Ukraine : perspectives 2015

Après une révolution « ratée » en 2014 et le redécoupage des frontières d’un Etat que l’on considérait comme souverain, l’année 2015 sera plus que jamais un tournant de l’histoire nationale ukrainienne. Avec du recul, les choses n’ont pourtant pas tant changé que cela : la politique est toujours dominée par un système oligarchique, l’économie reste la bête noire de Kiev, les divisions sont constantes et la Russie est toujours source de désaccords majeurs. Un an après EuroMaïdan, la perte de la Crimée et la guerre dans le Donbass, on assisterait presque à un retour au statu quo ante.

Toutefois, l’Ukraine semble aujourd’hui partie définitivement sur le chemin de l’Europe et se bat désormais sur deux fronts concomitants : la guerre dans l’est d’un côté et les réformes politiques et économiques de l’autre.

Sur le plan politique d’abord, l’année 2015 sera marquée par le rythme des réformes structurelles, et en premier lieu la décentralisation, sous le contrôle de la société civile issue de Maïdan. Des craquements pourraient toutefois apparaître dans la coalition « pro-européenne » majoritaire au Parlement ainsi que dans le duopole entre le Président Poroshenko et le Premier ministre Iatseniouk.

Sur le plan économique ensuite, 2015 sera un couperet pour la survie d’un pays virtuellement en défaut de paiement. Ses capacités à gérer ou à entamer des réformes sont  conditionnées par l’obtention des prêts internationaux. Il s’agira de relancer la croissance, dont les moteurs restent à définir, et gérer la probable crise gazière au printemps 2015.

Sur le plan stratégique et sécuritaire enfin, Kiev va devoir gérer à la fois le « gel » du conflit dans le Donbass et la pression accrue de Moscou. Si la Crimée semble s’éloigner définitivement, la question des « Républiques Populaires » de l’est reste ouverte et l’Ukraine devra faire face à son voisin russe pour éviter la perte totale de contrôle sur ses territoires et s’enliser dans une guerre de position.

1/ La reconstruction du champ politique

Les élections parlementaires du 26 octobre 2014 auront prouvé une chose : la Rada ukrainienne n’est plus divisée autour des mêmes lignes de fracture qu’avant et se focalise aujourd’hui autour d’une segmentation entre une coalition majoritaire pro- européenne et pro-réforme contre une formation conservatrice héritée de l’ancien temps. Le cœur du pouvoir politique ukrainien étant de nouveau entre les mains de la Rada, la coalition gouvernementale devra naviguer entre volonté de réformes et vieux démons afin de faire passer les nécessaires réformes politiques en 2015, et en premier lieu le projet de décentralisation.

Coalition et jeu de pouvoir à la Rada

L’équilibre parlementaire actuel dépend intégralement de la coalition « pro-européenne » formée le 21 novembre 2014 entre le Bloc de Poroshenko (BoP), le Front Populaire du Premier ministre Arseniy Iatseniouk, Samopomich, Patrie/BuYT et le Parti Radical. La coalition dispose au final de 288 sièges, renforcée par les mandats des 14 indépendants ayant rejoint le Bloc de Poroshenko, soit un total de 302 parlementaires sur les 421 sièges. La coalition dispose donc de la majorité constitutionnelle, fixée à 300 voix, lui permettant ainsi de faciliter (du moins sur le papier) l’avancée des réformes, sauf en cas de désistements.

C’est là tout le problème : les vieilles habitudes ont la vie dure et l’année qui suit Maïdan n’aura pas permis de transformer totalement le système. Les pratiques « habituelles » de l’achat de votes parlementaires et le clientélisme résiduel envers les anciennes structures du Parti des Régions demeurent. La discipline de vote étant un problème majeur dans le parlementarisme ukrainien, le vote des indépendants sera à surveiller en 2015. La coalition au pouvoir devra s’assurer d’une discipline de vote accrue pour ses membres et éviter que le Bloc d’Opposition puisse faire contrepoids.

Ainsi, la nouvelle Rada sortie des urnes ne représente pas un renouveau politique total en Ukraine. En effet, le Bloc d’Opposition, l’ombre du Parti des Régions et des transfuges du Parti Communiste, atteint la 4e place grâce à des scores élevés dans la partie est de l’Ukraine territoriale, autour de Kharkov et Dniepropetrovsk. Le clientélisme issu des structures du PRU résiste toujours aux changements et a encore permis d’acheter la loyauté de certains électeurs qui prêtent toujours allégeance aux leaders locaux. Malgré la formation d’un bloc pro-européen et pro-réformes majoritaire, le Bloc d’Opposition remporte 29 sièges et rallie plus de 80 de 96 parlementaires indépendants (la plupart des transfuges du Parti Communiste), créant ainsi un bloc parlementaire d’au moins 106 membres pouvant potentiellement faire contrepoids par l’intermédiaire d’achat de voix et de disruption de la discipline de vote au Parlement.

De plus, seulement deux tiers des nouveaux élus sont des « nouvelles têtes » – et notamment des activistes civils de Maïdan et d’anciens commandants militaires qui se sont illustrés lors des combats. A l’inverse, 153 anciens députés reprendront leur place, et en particulier certaines personnalités controversées, notamment les 64 ayant voté les lois liberticides du 16 janvier, en plein cœur de la crise du Maïdan, et les 37 sous enquêtes pour corruption. Il en va donc de la pérennité de la loi de lustration, signée par le président Poroshenko début octobre 2014 et qui vise à « purger » le champ politique d’un certain nombre de personnalités corrompues et représentatives de l’ancien système. La « lustration par les élections » n’ayant pas totalement fonctionné, l’application de cette loi sera un enjeu majeur pour la crédibilité de l’équipe au pouvoir en 2015.

Une rupture de la coalition parlementaire n’est pas à exclure en 2015, malgré l’unité de façade actuelle. En effet, les 5 partis membres de la coalition pro-européenne se sont tous réparties des secteurs de réforme : le Bloc de Poroshenko traite des questions budgétaires et d’infrastructures, le Front Populaire de sécurité et de défense, Samopomich de l’indépendance énergétique, etc. Le rythme des réformes risque de créer des dissensions, au gré des priorités qui seront accordées aux différents dossiers. En cas de blocages ou de choix irréconciliables, couplé à de l’achat de votes, rien ne garantit que la coalition passe l’année 2015 sans encombre.

L’application des réformes par le gouvernement

Si les réformes sont sur toutes les lèvres, personne ne s’accorde réellement pour savoir lesquelles faire passer en priorité (si ce n’est voter le budget 2015, déjà source de problèmes). Parmi les plus importantes, on trouve :

  • La réforme des retraites, point focal des mécontentements sociaux possibles en 2015 ;
  • La structuration d’un Etat de droit et la réforme du secteur public : réforme de la police, du système pénal, de l’administration publique, approfondissement de la loi anti-corruption et de la loi sur la lustration, etc.
  • La refonte totale du système judiciaire, qui traine depuis l’ère Ianoukovitch et qui représente un point majeur de la pérennité de l’Accord d’Association avec l’UE. L’Ukraine aurait déjà dû effectuer la réforme pour obtenir la signature du document par Bruxelles.
  • La modernisation des forces armées : la coalition parlementaire prévoit que 3% du PIB soient attribués à la défense, ce qui semble insuffisant pour un pays en « guerre » et une armée exsangue. A noter que les derniers équipements militaires ont été fournis en novembre par les Etats-Unis lors de la visite de Joe Biden.
  • Les mesures clés de la coalition : la décentralisation (cf. infra), le retour de la Crimée (qui ne sera même pas discutée par Moscou en 2015) et l’accession à l’OTAN (qui ne sera pas à l’ordre du jour, du moins tant que la question du Donbass n’est pas réglée).

Le gouvernement est donc attendu au tournant en 2015 et devra faire ses preuves, sous peine de provoquer une vague de mécontentement des activistes civils. En effet, les « gardiens de la révolution » et la sphère civile issue de Maïdan sont aujourd’hui des éléments actifs et structurants de la sphère politique nationale, du fait de leur capacité à porter leurs revendications au sein de la décision politique et à surveiller de près les réformes. Nouveaux remparts contre les dérives politiques, ils sauront rappeler à l’ordre le gouvernement s’il le faut. Le rythme des réformes dépendra surtout de la capacité de la Rada à faire son travail correctement sans entraves de l’opposition, qui risque de mobiliser le peu de ressources administratives qui lui reste pour casser la coalition ou la majorité constitutionnelle. Ralenties par ces nombreux facteurs d’incertitude, les réformes se feront de manière lente et progressive. Or les réformes sont intrinsèquement liées entre elles et doivent être coordonnées de manière concomitante : c’est là que les problèmes apparaitront en 2015, tant il sera difficile de déterminer lesquelles réaliser en premier. Une forme de « compétition des réformes » prioritaires, selon les intérêts des gouvernants et la répartition des tâches au sein de la coalition, risque de voir le jour l’année prochaine.

Toutefois, la vie politique nationale sera liée en 2015 à la capacité du duopole Poroshenko-Iatseniouk à s’entendre et laisser  de côté leurs nombreuses divergences – voire leurs griefs personnels. L’un des faits marquants de la politique actuelle est la dualité électorale établie entre le Bloc de Poroshenko et le Front Populaire du Premier ministre Iatseniouk. Cela prouve que les électeurs sont décidés à ne plus concentrer les pouvoirs politiques entre les mains d’un seul homme, ce qui va dans le sens de la dé-personnification du pouvoir politique voulue par le Président (système politique parlementaire et non plus présidentiel tel que mis en place en 2004 par l’ancienne équipe). Cette dualité permet aussi d’illustrer le fait que le discours pro-européen en Ukraine ne s’est pas encore fixé sur un parti politique en particulier ou un leader spécifique. Pour l’opinion publique, il est donc important de conserver le duo gagnant avec un Président populaire et stratège et un Premier ministre technocrate et « savant » économiste.

Or l’année 2015 pourrait voir apparaître des craquements dans le duopole, avec un Président pragmatique, prêt à faire des concessions envers Moscou et un Premier ministre intransigeant, atlantiste et de plus en plus antirusse. On pourrait alors se retrouver dans la même situation politique qu’en 2005 entre Viktor Ioushchenko et Ioulia Timoshenko…

Entre unité et division, les deux hommes risquent de se déchirer sur les questions clés de la politique ukrainienne. Il reste à espérer qu’ils sauront placer l’intérêt national au-dessus de leurs divergences : la société civile leur rappellera de la manière forte s’il le faut.

La chimère de la décentralisation du pouvoir

La décentralisation de l’état ukrainien, discutée depuis près d’un an maintenant, devrait débuter timidement en 2015. La décentralisation du pays impliquerait un transfert accru de compétences aux Parlements des régions dans leurs choix politiques et budgétaires. Poroshenko avait annoncé qu’il s’agissait d’une des clés de règlement du conflit dans le Donbass dans la mesure où certains districts, contrôlés par de puissants oligarques fidèles au Président, caste dont il est lui-même issu, verront leur autonomie budgétaire renforcée. Plusieurs projets de loi sont à l’examen, personne ne s’accordant encore réellement sur le contenu exact de la décentralisation. Toujours est-il que l’objectif est de faire en sorte que le projet soit voté à la Rada et signé par le Président avant les élections locales d’octobre 2015, afin qu’elles puissent se dérouler  sur de nouvelles bases territoriales. Or le projet de décentralisation implique d’amender la constitution, en raison de changements normatifs importants dans la structure même de l’Etat : les amendements doivent être déposés à la Rada au plus tard fin janvier 2015 pour être votés avant les élections d’octobre. En raison du manque de consensus politique, le projet risque donc d’être d’autant plus retardé (voire échouer) en 2015.

Toutefois le Président a besoin de centraliser les flux financiers sur Kiev, ne serait-ce que pour assurer sa propre redistribution et faciliter l’ouverture des réformes économiques avec l’appui des oligarques régionaux. En effet, les « barons régionaux » comme Igor Kolomoisky à Dniepropetrovsk, Dmytro Firtash dans le sud, Rinat Akhmetov dans l’est, Genady Kernes à Kharkov ou Sergey Tarouta à Donetsk font encore la plus et le beau temps dans les régions ukrainiennes. La centralisation est également nécessaire en temps de guerre pour rationaliser l’effort national : la réforme ne pourra être appliquée qu’une fois un certain calme retrouvé dans le Donbass.

Par le truchement des oligarques et la redistribution des flux financiers dans une logique centre-périphérie, on assisterait en réalité à une tentative de « néo-féodalisation » des régions par le président Poroshenko – qui a émergé, rappelons-le, grâce au soutien implicite des oligarques ukrainiens. Le Président doit par conséquent les remercier en leur délégant la gestion des régions : il s’agira donc d’une décentralisation par l’intermédiaire de l’auto-gouvernance des structures économiques des clans oligarchiques régionaux dans une logique féodale.

On croirait presque revenir à l’époque du Parti des Régions mais cette fois-ci avec un centre ukrainien contrôlé par le gouvernement, un ouest toujours plus distant des choix de Kiev et un est fragmenté. Plus qu’un changement du système, Poroshenko illustre la continuité en remplaçant l’ancienne verticale du pouvoir tenue par la peur par une « horizontale » du pouvoir basée sur l’argent et la loyauté des oligarques.

2/ Les défis économiques et énergétiques

Plus que jamais, c’est le sauvetage de l’économie ukrainienne et le retour sur le chemin de la croissance qui sont en jeu pour l’année 2015. Depuis 9 mois, la communauté internationale fournit à Kiev le minimum nécessaire en termes de prêts et de financement pour éviter un inévitable défaut de paiement et l’effondrement total du pays.

Argent contre réformes ou l’inverse ?

2015 sera une année charnière en termes de choix économiques. D’intenses réformes sont nécessaires, sur fond d’austérité provoquée par les conditionnalités de l’aide du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale ainsi que par le respect des critères de convergence de la partie économique de l’Accord d’Association de l’Union Européenne (DCFTA). On s’attend à ce que l’Ukraine connaisse au moins 5 ans de marasme économique, les critères macro-économiques du pays étant aujourd’hui au niveau de ceux années 1990. Sans reprise de la croissance, 2015 ne sera que la pointe de l’iceberg.

Toutefois les conditions ne sont pour l’instant pas favorables à un redémarrage : le pays est en récession et la monnaie a perdu plus de 40% de sa valeur depuis début 2014, avec une rétractation de la croissance de 5 à 7% cette année. Plus de 40% du budget est dédié au seul remboursement de la dette. La dette de la société étatique Naftogaz, qui dépasse aujourd’hui le budget de l’état, est un autre problème majeur que la nouvelle équipe devra gérer de front en 2015. Enfin, la gestion d’au moins un demi-million de déplacés internes à cause de la Crimée et du Donbass ajoutent un élément d’incertitude supplémentaire pour la gestion du budget 2015.

L’Ukraine a besoin de plus de 40 milliards de dollars d’assistance pour sortir la tête de l’eau, alors même que les prêteurs internationaux demandent des conditions d’austérité qui risquent de provoquer des vagues de mécontentement social. Les points de crispation se cristalliseront sur la question du gel des augmentations de salaire et des aides sociales, de la réforme des retraites, de la montée du chômage et l’absence d’investissements étrangers pour relancer l’économie.

Le plus grave est probablement le fait que depuis plusieurs mois, les oligarques ukrainiens se sont profondément désengagés de l’économie nationale en retirant une partie conséquente de leurs actifs et avoirs financiers d’Ukraine, au profit de plateformes plus stables comme Londres ou l’Allemagne. Sans cette capacité de relance rapide des investissements internes d’oligarques locaux, l’Ukraine devra donc multiplier les appels auprès de la communauté internationale.

Début décembre 2014, l’Union Européenne avait ouvert l’enveloppe de 500 millions d’euros sous forme de prêts, inclue dans le programme d’aide d’1,6 milliard d’euros signé en mars de la même année. Une fois cette aide distillée, il reste à savoir jusqu’à quel point les pays de l’UE seront prêts à payer pour « sauver » l’Ukraine. De la même manière, l’aide internationale du FMI est conditionnée à des réformes substantielles : si Kiev n’est pas en mesure de les réaliser au cours de l’année prochaine, les bailleurs de fonds risquent de se montrer plus intransigeants dans leurs décisions. Et Kiev devra enfin honorer ses promesses économiques dans le cadre de l’Accord d’Association avec l’Union Européenne, ne serait-ce seulement pour prouver que Bruxelles n’a pas vendu son âme au diable en signant un accord avec un pays qui est encore très loin de remplir les critères minimum d’adhésion…

La croissance, mais sur quelles bases ?

Sans accord préalable avec la Russie sur les négociations de paix, l’application du volet politique et économique de l’Accord d’Association avec l’Union Européenne sera compliquée, voire impossible, en 2015. En effet, une grande partie de la stabilité économique de l’Ukraine dépendra de sa capacité à restaurer les niveaux commerciaux avec la Russie dans le sens où l’UE ne sera pas en mesure de compenser une éventuelle rupture économique et commerciale entre Moscou et Kiev.

La question des remises de fonds (rémittences) des ukrainiens travaillant en Russie – environ 2,5 milliards de dollars par an de manière officielle, soit 3% du PIB 2013, mais probablement le double au total – pourrait également devenir un autre problème bilatéral si Moscou menaçait de couper certains liens bancaires avec l’Ukraine.

La seule façon pour Kiev de retrouver une partie de ses gages productifs, par l’intermédiaire d’importations directes depuis l’est, est d’ouvrir un dialogue avec Moscou. En effet, même si ces chiffres sont aujourd’hui à prendre avec beaucoup de précaution, environ 15% du PIB ukrainien dépendait, avant la crise, des industries du Donbass – soit le quart de la production industrielle nationale. Sans le redémarrage de l’industrie du Donbass, les sources de croissance pour Kiev risquent de se tarir. Les oligarques locaux l’ont d’ailleurs bien compris : en octobre, ils se plaignaient auprès du Cabinet que les frappes de l’armée sur les industries du Donbass – ayant pour but de détruire l’appareil productif pour qu’il ne tombe entre les mains des séparatistes – tournaient à la catastrophe. En effet, si Kiev récupère les territoires rebelles, il faudra plus de 10 ans de reconstruction et de restructuration du secteur industriel avant que le Donbass puisse produire aux niveaux d’avant la crise.

Vers une nouvelle crise gazière ?

L’année 2015 risque de voir une nouvelle crise gazière entre Kiev et Moscou après mars 2015, date officielle de la fin de l’accord gazier du 30 octobre dernier signé entre les deux états sous le regard  bienveillant de l’Union Européenne. En l’échange du remboursement immédiat de 1,45 milliards de dettes à Gazprom, Moscou avait convenu de la reprise de fourniture de gaz à Kiev sous condition de prépaiement (comme c’est toutefois le cas pour tous les états européens). Ce faisant, Kiev avait déboursé les deux tiers de son enveloppe d’aide du FMI et de l’UE pour rembourser Moscou, infligeant ainsi un camouflet sévère pour les autorités européennes et internationales.

En plus du chantage sur les futures livraisons, Moscou pourrait également tenter de renégocier à la hausse le prix du gaz, déjà élevé pour Kiev. En effet, l’Ukraine paye aujourd’hui entre 378 et 375 dollars pour 1 000 mètres cubes de gaz russe, comparé à 304 dollars en moyenne en UE.

Si la Commission Européenne est « garante » des prix du gaz russe, son rôle sera étouffé en cas de provocations par Moscou. La Russie pourrait alors chercher à se venger contre l’arrêt forcé du projet de gazoduc South Stream début décembre 2014, tué par les multiples blocages des pays européens concernés.

La recherche de nouveaux débouchés énergétiques pour réduire la dépendance envers la Russie, même s’ils pourront être initiés dès 2015, s’inscrivent dans la longue durée : les stratégies alternatives, comme par exemple les flux rétrogrades de gaz provenant de Hongrie et de Slovaquie, ne sont que des mesures temporaires et financièrement intenables. Kiev restera donc pour 2015 entièrement dépendant du gaz russe, permettant par là-même à Moscou de dicter plus facilement ses conditions.

 3/ Les perspectives stratégiques et sécuritaires, entre le Donbass et Moscou

En plus des réformes, l’Ukraine devra gérer de front en 2015 la relation avec Moscou et le conflit dans le Donbass, qui dure déjà depuis plus de 7 mois. Les perspectives de règlement du conflit avec les territoires séparatistes du Donbass, à savoir la « République Populaire de Donetsk » (DPR) et la « République Populaire de Lougansk » (LPR), semblent s’éloigner de jour en jour, à mesure que le conflit s’enterre dans une logique de guerre de position entres des belligérants de plus en plus jusqu’au-boutistes. Kiev devra alors passer par une phase de négociation – ou du moins d’ouverture – avec la Russie, source potentielle de friction au sein du gouvernement ukrainien. Moscou, de son côté, n’a pas l’intention de faire machine arrière.

Stabiliser ou reprendre le Donbass ?

Les enjeux stratégiques de l’année 2015 sont primordiaux pour Kiev, d’autant plus que le Président a fait du retour de la Crimée une de ses priorités. Mais l’impossibilité totale d’infléchir Moscou sur cette question poussera le gouvernement de Kiev à se concentrer en 2015 uniquement sur la récupération du Donbass dans une logique jusqu’au-boutiste. Au final, Kiev va devoir gérer la partition de facto de son territoire.

L’organisation d’« élections » dans le Donbass le 2 novembre dernier avait forcé Kiev à abroger la loi sur le statut spécial des territoires de l’est, loi qui prévoyait un statut d’autonomie limitée pour trois ans pour les deux « Républiques ». La fin du statut spécial avait également entraîné la coupure de la plupart de soutiens économiques de Kiev vers les territoires du Donbass, et notamment l’arrêt du système bancaire le 1er décembre ainsi que le paiement des retraites et des aides sociales. L’absence de structuration étatique et d’institutions, le chômage et l’inexistence totale des perspectives d’avenir feront sombrer les « Républiques » dans un chaos profond en 2015 (il faut d’abord passer l’hiver). Des pénuries pourraient se produire, corollaires de rationnement en nourriture et en énergie.

Si le « Président » du Donetsk Aleksandr Zakhartchenko devrait être en mesure d’apporter une certaine cohérence à son territoire, la « République de Lougansk » va s’enfoncer dans une déstructuration totale et une gestion quotidienne confiée à des milices armées en concurrence les unes contre les autres pour le contrôle du territoire. Pour rappel, plus de 32 000 hommes en armes sont aujourd’hui présents dans le Donbass, dont plus de 10 000 russes, le reste étant surtout des membres de groupes paramilitaires plus ou moins légaux et structurés.

Le contexte sécuritaire dans l’est sera de plus en plus précaire en début d’année 2015. Autour de Donetsk, les échanges de tirs et les bombardements étaient encore quotidiens début décembre, en raison des tentatives d’incursions des forces armées et des tirs d’obus sur les points stratégiques tenus par les rebelles. Malgré l’organisation d’une « journée du silence » le 9 décembre – sorte de test de cessez- le-feu – les combats vont continuer dans les mois à venir. Le long des routes, le passage d’un territoire à l’autre est rendu difficile par la présence des « bloc-postes » (checkpoints) de chaque côté des 30 km de la « zone ATO », un no man’s land dans lequel les populations locales vivent toujours et qui sert de zone tampon entre les belligérants. L’intensification des opérations militaires sur le long de la ligne de démarcation rend tout transport terrestre compliqué, notamment en raison des tentatives d’incursion de l’armée ukrainienne depuis novembre 2014.

Seul point positif, ces dernières semaines ont été marquées par le lancement dans la « République de Donetsk » d’une phase de « création d’état » (state building) – c’est-à-dire de structuration interne, d’appropriation du territoire et de rationalisation de ses frontières – avant l’arrivée de l’hiver. En cela, les séparatistes se concentrent surtout sur les positions qu’ils possèdent et y rassemblent leurs forces : ceci permet de solidifier les points stratégiques le long de la ligne de contact et de « grignoter », comme en Ossétie du Sud, la frontière. Ces gains territoriaux marginaux sont autant d’échecs pour l’armée ukrainienne de l’autre côté de la frontière.

Quoi qu’il en soit, la phase active des combats est donc terminée pour le moment : l’hiver 2014 va littéralement « geler » le front sur les positions actuelles et Moscou s’oriente maintenant sur une bataille diplomatique pour la reconnaissance des territoires de l’est. Le 19 novembre, le Cabinet des ministres adoptait un décret présidentiel prévoyant la démarcation unilatérale de la frontière entre l’Ukraine et la Russie : la création d’une ligne de front fortifiée pérennise encore plus le « gel » du conflit et son inscription dans la durée. Les prochains mouvements de troupes auront lieu, si c’est le cas, au printemps 2015.

Gérer Moscou, mais comment ?

La situation dans le Donbass reste un fait accompli pour le Kremlin, qui va désormais devoir gérer les appels des deux « Républiques » à un rattachement au territoire de la Fédération de Russie en 2015. Leur indépendance, fictive, n’aura pas duré longtemps.

La fin du statut spécial a été comprise par les séparatistes comme une violation de l’accord du 5 septembre – même si en réalité il s’agit d’une simple application des accords de Minsk – et appellent désormais à la création d’un « nouveau statut » négocié sur une base égale et bilatérale avec Kiev dans le cadre du groupe de contact de Minsk ainsi que la révision du protocole d’armistice du 5 septembre dans un sens qui pousserait Kiev à reconnaître de facto l’existence des entités du Donbass. En novembre, Moscou avait déjà proposé d’inviter informellement les représentants des deux « Républiques » dans le cadre des discussions au Conseil de Sécurité de l’ONU. Une requête que Kiev avait bien entendu refusée, arguant qu’il n’était pas « nécessaire d’organiser de nouvelles discussions avec les séparatistes » et qu’il n’y aurait en conséquence pas de « Minsk 2 », du moins tant que le protocole de cessez-le-feu ne serait pas complètement respecté et pérennisé. En 2015, La Russie cherchera  à renforcer le rôle diplomatique officiel des leaders rebelles, présents à la table des négociations depuis juin dernier, et insistera sur la nécessité d’un dialogue direct entre Kiev et les séparatistes – de préférence sous médiation russe.

Toutefois Moscou n’est pas dans l’optique d’un règlement rapide du conflit, préférant voir la situation dans l’est se détériorer et « pourrir » tout en créant des conditions de vie telles qu’il sera quasi-impossible de réintégrer le Donbass à l’Ukraine territoriale sans le sacrifice économique de Kiev et un travail pluri-générationnel de « confidence-building » entre les populations. La logique de guerre civile prenant de plus en plus le dessus, Kiev aura du mal à recréer un climat de confiance avec les populations de l’est, meurtries par les frappes indiscriminées de l’armée et l’appellation de « terroristes ». La logique jusqu’au-boutiste du Président, qui a même déclaré être prêt à livrer une « guerre totale » dans l’est, s’accommode mal avec les perspectives d’une reconstruction post-conflit et la réintégration des territoires à l’Ukraine. Le Kremlin en est conscient, le temps jouera en la défaveur de Kiev, dans un scénario similaire aux territoires séparatistes de Géorgie (Abkhazie et Ossétie du Sud).

Kiev et Moscou n’étant pas sur la même longueur d’onde – volonté de récupérer les territoires d’un côté contre nécessité de temporiser de l’autre – les négociations de paix dans le cadre du processus de Minsk se sont déjà enlisées

Personne ne s’entend non plus sur les termes mêmes du calendrier et du contenu des négociations. Reste à savoir si l’année 2015 permettra de débloquer la situation, avant même que les participants soient réunis autour de la table.

D’un point de vue purement militaire, de deux choses l’une : soit la Russie tente d’épuiser les forces armées ukrainiennes sur les positions actuelles et maintient le gel du conflit, ce tout en jouant la carte de l’ouverture diplomatique intéressée. Soit la Russie percevra que l’armée de Kiev n’est plus capable de tenir contre des offensives militaires soutenues au printemps 2015, permettant aux séparatistes de forcer l’ouverture du troisième front vers la ville côtière de Marioupol et agrandissant la cohérence territoriale de la « République de Novorossia ». Tout en maintenant le corridor stratégique entre Donetsk et Lougansk, cette offensive militaire permettrait de créer un corridor terrestre jusqu’en Crimée – beaucoup moins coûteux pour la Russie que de construire un pont sur le Détroit de Kertch. Toutefois, l’opération ne devrait pas se dérouler tant que le risque de nouvelles sanctions ne s’est pas éloigné, soit après juillet 2015.

Grande perdante dans l’histoire, l’Ukraine devra s’accommoder de négocier avec la Russie l’année prochaine, et donc forcément consentir à faire des concessions. De son côté Moscou jouera la carte de l’apaisement mais sans réels avancées diplomatiques, tout en plaçant progressivement ses hommes sur la scène diplomatique et en poussant pour la reconnaissance des territoires.

Plus que la conquête territoriale pure et simple dans une optique « néo-impérialiste », Moscou réalise une stratégie de déstabilisation territoriale de son « étranger proche » pour assurer sa sécurité stratégique. En cela, le Kremlin s’est d’abord focalisé sur l’option maximaliste de « fédéraliser » l’Ukraine avant de s’accorder sur la solution intermédiaire acceptable pour Kiev : la décentralisation de l’Etat. La Russie s’attèle maintenant à prolonger le statut de « non-aligné » de l’Ukraine, afin de bloquer définitivement toute perspective de rentrée dans l’OTAN, et de pousser pour une neutralité militaire « permanente », comme Moscou l’avait obtenu en Moldavie. Or l’équipe au pouvoir, du moins le Premier ministre Iatseniouk, souhaite aller de l’avant avec l’Alliance. 2015 ne devrait malgré tout pas connaître d’avancées majeures dans le dossier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *