à disperser les données entre plusieurs serveurs et à les fragmenter à chaque transfert pour compliquer leur interception et leur décryptage. Ils partagent aussi les résultats d’un test en simulateur, qui serait concluant.

Smallenbroek (Jasper) – “Cyber Security: Cooperation or Proliferation?”, 1er septembre 2016, pp 72, Lien / Link

Résumé : cette thèse analyse comment les politiques de cyber-défense encouragent ou la coopération internationale en la matière, ou la prolifération des armes cybernétiques. Cette analyse part de l’exemple de la cyber-stratégie américaine, qui sert d’étalon car les Etats-Unis sont pionniers en matière de cyber-guerre, et le constat est plutôt que la démarche unilatérale américaine contribue à la prolifération. L’auteur extrapole à partir de cet exemple pour tenter de comprendre le phénomène à l’échelon mondial et de dessiner des prospectives, en combinant comparaisons internationales et modèles théoriques fondés sur la théorie des jeux.

AOUT 2016

Poddar (Kumar Bhashkar), Kashif (Md.) – “Cyber Terrorism: A Dangerous Weapon”, International Journal of Research in Engineering, Technology and Science, Volume VI, Special Issue, 26 août 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cet article cherche à définir le cyber-terrorisme, puis à déterminer son potentiel de nuisance, les raisons de la crainte qu’il suscite déjà alors qu’il ne s’est pas encore clairement manifesté, et des pistes de réponse à cette menace.

Kumar (Sumeet), Benigni (Matthew), Carley (Kathleen M.) – “The Impact of US Cyber Policies on Cyber-Attacks Trend”, 26 août 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : cet article s’interroge sur les affirmations récurrentes comme quoi les cyber-attaques auraient augmenté aux Etats-Unis, de 30% entre 2014 et 2016 selon certains médias, notamment les attaques par déni de service. Les auteurs démontrent que cette affirmation est contre-factuelle, cette période étant caractérisée au contraire par une chute des cyber-attaques, et que cette baisse est corrélée aux mesures prises par l’Administration Obama pour réprimer les cyber-attaques.

Parthasarathy (G.),Tomar (D.C.), Praisy (K. Christina) – “An Enhancement of Association Classification Algorithm for Identifying Phishing Websites”, Indian Journal of Computer Science and Engineering, 26 août 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : ce papier propose une réponse technique au problème des faux sites Internet, qui se substituent aux vrais pour pratiquer le phishing ou la capture de données confidentielles (mots de passe, données bancaires). Les auteurs soulignent que les contre-mesures actuelles sont très chronophages pour identifier ces sites, et proposent une nouvelle réponse algorithmique qui leur paraît plus efficace.

Feng (Xiaotao), Zheng (Zizhan), Cansever (Derya), Swami (Ananthram), Mohapatra (Prasant) – “Stealthy Attacks with Insider Information: A Game Theoretic Model with Asymmetric Feedback”, 26 août 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : les auteurs constatent que les menaces avancées et persistantes (Advanced Persistent Threats) et les menaces internes étaient traitées distinctement, alors que la combinaison des deux représente un risque majeur. En effet, un cyber-attaquant peut ainsi réduire le coût et optimiser le caractère clandestin de ses attaques, en bénéficiant du soutien d’un membre du réseau qu’il tente de pénétrer. Ce papier tente d’établir le potentiel de nuisance de ce cas de figure, à partir d’une simulation fondée sur la théorie des jeux, et d’en déduire des réponses pour prévenir ledit risque.

Kroon (Guido) – “Analysing the feasibility of portable passive detection of Advanced Persistent Threats”, 26 août 2016, pp 32, Lien / Link

Résumé : ce projet de recherche a été réalisé sur commande pour la fondation Internet Domain Registration Netherlands (SIDN), pour établir si un détecteur portatif et passif pouvait aider à prévenir les cyberattaques les plus sophistiquées et massives. L’auteur conclut que pareil dispositif serait inefficace face à des opérations telles qu’Aurora ou Stuxnet, dans la mesure où ces cyberattaques étaient trop originales dans leurs approches offensives, trop adaptatives et proactives pour un système passif de prévention. Le papier se termine sur une invitation à étudier la question suivant des approches plus originales.

Wang (Lidong), Alexander (Cheryl Ann) – “Big Data Analytics and Cybersecurity for Advanced Manufacturing”, American Institute of Science – Industrial and Systems Engineering, Volume 1, n°1, 24 août 2016, pp 27-36, Lien / Link

Résumé : ce papier porte sur la singularité de la cyber-sécurité dans les systèmes de de fabrication avancée, c’est-à-dire les chaînes de fabrication automatisées de biens à haute valeur ajoutée. Les auteurs mettent en exergue que ces systèmes utilisent des méthodes informatiques – Internet des objets, systèmes cyber-physiques, plateformes cloud -, qui sont nécessaires à ce degré de sophistication. Ces méthodes rendent toutefois ces systèmes particulièrement vulnérables aux cyber-menaces, sans que les mesures classiques de cyber-sécurité leur soient applicables en raison des masses et de la vélocité des données brassées. Le recours aux Big Data semble dès lors incontournable pour assurer la cyber-sécurité de ces systèmes, les auteurs étudient donc des pistes sur leur emploi et les limites de l’exercice.

Bolin (Göran), Jordan (Paul), Ståhlberg (Per) – “The Management of Information in the Ukraine – Russia Conflict”, From Nation Branding to Information Warfare – Chapter I, 22 août 2016, pp 17, Lien / Link

Résumé : ce passage d’un livre consacré à la guerre de l’information se concentre sur la guerre russo-ukrainienne en cours. Les auteurs analysent l’émergence à cette occasion d’acteurs inédits pour une lutte de propagandes, comme les chargés de relations publiques ou des financiers aux côtés des journalistes. Le chapitre essaie surtout de démentir l’idée comme quoi seule la Russie aurait mené une guerre de l’information, et se focalise sur trois acteurs ukrainiens qui ont mené des contre-offensives.

Lt. Gen. Bender (William J.), Col. Bryant (William D.) – “Assuring the USAF Core Missions in the Information Age”, Fall 2016, Volume 30, n°3, Air & Space Power Journal 10-1), mis en ligne le 15 août 2016 (Lien / Link) pp 4-8

Résumé : cette préface rappelle les dernières réformes doctrinales et organisationnelles de l’US Air Force pour s’adapter au cyber-espace. Ledit espace est considéré par les armées américaines comme une nouvelle dimension de la conflictualité, au même titre que la terre, la mer, l’air ou l’espace, qui présente à la fois des leviers d’action mais aussi des menaces et des risques à gérer.

Cimbala (Stephen J.) – “Nuclear Deterrence in Cyber-ia – Challenges and Controversies”, Fall 2016, Volume 30, n°3, Air & Space Power Journal 10-1), mis en ligne le 15 août 2016 (Lien / Link) pp 54-63

Résumé : cet article met en exergue la distinction absconse que la recherche académique entretient entre les stratégies nucléaire et cybernétique, en ignorant les synergies possibles entre les deux. L’auteur propose d’étudier lesdites synergies, notamment à l’aune des évolutions récentes des doctrines stratégiques russe et américaine sur ces deux matières, et se concentre notamment sur la possibilité de rupture de la dissuasion nucléaire que présente le cyber militaire. Cet article se conclut sur des considérations pour refonder dans ce cadre la dissuasion, mais aussi le contrôle des armements et la contre-prolifération.

Mazzucchi (Nicolas) – “La cybersécurité française et les opérateurs d’importance  vitale”, La lettre de l’IRSEM, 12 août 2016, pp 23-27, Lien / Link

Résumé : cet article présente la singularité du modèle français de cyber-sécurité, en raison de son caractère éminemment juridique et centralisé, concernant plus spécifiquement le régime des opérateurs d’importance vitale (OIV) et la protection renforcée qui leur est dédiée. Toutefois, l’auteur souligne que si ce modèle est exemplaire et appelé à faire école en Europe, la distinction opérée entre les OIV et d’autres acteurs (sous-traitants), potentiellement victimes de cyber-attaques aussi, peut offrir un angle d’attaque permettant de compromettre les OIV indirectement.

Homoliak (Ivan) – “Intrusion Detection in Network Traffic”, 12 août 2016, pp 214, Lien / Link

Résumé : cette thèse s’intéresse aux systèmes de détection des intrusions informatiques qui se fondent sur l’apprentissage des machines, en étudiant la piste des métriques avancés pour la sécurité des réseaux (Advanced Security Network Metrics). Cette méthode peut améliorer la prévention des attaques informatiques les plus avancées, notamment celles utilisant des vecteurs creux ou des angles morts, en entraînant préalablement les logiciels de détection à ces cas de figure.

Aminnezhad (Asou), Mahmod (Ramlan), Abdullah (Mohd Taufik) – “Survey on Economics of Information Security”, 9 août 2016, pp 18, Lien / Link

Résumé : ce papier est une revue de l’état de la recherche sur la sécurité informatique comme secteur économique. Les auteurs décrivent les principales analyses sur l’évolution et la situation actuelle du secteur et de ses subdivisions, et aussi les principaux débats ou sujets d’études accompagnés des références essentielles.

Petullo (W. Michael), Moses (Kyle), Klimkowski (Ben), Hand (Ryan), Olson (Karl) – “The Use of Cyber-Defense Exercises in Undergraduate Computing Education”, 9 août 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les retombées positives des simulations de cyber-défense, lors de l’équivalent américain de la License. Les auteurs partent de l’exemple du US National Security Agency Cyber-Defense Exercise de la United States Military Academy. Ils constatent que le passage par ce workshop a amené les étudiants à s’orienter vers les questions de cyber-défense pour leurs études ultérieures, contribuant notamment à la recherche académique sur cette question par des mémoires ou des thèses.

Jou (Stephan) – “Machine Learning: A Primer for Security”, ISSA – Developing and Connecting Cybersecurity Leaders Globally, 8 août 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : cet article étudie la possibilité de recourir à des intelligences artificielles capables d’auto-apprentissage pour optimiser la cyber-sécurité, c’est-à-dire répondre aux cyber-attaques plus rapidement et efficacement à moindre coût. L’auteur extrapole à partir des exemples actuels d’IA auto-apprenantes, qui ne traitent encore que de petits volumes de données, pour envisager des versions ultérieures qui manipuleraient des big data.

Serapiglia (Anthony) – “The Case for Inclusion of Competitive Teams in Security Education”, Information Systems Education Journal, 5 août 2016, pp 25-32, Lien / Link

Résumé : les auteurs s’inquiètent que les études supérieures américaines ne forment pas suffisamment de spécialistes de la cyber-sécurité, alors que la montée des cyber-menaces appelle la création d’emplois dans ce domaine. Leur papier démontre l’utilité d’attirer des étudiants dans les cursus de cyber-sécurité, dès l’équivalent de la la licence, par des procédés comme des simulations et des compétitions. Ces procédés pédagogiques auraient aussi le mérite de former les étudiants dans une perspective opérationnelle, et pas seulement théorique.

Coleman (Gabriella) – “Gopher, Translator, and Trickster: The Ethnographer and the Media”, 4 août 2016, pp 19, Lien / Link

Résumé : ceci est un extrait d’un livre à venir, où l’auteur parle de son expérience de journaliste spécialisée sur les mouvements de hackers activistes, du type Anonymous. Elle explique la difficulté pour un journaliste à rester objectif face à ce mouvement politique et culturel, à se cantonner au rôle de traducteur et donc d’ethnologue en réalité. Les deux biais qu’elle décrit sont de se retrouver dépassé par les références techniques et culturelles des hacktivistes, se retrouver tel Gopher face au Web, ou de déformer la réalité de cette mouvance, au risque que celle-ci se braque et ferme ses portes face à pareils tricksters (fripons).

Gonçalves (João André Pinto) – “Enquadramento legal da Cibersegurança em Portugal e no Mundo – O impacto dos crimes cibernéticos no Direito Internacional”, 4 août 2016, pp 101, Lien / Link

Résumé : cette thèse présentée dans le cadre de l’Académie navale portugaise traite de la montée des cyber-menaces, en dépit de l’apparition de législations adaptées. L’auteur s’interroge sur l’évolution stratégique et technologique des cyber-attaques, pour comprendre en quoi des dispositions légales comme la Convention de Budapest ou la loi portugaise du 15 septembre 2009 seraient inadaptées pour les prévenir.

Ortigosa (Àlvaro), Garcia (Luis Fernando Hernandez) – “Las nuevas Amenazas ciberneticas del S.XXI – Ciberterrorismo: Nueva Forma de Subversiòn y Destabilizaciòn”, Cuadernos de la Guardia civil, Revista de Seguridad pùblica – 75 Aniversario. Servicio de Informaciòn, 3 août 2016, pp 104-122, Lien / Link

Résumé : cet article propose une analyse de la révolution sociétale et géopolitique qu’ont entraînée les technologies de l’information et de la communication. La focale porte sur ses aspects négatifs, avec la démultiplication du pouvoir de nuisance des criminels et la perturbation des rapports de force entre Etats.

Brown (Daniel), Cai (Longqi), Chang (Manga), Jia (Xiaolong), Marigliano (Rebecca) – “Oculus-Dei: Cyber Forensics API”, 3 août 2016, pp 23, Lien / Link

Résumé : cette étude commence en mettant en exergue l’absence d’une interface de programmation pour l’investigation criminelle en matière cybernétique, c’est-à-dire un logiciel qui permette de hiérarchiser et de lister les données fournies par les autres logiciels employés. Cette lacune entrave une synergie optimale entre enquêteurs, qui ne peuvent pas automatiquement mettre leurs données en corrélation. Les auteurs proposent un modèle d’interface de programmation à cette fin, baptisé Oculus-Dei, qui pourrait devenir un standard en la matière et même être modulé pour qu’il assure prévention et détection des menaces.

Seda-Sanabria (Yazmin), Morgeson (James D.),. Dechant (Jason A) – “An Integrated Approach for Physical and Cyber Security Risk Assessment: The U.S. Army Corps of Engineers Common Risk Model for Dams”, Institute for Defense Analyses – IDA Paper NS P-8092, 3 août 2016, pp 22, Lien / Link

Résumé : ce papier présente un modèle mathématique pour établir une stratégie de gestion des risques, dans le cas particulier des barrages et des installations associées (centrales hydroélectriques, évacuations d’eau). Ce modèle développé par le corps des ingénieurs de l’US Army comprend un sous-modèle, dédié à la gestion du risque de cyber-attaques sur la gestion automatisée de ces réseaux. Ce modèle sert à prioriser l’effort de défense de ces installations, et donc à optimiser leur sécurité tout en minimisant les coûts.

Thompson (Brian), Morris-King (James), Cam (Hasan)- “Effectiveness of Proactive Reset for Mitigating Impact of Stealthy Attacks on Networks of Autonomous Systems”, 2 août 2016, pp 5, Lien / Link

Résumé : ce papier explique d’abord que les systèmes embarqués, comme l’informatique des avions de chasse par exemple, sont particulièrement vulnérables aux cyber-attaques. La solution usuelle pour les en protéger est de relancer (reset) régulièrement ces systèmes pour écraser les logiciels malveillants, mais cela se fait au détriment de la continuité dans la continuation de leurs fonctions. Les auteurs proposent une variante de cette technique de cyber-sécurité, consistant à hiérarchiser les sous-systèmes en fonction de leur vulnérabilité au risque de cyber-attaque, pour circonscrire le reset à eux seuls et ainsi limiter la gêne occasionnée au fonctionnement du système.

Bieniasz (Jędrzej), Sapiecha (Piotr), Smolarczyk (Miłosz), Szczypiorski (Krzysztof) – “Towards model-based anomaly detection in network communication protocols”, 2 août 2016, pp 5, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur la cyber-sécurité des réseaux, et notamment sur l’apport des protocoles de réseaux pour prévenir les failles de sécurité. Les auteurs constatent que ces protocoles permettent dans l’absolu de protéger les réseaux informatiques, mais que leur transposition d’un système à l’autre entraîne des bugs, des incompatibilités algorithmiques que des cyber-attaquants peuvent exploiter. Leur papier fait le tour des recherches et des méthodes existantes afin de fournir des pistes, pour parvenir à une méthode unissant les meilleures pratiques des protocoles de réseaux et des techniques de détection des anomalies. Cette méthode doit initier une boucle rétroactive où l’installation d’un protocole est soumise à un contrôle pour identifier et résorber les bugs éventuels et consolide ainsi la cyber-sécurité.

JUILLET 2016

Klíma (Tomáš) – “PETA: Methodology of Information  Systems Security Penetration Testing”, 29 juillet 2016, pp 20, Lien / Link

Résumé : cette étude constate que les tests de cyber-sécurité sont peu efficaces, se cantonnant trop souvent aux seules failles de code et ignorant les lacunes dans la gestion des réseaux informatiques. L’auteur présente en réponse la méthode PETA, qui prend en compte ce facteur dans l’analyse des vulnérabilités de cyber-sécurité et dans la formulation de réponses, plus les résultats de cette méthode qui ont été évaluées quantitativement.

Ikporo (Stephen C). – “Modern Approaches to Cyber Attack Detection”, International Journal of Research and Review, 28 juillet 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : cette étude présente un modèle de prévention des cyber-attaques, fondée sur l’identification des signaux faibles dans le cyber-espace et la reconnaissance des profils. L’objectif est de collecter le plus de données possibles pour dégager une morphologie des différents cyber-malveillants, pour sur cette base détecter les signes précurseurs d’une attaque et pouvoir ainsi la parer en amont.

Plusieurs articles venant de la revue Securing Cyberspace – International and Asian Perspectives, éditée par Cherian (Samuel) et Munish (Sharma), avec Institute for Defence Studies & Analyses New Delhi et Pentagon Press, 26 juillet 2016 :

Austin (Greg) – “Middle Powers and Cyber-Enabled War: The Imperative of Collective Security”, pp 23-56, Lien / Link

Résumé : cet article propose une méthode de benchmarking en matière de cyberdéfense pour les puissances moyennes, l’auteur constatant que ces dernières manquant souvent de réflexion stratégique sur cet enjeu. Cette méthode part des stratégies arrêtées par deux exemples de grandes puissances, les Etats-Unis et la Chine, avant de s’interroger sur l’opportunité pour des puissances moyennes de mutualiser leurs moyens de cyber-défense, dans le cadre d’une alliance défensive du type OTAN.

Sharma (Amit) – “The Triad Theory for Strategic Cyberwarfare”, pp 57-80, Lien / Link

Résumé : cet article étudie la possibilité de transposer à la cyber-guerre le schéma classique d’analyse clausewitzienne, en la couplant au concept de “société du risque” d’Ulrich Beck pour comprendre la vulnérabilité particulière des sociétés développées aux cyber-attaques. L’auteur en tire des conclusions pour concevoir un modèle de dissuasion cybernétique, suivant le modèle MAD pour l’arme atomique.

Kumar (A. Vinod) – “Securing from Cyberthreats: Developing Defence, Deterrence and Norms”, pp 106-123, Lien / Link

Résumé : l’auteur énumère les nombreuses cyber-attaques commises contre les intérêts militaires indiens et attribuées à la Chine, plus les faits imputés à la Russie, et en tire la conclusion d’une banalisation non plus du cyber-espionnage mais du cyber-sabotage. Son papier met en exergue la menace d’attaques potentiellement destructrices pour des réseaux vitaux, et ce avec un déni plausible des plus solides qui empêche toute dissuasion sérieuse, avant de chercher à analyser ce problème plus en détail.

Robinson (Jana) – “Governance Challenges at The Intersection of Space and Cybersecurity”, pp 156-167, Lien / Link

Résumé : l’auteur constate l’extrême dépendance des pays développés envers la cyber-dimension, notamment envers sa composante spatiale (satellites), que ce soit dans les domaines civil ou militaire. Elle analyse l’état des lieux en la matière, et propose de développer des mécanismes de prévention du recours à la force contre les satellites de communication, et des initiatives asymétriques de résilience en cas de perte des réseaux assurés par satellite.

Yuan (Li-Chung) – “The Role of Military in Cyberspace: Case of Republic of China (Taiwan)”, pp 284-294, Lien / Link

Résumé : l’auteur commence par démontrer en quoi le cyberespace constitue un champ de bataille en puissance, du fait de la multiplicité des acteurs en antagonisme qui s’y retrouvent et de son effet égalisateur entre eux. Puis, il analyse l’environnement et les dispositions de Taïwan en la matière.

ANSSI – “Rapport d’activité 2015”, 26 juillet 2016, pp 40, Lien / Link

Résumé : l’Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) produit un bilan de son action et de ses projets pour l’année 2015. Ce bilan est accompagné de données statistiques et d’exemples, comme le soutien qu’elle a apporté à TV5 Monde suite à la cyber-attaque qu’elle a expérimentée.

Williams (Meredydd), Axon (Louise), Nurse (Jason R. C.), Creese (Sadie) – “Future Scenarios and Challenges for Security and Privacy”, IEEE 2nd International Forum on Research and Technologies for Society and Industry Leveraging a better tomorrow (RTSI), 26 juillet 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : ce papier est un travail de prospective et de recommandation, qui synthétise et développe les trente prévisions sur l’évolution des cyber-menaces qui circulent dans les milieux industriel, académique et des organisations internationales. Les auteurs ont analysé ces scénarios pour en extraire dix scénarios, puis les ont comparé aux guides de bonnes pratiques existants. Ils en arrivent à la conclusion que lesdits guides sont incomplets car ils ignorent plusieurs évolutions, notamment la montée en puissance des engins portables et des menaces internes aux réseaux, qui remettront en cause la cyber-sécurité et le respect de la vie privée dans la prochaine décennie. Leur papier se conclut sur des recommandations pour prévenir les dégâts causés par ces menaces émergentes aux parties prenantes de l’Internet.

Al-Mohannadi (Hamad), Mirza (Qublai), Namanya (Anitta), Awan (Irfan), Cullen (Andrea), Disso (Jules) – “Cyber-Attack Modeling Analysis Techniques: An Overview”, 25 juillet 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : ce papier fait le tour des meilleure techniques de modélisation des vulnérabilités d’un réseau informatique, pour lister et hiérarchiser les failles avant de les combler pour prévenir les cyber-attaques.

Doerr (Christian), el Maouchi (Mourad), Kamoen (Sille), Moree (Jarno) – “Scan Prediction and Reconnaissance Mitigation through Commodity Graphics Cards”, 21 juillet 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : les auteurs mettent en exergue les limites de la plupart des mesures de cyber-sécurité classiques, qui ne font que réagir à des attaques déjà entamées. Leur papier présente une nouvelle méthode, consistant à identifier préventivement les cyber-agents malveillants, à partir du repérage de leurs cibles, pour les viser et les entraver avant la moindre attaque. Ils démontrent la validité de leur méthode à partir de représentations graphiques de réseaux informatiques.

Canan (Mustafa), Lieutenant-Colonel Soykan (Bulent) – “Shared Situational Awareness / Understanding: A Key Attribute of Mission Command Concept for NATO”, 21st ICCRTS – “C2 in a Complex Connected Battlespace”, 14 juillet 2016, pp 17, Lien / Link

Résumé : cette étude met en exergue l’importance des fonctions commandement et connaissance dans les opérations de l’OTAN, et en même temps les limites de tous les systèmes C2 qui ont été créés jusque là. Aucun de ces systèmes n’est parvenu à assurer un partage complet de l’information et des connaissances, en raison du “brouillard de la guerre” intrinsèque aux opérations militaires. Les auteurs démystifient ce concept, et revalorisent l’importance de l’initiative de la part du commandant, qui doit assurer la coordination et assumer une part de risques dans la prise de décisions.

Venkatesan (Sridhar), Albanese (Massimiliano), Jajodia (Kareem Amin Sushil), Wright (Mason) – “A Moving Target Defense Approach to Mitigate DDoS Attacks against Proxy-Based Architectures”, 14 juillet 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : ce papier explique les limites des systèmes actuels de défense contre les attaques par déni de service, qui consistent globalement à discriminer en amont entre connections innocentes et malveillantes, pour réorienter ces dernières vers un cul-de-sac numérique. En effet, ce type de systèmes peut être dépassé par des attaques particulièrement élaborées, recourant notamment à un réseau complexe de proxies qui occulte le caractère douteux de la connection. Les auteurs présentent en réponse un nouveau modèle de défense contre les dénis de service, qui consiste en une démarche proactive d’identification et d’entrave de ces réseaux malveillants de proxies.

Falk (Courtney) – “Knowledge Modeling of Phishing Emails”, 13 juillet 2016, pp 148, Lien / Link

Résumé : cette thèse étudie la possibilité d’identifier les courriels de phising, qui servent de portes d’entrée pour des pirates sur un réseau informatique. L’auteur développe une méthode pour les repérer à partir de leur construction syntaxicale, en repérant notamment les divergences entre les parties rédigées par les pirates et celles qu’ils ont copié-collé.

Desarnaud (Gabrielle) – “Le secteur énergétique exposé à la cyber-menace”, Editoriaux de l’IFRI – Edito Energie, 12 juillet 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : l’auteur met en exergue la digitalisation des réseaux énergétiques, dans ses avantages mais aussi dans ses vulnérabilités, face aux cyber-attaques. Son papier démontre que cette menace existe bel et bien, des cas ayant déjà été documentés, et que pour des raisons économiques, techniques et culturelles, le secteur est mal préparé à se défendre. La nécessité de dispositions réglementaires et d’outils institutionnels pour consolider la cyber-sécurité de ces réseaux en est d’autant plus pressante, notamment à l’échelon européen.

McGrath (James R.) – “Twenty-First Century Information Warfare and the Third Offset Strategy”, JFQ 82, 3rd Quarter, 8 juillet 2016, pp 16-23, Lien / Link

Résumé : l’auteur commence en affirmant que les armées américaines se font déclasser par leurs adversaires, étatiques ou non, en raison de leur accès facilité et d’une maîtrise croissante de nouvelles techniques, relevant essentiellement de la “guerre de l’information” (capacités C4ISR ou de propagande, PSYOPS). Ce papier argumente en faveur de nouveaux investissements des armées américaines dans la “guerre de l’information”, et surtout d’un approfondissement de son potentiel par la hiérarchie militaire, quitte à ce qu’elle se réorganise pour mieux en assimiler l’usage. L’auteur conclut en répondant aux critiques envisageables, avant de dresser les grandes lignes prospectives qu’ouvre la compétition internationale en la matière.

Holzer (Corey T.), Lerums (James E.) – “The Ethics of Hacking Back”, 8 juillet 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : les auteurs s’interrogent sur le problème éthique posé par le concept de “représaille à une cyber-attaque”. Les institutions privées ou publiques qui subissent une cyber-attaque peuvent difficilement se défendre d’une cyber-attaque uniquement par des mesures passives, qui ne posent aucun problème éthique, et peuvent être tentées de hacker en retour les hackers, avec cependant le risque de violer la loi et la morale. Ce papier étudie donc les bornes envisageables pour pareille pratique, en termes de droit international et d’éthiques de la sécurité ou de l’assurance des systèmes d’information, notamment à l’aune d’exemples militaires ou policiers.

Kania (Elsa B.) – “A Force for Cyber Anarchy or Cyber Order?  PLA Perspectives on “Cyber Rules””, China brief – The Jamestown foundation, Volume 16, Issue 11, 6 juillet 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : cet article revient sur les négociations sino-américaines concernant des engagements de non-agression réciproque dans le cyber-espace, et essaie de sonder la disposition de Pékin à ratifier puis à respecter pareille convention. L’auteur pense que la gravité d’une escalade motivera les autorités chinoises à suivre pareil engagement, en dépit de la doctrine très agressive de l’Armée populaire, et ce d’autant plus que les Etats-Unis ont déjà fait des concessions qui reconnaissent les intérêts souverains de la Chine dans le cyber-espace.

Ion (Alexandru) – “NATO cyber defense strategy in the Quantum Technology Era”, Alpha Cyber Security Research Project, 3 juillet 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : l’auteur décrit les initiatives de l’OTAN en matière de cyber-sécurité, et procède à un exercice de prospective sur les prochains programmes qu’elle prendra, à l’aune des menaces émergentes dans le cyber-espace. Ce papier se conclut en se concentrant sur la nécessité de nouvelles formes de cryptage, pour protéger les communications de l’OTAN et de ses membres.

JUIN 2016

Khattak (Sheharbano), Elahi (Tariq), Simon (Laurent), Swanson (Colleen M.), Murdoch (Steven J.), Goldberg (Ian) – “SoK: Making Sense of Censorship Resistance Systems”, Proceedings on Privacy Enhancing Technologies, 28 juin 2016, pp 37–61, Lien / Link

Résumé : cet article porte sur la “course aux armements” entre les dispositifs de censure, que plusieurs pays cherchent à consolider dans le cyberespace, et les contre-mesures prises pour échapper à la censure. Les auteurs mettent en exergue la difficulté à évaluer empiriquement et conceptuellement l’efficacité des contre-mesures et par ricochet celle des dispositifs de cyber-censure. Ils détaillent donc leur étude empirique, et les leçons qu’ils en ont tiré pour établir un modèle théorique d’évaluation des dispositifs de censure et de contre-censure, qui prenne en compte les modèles appliqués ou théorisés et les intentions des acteurs. Ils distinguent notamment les deux étapes que connaissent ces derniers : la prise de contact entre opposants cherchant à contourner la censure, et la communication effective entre eux. Ils concluent sur les lacunes persistantes dans l’analyse, et la nécessité de recherches complémentaires.

Ali (Ali Juma) – “Cybercrime”, 25 juin 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : ce papier constate le pouvoir de nuisance des cyber-crimes, sur le bon fonctionnement des ordinateurs puis sur la viabilité des organisations qui en dépendent. L’auteur propose une description générale des cyber-crimes, en posant une définition, les motifs de leur occurrence, les moyens de les commettre, le portrait de leurs victimes, et les procédures les prévenant.

Naaz (Sameena), Siddiqui (Faizan Ahmad ) – “Comparitive Study of Cloud Forensics Tools”, Communications on Applied Electronics (CAE), Foundation of Computer Science FCS, Volume 5 – n°3, 24 juin 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : ce papier démontre que le recours au cloud est freiné par les craintes en matière de cyber-sécurité, en raison notamment du risque perçu par les utilisateurs de perdre le contrôle sur leurs données. Les auteurs étudient dès lors les méthodes d’investigation criminelle applicables aux systèmes de cloud, pour se focaliser sur leurs limites et les pistes pour les combler. Une amélioration des techniques de cyber-sécurité pour le cloud rassurerait les utilisateurs et généraliserait l’emploi de cette technique dont la balance coût / intérêt est intéressante, même pour les seules techniques de réponse a posteriori.

Thuraisingham (Bhavani), Kantarcioglu (Murat), Hamlen (Kevin), Khan (Latifur), Finin (Tim), Joshi (Anupam), Oates (Tim), Bertino (Elisa) – “A Data Driven Approach for the Science of Cyber Security: Challenges and Directions”, 24 juin 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : cette étude prétend refonder la discipline de la cyber-sécurité, en consolidant ses fondements sur des données. Les auteurs prétendent améliorer le caractère quantitatif de la matière dans trois domaines : la détection et l’entrave des attaques, les mesures d’instauration de la confiance et du partage de données, et une approche d’évaluation métrique par les risques.

Seo (Yeon), Kim (Yu-Hyun), Park (Keun-Seog), Eom (Jung-Ho) – “Architecture of Cyber Intelligence System for Cyber Attack & Defense Training”, Advanced Science and Technology Letters, vol. 136, 22 juin 2016, pp 157-160, Lien / Link

Résumé : cet article présente un modèle de cyber-renseignement, conçu à destination des étudiants participant à des simulations de cyber-défense. Ledit modèle comprend cinq sous-systèmes, assurant les trois premières phases du cycle du renseignement (collecte, analyse, diffusion).

Rieb (Andreas), Lechner (Ulrike) – “Operation Digital Chameleon – Towards an Open Cybersecurity Method”, 22 juin 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les retombées d’un serious game, c’est-à-dire d’un jeu vidéo conçu à des fins de formation professionnelle, organisé par le ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche. Ce serious game s’appelle Opération Caméléon digital, et consiste en la confrontation entre une équipe de cyber-attaquants et une autre de cyber-défenseurs, avec la sécurité informatique d’infrastructures critiques (énergie, transports, communications) comme enjeu. Les auteurs démontrent, à partir de l’organisation-type de ces exercices et des résultats de la troisième session, que ce serious game a des apports opérationnels à la cyber-sécurité, les participants pouvant innover et découvrant des vecteurs inédits de cyber-attaques, ce qui permet une anticipation des menaces.

Anton (Mihail) – “Hybrid Pedagogies for Hybrid War”, Scientific Research and Education in the Air Force, 22 juin 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : ce papier rappelle la nécessité de former des opérationnels à la perspective de conflits hybrides, qui requiert de mettre en synergie des compétences en conflits classiques et irréguliers, mais aussi en cyber-défense. L’auteur étudie la possibilité de confectionner une pédagogie dédiée à cette formation, en se basant sur les conclusions des dernières études en neurosciences, notamment sur les mécanismes et la diversité des aptitudes d’apprentissage entre individus.

Nawaz, Lt. Col. Luqman, Lt. Col. Imran, Khaliq (Abdul), Capt. Ibrahim – “Information Operations (IO) in Pakistan Challenges and Way Forward”, National Defence University – Pakistan Opinion, Volume n°4, Juin 2016, 22 juin 2016; pp 90-100, Lien / Link

Résumé : cet article met en exergue la nécessité pour les armées pakistanaises de gagner la guerre à l’information à l’échelon du pays, comme complément indispensable à la guerre contre le terrorisme initiée en 2004. Les auteurs se réfèrent au retour d’expérience de l’opération Zarb-e-Azb pour identifier les lacunes actuelles en la matière, et proposer des réformes afin d’optimiser les opérations informationnelles des armées du Pakistan.

Smith (Tom) – “Web of Intrigue”, Asian Military Review – Security Threats, 21 juin 2016, pp 44-48, Lien / Link  

Résumé : l’auteur argumente la gravité de l’enjeu de la cyber-guerre, notamment pour la région Asie-Pacifique. L’article insiste notamment sur la concentration de menaces et de tensions dans la région (provocations nord-coréennes, tensions territoriales entre la Pékin et ses voisins, guérillas et terrorismes), couplée à l’égal accès de tous les acteurs concernés à l’Internet et à ses potentialités de nuisance.

Teixeira (Augusto W. M. Júnior), Lopes (Gills Vilar), Freitas (Marco Túlio Delgobbo) – “A Conduta da Guerra na Cyberwarfare: Novo Domìnio, Arma Estratégica ou Instrumento de Força?”, IX Enabed, 20 juin 2016, pp 20, Lien / Link

Résumé : cette étude cherche à définir la singularité conceptuelle de la cyber-guerre, au sein de la théorie de la sécurité internationale. Les auteurs se réfèrent à des cas d’espèce dûment identifiés et documentés, comme les cyber-attaques contre l’Estonie, la Géorgie ou l’Ukraine et STUXNET contre l’Iran. Ils discernent trois scénarios distincts, permettant de définir le rôle de la cyber-guerre : soit elle est utilisée comme un moyen de coercition, pour exercer et conforter la prédominance d’une super-puissance sur l’ordre international ; soit elle est un complément de la guerre conventionnelle ; soit elle constitue une arme stratégique, un ultima ratio à l’image des armes nucléaires.

Malik (Mazhar Hussain), Younis (Nuzhat) – “Cyber Crimes Prevention and Recovery Strategies”, Sci.Int.(Lahore), 16 juin 2016, pp 2489-2492, Lien / Link

Résumé : ce papier énumère pour commencer les différents types de cyber-crimes, depuis ceux d’origine individuelle aux exactions du fait d’organisations très structurées voire d’Etats, puis détaille leurs conséquences pour les victimes. Les auteurs proposent ensuite des mécanismes pour détecter lesdites menaces puis y répondre.

Bay (Morten) – “WHAT IS CYBERSECURITY? In search of an encompassing definition for the post-Snowden era”, French Journal for Media Research, n°6/2016, 20 juin 2016, pp 28, Lien / Link

Résumé : l’auteur souligne que le terme de cybersécurité est souvent défini de manière très opérationnelle, comme étant la sécurité des systèmes d’information face aux cyber-attaques. Son étude démontre que cette notion comprend pourtant une conception plus abstraite et large, que les notions de sécurité de l’information et de sécurité informatique permettent d’aborder. Cette métadéfinition de la cybersécurité s’avère couvrir un champ très large de sous-catégories, qui requiert une approche taxonomique de catégorisation en arborescence, et se prête à une analyse critique. En effet, ces définitions apparemment neutres s’avèrent polémiques en réalité, et doivent être discutées sur leur généalogie même, sur les motivations et les intérêts qui ont amené à leur émergence.

Foti (Paolo), Armin (Jart) – “0-Day Vulnerabilities and Cybercrime”, 14 juin 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : cet article étudie la relation entre l’exploitation de failles informatiques (0-day vulnerabilities) et le cybercrime, compris comme un marché économique. Les auteurs cherchent à dégager la structure de ce marché, comprenant des commanditaires et des prestataires de services légaux, qui testent les vulnérabilités pour les combler, des illégaux qui veulent les exploiter à des fins criminelles (crapuleuses ou politiquement motivées), et des Etats pour exercer des prérogatives régaliennes (renseignement & cyber-guerre). Cet article fonde l’analyse sur les données collectées lors de recherches sur le terrain, et d’entretiens avec des acteurs-clefs de ce secteur.

Palmer (James), Llorens (Brea), Kaufman (Sarah), Gibbons (Christopher), Chowdhury (MdGayas), Chen (Cindy), Fu (Xinwen) – “Modeling Cyber Crimes and Investigations for Digital Forensics Education”, 14 juin 2016, pp 10, Lien / Link  

Résumé : les auteurs regrettent que l’étude de la cyber-sécurité ignore les cas concrets d’investigation sur des cyber-crimes, que ce soit sous l’angle des techniques criminelles ou de celles des enquêteurs. Leur étude propose une matrice d’analyse biaxiale, qui étudie les différents cas à partir de cas réels. Cette grille distingue les crimes, selon qu’ils aient été centrés sur le cyber-espace, s’en soient servi comme simple soutien ou s’en soient passé, et les investigations selon qu’elles aient recouru au numérique ou se soient cantonnées au monde physique. Leurs premiers retours d’expérience sur cette approche pédagogique s’avèrent positives, d’autant plus qu’elle est complétée par l’étude d’un cas fictif.

Eisenach (Jeffrey A.), Barfield (Claude), Glassman (James K.), Loyola (Mario), Tews (Shane) – “An American Strategy for Cyberspace Advancing Freedom, Security, and Prosperity”, American Enterprise Institute, 13 juin 2016, pp 83, Lien / Link

Résumé : ce rapport est la somme des propositions d’un comité d’experts sur la stratégie à adopter par les Etats-Unis sur le cyber-espace. Ce travail a eu lieu dans le cadre d’un think-tank conservateur, et cherche ainsi à inspirer le programme du candidat républicain à la prochaine présidentielle. Cette énumération de propositions porte sur les enjeux de cyber-défense et de cyber-sécurité, et aussi sur des considérations civiles (protection des droits, développement de l’économie du numérique).

Persson (Simon), Malmgren (Andreas) – “A Comparative Study of Palo Alto Networks & Juniper Networks Next-Generation Firewalls”, 8 juin 2016, pp 50, Lien / Link

Résumé : cette thèse consiste en une étude comparée de deux modèles de pare-feux de deuxième génération, le Palo Alto et le Juniper. La finalité de ce travail est d’établir lequel est le plus adapté aux besoin d’une PME.

Hemachandra (Samal Vimukthi) – “Butterflies Taking Down Giants: The Impact of Social Media on the Regime Transformation in Sri Lanka”, 8 juin 2016, pp 71, Lien / Link

Résumé : ce mémoire étudie l’influence des réseaux sociaux dans un changement de régime, la chute du président srilankais Rajapaksa en 2015 en l’espèce. L’auteur démontre comment des individus séparés en termes de conditions sociales et économiques se sont réunis et ont acquis une audience, au travers des réseaux sociaux et notamment de Facebook. La réflexion de Foucault est mobilisée pour analyser comment ces individus et le réseau social ont interagi, pour former spontanément un réseau, porteur d’un contre-discours radical contre le régime et capable de se faire entendre, en dépit de leur marginalité politique et médiatique. L’auteur analyse notamment comment ces réseaux d’opposants ont focalisé leur critique sur la dénonciation du régime de Rajapaksa comment étant une dystopie, c’est-à-dire une fausse utopie qui aliène en fait le bonheur et la liberté.

Giboney (Justin Scott), Kotil (Adem) – “The Theory of Successful Behavior: A Theoretical Explanation of Successful Novice Cyber Security Practicioners”, 6 juin 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les facteurs psychologiques qui permettent à des novices de s’en sortir dans une compétition de cyber-sécurité, qui était pourant particulièrement rude et réaliste. A partir d’un échantillon, les auteurs cherchent à déterminer l’équilibre psychique qui a joué en faveur des meilleurs, et notamment les interactions entre des facteurs comme l’ambition, la confiance en ses propres capacités ou l’aptitude en la conceptualisation qui conditionnent l’émergence d’un comportement de gagnant.

Augustine (William) – “Cybersecurity Benefits of Executive Order 13,694”, 6 juin 2016, pp 5, Lien / Link

Résumé : le 1er avril 2015, le Président Obama a adopté une directive présidentielle (executive order) visant à “geler les biens de certaines personnes compromises dans des actes particulièrement malveillants et aggravés par des moyens cybernétiques”. L’auteur cherche à établir l’efficacité de cette directive pour assurer la cyber-sécurité des Etats-Unis, en analysant l’environnement dans lequel elle est appliquée et en définissant de quelles personnes et de quels actes malveillants il s’agit.

Suresh V., Venkatesh B., Anajaneyulu A. – “Data Preservations by Using Digital Forensic Techniques”, 2 juin 2016, pp 16, Lien / Link

Résumé : ce papier fait le tour des techniques et procédés actuellement en cours, pour l’investigation technico-légale en matière informatique. Les auteurs proposent des pistes de réflexion et d’études pour l’avenir, face à la complexité de cette tâche de trouver des indices incriminant les cyber-malveillants.

MAI 2016

Noever (David), Kinnaird (David) – “Identifying the Perpetrator: Attribution of Cyber-attacks based on the Integrated Crisis Early Warning System and the VERIS Community Database”, 31 mai 2016, pp 2, Lien / Link

Résumé : ce court article prétend dresser le portrait des cyber-attaques récentes, et surtout d’établir la parenté géographique desdites attaques. Ce portrait a été établi à partir d’un système intégré d’alerte avancée des crises et d’une base de données communautaire.

Major Sales (Rodrigo Damasceno), Goldoni (Luiz Rogério Franco) – “Considerações sobre Comando e Controle”, Revista de Ciências Militares, Vol. IV, n°1, 31 mai 2016, pp 277-301, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les concepts de “Guerre centrée sur les réseaux” ou “Network Centric Warfare” et de cyber-guerre, et en sonde l’évolution historique mais aussi la pertinence conceptuelle et dans son application réelle.

Kumar (Satish) – “Information Security Threats, Vulnerabilities and Assessment”, International Journal of Advanced Research in Computer Engineering & Technology (IJARCET) Volume 5, Issue 5, 30 mai 2016, pp 1358-1360, Lien / Link

Résumé : cette étude fait le bilan des brèches de cyber-sécurité recensées jusqu’à maintenant, pour arguer la supériorité des mesures préventives sur la réaction aux cyber-attaques. L’auteur invite ainsi à se concentrer sur l’architecture des systèmes ou des serveurs, et donc à consolider les évaluations de sécurité.

Afzal (Waseem) – “A study of the informational properties of the ISIS’s content”, 30 mai 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie la propagande informatique de Daech, non pas sous l’angle de l’emploi par le groupe insurrectionnel des réseaux numériques mais de la qualité de son discours. L’auteur met en exergue la richesse des références théologiques, politiques, historiques et affectives de la propagande de Daech, mais aussi son caractère extrêmement manichéen, pour expliquer sa stratégie d’influence ou de recrutement et donc le succès de ladite stratégie.

Heenan (Ross), Moradpoor (Naghmeh) – “Introduction to Security Onion”, 27 mai 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : ce papier présente la plateforme de gestion des mesures de cyber-sécurité, baptisé Onion, et qui propose plusieurs fonctionnalités de détection des menaces sur les réseaux ou sur les serveurs. Cette plateforme est présentée, et notamment son caractère adaptatif et multitâches est mis en avant.

Seidenberger (Scott) – “A New Role for Human Resource Managers: Social Engineering Defense”, Cornell HR Review, 27 mai 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : cet article étudie la manière dont les GRH peuvent améliorer la cyber-sécurité de leurs organisations, notamment par de l’ingénierie sociale et donc en influençant les mentalités ou les habitudes des personnels. L’auteur approfondit notamment les pistes d’une actions sur la culture-maison, incluant de repenser l’espace physique de travail, une stratégie proactive d’incitations comportementales, et même un usage intelligent des simulations-surprises de cyber-attaques.

Bass (Tim), Lt. Col. Watt (Glenn) – “A simple framework for filtering queued SMTP mail (Cyberwar countermeasures)”, Institute of Electrical and Electronics Engineers, 26 mai 1998, pp 1140-1144, Lien / Link

Résumé : cet article a un intérêt historique, en décrivant l’une des premières contre-mesures prises contre une cyber-attaque. Les auteurs décrivent comme cette attaque contre l’intranet de la base de l’US Air Force de Langley, en Virginie, a été entravée. Cette attaque consistait en un spam, c’est-à-dire un courriel publicitaire qui portait un virus en fait, et la réponse a consisté en un filtrage des courriels pour écarter les spams.

Military and Strategic Affairs, Volume 7, n°3, publication mensuelle de l’Institute for National Security Studies (INSS), 25 mai 2016, pp 106, Lien / Link

Ce numéro comprend des articles consacrés à la cyber-défense dont :

  • “Between Imagined Reality and Real Terrorism”, Cohen (Daniel)
  • “What Should be the Role and Responsibility of the Government in Defending Private and Commercial Digital Intellectual Property?”, Shachar (Ron)
  • “Cyberspace Espionage and its Eect on Commercial Considerations”, Siboni (Gabi), Israel (David)
  • “Has the “Spider Web” Theory Really Collapsed?”, Levy (Yagil)
  • “China’s Strategic Nuclear Arms Control: Avoiding the “Thucydides Trap””, Cimbala (Stephen J.)
  • “HUMINT in the Cybernetic Era: Gaming in Two Worlds”, Tal (Avi), Siman-Tov (David)

Girija N C, K. M. Bilvika – “RSSI Based Scheme to Detect and Defeat the Sybil Attack in Wireless Network”, National Conference on Emerging Trends in Electronics and Communication, 24 mai 2016, pp 5, Lien / Link

Résumé : cet article présente une méthode pour répondre aux cyber-attaques du type Sybille, où un identifiant dépersonnalise tous les autres, pour que les logiciels du réseau se rabattent sur lui comme administrateur par défaut et lui accordent ainsi tous les droits. Les auteurs proposent de repérer l’identifiant Sybille à l’origine de l’attaque pour le contrer, ce qui est possible en repérant la hausse anormale de son RSSI qui correspond à la force du signal entre logiciels.

Razzano (Gabriella) – “Human Rights and Information in Africa: A reflection on trend”, 23 mai 2016, pp 40, Lien / Link

Résumé : ce document présente l’enjeu pour le respect des droits de l’Homme en Afrique, sous l’angle du cyber-espace. Cette étude fait le tour de la situation africaine en termes de contenu sur l’Internet, et aussi concernant le respect du droit à l’accès à l’Internet.

Ross (Margaret), Parry (Bryn) – “The Unexpected Expected- Risks of Tomorrow”, 23 mai 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : cet article présente la difficulté à anticiper les risques associés à l’informatisation et les dépendances qu’elle implique, au risque de ne pas pouvoir prévenir des pertes financières conséquentes. Les auteurs s’attardent sur les dommages causés aux réseaux d’énergie avec des exemples pour illustrer leur propos, notamment avec des menaces aussi surprenantes que les fourmis de feu qui provoquent des court-circuits ou le bug informatique Y2K.

Vieira (Vivian Patricia Peron) – “Os Efeitos da Comunicação digital na Dinâmica  do Ativismo transnacional contemporâneo: Um Estudo sobre Al-Qaeda, Wikileaks e Primavera Árabe”, 20 mai 2016, pp 381, Lien / Link

Résumé : l’auteur constate la montée en puissance de l’activisme transnational au XXIème siècle, et s’interroge sur la corrélation avec la numérisation du monde. Cette thèse étudie le lien de causalité entre cette montée en puissance des activistes, pacifiques ou non, et le développement du cyber-espace, au travers d’une méthodologie interdisciplinaire, qui unit relations internationales, théories de la communication et de la technique. Sa démarche est qualitative, et repose sur l’étude de trois cas d’étude : Al Qaïda, Wikileaks et les révolutions arabes. Ce travail conclut à une véritable montée en puissance des activistes transnationaux, grâce au cyber-espace dont les potentialités démultiplient les marges d’action, que ce soit en termes d’influence, de mobilisation, d’organisation ou de pouvoir de nuisance.

Hui (Kai-Lung), Kim (Seung Hyun), Wang (Qiu-Hong) – “Cybercrime Deterrence and International Legislation: Evidence from Distributed Denial of Service Attacks”, 17 mai 2016, pp 57, Lien / Link

Résumé : les auteurs se sont interrogés sur l’effet de la convention de Budapest sur la cybercriminalité contre les attaques par déni de service. Le papier démontre une baisse de 11% de ces attaques dans les pays ayant ratifié la convention, tout en mettant en exergue que cette baisse n’a pas eu lieu dans les pays ayant obtenu des réserves à la convention. Ce travail souligne aussi des phénomènes de transfert, les cyber-criminels renonçant aux attaques par déni de service pour leur préférer d’autres cyber-crimes, mal réprimés par la convention. Les auteurs insistent sur le fait que ces phénomènes de transfert démontrent le caractère rationnel du comportement des cyber-criminels, et en tirent des conclusions pour une amélioration de la répression.

Bartow (Brian J.), Pate (Braden) – “Advising Trustees of Their Role in Cybersecurity Oversight”, The NAPPA Report, 17 mai 2016, pp 5-9, Lien / Link

Résumé : cet article souligne que l’importance de la cyber-sécurité pour les entreprises requiert un contrôle de la part des cadres dirigeants, que les conséquences possibles pour la valeur des actifs sont trop graves pour déléguer cet enjeu au seul département informatique. Les auteurs avancent donc des pistes de management pour proposer aux dirigeants d’entreprise des outils afin d’assurer le contrôle de cette activité.

Vogel (Rebecca) – “Closing the Cybersecurity Skills Gap”, Salus Journal, Volume 4, Number 2, 16 mai 2015,  pp 32-46, Lien / Link

Résumé : l’auteur constate un sous-effectif en termes de personnels qualifiés en cyber-sécurité aux Etats-Unis. Elle appelle à une politique de recrutement massive, quitte à investir dans la formation des recrues, pour répondre au besoin qui serait urgent.

Adams (Jackson), Albakajai (Mohamad) – “Cyberspace: A New Threat to the Sovereignty of the State”, Management Studies, Vol. 4, n°6, 13 mai 2016, pp 256-265, Lien / Link

Résumé : cette étude considère l’atteinte que porte le cyber-espace à la souveraineté des Etats, de par son caractère transfrontalier, au travers de l’exemple du commerce en ligne.

Azzimonti (Marina), Marks (Asher) – “Hacking Induced Externalities and the Apathy of Stockholders”, 13 mai 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : les auteurs constatent que la plupart des études concluent à des pertes réduites pour la valeur boursière et financière des entreprises suite à des cyber-attaques, et expliquent ce peu de conséquences par les assurances prises contre ce genre de risques. Cette étude démontre que les analyses communément admises ignorent les externalités négatives pour les consommateurs des entreprises attaquées, et proposent des modèles d’évaluation de ces externalités pour presser le gouvernement américain à prendre des mesures afin de les prévenir, dans une perspective d’intérêt général.

Sànchez (Jesùs Reguera) – “Aspectos legales en el ciberespacio – La ciberguerra y el Derecho Internacional Humanitario”, defensa.com, 13 mai 2015, Lien / Link

Résumé : cet article s’intéresse à la spécificité du cyberespace comme champ de bataille, en raison de l’absence de frontières et de la difficulté voire de l’impossibilité à identifier les belligérants, en plus de son caractère niveleur qui permet à un acteur infra-étatique de combattre un Etat à armes égales. L’article étudie d’abord ces spécificités en termes de Défense et de sécurité internationale, avant de s’interroger sur l’application au cyberespace du droit humanitaire international pour réguler cette violence.

Hamieh (Ali), Fefferman (Nina) – “Hive Oversight for Network Intrusion Early-warning using DIAMoND (HONIED): A bee-inspired method for fully distributed cyber defense”, 11 mai 2016, pp 9, Lien / Link

Résumé : les auteurs avancent une technique originale pour la cyber-sécurité : s’inspirer de l’organisation sociale des insectes, et notamment de la faculté des ruches à détecter rapidement un intrus et à le neutraliser en l’assaillant par essaims. L’étude démontre la possibilité de modéliser ce schéma d’organisation et de le reproduire avec des logiciels de sécurité, ce qui permettrait d’améliorer la détection des malwaresd’environ 20%.

De Prijck (Anke) – “The terminology of cybercrime. A contribution to the IATE-CvT project (English-Dutch-Spanish) – Volume I”, 11 mai 2016, pp 77, Lien / Link

Résumé : ce mémoire de Master se conçoit comme une contribution au projet IATE-CvT, initié en 2010 par la Commission européenne et plusieurs universités dont celle de Gent afin d’établir un dictionnaire dédié à la cyber-criminalité. Ce dictionnaire doit permettre d’établir une correspondance entre les termes associés à cette thématique dans plusieurs langues, qui sont l’anglais, le néerlandais et l’espagnol.

Burch (Sally) – “La Gobernanza mundial de Internet”, Linear 9 Revista de Politica Exterior, 11 mai 2016, pp 23-36, Lien / Link

Résumé : l’auteur décrit les rapports de force autour de la gestion de l’Internet, et pointe leur caractère ou technocratique, ou mercantile et oligarchique, ou militarisé. Il dénonce cet état de fait et en appelle à une réappropriation citoyenne, pour assurer une gouvernance démocratique de l’Internet.

Colonel Ramsby (Corey M.), Yannakogeorgos (Panayotis A.) – “A Reality Check on a Cyber Force”, Strategic Studies Quarterly, 9 mai 2016, pp 116-133, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie la possibilité que les Etats-Unis adoptent une sixième force armée, distincte pour opérer dans le cyber-espace. L’auteur explique que les éléments pour y parvenir ne sont pas réunis en l’état, et qu’il manque une doctrine stratégique, des avancées technologiques et un blanc-seing pour manoeuvrer dans cet espace que les autres armées n’auraient pas, plus un lobbying favorable au Congrès.

Chaker (Amal) – “Etude des processus de vigilance pour la sécurité de systèmes décisionnels”, 7 mai 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur la sécurisation des systèmes informatiques d’aide à la prise de décision, face aux nombreux risques qui pèsent dessus (pannes, fuites d’information, agressions volontaires ou involontaires). L’auteur décrit l’état de l’art, en démontre les limites, énumère un certain nombre de pistes d’amélioration, et annonce des recherches complémentaires.

Korczynski (Maciej), Hamieh (Ali), Ho Huh (Jun), Holm (Henrik), Rajagopalan (S. Raj), Fefferman (Nina H.) – “Bio-Inspired cyber security for communications and networking – Hive Oversight for Network Intrusion Early Warning Using Diamond: A Bee-Inspired Method for Fully Distributed Cyber Defense”, IEEE Communications Magazine, 6 mai 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : ce papier décrit un logiciel de cyber-sécurité, basé sur le modèle des insectes sociaux. Les auteurs expliquent que les abeilles, par exemple, assurent la surveillance de la ruche de manière très efficiente : la sécurité est largement assurée, avec de faibles moyens dépensés en nombre d’abeilles mobilisées, en mémoire sollicitée ou en efforts physiques ou mentaux. Ils se sont inspirés de ce modèle pour créer un système de cyber-sécurité tout aussi efficient, et démontrent données à l’appui que ce logiciel permet une amélioration de 20% par rapport aux résultats de systèmes classiques.

Dane (Kristopher) – “Do Data Breaches Matter? – A Review of Breach Data and What to Do Next”,  ISSA Journal, 6 mai 2016, pp 22-29, Lien / Link

Résumé : l’auteur essaie d’évaluer les pertes économiques qu’entraînent les intrusions informatiques pour les entreprises. Son papier souligne les limites de pareille évaluation, en raison des lacunes dans les reports d’accidents. Il invite donc à une amélioration de ces rapports, pour enrichir les recherches académiques mais aussi pour améliorer l’information des clients.

Mirza (Muneeb), Usman (Muhammad), Biuk-Aghai (Robert P.), Fong (Simon) – “A Modular Approach for Implementation of Honeypots in Cyber Security”, International Journal of Applied Engineering Research, Volume 11, n°8, 4 mai 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : les auteurs rappellent la difficulté de contrer des cyber-attaques avec un seul type de protection (anti-virus, pare-feux, systèmes de détection d’intrusion). Leur étude propose donc un modèle de cyber-sécurité qui soit modulaire, en mettant en synergie plusieurs outils, et notamment un type de protection peu étudié et utilisé pour le moment mais qui leur semble un complément nécessaire : des “pots de miel”.

Manjarrés (Laura Bermúdez) – “CIBERTERRORISMO: EL LADO OSCURO DE LA RED”, Revista ACADEMIA LIBRE, Universidad Libre – Barranquilla, Año 8, No. 9, 2011, 1er mai 2016, pp 105-111, Lien / Link

Résumé : ce papier décrit l’ère digitale actuelle comme étant un démultiplicateur des nuisances criminelles, indépendamment de ses vertus pour la société légale. L’auteur se concentre notamment sur le risque terroriste dans le cyberespace, des malfaisants en groupe ou isolés pouvant planifier des attentats en toute discrétion grâce aux outils numériques du grand public. La circulation relativement incontrôlée des informations sur le Net contribue par ailleurs à laisser des données sensibles à la portée de terroristes. L’auteur appelle en conséquence à réformer les habitudes de prévention et de réponse sécuritaires afin d’intégrer cette donne.

Fenko (O.G. Lysenko) – “Directions of Аudit and Defence of the Informsystems”, SWorld Journal, (?) mai 2016, pp 22-24, Lien / Link

Résumé : cet article porte sur la réponse apportée à la cyber-criminalité, par un pays qui n’est pourtant pas un pays meneur dans le cyber-espace : l’Ukraine. L’auteur aborde les mesures prises en termes doctrinaux, institutionnels et légaux.

AVRIL 2016

McNerney (Michael J.), Marquis (Jefferson P.), Zimmerman (S. Rebecca ), Klein (Ariel) – “SMART Security Cooperation Objectives – Improving DoD Planning and Guidance”, 29 avril 2016, pp 141, Lien / Link

Résumé : cette étude de la RAND Corporation propose une application du procédé SMART, qui est un outil managérial déjà utilisé par le Pentagone dans plusieurs domaines pour évaluer l’efficacité de ses programmes pays par pays, à la matière de la cyber-défense. Les auteurs explicitent le fonctionnement du procédé SMART, et l’applique sur le sujet de la cyber-défense pour plusieurs commandements géographiques des armées américaines (Europe, Pacifique, Amérique latine, Moyen-Orient et Asie centrale).

Teniente Coronel Camps (Pablo) – “Ciberdefensa y Ciberseguridad: Nuevas Amenazas a la Ciberdefensa, Seguridad nacional, Estructuras nacionales de Estrategias de Ciberseguridad y Cooperaciòn Interagencias en Este Ámbito”, 29 avril 2016, pp 13, Lien / Link

Résumé : le cyber-espace a un pouvoir démultiplicateur de nuisance, en raison de la concentration de données et de la contraction de l’espace-temps qu’il entraîne. Ce potentiel presse les Etats à revoir leur organisation et leurs normes pour prévenir ces menaces, aux frontières et aux acteurs difficilement identifiables. L’auteur se concentre notamment sur l’exemple de la République d’Uruguay, qui a récemment adopté des mesures en ce sens, tout en procédant à une prospective sur l’évolution de la stratégie de cyber-sécurité de ce pays.

Thompson (Brian), Morris-King (James), Harang (Richard) – “Slowing the Spread of Bluetooth-based Malware in Mobile Tactical Networks”, 28 avril 2016, pp 6, Lien / Link

Résumé : les systèmes de communication tactique du type Bluetooth sont dorénavant exposés à des logiciels malveillants, qui se répandent dessus facilement en l’absence des défenses usuelles sur les systèmes classiques. Ces logiciels malveillants risquent dès lors de saboter des opérations militaires tactiques, qui requièrent pareils systèmes de communication pour coordonner les actions des opérateurs. Les auteurs exposent une simulation basée sur des IA pour représenter des soldats en opération, qui a permis d’évaluer l’efficacité de plusieurs tactiques de cyber-défense face à ces logiciels malveillants.

Lamanna (Antonio) – “Per una geopolitica del cyberspazio”, 27 avril 2016, pp 22, Lien / Link

Résumé : les auteurs mettent en exergue l’influence sur les relations internationales du numérique, avec la constitution d’un vrai cyberespace au cours de la dernière décennie. L’étude porte sur la possibilité académique de concevoir ce cyberespace comme un nouveau milieu, à part de la terre, des mers, de l’air ou de l’espace, qui puisse être étudié sous l’angle de la géopolitique. Le papier conclut sur la pertinence d’une analyse géopolitique du cyberespace, pourvu qu’il soit conçu comme un ensemble de réseaux et non pas comme un terrain.

Depoorter (Gael) – “Ce que le “Libre” fait aux “libristes””, Recherches sociologiques et anthropologiques, 2015/2, 26 avril 2016, pp 21-42, Lien / Link

Résumé : cette étude sociologique s’intéresse au milieu des hackers, les milieux du logiciel libre et de l’exploit en codage qui promeuvent la liberté informatique comme valeur suprême. L’auteur souligne la dialectique entre cette valeur de liberté et le caractère institutionnel qu’ont cependant acquis ces milieux. Cette dialectique s’explique en raison d’une part de leur rôle de promoteurs d’un système de valeurs et donc d’autorités qui semble contradictoire avec leur refus de toute tutelle, d’autre part de l’appartenance de ces personnes à des institutions du monde réel qui continuent à les contraindre (étudiants en informatique, professionnels, amateurs passionnés).

Bendovschi (Andreea), Al-Nemrat (Ameer), Ionescu (Bogdan Stefan) – “Statistical Investigation into the Relationship between Cyber-Attacks and the Type of Business Sectors”, International Journal of Business, Humanities and Technology, Vol. 6, N°1, 24 avril 2016, pp 13, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les cyber-attaques dont sont victimes les différents secteurs économiques. Les auteurs ont mené une étude statistique pour distinguer, secteur par secteur, les proportions des différents types d’attaques (déni de service, vers, spams, chevaux de Troie) et de failles (faiblesse du pare-feu, erreur humaine & manque d’hygiène informatique, trahisons internes). L’étude prétend ainsi désigner aux entreprises impliquées dans ces secteurs les facteurs de leur cyber-sécurité qu’ils devraient renforcer, ce qui permettrait d’éviter le surcoût d’un investissement non-ciblé dans leurs protections.

Johnson (Chris), Badger (Lee), Waltermire (David), Snyder (Julie), Skorupka (Clem)  – “Guide Information to Cyber Threat Sharing”, NIST Special Publication 800 – 150, 21 avril 2016, pp 39, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les systèmes de détection des cyber-menaces, et notamment sur l’enjeu de partager les bonnes pratiques de détection et les résultats de cette détection entre participants d’un même réseau. Les auteurs détaillent une série de méthodes optimales à cette fin.

Bozzini (David) – “Cryptographie et Surveillance digitale”, 19 avril 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : l’auteur met en exergue la réalité ambigue du cyber-espace, qui se caractérise par la généralisation de la cryptographie et du cyber-espionnage en même temps, par la confidentialité des communications et par une transparence des individus. L’étude étudie cette nature paradoxale du monde digital, qui s’expliquerait par l’analyse de Foucault sur la dynamique des démocraties modernes, soucieuses d’organiser les masses pour en maximiser la productivité. Nos sociétés tendraient alors à concilier l’activité économique, qui exige la confidentialité des échanges, et la cyber-surveillance pour assurer la sécurité. Ce papier fait le tour des dynamiques et des acteurs qui participent de cette nature duale du cyber-espace, et conclut sur la possibilité d’une rébellion face au caractère aliénant du numérique. L’auteur est cependant pessimiste, en soulignant que les différents cyber-activistes qui prétendent émanciper le citoyen lambda sont eux-mêmes, trop souvent, membres du complexe digito-militaire qu’ils prétendent condamner.

Way (Julian), Muggah (Robert) – “Charting Out the Digital Ecosystem of Gangs in the U.S. and Mexico”, Small Wars Journal, 15 avril 2016, pp 21, Lien / Link

Résumé : cet article détaille les recherches concernant la présence des gangs et cartels de la région Tijuana-Los Angeles sur l’Internet et les réseaux sociaux, et en tire des conclusions sur les dynamiques sociale, économique et criminelle de ces groupes.

Coste (Benjamin), Ray (Cyril), Coatrieux (Gouenou) – “Évaluation de la confiance dans un environnement multisources”, 14 avril 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : les auteurs soulignent la vulnérabilité des utilisateurs de services numériques à une malversation des données dont ils se servent, que l’information ait été traitée et agrégée par des opérateurs humains ou par des algorithmes. Dans un environnement complexe, où les sources d’information sont pléthoriques, de nature diverse et intéragissent de manière subtile, leur papier présente une méthode d’évaluation des informations et de leurs sources pour prévenir ce risque. Ils concluent en appliquant leur méthode au cas des navires modernes.

Dunlap (Holly), Wilson (Beth), Manas (Joe) – “A Path Towards Cyber Resilient and Secure Systems”, 14 avril 2016, pp 28, Lien / Link

Résumé : cette étude procède à une énumération exhaustive des cyber-menaces envisageables, avant de les analyser de manière holistique afin de proposer un paquet de mesures optimal pour répondre à toutes.

Piccirilli (Lic. Darío A.) – « Protocolos a Aplicar en la Forensia Informàtica en el Marco de las Nuevas Tecnologìas (Pericia – Forensia y Cibercrimen) », 13 avril 2016, pp 115, Lien / Link

Résumé : cette thèse étudie les enjeux procéduraux, juridiques et techniques de la recherche et de la caractérisation de la preuve, dans le cas d’un crime cybernétique. L’auteur étudie notamment les enjeux de la standardisation internationale de la procédure pénale sur ce point, et de l’absence de procédure préalable d’établissement de soupçons justifiant la recherche de preuves. Cette absence constitue une aberration par rapport aux autres domaines du droit, et peut être éventuellement attaquée.

Bhoir (Hemangi Dhananjay), Dongre (Nilima M.) – “Hybrid Cloud-based Firewall System Performance and Reliability”, International Journal of Pure and Applied Research in Engineering and Technology, Volume 4, 13 avril 2016, pp 10, Lien / Link

Résumé : les auteurs étudient un nouveau modèle de pare-feux, dits hybrides, qui filtrent le trafic numérique afin de bloquer l’accès aux logiciels malveillants. Leur originalité est de basculer de manière opportune tantôt sur un filtrage en amont, tantôt en aval, ce qui permet d’assurer la protection du système informatique sans ralentir de manière excessive les flux de données.

Lin (Tom C.W.) – “Financial Weapons of War”, Minnesota Law Review, 8 avril 2016, pp 1377-1440, Lien / Link

Résumé : cet article n’aborde pas directement la cyber-guerre mais traite des armes dites “financières”. L’auteur étudie donc les différents aspects (stratégiques, légaux, techniques) de ce type d’attaques, qu’il assimile largement à des cyber-attaques ciblant les systèmes financiers nationaux – il contribue en cela à la réflexion sur la cyber-guerre.

Craig (Anthony), Valeriano (Brandon) – “Conceptualising Cyber Arms Races”, 2016 8th International Conference on Cyber Conflict, 7 avril 2016, pp 18, Lien / Link

Résumé : cette étude développe une méthodologie pour étudier les processus de course aux armements dans le cyber-espace, en adaptant les méthodes classiques pour analyser une course aux armements conventionnels. Les auteurs partent de deux cas contemporains, que sont les tensions irano-américaines et entre les deux Corées, et démontrent accessoirement que des courses aux armes cybernétiques sont bien en cours dans les deux cas. Le papier se conclut surtout sur un portrait-type de pareille course, et jette les bases d’études complémentaires pour consolider la méthodologie.

Chandra (Yogesh), Mishra (Pallaw Kumar), Arya (Chaman Prakash) – “Attack Graphs for Defending Cyber Assets”, 8 avril 2016, pp 7, Lien / Link

Résumé : les auteurs postulent que les cyber-attaques vont en se complexifiant, devenant ingérables pour les pare-feux ou les antivirus classiques. Leur papier explique en quoi la modélisation d’attaques complexes peut permettre de consolider les mesures défensives, en incluant la modélisation des attaques dans leur conception pour leur faire anticiper les angles d’attaque. Le papier se conclut sur les résultats d’un test, où des logiciels de cyber-sécurité reposant sur pareille modélisation ont été confrontés à une attaque complexe.

Johnsen (S.O.) – “A Comparative Study of the Norwegian Cyber Security Strategy vs strategies in EU and the US – emerging cybersafety ignored”, 2 avril 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : ce papier est une étude comparative de la stratégie norvégienne de cyber-sécurité avec celles des Etats-Unis et de pays de l’UE. L’auteur tire des conclusions de ces comparaisons concernant les limites de la stratégie norvégienne, notamment suite à une cyber-attaque importante qui toucha le pays le 22 juillet 2011. Il analyse cette attaque comme la preuve d’un fossé entre les plans stratégiques du pays et leur application, et suggère sur la base des exemples étrangers de renforcer la coopération internationale et la prévention des failles de sécurité. L’auteur insiste sur le constat que la principale lacune de la Norvège dans ce domaine est l’existence de structures dédiées, avec des champs de compétence clairs qui permettent la prise de responsabilités au plus vite.

Friday (Alaji) – “Non-ownership of Cyberspace and Contemporary Security Challenges in the 21st Century: the Nigerian Case”, Center for Human Security Studies–Hyderabad-India, avril 2016, pp 216-228, Lien / Link

Résumé : l’auteur constate que la cyber-sécurité est assurée essentiellement par des mesures techniques, et que les autorités publiques et les agents économiques privés tendent à s’en satisfaire. Il prend l’exemple du Nigéria pour illustrer en quoi cette réponse technique est insatisfaisante : la principale raison pour laquelle la cyber-criminalité est très développée au Nigéria est l’absence de protections juridiques et de culture de la propriété sur le Net, pas l’absence de réponses techniques. Cet article se termine sur plusieurs propositions de mesures non-techniques, pour consolider le droit à la propriété numérique

MARS 2016

Fernández (Víctor Romero) – “Diseño e implementación de una maqueta de máquinas virtuales en red para simulación de ejercicios de ciberdefensa”, 31 mars 2016, pp 147, Lien / Link

Résumé : l’Espagne a été en 2014 le troisième pays au monde qui a enduré le plus de cyber-attaques et celles-ci ne cessent d’augmenter, allant de la simple escroquerie à la manoeuvre de cyber-guerre. Cette étude explique la nécessité pour l’Espagne de renforcer sa cyber-défense en réponse, ce qui nécessite de combler sa lacune en formation d’opérateurs en cyber-sécurité et ce en termes pratiques plus que théorique, les connaissances académiques étant le plus facilement importable. Cependant, la formation à la cyber-sécurité par des simulations est potentiellement dangereuse si elle a lieu sur des réseaux effectifs, et appelle donc à l’utilisation de réseaux dédiés. Les auteurs présentent ainsi un modèle de réseau destinée à pareils exercices, déjà soumise à des tests de fiabilité et fonctionnant en cercles : un intranet à protéger, une “zone démilitarisée” comme frontière, et l’Internet comme vecteur des attaques.

Abebe (Daniel) – “Cyberwar, International Politics, and Institutional Design”, The University of Chicago Law Review, Volume 83, Winter 2016, n°1, 30 mars 2016, pp 22, Lien / Link

Résumé : l’auteur relaie un débat politique et juridique qui a lieu actuellement aux Etats-Unis, sur les pouvoirs de guerre du Président américain. Certains juristes arguent que le champ de compétences présidentiel est suffisant en l’état pour gérer des cyber-conflits, en affirmant que lesdits conflits ne sont pas foncièrement différents des guerres traditionnelles. D’autres disent que ce type de conflits est foncièrement différent, et donc que le Président américain n’a pas la marge de manoeuvre légale pour diriger pareilles opérations dans le cyberespace. Cet article participe à ce débat, en considérant l’interaction entre les éléments de droit américain sur cette question et les capacités de nuisance ou intentions bellicistes des adversaires des Etats-Unis. L’auteur conclut en proposant un modèle tenant compte de ces deux dimensions, et finit par défendre que le cadre actuel ne laisse pas un champ suffisamment large à la Maison-Blanche pour répondre aux cyber-menaces de manière optimale.

Nandy (Debalina), Padariya (Renish) – “Survey on Cyber Threats and Management Policies”, International Journal of Science Research and Technology, Volume 2, Issue 1, 30 mars 2016, pp 42-44, Lien / Link

Résumé : les systèmes de cyber-sécurité sont vulnérables essentiellement en raison de faiblesses humaines, notamment des lacunes des interactions entre opérateurs humains, et aussi à cause de problèmes d’interactions homme-machine. Les auteurs étudient ainsi des pistes de procédures opérationnelles, qui réduiraient pareils risques et mettraient en synergie la capacité d’analyse des humains avec la rapidité de calcul des machines.

Ayres (Nicholas), Maglaras (Leandros A.), Janicke (Helge), Smisth (Richard), He (Ying) – “The mimetic virus: A vector for cyber terrorism”, 30 mars 2016, pp 16, Lien / Link

Résumé : ce papier étaie la perspective de l’émergence d’un vrai cyber-terrorisme, qui ne se résumerait pas seulement en de la propagande mais en l’emploi de logiciels malveillants pour commettre des attentats. Cette menace serait d’autant plus dangereuse que son champ géographique pourrait être illimité, et irait jusqu’à la destruction physique d’infrastructures vitales. Les auteurs mettent notamment en avant l’exemple de STUXNET, et appréhendent l’emploi de pareils virus, dits mimétiques car ils se substituent à des logiciels normaux, par des terroristes.

Siboni (Gabi), Assaf (Ofer) – “Guidelines for a National Cyber Strategy – Memorandum INSS n°153”, 29 mars 2016, pp 105, Lien / Link

Résumé : ce papier de recherche procède au bilan de la cyber-stratégie israélienne, qui a émergé en 2002 et s’est encore renforcée depuis 2015 avec une refonte doctrinale et organisationnelle. Les auteurs soulèvent les limites du dispositif actuel, et proposent en réponse des pistes de réforme.

Lerner (Zach) – “A Warrant to Hack: An Analysis of the Proposed Amendments to Rule 41 of the Federal Rules of Criminal Procedure”, 18 YALE J.L. & TECH. 26, 28 mars 2016, pp 26-69, Lien / Link

Résumé : l’auteur intervient sur un débat juridique animé Etats-Unis depuis 2013. Suite au refus d’un juge fédéral d’autoriser le FBI à pirater l’ordinateur de l’auteur de cyber-malveillances, le Département de la Justice a déposé un projet de réécriture de l’article 41 du Code américain de procédure pénale. Le juge fédéral a effectivement rejeté la demande du FBI à cause des dispositions de cet article qui exige d’établir la localisation géographique dudit ordinateur. Le Département de la Justice a donc proposé de passer outre cette exigence de localisation, dès lors que les suspects masquent leurs coordonnées ou leur identité et que les cyber-malveillances en cause affectent au moins cinq Etats fédérés. Le texte est examiné par le Congrès et la Cour suprême, et a déjà suscité des critiques virulentes de la part de défenseurs des droits de l’Homme, qui craignent que cette nouvelle mouture n’étende les moyens de surveillance électronique. L’auteur défend la réforme, en mettant en avant son caractère équilibré entre garantie des droits et nécessité de la lutte contre la cyber-criminalité.

Pernik (Piret), Wojtkowiak (Jesse), Verschoor-Kirss (Alexander) – “National Cyber Security Organisation: UNITED STATES”, 28 mars 2016, pp 32, Lien / Link

Résumé : cette étude décrit le système de cyber-défense américain, et la réalité de la société numérique aux Etats-Unis. Les auteurs contribuent ainsi aux travaux de l’OTAN en matière de cyber-défense, pour sensibiliser chaque allié aux réalités cybernétiques des autres.

Buttyán (Levente) – “Malware”, 24 mars 2016, pp 88, Lien / Link

Résumé : cette présentation récapitule de manière très didactique l’histoire des malwares ou logiciels malveillants, leur actualité, leur fonctionnement, et les moyens pour les détecter ou les entraver.

D‘Amico (Anita), Buchanan (Laurin), Kirkpatrick (Drew), Walczak (Paul) – “Cyber Operator Perspectives on Security Visualization”, 24 mars 2016, pp 12, Lien / Link

Résumé : cette étude est la réactualisation d’une étude sur 15 ans, portant sur la méthode de travail des opérateurs de cyber-sécurité. Les auteurs constatent que les professionnels de la cyber-sécurité continuent majoritairement à inspecter des quantités importantes de données suivant des références alphanumériques, alors que cela requiert un énorme effort intellectuel. L’étude se conclut sur la perspective de préférer à cette méthode une analyse fondée sur des supports graphiques.

De Araujo (Marcelo) – “Cyberwar, Political Realism, and World State”, 21 mars 2016, pp 11, Lien / Link

Résumé : l’auteur s’interroge sur la viabilité des théories de la guerre juste pour analyser la cyber-guerre, et sur la possibilité de théories de substitution qui soient plus adaptées. Son papier constate l’obsolescence de la théorie classique de la guerre juste face aux réalités des cyber-conflits, et aussi la non-viabilité de toute variante modernisée. La conclusion de ce travail est que c’est la pertinence même d’un monde divisé entre Etats-nations qui est remis en cause par la dimension cyber, et que la réponse idéale serait la constitution d’un Etat mondial, tel que celui auquel aspirait Kant dans son Traité sur la Paix perpétuelle.

Han (Ahmet), Çelikpala (Mitat) – “Cyber Security and Nuclear Power Plants: International Framework”, A Primer on Cyber Security in Turkey and the Case of Nuclear Power / 52, 21 mars 2016, pp 17, Lien / Link

Résumé : les auteurs rappellent les ambitions de la Turquie en matière de nucléaire civil, en prévoyant la construction de trois centrales nucléaires appelées à produire 20% de l’électricité nationale en 2023. L’étude rappelle que les centrales nucléaires sont une cible particulièrement inquiétante des cyber-attaques, et fait la revue de l’état de la menace et des réponses en termes de cyber-sécurité pour les centrales, pour trouver des solutions adaptées au cas turc.

Dévai (Dóra)- “Proliferation of Offensive Cyber Weapons. Strategic Implications and Non-Proliferation Assumption”, AARMS Vol. 15, No. 1 (2016), 17 mars 2016, pp 61-73, Lien / Link

Résumé : le développement, l’acquisition et la mise en service d’armes cybernétiques seraient devenus normaux pour les forces armées et de l’ordre. Cette réalité requiert des révisions stratégiques, notamment en termes légaux et organisationnels, alors que les experts juridiques et techniques peinent à répondre à ces nouveaux besoins. L’auteur détaille les défis que ces experts rencontrent et les solutions qui se dégagent, notamment dans le cas particulier de la Hongrie et de ses partenariats internationaux sur ce sujet.

Patil (Uma R.), Patil (V. M.) – “An Overview of security Scenario for 5G Network”, International Journal of Scientific & Engineering Research, Volume 7, Issue 2, 12 mars 2016, pp 284-286, Lien / Link

Résumé : le passage annoncé à la 5G dans le secteur de la téléphonie mobile amènera une refonte des mesures de cyber-sécurité, pour répondre aux menaces inédites qu’appelleront ses spécificités techniques. Les auteurs appellent à fonder les mesures de cyber-sécurité idoines sur une prise en considération de tout le nouvel écosystème (business plan, réseaux, logistique), sur lequel reposeront les appareils 5G.

Estrella (Rafael) – “La diplomacia digital de las organizaciones multilaterales: Rusia y la guerra fría en la era internet”, La diplomacia española ante el reto digital, 8 mars 2016, pp 89-99, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie le travail d’influence digitale des organisations interétatiques qui assurent l’architecture de sécurité européenne (ONU, OTAN, OSCE, UE), et constate leur faiblesse face au travail de propagande du Kremlin par le même vecteur qu’est l’Internet. L’auteur analyse le fonctionnement de la guerre russe de l’information, et en tire des conclusions pour une réponse des organisations précédemment décrites.

Estrella (Rafael) – “La diplomacia digital de las organizaciones multilaterales: Rusia y la guerra fría en la era internet”, La diplomacia española ante el reto digital, 8 mars 2016, pp 89-99, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie le travail d’influence digitale des organisations interétatiques qui assurent l’architecture de sécurité européenne (ONU, OTAN, OSCE, UE), et constate leur faiblesse face au travail de propagande du Kremlin par le même vecteur qu’est l’Internet. L’auteur analyse le fonctionnement de la guerre russe de l’information, et en tire des conclusions pour une réponse des organisations précédemment décrites.

Halderman (J. Alex) – “Practical Attacks on Real-world E-voting”, Real-World Electronic Voting: Design, Analysis and Deployment, 6 mars 2016, pp 36, Lien / Link

Résumé : cette étude porte sur les risques de vulnérabilité des systèmes de vote électronique aux cyber-attaques. Les auteurs soulignent que plusieurs accidents ont déjà eu lieu à travers le monde, qui ont démontré la réalité de ces risques, et qu’un régime autoritaire voire les services d’une puissance extérieure, peuvent manipuler ainsi une élection. Les systèmes requérant des bornes ou s’effectuant via l’Internet sont ainsi soumis à un biais en faveur d’un candidat, à une violation de l’anonymat des votes qui permettent des représailles contre qui aurait “mal voté” a posteriori, ou encore au discrédit jeté sur le processus électoral et donc sur ses résultats par une série d’accidents techniques. Assurer la protection de ces systèmes pourtant cruciaux pour la souveraineté et la démocratie est ardu, en raison de l’ampleur du processus et des contraintes techniques qui y sont associés. Les auteurs cherchent à évaluer la réalité de ces risques mais soulignent les difficultés qu’ils ont rencontré, notamment l’omerta des fabricants et des autorités publiques qui admettent difficilement ce risque et craignent de partager des éléments techniques avec les chercheurs, au motif de la confidentialité.

Pathak (Pradeep Balkrishna) – “Study of Key Concepts Pertaining to the Cybercrime: Threat, Vulnerability and Security”, International Journal of Advanced Research in Computer Science and Applications,Volume 4, Issue 2, 5 mars 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cette étude généraliste revient sur les trois caractéristiques qui structurent le concept de cyber-criminalité : le caractère polysémique de la menace, la diversité des vulnérabilités, et la sécurité comme seule parade possible.

Harold (Scott Warren), Libicki (Martin C.), Cevallos (Astrid Stuth) – “Getting to Yes with China in Cyberspace”, 4 mars 2016, pp 121, Link / Lien

Résumé : les auteurs rappellent d’abord que les relations sino-américaines ont toujours été compliquées, depuis l’instauration du régime communiste en 1949, avec néanmoins une détérioration flagrante depuis 2015 et qui se manifeste notamment sur l’enjeu du cyberespace. Le dialogue entre Pékin et Washington DC s’est largement détérioré, avec entre autres raisons les regards croisés sur leurs comportements respectifs dans l’espace numérique, que chaque capitale qualifie d’irresponsable. Les tentatives de dialogue au travers de groupes de travail ont échoué, suite à la mise en cause des activités chinoises de cyber-espionnage par les Américains. Même si les échanges ont été réinitialisés depuis septembre 2015 entre les deux chefs d’Etat directement, de nombreux défis restent en suspens. Chaque partie attend de l’autre des engagements et des garanties, pour prévenir l’espionnage et le sabotage cybernétiques de sa part, alors que des normes et des procédures pertinentes tardent à être dégagées.

Martin (Kévin) – “Cybersécurité : ambitions israéliennes et positionnement des acteurs défense”, Défense&Industries n°6, FRS, 3 mars 2016, pp 12-15, Lien / Link

Résumé : cet article est une synthèse de l’état actuel de l’industrie de Défense israélienne.

FEVRIER 2016

Kyung-bok (Lee), Jong-in (Lim) – “The Reality and Response of Cyber Threats to Critical Infrastructure: A Case Study of the Cyber-terror Attack on the Korea Hydro & Nuclear Power Co., Ltd.”, KSII Transactions on Internet and Information Systems Vol. 10, n°2, 28 février 2016, pp 857-880, Lien / Link

Résumé : les auteurs mettent d’abord en exergue la gravité croissante des cyber-attaques ces dernières années, et affirment même que la perspective d’un cyber-“Pearl Harbour” a cessé d’être une vue de l’esprit – ils estiment donc réaliste une cyber-attaque qui mettrait l’économie, la défense ou la direction politique d’un pays en grande difficulté. Ils craignent notamment la perspective d’un cyber-sabotage contre les infrastructures les plus sensibles d’une nation, et donnent à titre d’exemple celui des cyber-attaques dont les centrales nucléaires sud-coréennes furent les cibles récemment. Leur étude porte ainsi sur la nature de pareilles cyber-attaques contre des infrastructures critiques, leur gravité et les réponses qui y sont apportées à l’heure actuelle, à l’aune de l’exemple des attaques subies par la compagnie sud-coréenne d’électricité hydraulique et nucléaire. Pareilles agressions sont également considérées sous l’angle juridique, au travers de normes comme le Manuel de Tallinn de l’OTAN. Les auteurs concluent sur des recommandations pour renforcer la cyber-sécurité des infrastructures sensibles en Corée du Sud, et sur la refonte des politiques d’Etat que cela requerrait.

Gross (Oren) – “Cyber Responsibility to Protect: Legal Obligations of States Directly Affected by Cyber-Incidents”, Cornell International Law Journal, Vol. 48, 26 février 2016, pp 481-511, Lien / Link

Résumé : Cet article se penche sur la responsabilité des Etats dans la prévention et l’entrave des cyber-attaques, au titre de leur responsabilité de protéger les intérêts de leurs ressortissants, de leurs partenaires internationaux, et allant de tout usager de l’Internet. L’auteur s’interroge sur la possibilité et l’opportunité d’obligations juridiques ou techniques à l’encontre des Etats afin d’engager leur responsabilité, et conclut finalement à l’inadéquation de pareilles mesures coercitives. Il souligne en effet que le cyberespace est très complexe et implique de nombreuses parties prenantes, de natures très diverses – Etats, entreprises privées ou ONG – ; il lui paraît donc préférable de renforcer le partenariat entre tous ces acteurs afin d’assurer une co-responsabilité sur la cyber-sécurité.

Major Kolton (Michael) – “Host-Nation Cybersecurity in Future Stability Operations”, Military Review, March-April 2016, 26 février 2016, pp 76-83, Lien / Link

Résumé : cet article étudie l’enjeu de la cyberdéfense dans le cadre des opérations de stabilisation. L’auteur souligne que même les pays mal développés ou en développement recourent dorénavant aux services numériques, comme en Afrique subsaharienne où le recours aux téléphones portables compensent pour partie le manque d’infrastructures publiques. Il en conclut que les forces armées déployées dans ce type de pays pour des opérations de peace keeping ou de nation-building doivent assimiler cet aspect, et assurer entre autres la cyber-sécurité des pays concernés afin d’assurer leur redressement politique et économique. L’article se conclut en insistant sur la nécessité d’une coopération des forces armées étrangères avec les acteurs locaux à cette fin, que les acteurs soient gouvernementaux ou non. Cette coopération permettrait aux troupes en OPEX de hiérarchiser leurs efforts de cyber-défense, au profit des réseaux qui sont vraiment cruciaux pour les différents pays-hôtes.

Kan (Jung-Ho) – “Private collaboration promote policy direction for the Defense Information Security”, Journal of Security Engineering Vol.13, No.1 (2016), pp.55-68, 26 février 2016, pp 14, Lien / Link

Résumé : l’auteur souligne les menaces croissantes pour la cybersécurité des entreprises sud-coréennes, et met en exergue les faiblesses structurelles des organisations de cyber-sécurité internes aux groupes privés. Ce papier conclut donc sur un constat favorable aux prétentions du Ministère sud-coréen de la Défense d’assurer la protection cybernétique du tissu économique, suivant le modèle israélien notamment. NB : ce texte est essentiellement rédigé en coréen.

Yahya (Fara), Walters (Robert J.), Wills (Gary B.) – “Modelling Threats with Security Requirements in Cloud Storage”, International Journal for Information Security Research (IJISR), Volume 5, Issue 2, 25 février 2016, pp 8, Lien / Link

Résumé : les auteurs rappellent la vulnérabilité particulière des systèmes de Cloud face aux cyber-attaques, et mentionnent la littérature pléthorique recommandant des lignes directrices aux prestataires de ce type de services afin de protéger leurs banques de données. L’étude souligne néanmoins l’inadéquation de ces suggestions avec l’influence négative du temps sur plusieurs paramètres, comme le relâchement prévisible de l’utilisateur sur les précautions de sécurité, ou le recours fréquent à des robots de recherche qui indexent les données, les rendant plus facilement repérables pour un attaquant. Les auteurs cherchent à dégager des solutions pérennes, en se référant à un scénario-type d’attaque contre un système de Cloud.

Vural (Yılmaz), Aydos (Murat), Tekerek (Mehmet) – “Protection of National Cyber Security: Awareness & Education”, Society of Digital Information and Wireless Communications, 25 février 2016, pp 61-66, Lien / Link

Résumé : les auteurs mettent en exergue la valeur ajoutée d’une sensibilisation préalable des organisations et de leurs personnels à la cyber-sécurité, comme prévention des cyberattaques. Leur article identifie les réseaux cruciaux pour la sécurité nationale turque et décrit la sociologie des personnels qui en ont la charge, avant d’expliquer pourquoi les sensibiliser à la cyber-sécurité peut empêcher une cyberattaque majeure et comment y parvenir. Ce travail se conclut sur un bilan de la situation actuelle en Turquie sur cette question, et avance des propositions pour combler les lacunes ainsi détectées.

Porche III (Isaac R.) – “Emerging Cyber Threats and Implications”, 25 février 2016, pp 14, Lien / Link

Résumé : ceci est la retranscription d’une déclaration d’un expert de la RAND Corporation devant la sous-commission pour la cyber-sécurité, la protection des infrastructures et les technologies de la sécurité, de la commission sur la sécurité intérieur de la Chambre des représentants. L’expert brosse un tableau global de la cyber-défense et analyse les défis pour assurer la sécurité des Etats-Unis face aux cyber-menaces, faisant notamment des propositions pour dépasser les actuelles limites légales et institutionnelles.

Horne (Gary Edward), Robinson (Santiago Balestrini) – “Data Farming and Quantitative Analysis of Cyber Defense Technologies and Measures”, 24 février 2016, pp 14, Lien / Link

Résumé : cette étude présente un modèle de simulation pour procéder à des analyses prédictives, basée sur le data farming, une méthode quantitative qui permet de modéliser les conséquences de scenarii dans des environnements donnés. Cette méthode est censée permettre d’anticiper l’évolution de cyber-attaques, couplée à du data mining et du data visualization, de l’exploitation et de la mise en forme de données. Les auteurs présentent ensuite leur logiciel NetLogo, un simulateur de comportements d’agents basée sur cette méthode, et partagent leur retour d’expérience des tests menés avec leur logiciel à partir des scénarios proposés par des opérationnels de l’OTAN.

Merino (Sebastian Koch) – “La libertad en el ciberespacio: ciberseguridad y el principio del daño”, Revista Ensayos Militares, volume 1, n°2, 22 février 2016, pp 84-98, Lien / Link

Résumé : l’auteur essaie de dégager les conditions pour que l’intrusion électronique d’un Etat dans l’intimité d’une personne soit légitime, en mobilisant les différentes conceptions de la liberté individuelle qu’offre la philosophie politique. Cette réflexion se concentre sur le principe du tort (Harm principle) du penseur utilitariste John Stuart Mill, pour définir une ligne rouge que le cyber-espionnage ne devrait pas franchir.

Pathak (P.B.) – “Cybercrime Cases Analysis: Threat and Vulnerability”, International Journal of Advanced Research in Computer Engineering & Technology (IJARCET) Volume 5 Issue 2, 21 février 2016, pp 4, Lien / Link

Résumé : cette étude revient sur l’état actuel des cyber-menaces et les remet en perspective en termes conceptuels.

Harris (Kamala D.) – “California Data  Breach Report, 2012-2015”, 16 février 2016, pp 76, Lien / Link

Résumé : ce rapport publié par les services du Procureur général de l’Etat de Californie détaille les actes de délinquance ou de criminalité informatiques qui ont touché des ressortissants californiens, pour la période de 2012 à 2015. Ce rapport met en exergue l’enjeu, en rappelant que près de 49 millions de Californiens ont été victimes de cyber-malveillances dont ⅗ des habitants de l’Etat pour la seule année 2015. Les attaques sont majoritairement imputables à des mesures de sécurité insuffisantes mais également au vol de supports de données non-cryptées (disques durs externes, clefs USB), et à des fautes volontaires ou involontaires de la part d’employés ou de prestataires de services. Le champ des victimes est très large, allant des services gouvernementaux ou des banques aux écoles primaires et secondaires ou aux cabinets dentaires. Le rapport se conclut sur des recommandations de sécurité, à destination des citoyens.

Allnutt (Hans), Webster (Rhiannon), Hill (Patrick), Nuttall (Helen) – “Cyber-terrorism: What Will it Mean for Insurance?”, Professional Liability Underwriting Society, February 2016  Vol. XXIX  Number 2, 16 février 2016, p 4, Lien / Link

Résumé : les auteurs prennent acte des déclarations alarmistes des autorités britanniques, qui considèrent comme acquise l’apparition prochaine d’actes de cyber-terrorisme. Cette menace qui n’était jusque-là qu’hypothétique appelle dès lors une anticipation par les assureurs. Cet article conclut que l’étendue des dégâts serait telle que des mesures inédites pour les assureurs britanniques sont requises, y compris de solliciter l’Etat comme assureur en ultime recours.

Hloušek (Filip) – “Cyberspace: Ius ad bellum and Ius in bello”, 14 février 2016, pp 74, Link / Lien

Résumé : l’auteur acte du potentiel de destruction acquis par les armes cybernétiques, notamment depuis les cas emblématiques de la déstabilisation de l’Estonie en 2007 ou la Géorgie en 2008 et de l’emploi de STUXNET contre l’Iran en 2009. Ce travail cherche à situer cette nouvelle catégorie d’armes dans le champ du droit international de la guerre. L’étude tente de dégager les normes applicables, même celles qui n’étaient pas destinées initialement à ces armes, et à répondre aux enjeux de la responsabilité des Etats, malgré le caractère clandestin des cyberattaques, et d’un droit à l’auto-défense. L’auteur conclut ainsi sur les possibilités d’un droit à la guerre et d’un droit de la guerre dans le cyberespace.

Austin (Greg) – “Middle Powers and Cyber-Enabled Warfare: The Imperative of Collective Security”, 11 février 2016, pp 33, Lien / Link

Résumé : l’auteur constate que les puissances moyennes n’ont abordé l’enjeu de la cyber-défense que de manière fragmentée et erratique. Son papier prétend tracer les principaux éléments de compréhension pour permettre à ces pays de comprendre le cyber-défense et ses défis en termes de Défense, et comment ils peuvent s’y imposer face aux puissances établies. L’auteur met  en exergue que les seules puissances établies dans la cyber-dimension sont les Etats-Unis et la Chine, qui sont partagés entre deux volontés difficilement compatibles. Ces puissances veulent développer un cyber-arsenal surpuissant, permettant de mettre à terme l’informatique ennemie, civile et militaire, de manière préventive si nécessaire, et en même temps établir par la diplomatie des garanties de non-agression, du moins entre elles deux. L’auteur affirme que l’intérêt des puissances moyennes est de conforter les deux Grands du cyber-espace dans leur objectif de paix, et de les amener à étendre les garanties à l’ensemble des pays afin de prévenir l’emploi de cyber-armes contre des puissances trop faibles pour les parer. L’auteur détaille ensuite plusieurs tendances, scénarios et technologies de cyber-défense pour démontrer qu’aucune puissance moyenne n’a les moyens d’assumer une guerre comprenant une dimension cybernétique, notamment faute de processus de décision permettant de coordonner plusieurs fronts, à la fois civils et militaires, cybernétiques et dans le monde réel. Le papier se conclut sur la proposition de constituer une alliance de défense pour parer les menaces dans le cyber-espace, notamment sous l’angle de la lutte anti-terroriste, avec l’OTAN comme modèle sans son champ géographique restreint.

Salleh (Nurhashikin Mohd), Selamat (Siti Rahayu), Yusof (Robiah), Sahib (Shahrin) – “Discovering Cyber Terrorism Using Trace Pattern”, International Journal of Network Security, Vol.18, No.6, 4 février 2016, pp 7, Link / Lien

Résumé : ce papier se penche sur l’enjeu de l’identification des cyber-terroristes. Les auteurs détaillent les techniques d’investigation scientifique qui permettent de collecter les données pertinentes, pour repérer ces malveillants et leurs partenaires ainsi que caractériser leurs actions.

Frumento, R. Puricelli, F. Freschi, D. Ariu, N. Weiss, C. Dambra, I. Cotoi, P. Roccetti, M. Rodriguez, L. Adrei, G. Marinelli, G. Kandela, B. Pachego – “The role of Social Engineering in evolution of attacks”, Horizon 2020 Programme, European Commission, 1er février 2016, pp 147, Lien / Link

Résumé : ce rapport présente un projet financé par le programme européen pour la recherche et développement, projet qui cherche à prévenir les cyber-attaques par le recours à l’ingénierie sociale et donc à encourager les bons comportements qui limitent les failles, de la part des opérateurs humains des réseaux numériques

Cai (Cuihong) – “Global Cybersecurity Environment: Perspectives of The US and China in Comparison”, février 2016, pp 319-332, Lien / Link

Résumé : cet article analyse la réalité d’un environnement de cyber-sécurité à l’échelon mondial, c’est-à-dire de la possibilité d’aménager le cyberespace pour prévenir les actes bellicistes en son sein. L’auteur cherche à définir ce concept dans l’abstrait, avant de fonder son analyse sur les cas empiriques des Etats-Unis et de la Chine, avec les mesures ou propositions qu’ils ont défendu pour créer pareil environnement.

JANVIER 2016

Giraldo (Sebastian Melan) – “Analisis de las Infraestructuras criticas en la Era de las Ciberguerras en Busqueda del Delicado Equilibrio entre Libertad y Seguridad”, 29 janvier 2016, pp 20, Lien / Link

Résumé : cet essai étudie l’exposition au risque de cyber-sabotage des infrastructures critiques, au travers des divers modèles nationaux d’automatisation et de mise en réseaux desdites infrastructures. L’auteur sensibilise également aux différents types de cyber-attaques possibles, avant de proposer des mesures pour les entraver.

Matos (Thiago Francisco) – “A Segurança Coletiva na era da Informação: A Organização do Tratado do Atlântico Norte e Sua Atuação na Prevenção e no Combate às Ameaças Cibernéticas”, 28 janvier 2016, pp 94, Lien / Link

Résumé : cette étude se penche sur la préparation stratégique de l’OTAN face aux cyber-menaces voire à la perspective d’un cyber-conflit, ce qui est passé notamment par la décision de déclencher la clause de sécurité collective en cas de cyber-attaques massives. L’auteur délimite d’abord son sujet et sa méthodologie, puis pose un cadre théorique de la sécurité internationale et notamment de la cyber-guerre. Il détaille par la suite les principaux cas de cyber-attaques ayant eu une portée géopolitique, avant d’analyser les décisions prises par l’OTAN, avec spécialement le Centre d’excellence de la Cyber-Défense coopérative et le Manuel sur le Droit international applicable à la Cyber-Guerre de Tallinn.

Shamieh (Luna), Szenes (Zoltán) – “The Propaganda of ISIS/DAESH through the Virtual Space”, Defense against Terrorism Review, Vol.7, n°1, 27 janvier 2016, pp 7-31, Lien / Link

Résumé : Daech orchestre de manière efficace sa propagande sur l’Internet, et notamment via YouTube, Facebook et surtout Twitter en dépit des contre-mesures prises. Ces outils numériques lui permettent d’assurer ses campagnes d’intimidation, mais également sa propagande positive, en mettant en avant sa prétendue action sociale et les bienfaits apportés aux populations. Les djihadistes parviennent ainsi à transmettre leurs messages au travers de leurs recrues et soutiens, parfois par le biais d’organisations-satellites, dans le but de recruter, de se justifier en termes religieux et de démontrer leur force. Toutes leurs publications ont été mûrement travaillées pour maximiser leur impact émotionnel, comme l’illustrent celles consacrées à la pratique religieuse.

Karaman (Muhammer), Catalkaya (Hayrettin), Gerehan (Ahmet Zeki), Goztepe (Kerim) – “Cyber Operation Planning and Operational Design”, International Journal of Cyber-Security and Digital Forensics (IJCSDF), 5(1), 26 janvier 2016, pp 21-29, Lien / Link

Résumé : ce papier acte d’abord la diversité des cyber-menaces, depuis la simple ligne de code malveillant jusqu’à des campagnes de cyber-attaques, de cyber-terrorisme ou d’espionnage industriel. A l’aune de la complexité du cyberespace et de ces opérations, avec les coûts qu’elles entraînent, les planificateurs opérationnels doivent maîtriser cet enjeu du cyberespace afin de l’intégrer dans leurs plans. Les auteurs présentent plusieurs conceptualisations opérationnelles de cas documentés de cyber-attaques, et proposent ainsi un modèle systémique de prévention de ces attaques. Ils mettent en exergue dans leur modèle la pertinence de l’analyse des centres de gravité, qui est déjà courante dans le processus militaire de prise de décision, et la nécessité de sensibiliser les personnels techniques au caractère opérationnel de leurs actions.

Fokin (Alexander), Spruds (Andris), Rožukalne (Anda), Sedlenieks (Klavs), Daugulis (Martns), Potjomkina (Diana), Tölgyesi (Beatrix), Bruge (Ilvija) – “Internet Trolling as a hybrid warfare tool: the case of Latvia”, 25 janvier 2016, pp 106, Lien / Link

Résumé : cette étude du Stratcom de l’OTAN analyse l’enjeu des trolls, c’est-à-dire des avatars sur l’Internet qui participent sur les blogs ou les réseaux sociaux d’une campagne de propagande ou de désinformation. La recherche porte en réalité sur cette pratique par les autorités russes, dans leur campagne médiatique et psychologique pour maintenir les pays de son “étranger proche” sous son influence, et les dissuader de rejoindre l’UE ou l’OTAN, ou par défaut de les décourager à prendre des mesures qui contrarieraient les intérêts russes. Les auteurs présentent la méthodologie retenue pour distinguer les trolls des simples usagers de l’Internet, et notamment pour identifier les trolls pro-russes, puis comment ils ont évalué l’influence de cette technique sur l’Opinion, dans le cas restreint de la Lettonie avec deux focus distincts sur les publics-cibles lettophone et russophone. L’étude se conclut sur des recommandations aux usagers de l’Internet pour réagir de manière constructive face à des trolls.

« Quel est l’apport des jeux vidéo et des serious game en matière de cybersecurité ? », Note Stratégique de CEIS, 5 janvier 2016, Lien / Link

Résumé : l’auteur souligne comment la culture populaire, et singulièrement les jeux vidéos, ont eu un rôle ambigüe dans l’acculturation à la cybersécurité. Ces fictions ont pu susciter des vocations de programmateurs informatiques et de hackers, mais a aussi tronqué la compréhension de cette dimension et lui attribue généralement une image négative, anxiogène du moins, et banalise l’idée de commettre des actes de cyber-malveillance. Une formation populaire à la technique et à l’éthique informatiques passeraient préférablement par des serious games, dont l’auteur promeut le développement et la distribution pour remplir plusieurs objectifs : sensibilisation à l’hygiène numérique, formation à la cybersécurité, développement des vocations et recrutement, brainstorming sur les risques « cyber ».

Lanckriet (Julie), Cosquer (Christian) – « Les objets connectés et la Défense », Note Stratégique de CEIS, 12 janvier 2016, Lien / Link

Résumé : Le terme « Internet des Objets » (IoT) désigne un marché en pleine croissance, qui promet de connecter à Internet les objets du quotidien grâce à des capteurs communicants, peu coûteux et peu gourmands en énergie. La France dispose de nombreux atouts, dans la nouvelle ère numérique que l’IoT ouvre : start-ups, pôles de compétitivité, opérateurs de niveau international, plan « objets connectés », label FrenchTech, etc. Pour la Défense, l’IoT pourrait permettre d’augmenter de façon exponentielle le nombre d’objets recueillant de l’information, et qui constitueraient ainsi un point d’inflexion dans la conduite des opérations. Les perspectives ouvertes par l’IoT doivent être utilisées par la Défense afin de maîtriser l’information, et d’accélérer ainsi la boucle OOAD.

Serban (Asinetta), de Maupeou (Martin) – « Rattrapages technologiques et technologies de l’information », Note Stratégique de CEIS, 12 janvier 2016, Lien / Link

Résumé : en partant de l’exemple de l’Armée Populaire de Chine, qui a formellement adopté ce type de systèmes en 2012 pour un dispositif anti-accès naval, les auteurs étudient l’enjeu de l’intégration des technologies de l’information par les forces armées. Le papier souligne que l’assimilation de ces technologies initialement civiles a le double mérite d’optimiser l’efficacité des forces armées par leur mise en réseau, avec donc une meilleure coordination, et par un cycle logistique plus court, moins coûteux qu’une production de matériels spécifiquement militaires. Les auteurs arguent que les Etats-Unis, certaines puissances émergentes comme la Chine populaire et des acteurs non-étatiques, comme certains groupes djihadistes, exploitent déjà ce potentiel, au risque de dépasser des armées qui ont pris du retard dans ce domaine, comme les armées françaises. L’étude se conclut sur des recommandations pour permettre pareil processus au bénéfice de la France.

Cahuzac-Soave (Olivia), Goetz (Pierre) – « Impact de la numérisation sur l’exercice du commandement », Note Stratégique de CEIS, 12 janvier 2016, Lien / Link

Résumé : le Commandement et la Maîtrise de l’information – en anglais, C4ISR (Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) serait « l’arme maîtresse » des armées américaines dorénavant, selon l’expression de spécialiste de doctrine John Fuller. Cette évolution est imputable à la transformation numérique qui s’opère plus largement à l’échelle mondiale. La transformation numérique renforce la place déjà essentielle de l’information dans la conduite des opérations, et donc celle de la fonction de commandement en en renforçant les capacités d’adaptation et de réactivité. La maîtrise de l’information est primordiale par ailleurs dans l’interopérabilité avec les forces alliées et l’optimisation du système de défense par une mise en réseau des acteurs, avec un raccourcissement de la boucle décisionnelle, une accélération de la diffusion de l’information et une accumulation de larges volumes de données. La capacité d’initiative des subordonnés et la capacité du commandement à s’adapter à cette évolution que les changements induits par le numérique deviennent ainsi des facteurs cruciaux dans cette mutation. Elle requiert une anticipation de ses modalités et de ses conséquences pour s’y préparer le mieux possible, notamment par une formation et un entrainement du personnel aux outils numériques et aux réalités techniques changeantes.

Petit (Adrien) – « L’influence du Dark Web sur la démocratisation du Malware-As-A-Service », Note Stratégique de CEIS, 22 janvier 2016, Lien / Link

Résumé : L’apparition de réseaux dits Darknet (Tor, I2P ou encore Freenet) a permis de développer des plateformes Dark Web dont la principale caractéristique est l’anonymat, critère particulièrement recherché par les cybercriminels. Ces plateformes ont bouleversé le mode de distribution des logiciels orientés Malware-As-A-Service, c’est-à-dire des logiciels malveillants activés sur commande. L’objectif de cette note stratégique est d’analyser l’apport des différentes plateformes du Dark Web dans le processus de démocratisation du Malware-As-A-Service.

National Science and Technology Council, Networking and Information Technology Research and Development Program – “Federal Cybersecurity Research and Development Strategic Plan, Ensuring Prosperity and National Security”, 8 février 2016, pp 52, Lien / Link

Résumé : ce document est une présentation publique des initiatives de l’Administration Obama en termes de cyber-sécurité, à destination du Congrès. Ce papier rappelle que l’actuel Exécutif américain a initié dès 2014 un vaste programme de R&D dédié à la cyber-sécurité, en actant que la multiplication et la montée en gamme des cyber-attaques nuisaient aux bénéfices économiques et sociétaux de l’Internet, et plus largement de la numérisation. Le document présente un agenda et une hiérarchie des priorités pour cette initiative du gouvernement fédéral.

Ashraf (Cameran), León (Luis Felipe Alvarez) – “The Logics and Territorialities of Geoblocking”, Theory on Demand #18, Geoblocking and Global Video Culture, 26 janvier 2016, pp 42-53, Lien / Link

Résumé : les auteurs affirment que la pratique du geoblocking, c’est-à-dire le verrouillage de l’information sur le Net selon des critères géographiques, est inhérent à la Toile depuis son précurseur l’ARPANET, dont la logique de survie des réseaux en cas d’attaque nucléaire impliquait une segmentation. Leur étude démontre que cette potentialité inhérente à l’Internet est néanmoins difficilement exploitable pour des raisons techniques, sauf pour quelques acteurs étatiques et privés. Le papier cherche aussi à dessiner le fonctionnement concret du geoblocking, avec son fonctionnement dual qui implique de laisser l’information libre et de la contenir tout à la fois ; les auteurs l’illustre avec deux exemples, les cas avérés de censures d’Etat et les marchés de distribution de vidéos en ligne.

Alarcón (Michael Alejandro Nova) – “Ciberestrategia – Colombia”, 25 janvier 2016, pp 33, Lien / Link

Résumé : cette étude cherche à dégager un modèle de cyber-défense adapté à la Colombie, à l’aune de ses besoins propres et des modèles étrangers adaptés (Etats-Unis, Royaume-Uni, Israël), en suivant notamment la doctrine OTAN de 2014.

E.E. Nesmeyanov, A.M. Rudenko, V.V. Kotlyarova – “Sociocultural Analysis of Cyberterrorism in Social Nets within The Problems of Information Safety of Russian Society”, 24 janvier 2016, pp 5, Lien / Link

Résumé : ce papier s’intéresse à la vulnérabilité de la Russie au cyber-terrorisme, notamment par le vecteur des réseaux sociaux. Les auteurs soulignent que les réseaux sociaux ont des retombées globalement positives, mais insistent sur le puissant levier d’action qu’ils constituent pour des terroristes. Le papier se conclut notamment sur les capacités de coordination et de propagande qu’ils offrent, et affirme donc que le hacktivism prépare le terrorisme dans le monde réel.

Food and Drug Administration (FDA) White Oak Campus – “Moving Forward: Collaborative Approaches to Medical Device Cybersecurity January 20-21, 2016”, 21 janvier 2016, pp 104, Lien / Link

Résumé : ce document est le compte-rendu d’assises organisées par les autorités américaines, concernant la cybersécurité des hôpitaux et autres installations de santé publique. Le principal angle d’approche du sujet a été la synergie entre les différents acteurs impliqués.

Nagurney (Anna), Daniele (Patrizia), Shukla (Shivani) – “A Supply Chain Network Game Theory Model of Cybersecurity Investments with Nonlinear Budget Constraints“, 24 janvier 2016, pp 30, Lien / Link

Résumé : les auteurs avancent une modélisation des conséquences économiques et financières de l’organisation d’une chaîne de sous-traitance, et parviennent à isoler dans ce modèle son impact sur la cybersécurité. Le modèle est censé permettre de localiser les vulnérabilités dans la chaîne en termes de cybersécurité, et de proposer une série de réorganisations pour les prévenir.

Farfàn (Leticia Flores) – “To see or not to see – Polìticas de visibilidad en la web”, En-claves del Pensamiento, vol. X, n°19, 6 janvier 2016, pp 105-124, Lien / Link

Résumé : cet article analyse les conséquences politiques et éthiques de la numérisation des identités privées et de leurs liens sociaux. L’auteur part du fonctionnement des réseaux sociaux, comme Facebook, pour comprendre la forme qu’ont pris les mobilisations sociales et les révolutions politiques récentes, dans lesquelles les réseaux sociaux se sont imposés comme des médias incontournables. L’article se conclut sur le constat d’un besoin d’exister en se démarquant au sein d’un réseau social, ce qui amènerait le risque d’une surenchère dans la médiatisation qui puisse s’exprimer par une montée aux extrêmes dans la violence.

Limnéll (Jarno) – “The Exploitation of Cyber Domain as Part of Warfare: Russo-Ukrainian War”, International Journal of Cyber-Security and Digital Forensics, The Society of Digital Information and Wireless Communications, 2015, 5 janvier 2016, pp 12, Lien / Link

Résumé : l’auteur met en exergue le développement récent des armements cybernétiques par quelques puissances mondiales ou régionales, et la possibilité démontrée depuis peu que des cyber-attaques se concluent par des destructions physiques. Cette étude cherche à dessiner les grandes tendances actuelles de la guerre cybernétique, et notamment comment elles sont illustrées par le conflit russo-ukrainien. Ledit conflit est analysé en particulier car il est paradoxal : il est le premier conflit où la composante cybernétique fut omniprésente et cruciale, mais il lui manquait des cas de sabotage physique par des logiciels malveillants et donc l’innovation la plus saillante de la cyber-guerre.

Bustamante (Gilberto Aranda), Rivera (Jorge Riquelme), Cañas (Sergio Salinas) – “La ciberdefensa como parte de la agenda de integración sudamericana”, 4 janvier 2016, pp 18, Lien / Link

Résumé : les auteurs s’intéressent à la cyber-défense comme aiguillon pour approfondir l’intégration régionale en Amérique du Sud. Les intérêts communs des pays de la région en matières économique ou de sécurité nationale sont censés les amener à coopérer dans ce domaine, pourtant éminemment régalien.

Sack (Pablo Gastón), Ierache (Jorge S.) “Controles de Seguridad propuesta inicial de un Framework en el Contexto de la Ciberdefensa”, Facultad de Informática Ciencias de la Comuicación y Técnicas Especiales Universidad de Morón, Argentina,  4 janvier 2016, pp 11, Lien / Link

Résumé : ce papier étudie plusieurs définitions du cyberespace, de la cyber-guerre et de la cyberdéfense, plus des modèles pour le contrôle de cybersécurité. Cette étude comparative permet d’avancer une proposition initiale de modèle, qui faciliterait la gestion et le diagnostic de cybersécurité.

Articles récents

  1. EU – RUSSIA: OVERCOMING THE ZERO-SUM GAME IN THE SOUTH CAUCASUS? Laisser une réponse
  2. Les guerres d’Abu Dhabi Laisser une réponse
  3. La diplomatie algérienne au Sahel : le temps du renouveau ? Laisser une réponse
  4. Les mutations du pouvoir chinois à la veille du 19ème Congrès du Parti Communiste Chinois Laisser une réponse
  5. Groupe de suivi de la loi renseignement (GSLR) Laisser une réponse
  6. Le Moyen-Orient du secret Laisser une réponse
  7. les entreprises françaises et les instruments internationaux de lutte contre la corruption Laisser une réponse
  8. Le Maroc dans tous ses états Laisser une réponse
  9. Allier sécurité et développement au Sahel Laisser une réponse
  10. Les opérations extérieures de la France vues par la Cour des comptes Laisser une réponse
  11. la guerre aéro-spéciale Laisser une réponse
  12. Crimée : montée de la tension militaire ou mouvement diplomatique calculé ? Laisser une réponse
  13. L’action clandestine : une menace pour la démocratie ? Une réponse
  14. L’Allemagne dans l’histoire des forces spéciales Laisser une réponse
  15. Veille Cyber sur Hestia Laisser une réponse
  16. La militarisation de la lutte antiterroriste aux Etats-Unis Laisser une réponse
  17. Des forces spéciales éthiques ? Le cas des Kommando Spezialkräfte Laisser une réponse
  18. Le djihadisme transnational, entre l’Orient et l’Occident – Colloque international Laisser une réponse
  19. « Big Data » et les services de renseignement : perspectives et défis à venir Laisser une réponse
  20. Les forces spéciales américaines : vers une refondation ? Laisser une réponse
  21. Le cadre juridique incertain des actions spéciales Laisser une réponse
  22. Ukraine on the Verge of a Political Crisis ? Laisser une réponse
  23. Actions spéciales et guerres contemporaines – Séminaire hestia Laisser une réponse
  24. Turkey at a Crossroads Laisser une réponse
  25. Vers un possible règlement du conflit dans le Donbass en 2016 ? Laisser une réponse
  26. L’armée de l’air en transformation Laisser une réponse
  27. Séminaire HESTIA sur le Maghreb Laisser une réponse
  28. Sahel et sécurité : la désertification Laisser une réponse
  29. Enjeux stratégiques du Moyen Orient Laisser une réponse
  30. The French Way of War Laisser une réponse
  31. America’s Not Ready for Today’s Gray Wars Laisser une réponse
  32. Conférence internationale Climat et Défense du 14 octobre 2015 Laisser une réponse
  33. Des élections locales à double tranchant en Ukraine Laisser une réponse
  34. Etudes sur la guerre – Une nouvelle chaire à la FMSH Laisser une réponse
  35. School shooting. La violence à l’ère de YouTube Laisser une réponse
  36. séminaire 2015-2016 : Violence et sortie de la violence Laisser une réponse
  37. Les enjeux politiques et sociaux des élections régionales du 25 octobre en Ukraine Laisser une réponse
  38. Espionner le monde académique : mise à jour de la menace Laisser une réponse
  39. Le renforcement des forces spéciales, un an plus tard Laisser une réponse
  40. Defining Cyberwar Laisser une réponse