L’islam entre soufisme et djihad

Alexander Knysh est actuellement directeur du projet de recherche multidisciplinaire intitulé « Political Islam/Islamism: Theory and Practice in Comparative and Historical Perspective » au sein de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg nous livre cet aperçu sur le soufisme, paru dans le numéro n° de Fellows (Traduction : Aurélie Louchart).

Les politiciens, les experts de think tanks et les médias présentent souvent le soufisme comme une version pacifique, tolérante, repliée sur elle-même et culturellement sophistiquée de l’islam, une version que les gouvernements de sociétés musulmanes, ou ayant des minorités musulmanes, devraient activement cultiver et promouvoir. Continuer la lecture