L’Islam en Afrique de l’Ouest. Une présence forte et plurielle

Mathias Savadogo, historien ivoirien, livre une réflexion sur la situation de l’islam en Afrique de l’Ouest. Elle est précédemment parue dans Fellows n°18.

La diffusion de l’islam en Afrique de l’Ouest est intervenue dès le viiie siècle de plusieurs manières : une première pacifique, apportée par les commerçants venus du Maghreb qui aboutit à la conversion des cours royales, puis des populations ; et une seconde militaire, dont les jihads du xviiie siècle, qui favorise l’apparition d’États théocratiques musulmans. L’intrusion coloniale française et britannique a également participé à la diffusion de l’islam en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, l’islam est numériquement la religion dominante en Afrique de l’Ouest, oscillant entre 20 % de musulmans déclarés au Ghana ou au Liberia, à 90 % en Gambie, au Mali, au Niger ou au Sénégal Lire la suite

Allier sécurité et développement au Sahel

captureLa fondation pour les études et recherches sur le développement international (FERDI) vient de publier un remarquable travail sur la dynamique développement / sécurité au Sahel.  Malgré leurs différences, les zones rurales du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad sont prises dans un piège de pauvreté, cercle vicieux où insécurité et pauvreté s’entretiennent mutuellement. Faute d’action décisive des pouvoirs publics locaux, fortement appuyés par la communauté internationale, ces territoires risquent de sombrer dans un enchaînement de conflits dont ils auront le plus grand mal à s’extraire – à l’image de l’Afghanistan, de la Somalie ou de l’Est de la République démocratique du Congo.

Télécharger le volume ITélécharger le volume II

Sahel et sécurité : la désertification

desertificationJérôme Piodi dans une analyse de l’Observatoire Orion (La désertification : une bombe à retardement au coeur du Sahel, Note 32, fondation Jean Jaurès, 10 décembre 2015), analyse les liens entre insécurité alimentaire, déplacements de populations et instabilité politique. La désertification est l’un des effets dévastateurs du changement climatique au Sahel. La lutte contre ce phénomène, est une guerre silencieuse, une guerre mondiale qui nécessite dès aujourd’hui l’attention des ministères régaliens car de la bonne gestion de cette problématique pourrait dépendre l’émergence de problèmes politico-sécuritaires sans commune mesure avec ceux que nous connaissons aujourd’hui. De ce fait, la France ne peut pas se permettre de baisser la garde. Télécharger

The French Way of War

france at warMichael Shurkin, senior political scientist à la RAND Corporation, dont Hestia a déjà signalé les travaux sur l’opération Serval, prend, dans ce commentaire du 17 novembre 2015, du recul pour évaluer la manière dont la France fait la guerre. Incontestablement, elle donne à penser aux experts de la RAND.

« France’s military may suffer from a poor reputation in American popular imagination, dating from historical events like the rapid fall to Nazi Germany in World War II and the colonial-era defeat at Dien Bien Phu. This is a mistake: The French airstrikes on Islamic State positions in Syria are only the beginning of the counterattack against ISIS, as French officials themselves are promising. And as anyone familiar with France’s military capabilities can attest, when it comes to war the French are among the very best. Lire la suite

Musulmans au Sahel : histoires de jihad

Al-Qaida_au_Maghreb_Islamique_combattantsEn partenariat avec l’Institut français de géopolitique, Hestia Expertise co-organise une table ronde consacrée à l’histoire du djihadisme au Sahel, sous la direction de Marc Antoine Pérouse de Montclos (institut français de géopolitique) et de Roger Botte (CNRS – EHESS), le 3 juin 2015, 9h-17H, à l’Institut des mondes africains, Salle Maurice et Denys Lombard (96, bd Raspail 75006 Paris). Entrée libre.

L’objectif de cette table ronde est de confronter les représentations contemporaines du « terrorisme » au Sahel avec les jihad d’autrefois pour mieux comprendre les transformations et les permanences du phénomène. Parmi les nombreuses formes de violence qui ont agité la région, il convient à cet égard de distinguer les insurrections qui ont été proclamées sous la bannière de l’Islam et qui ne relèvent pas simplement de la guerre en général. Seront ainsi analysés les cas du Mollah Fou au Somaliland, du Mahdi au Soudan, de Rabeh dans le Borno, d’El Hadj Omar au Sénégal et au Mali, du califat de Sokoto au Nigeria et de l’Empire du Macina au Mali. Lire la suite

Foccart : archives ouvertes (1958-1974)

Ce colloque est le fruit d’une décennie de recherches scientifiques sur la Françafrique, qui a permis d’offrir aux chercheurs l’inventaire de la première cellule Afrique de l’Élysée : le secrétariat général des Affaires africaines et malgaches, dirigé par Jacques Foccart. L’objectif de ces journées d’études est de proposer un regard critique, à la lumière de ces archives, sur les activités de celui qui a longtemps été qualifié « d’homme de l’ombre » ou de « barbouze » de la Ve République. C’est au carrefour de ses quatre domaines d’activité (l’Afrique, l’outre-mer, les services secrets et la politique) que se joue la décolonisation de l’Afrique subsaharienne francophone.

Lieux et dates •le 26 mars 2015 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine) •le 27 mars à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (Paris 6ème)

Programmme

Africa: Through the Looking Glass

Will State Fragility and Crisis Dampen the Success Story?

When it comes to assessing the greatest threats to peace and security in the post-Cold War world, it has long been pointed out that internal conflicts and crises outpace inter-state ones. What is more is that these conflicts tend to a brutal character. “At the beginning of the twentieth century, approximately 90 percent of war victims were soldiers; during the 1990s, by contrast, an estimated 90 percent of those killed in armed conflicts were civilians,” as explained by Roland Paris in At War’s End. Lire la suite